Quelques notions sur la manutention dans la construction traditionnelle

Par Emmanuel Desroches, restaurateur de sculptures

Définition du sujet et enjeux de la recherche

La manutention des matériaux de construction est assurée par l’ensemble des métiers du bâtiment, de l’extraction à la mise en œuvre ; c’est une question omniprésente sur le chantier.
Partant de mon expérience sur les matériaux pierreux, ajoutant l’observation de traces archéologiques et la consultation de sources diverses (publiées ou verbales), je formule des déductions et des hypothèses. Il est en effet probable que certains problèmes et certaines solutions que j’ai pu rencontrer sont similaires à celles du passé.
Une manutention se structure logiquement ; elle se construit par une série de manœuvres, par la mise en œuvre de dispositifs, d’outils, et d’opérations non outillées, au service du but recherché.

Généralités

Une technique de manutention offre une pertinence et des limites, en fonction de ses performances (puissance, vitesse de déplacement, rapidité de mise en œuvre), son coût, son adéquation au milieu traversé… Les paramètres d’une technique conditionnent des choix parfois difficiles, main d’œuvre contre technologie, rapidité contre coût…
On peut opposer le chantier mobile, et son outillage adaptable et léger, aux postes fixes (installations portuaires, carrière, atelier, grand chantier de construction) disposant de machines plus puissantes ou plus rapides. Aux méthodes sophistiquées, le chantier apporte de nombreux raccourcis et simplifications.
La manutention présente des risques, parfois importants, pour l’opérateur et pour l’œuvre ; il convient de les évaluer et de savoir les prévenir.

La nature (densité, résilience…) et la structure du matériau (monobloc, composite…) orientent le choix du mode de manutention.
Si nécessaire, l’objet est adapté à son transport ou à sa mise en œuvre. Il est conçu (tenon de bardage…) ou conditionné (caisse…) dans ce but. Entre un produit brut, semi-fini ou fini, le soin apporté et le temps de manipulation sont sans commune mesure.
Les objets gros et/ou fragiles (obélisques…) représentent un défi pour leur déplacement, qui jouit d’un certain prestige. Mais qu’elle soit exceptionnelle ou ordinaire, toute manutention peut être décomposée en phases et principes simples.

La standardisation nécessaire au chantier n’interdit pas un degré de liberté et l’expérimentation, qui font évoluer les procédures au cours du temps. Au contraire, l’inertie de l’habitude constitue un frein à l’innovation. La manutention, comme la construction dans son ensemble, constitue la rencontre, parfois difficile, d’une certaine abstraction et du concret, du concepteur et du praticien.
Certaines notions théoriques (centre de gravité…) peuvent exister de façon empirique.
Différentes structures d’équipe existent (pyramidales, « égalitaire »…), où l’expertise technique, la prise de risque et la responsabilité sont réparties différemment.
Le langage de métier est un outil crucial à la coordination du travail.

(légende photo : la manutentions, un travail d’équipe)

Organisation

Une manutention nécessite une rigueur dans l’organisation : en fonction de la demande, définition de l’objet, conception de l’intervention, évaluation du trajet, choix des moyens (manutention et transport), phasage, réunion du matériel et de l’équipe.

Par exemple :

  • Définition de l’objet : matière, cohésion, dimensions (objet + support + moyen de transport), poids, centre de gravité.
  • Évaluation du trajet : état du sol ou de la surface de circulation, largeur des passages, hauteur sous plafond ou sous linteau, repérage des dénivelés et des ruptures de pente.

L’improvisation et le désordre, que ce soit au sein d’une entreprise, sur un chantier ou dans un moment particulier peuvent prévaloir sur une organisation rationnelle.
Ils imposent souvent un surcroit de travail ou de fatigue, voire une prise de risque.

Des phases d’expérimentation (mise au point d’un mouvement parfois sans suite, répétition « à blanc » préalable…) et des moments de rangement de matériel s’intercalent entre différentes opérations.
Ces temps « non productifs » sont essentiels ; ils permettent d’optimiser le travail en équipe et de gérer l’espace.

Vers une théorie de la manutention ?

Un catalogue (base de donnée) raisonné et analytique (principes de fonctionnement) des diverses méthodes et des moyens de manutentions, tous métiers confondus, me semble un projet stimulant. Je suis intéressé par toutes les collaborations.

Lexique :

Chêvre : petit portique de levage des fardeaux, composé d’un treuil disposé entre deux montants, les bras, jambages ou bicoqs, réunis en triangle par des barres transversales, ou épars. A leur jonction, une poulie sert de renvoi du chable vers le treuil. (…) Cette chèvre dite chèvre à haubans, connaît diverse variantes, telles la chèvre à trois pieds, ou cabre. (1)

Elingue (élingueur, élinguer) : cordage ou chaîne, terminé par un boucle ou par un crochet, servant à entourer des fardeaux pour qu’ils puissent être élevés aisément à l’aide de palans, de grues ou de tout autre appareil de levage. (2)

Une élingue fermée est une estrope Syn Braye. (1)

Faire marcher : déplacer un élément, positionné à la verticale, alternativement d’un côté puis de l’autre, en l’inclinant faiblement d’un côté et en le faisant partiellement pivoter sur ce côté, de façon à le faire avancer. (4)

Palan : appareil de levage utilisé pour déplacer verticalement une charge sur une course limitée. (3)

Pince (pinceur) : carrière et construction. Barre de fer aplatie par un bout légèrement replié dont on se sert comme levier. Cet outil existe en plusieurs dimensions. (2)

Faire quartier : donner ou faire faire quartier à une poutre ou à une pierre de taille, c’est basculer ces pièces d’un quart de tour. (1)

Roule : cylindre de bois dur ou de métal disposé sous les blocs de pierre pour les déplacer. (1)

Sapine : grue fixe pour petits chantiers, composée d’éléments d’échafaudage, assemblés suivant un plan carré, et généralement accolé au bâtiment en construction. (1)

Sources :
(1) Jean de Vigan Dicobat, Dictionnaire général du bâtiment, Ed. Arcature, Paris, 2006
(2) Pierre Noël, Technologie de la pierre de taille, SEBTP, Paris, 1994
(3) Collectif Dictionnaire technique du bâtiment et des travaux publics, Eyrolles, Paris, 1990
(4) E. Desroches


Une réflexion au sujet de « Quelques notions sur la manutention dans la construction traditionnelle »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *