L’approvisionnement en pierres au château de Guédelon

Par Florian Renucci (Chantier expérimental de Guédelon)

1. Données géologiques

Carrière de Guédelon

  • Affleurements de la Formation des sables de Frécambault (Albien).
  • Les sables se sont déposés initialement dans des environnements marins peu profonds, dans un contexte hydrodynamique proche des estuaires actuels.
  • Les bancs de sables, stratifiés, enregistrent la migration de mégarides tidales sur le fond de la mer. Ces mégarides sont caractérisées par des litages obliques qui correspondent à leur front de progradation. Ces litages obliques présentent des alternances de lits fins et grossiers qui enregistrent les cycles diurnes de marée.
  • On observe ponctuellement des litages bidirectionnels (en arête de poisson) qui enregistrent successivement les courants bidirectionnels de flot et de jusant. C’est l’argument qui permet d’affirmer que ces sables ont été transportés par des courants de marée. Au sommet des bancs, donc au sommet des mégarides, on observe des petites rides (ripple marks) ; ces rides sont symétriques, il s’agit donc de rides de houle. Elle sont caractéristiques d’un environnement marin à très faible tranche d’eau ; à la limite de l’exondation.
  • Entre les strates de grès, les inter-bancs argileux correspondent à des ennoiement marins.

L’aspect actuel, lithifié, correspond à l’effet secondaire de la diagenèse, lorsque le sable a été enfoui. L’espace entre les grains a été colmaté par les éléments transportés par les masses d’eau qui ont circulé dans ces sables aquifères. Il s’agit ici d’oxyde de fer et de manganèse.

2. Données archéologiques

Culture constructive locale analysée sur la Tour maîtresse des Saint Sauveur en Puisaye (XIIème) et le Château de Ratilly (XIIIème siècle).

Tour de Saint Sauveur, documentation historique XIIème :

  • Moellon de grès ferrugineux assisé en moyen appareil 15/ 25 cm
  • Pas de traces d’extraction ni d’impact de broche mais un calibrage en assise qui a dû se faire au têtu ou chasse masse.

Château de Ratilly, documentation historique milieu XIIIème, lié à la mouvance de la famille de Toucy :

  • Programme des courtines réalisé avec une intention constructive cohérente
  • Utilisation du grès en alternance pierre de taille et moellons

3. La pierre à Guédelon

a. Le choix du moyen appareil (20/ 30cm)

  • Les tables de pierres de 50 à 80 cm entrelardées par des poils permettent une grande productivité pour produire des assises entre 20 et 30 cm. Au-delà, on épuise la carrière, en deçà on perd de l’énergie à casser des assises utilisables.
  • Les choix d’appareil sont le reflet de la lithostratigraphie du site.
  • La pierre de taille : le premier choix va aux blocs capables de taille de pierre pour les ouvrages assisés : baies, archères, et rangs de réalignement. Ces pierres sont choisies pour leur qualité dans des zones spécifiques correspondant à la couleur violette. La couleur bleu donne du grès très dur qui use les outils et fait tomber la productivité. La fin des bancs donne une pierre orange mal sédimentée, utilisée en remplissage.
  • Les moellons de parement constituent le deuxième choix. C’est le résidu des pierres de bonne qualité qui ne contenaient pas la hauteur pour la pierre de taille mais aussi de la pierre bleue recassée au chasse-masse.
  • La pierre de remplissage : la pierre orange ainsi que les déchets des deux qualités précédentes (pour raison de forme et du temps de travail pour réaliser un moellon de parement avec un dessous plat) s’utilise en remplissage des murs.
  • Les dalles et voûtains : selon les commandes, les carriers tirent partie du clivage du grès pour réaliser des produits tels que les dalles de sol : 5 à 10 cm d’épaisseur ou des voûtains, sortes de dalles façonnées de 7 à 15 cm d’épaisseur prêtes à être posées.

b.  L’expérience du chantier à conduit à acheter des pierres calcaires panachées au grès ferrugineux pour les raisons suivantes :

  • Les monuments locaux du XIIème et XIIIème siècle : la tour de Saint-Sauveur, l’abbaye de Moutiers en Puisaye, le château de Ratilly, les églises de Moutiers en Puisaye, Saint Sauveur et Saint-Fargeau, présentent tous de la pierre calcaire utilisée pour les ouvrages de taille de pierre.
  • Le calcaire dur kimméridgien affleure en Forterre à proximité de Guédelon. Il fait partie intégrante des possibilités de pierres d’œuvre de l’architecture locale.
  • Le calcaire fait gagner du temps de taille et préserve l’outillage. Il sied particulièrement aux ouvrages structurels comme les chaînages en besace ou décoratifs comme les encadrements de baies, remplages, sculptures.
  • A Guédelon, la disparition momentanée de l’affleurement d’un banc de grès propice à la taille, et le programme des fenêtres du logis ont conduit les tailleurs de pierre en 2007 à utiliser de calcaire pour les pierres de tailles. Il est acheté en blocs bruts à la carrière à Donzy à 30 km. et livré sur place.
  • L’expérience a montré que le travail de taille est en moyenne trois fois plus rapide sur le calcaire que sur le grès, sans compter le temps d’extraction. Il s’en suit, dans un contexte médiéval que le surcoût du transport et de l’achat de pierre dans un rayon de 10 km pouvait être largement rentabilisé.

4. Les techniques d’extraction

a. Les emboîtures

La technique consiste à créer des avant-trous creusés au ciseau et à la massette. On y place des coins en acier mis en tension avec deux feuillards métalliques. Les coins sont alignés tous les 30 cm dans le sens de la coupe que l’on souhaite obtenir. La réelle difficulté n’est pas la frappe mais la lecture du bloc, dont la pertinence va provoquer l’efficacité des coins et la réussite de l’ouverture.
Reproduite dans le sens des lits ou verticalement, cette technique est la seule à pouvoir transformer des rochers de 5 à 10 tonnes, en matériaux de construction prêts à l’emploi.
Le rendement moyen quotidien de deux carriers est 3 m3 de pierre, soit 6 tonnes.
Quatre carriers fournissent ainsi 6 mètres cubes, quand il le faut.

b. Le chasse-masse

C’est l’outil qui permet de se rapprocher à l’identique des moellons de grès présents sur les monuments médiévaux de Puisaye. Il faut travailler par équipe de deux carriers. La tête de l’outil est emmanchée, elle possède un côté concave qui fend les pierres l’autre côté est percuté par une masse. Le travail du chasse-masse « finit » l’extraction au coin pour la fourniture des moellons et le façonnage des blocs capables.

5. La production de pierre classées par aspect et outils

a. Le grès taillé

Les blocs de grès ouverts au coin deviennent des blocs capables pour certains ouvrages taillés ostentatoires : margelle de puits, corbeau, jambages de portes, coussinets. Ils sont ensuite entièrement recouverts de coups de broche qui font généralement disparaitre les marques d’extraction. C’est un aspect broché.

Le degré de finition de l’aspect broché couvrant ou non est un choix économique qui n’est pas lié à la technicité du tailleur.
Jouer sur un éventail d’aspects différents est la solution trouvée par l’équipe pour ne pas désespérer face aux centaines de pierres de rangs de réalignement à tailler.

A Guédelon, les tailleurs de pierre ont constaté qu’en adoptant un aspect éclaté à la broche, le temps de travail par pierre a pu être divisé par 3 en se contentant de retirer grossièrement les bosses. Une taille punctiforme couvrante est un luxe, à ne pas utiliser partout !

b. Les rangs de réalignement

Les blocs de grès ferrugineux ouverts au coin, sont équarris à la carrière au chasse-masse à l’endroit même de la carrière. Les blocs à produire sont nombreux, on utilise un temps minimal en ne taillant que l’essentiel : lit de pose et lit d’attente parallèles, joints latéraux à l’équerre, face tracée au panneau si c’est des pierres de tour, aspect éclaté à la broche. Le temps de taille est en moyenne de 3 pierres par jour, par tailleur. La taille économique fait que l’on peut observer des marques emboîtures sur les parements.

Par expérience les assises de pierres ne sont jamais de même hauteur, cela permet un recyclage des pierres accidentées dans des assises basses.

6. Les transports de pierre : une circulation différenciée

  • La pierre de grès est extraite et stockée à la carrière.
  • Pour économiser des déplacements des tas sont placés en carrière pour les ouvrages relevant d’un travail de chasse-masse plus une taille sommaire : moellons équarris des rangs de réalignement, dalles, voûtains. Ils sont récupérés à la carrière par le tombereau et conduits directement sur les postes de maçonnerie.
  • Les blocs capables pour de la pierre de taille de grès sont transportés en loge de taille. Elles sont équipées de quais de chargement et de zones de stockage. C’est aussi le lieu où sont vérifiés les assemblages à sec sur un sol plat. Depuis les loges de taille les pierres sont reprises pour être livrées sur le chantier.

Une réflexion au sujet de « L’approvisionnement en pierres au château de Guédelon »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *