Les calcaires dans la cité antique de Feurs, gisements et emplois : un état de la question

Par Jean-Claude BEAL, maître de conférence en archéologie gallo-romaine, laboratoire Archéométrie et Archéologie, MSH MOM.

Adossée au Rhône à l’est, la cité des Ségusiaves s’étend, d’est en ouest, du confluent de l’Ain au fleuve jusqu’aux monts du Forez, et, du nord au sud, de la vallée de l’Ardières jusqu’à celle du Gier. Son territoire recouvrait donc pour l’essentiel les deux départements actuels du Rhône et de la Loire. À l’époque impériale, une partie de ce territoire a été prélevée pour constituer le territoire colonial de Lyon, dont les contours restent flous : on peut admettre que ce territoire allait de la basse vallée de l’Azergues à celle du Gier et que sa limite occidentale s’arrêtait dans les reliefs des monts du Lyonnais.
Cet espace ségusiave, dont la capitale était Forum Segusiavorum – Feurs (Loire), se structure autour de trois dépressions : à l’est, le val de Saône, à l’ouest (au-delà des monts du Lyonnais et du Beaujolais) les plaines d’effondrement du Roannais au nord et du Forez au sud, séparées l’une de l’autre par le seuil de Neulise.

Dans le val de Saône ségusiave, deux types de calcaire du Jurassique attirent l’attention. La « pierre de Lucenay », un calcaire oolithique, provient du massif qui s’étire de l’Azergues à Villefranche-sur-Saône. Il est employé localement en moellons dans la construction dès l’époque augustéenne ; il y fournit au décor architectonique (chapiteaux), à l’épigraphie et à la sculpture. Il est mis en œuvre à Lyon dès Auguste, mais le plus modeste marché de Ludna, agglomération secondaire au nord du massif, n’est atteint qu’au milieu du Ier s. de notre ère. En revanche, le beau calcaire à entroques qu’on connaît aujourd’hui sous l’appellation des « pierres dorées du Beaujolais » n’est pratiquement pas employé à l’époque romaine, et ne le sera pas avant le XIII-XIVème s. Malgré son essor à partir du XVème s., Dulac signalait au XVIIIème s. qu’il était encore « rare que l’on tire de ces carrières des blocs considérables parce que le transport en serait trop difficile ».

Dans la plaine du Roannais en revanche, le même calcaire jaune à entroques est employé dans l’Antiquité, à partir des seuls gisements connus des vallées du Sornin et du Botoret, affluents de la rive droite de la Loire, à l’articulation des monts du Beaujolais et de la plaine. Dulac le considérait comme « la meilleure pierre de taille de nos trois provinces [i. e. : Lyonnais, Forez, Beaujolais], après celle d’Anse et de Saint-Fortunat » dans le territoire colonial. On l’exploite pour la construction publique, la sculpture et l’épigraphie, comme le montre une découverte encore inédite.

Dans la plaine du Forez, deux sites sont documentés. Dans l’agglomération secondaire de Aquae Segetae – Moingt, à l’articulation des monts du Forez et de la plaine, le granite est le matériau principal, et l’on remarque l’exploitation d’un granite à grain fin d’origine locale filonienne. Mais on a ponctuellement exploité aussi dans le décor architectural un calcaire local, celui, peut-être, « de Ruffieux » de consistance assez hétérogène, qui passait pour n’avoir été mis en œuvre qu’aux XIII-XVème s. À Feurs, capitale de la cité, le granite du massif de Salt-en-Donzy est la principale roche employée. Mais les murs périmétraux du forum augustéen sont construits dans une plus rare aplite d’origine filonienne à nouveau ; le décor architectural de ce monument recourt au calcaire à entroques apporté depuis les gisements du Roannais, à une soixantaine de kilomètres et au-delà du seuil de Neulise. Le calcaire « de Ruffieux », plus proche mais plus médiocre, est négligé.

Ni la « pierre de Lucenay », ni le choin de Fay si abondamment représentés à Lyon, ni la pierre du Midi, pour prendre quelques-uns des matériaux classiques de l’architecture lyonnaise, ne sont attestés dans ce territoire que traversent pourtant des axes routiers importants de Lyon vers le nord ou l’ouest de la Gaule romaine.


Une réflexion au sujet de « Les calcaires dans la cité antique de Feurs, gisements et emplois : un état de la question »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *