Archéologie des couvertures : quelles approches ?

Par Sylvain Aumard, archéologue, Centre d’études médiévales d’Auxerre, associé UMR 6298 ARTeHIS

Depuis Violet-le-duc, la connaissance des matériaux de couverture a peu progressé et cela malgré le développement de l’archéologie médiévale et plus récemment celle du bâti. À l’heure où les recherches sur les charpentes de combles bénéficient d’un élan sans précédent (dendrochronologie, synthèses régionales), les questions relatives à l’épiderme du toit se posent de manière inéluctable. Les rares avancées réalisées durant le XXe s. sont principalement le fait des architectes-restaurateurs (albums du CRMH, Revue Monumental), alors que la constitution de corpus archéologiques de référence, bien datés et documentés, peine encore à s’organiser malgré un récent regain d’intérêt pour les terres cuites architecturales (ex. Chapelot et al. 2009).
Notre intervention se proposait de dresser un panorama des sources archéologiques susceptibles de combler ces lacunes, notamment dans le domaine de la tuile, et d’aborder les différentes approches qui en découlent. D’une part, l’analyse du bâti fournit à partir de l’étude des combles de nombreux indices permettant de comprendre la disposition et la mise en œuvre de couvertures disparues : larmiers, solins d’étanchéité, matériaux piégés dans la stratigraphie des maçonneries etc. Les vestiges de couverture sur voûte constituent une catégorie à part, devant faire l’objet d’une attention spécifique, car ils nourrissent les seuls témoignages offrant une image figée/fossilisée de certaines couvertures anciennes avant leur abandon (rehaussement, intégration dans un comble…). D’autre part, l’archéologie du sous sol livre un matériel de qualité variable, souvent très fragmenté et inexploitable, parfois illustré de beaux ensembles ou spécimens en connexions avec une stratigraphie apportant un cadre chronologique précis : formes complètes, remplois ou détournements… Trop rarement identifiés et publiés, contrairement à ce qui se fait en Suisse (voir la revue du Ziegeleimuseum), la connaissance de ces objets progresse faiblement en comparaison des recherches sur la céramique de table. Paradoxalement, il semble que beaucoup de réponses pourraient émerger du toit lui même, grâce à l’étude de grandes séries de tuiles archéologiquement complètes, prélevées aux cours des opérations de restaurations. Les expériences menées depuis dix ans en Bourgogne du Nord sur cinq monuments (deux cathédrales, deux abbayes, une église) dont les couvertures n’avaient jusque ici pas été trop renouvelées montre la pertinence d’une approche croisée de ces corpus en typologie et archéométrie (datation, analyse de pâte) : identification d’une trentaine de productions entre le XIIe et XIVe s., caractérisation des modes opératoires de fabrication et de mise en œuvre et approche de l’approvisionnement des chantiers de couverture médiévaux.


Une réflexion au sujet de « Archéologie des couvertures : quelles approches ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *