Le pont-levis à flèches de la maison forte de Chevagnes (Allier)

Un exemple exceptionnel d’une construction défensive bourbonnaise durant la guerre de Cent Ans (1361) par Pierre Mille, Sébastien Gaime, Fabrice Gauthier.

Les fouilles préventives effectuées en 2007 par l’INRAP, au sud du bourg de Chevagnes à 15 km de Moulins, ont permis la mise au jour d’une structure hors du commun sur l’emplacement d’une maison forte édifiée au milieu du XIVe siècle.

Le site fouillé correspond à un enclos circulaire ceint d’un fossé en eau annulaire. Retrouvé dans les douves, totalement ou partiellement carbonisés par un incendie, quarante bois se rattachent à cette passerelle. Les 23 bois des supers structures et les 18 pieux encore en place permettent de restituer très précisément cet aménagement unique en archéologie.

La passerelle d’accès se développe sur près de 12m. Elle est constituée d’un pont dormant et du pont-levis proprement dit. Du côté de la contre escarpe le pont dormant à tablier fixe est clôturé par une barrière à contrepoids pivotante. Du côté de l’escarpe l’aménagement est encore plus singulier, formé par un pont-levis à flèches et à contrepoids.

L’abattage des bois qui ont servi à l’édification de la passerelle a été précisément daté par Christophe Perrault du laboratoire de dendrochronologie CEDRE de Besançon, de l’hiver 1360-1361. Leur mis en oeuvre qui a suivi de quelques mois leur coupe se situe très vraisemblablement durant la première moitié de l’année 1361.

Cette découverte relance la problématique de l’origine des ponts-levis à flèches qui devaient être, au premier temps de leur invention, l’apanage des châteaux royaux ou ducaux.
Si une telle construction est présente dans une petite seigneurie bourbonnaise au milieu du XIVe siècle, on peut donc envisager une origine ancienne, de l’ordre du siècle ou du demi-siècle. A moins que la diffusion de ce type d’ouvrages ait été très rapide, et qu’en quelques décennies par nécessité de guerre le royaume de France s’en soit rapidement couvert.

Cette construction se place au cœur de la Guerre de Cent Ans dans un duché nouvellement rattaché à la couronne de France, le Bourbonnais. Cet incendie correspond très vraisemblablement à un coup de force des routiers qui, à la solde des Plantagenêt et du Roi d’Angleterre, écumaient la région entre l’année de la démobilisation des mercenaires après le traité de Brétigny 1360 et 1383 année qui correspond à la fin des hostilité en Bourbonnais.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *