Le transport maritime des matériaux de construction dans le monde antique

Matériaux de construction de l’Antiquité à la Révolution Industrielle

Par Emmanuel Nantet, docteur en Archéologie, Université de La Rochelle.

Depuis le développement considérable de l’archéologie sous-marine au cours de ces dernières décennies, les épaves ont livré un matériel abondant qui fournit de nombreux indices sur le transport maritime des matériaux de construction. Cependant, ces épaves ne sont presque jamais mentionnées dans les manuels d’architecture antique.

Les cargaisons contenant des tuiles sont dorénavant relativement bien connues, notamment grâce aux recherches d’Anne Joncheray. Comme c’est le cas pour l’épave Barthélemy B (1-25 de l’è. chr.), qui ne contenait que 100 tegulae et probablement 100 imbrices, nous constatons qu’elles étaient souvent embarquées sur de petits navires qui effectuaient des trajets à l’échelle locale.

Les cargaisons lapidaires se comptent aujourd’hui par dizaines. Néanmoins, on manque d’informations sur la coque. Que celle-ci ait été détruite par le poids des blocs ou qu’elle soit inaccessible pour la même raison, on ne sait pas grand chose des navires qui transportaient ces cargaisons. S’il ne faut peut-être pas considérer les « navires lapidaires », mentionnés par les Anciens, comme une catégorie spécialisée, il semblerait néanmoins que l’on ait choisi des navires particulièrement robustes pour assurer le transport des blocs et qu’ils aient fait l’objet d’aménagements spécifiques pour faciliter leur arrimage. La question du transport lapidaire n’est pas anecdotique : celui-ci pouvait concerner de gros navires effectuant des liaisons d’un bout à l’autre de la Méditerranée, comme le révèle l’épave d’Isola delle Correnti (IIIe ou IVe siècle de l’è. chr. ?), chargée de 350 tonnes de blocs.

Il faut enfin évoquer le cas d’un certain type de cargaisons lapidaires — celui des pierres non équarries (à distinguer des blocs, soigneusement taillés). Plus rares, elles sont néanmoins attestées par les épaves de Ma’agan Mikhael (vers 400 av. l’è. chr.) et Port-Vendres 9.4. (Ve siècle de l’è. chr.). Cependant, leur analyse montre que l’on ne sait pas toujours s’il faut identifier ces pierres comme la cargaison ou le lest du navire. Si la distinction est difficile à opérer pour les chercheurs, elle l’était probablement aussi pour les Anciens eux-mêmes. A l’époque moderne, on emploie d’ailleurs la notion de lest utile (saleable ballast) afin de désigner cette catégorie de matériaux de construction de faible valeur qui peut également servir de lest. Cet exemple révèle ainsi que le concept même de matériau de construction doit être parfois considéré avec précaution.

Bibliographie :

  • BEN ZEEV Adina, KAHANOV Yaacov, TRESMAN John, ARTZY Michal (dir.), The Ma’agan Mikhael Ship : A Reconstruction of the Hull, Haifa, Israel Exploration Society, 2009, vol. 3.
  • CASTELLVI Georges, NANTET Emmanuel, DESCAMPS Cyr, SALVAT Michel « Le lest des épaves de la Redoute Béar à Port-Vendres (Pyrénées Orientales) », dans WATEAU Fabienne (éd.), Profils d’objets. Approches d’anthropologues et d’archéologues. VIIe Colloque annuel, international et interdisciplinaire de la Maison René-Ginouvès, Archéologie et Ethnologie (16-18 juin 2010), Paris, MAE, 2011, p. 201-207.
  • DJAOUI David, GRECK Sandra, MARLIER Sabrina (dir.), Arles-Rhône 3. Le naufrage d’un chaland antique dans le Rhône, enquête pluridisciplinaire, Arles, Actes Sud, 2011.
  • JONCHERAY Anne et Jean-Pierre, « L’épave Barthélémy B, à Saint-Raphael », CahASubaqu 15 (2004), p. 7-72.
  • KAPITÄN Gerhard, « Schiffsfrachten antiker Baugesteine und Architekturteile vor den Küsten Ostsiziliens », Klio 39 (1961), p. 276-318, sp. 282-288.
  • LINDER Elisha, KAHANOV Yaacov (dir.), The Ma’agan Mikhael Ship : The Recovery of a 2400-Year-Old Merchantman. Final Report, Haifa, Israel Exploration Society, 2003-2004, vol. 1-2.
  • LONG Luc, « L’épave de pierre de taille de Carry-le-Rouet », Deuxièmes journées d’étude sur la plongée scientifique, Bulletin de l’Institut Océanographique 4 (1985), p. 143-148.
  • NANTET Emmanuel, « Les activités de lestage dans le monde antique : l’exemple de la corporation des lesteurs à Ostie (2e moitié du IIe siècle ap. J.-C. – début du IIIe siècle ap. J.-C.) », dans NAPOLI Joëlle (éd.), Ressources et activités maritimes des peuples de l’Antiquité. Actes du Colloque International de Boulogne-sur-Mer (12, 13 et 14 mai 2005), Les Cahiers du Littoral 2/6 (2008), p. 515-520.
  • NANTET Emmanuel, Phortia. Le Tonnage des navires de commerce en Méditerranée du VIIIe siècle av. l’è. chr. au VIIe siècle de l’è. chr., Doctorat d’archéologie, sous la dir. de Roland Etienne et Patrice Pomey, Université Paris 1, 2010, 3 volumes [non publié].

Une réflexion au sujet de « Le transport maritime des matériaux de construction dans le monde antique »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *