« …Pierres qui roulent… » : l’architecture de galets. Gisements et transports.

Par Joëlle TARDIEU, Ingénieur d’étude, SRA DRAC-Rhône-Alpes, UMR 5138

L’architecture de galets a fait l’objet d’une prospection thématique (1999-2000) qui a porté sur les départements de la Drôme, le sud-Isère et plus particulièrement sur le Bas-Dauphiné où ce mode de construction est devenu identitaire.

Saint-Roman (26) Maumuye. Epierrage © J. Tardieu
Saint-Roman (26) Maumuye. Epierrage
© J. Tardieu

La première particularité de ce matériau est qu’il est à la fois d’origine locale et de provenances lointaines : en effet, ces « pierres qui roulent » que l’on ramasse à côté de chez-soi, ont été arrachées à la roche-mère, essentiellement sous l’effet du gel et viennent donc d’ailleurs. La seconde particularité est sa variété au sein d’un même gisement : ce sont surtout des calcaires, mais on trouve aussi des brèches, pouddingues, ainsi que – mais plus rarement – des granites et des basaltes…. Enfin ce matériau est caractéristique par la taille réduite des galets, par leur forme arrondie et allongée, par leur dureté qui les rend peu gélifs et leur éventail de coloris….

C’est un matériau de ramassage, dont le gisement se renouvelle perpétuellement. Mais il demande de nombreuses manipulations avant et pendant sa mise en oeuvre : calibrage pour rendre l’assisage possible et tri par nature, couleurs…. Il exige de ce fait la présence d’aires de stockage conséquentes car les tas triés doivent avoir de l’embase pour se tenir.

I – Géologiquement, ces galets sont de deux origines 

Saint-Gervais-sur-Roubion (26)  : galets de rivière © J. Tardieu
Saint-Gervais-sur-Roubion (26) : galets de rivière
© J. Tardieu

1 – Au Miocène, lors de la mise en place des Alpes, l’érosion a arraché des blocs aux socles primaires (Massif Central et massifs centraux alpins) et aux Préalpes calcaires. Lorsque ces régions ont été recouvertes par la mer profonde du Bas-Dauphiné, des sédiments se sont peu à peu déposés. La formation de ces galets est donc contemporaine des pouddingues dont ils sont issus, ainsi que des grès et molasses diverses. Lorsque la mer s’est retirée, la mise en place des réseaux hydrographiques a libéré ces galets.

Fig. 3 - Aula du château d'Albon (26) (fouille J.-M. Poisson) © J. Tardieu
Fig. 3 – Aula du château d’Albon (26) (fouille J.-M. Poisson) © J. Tardieu

2 – La seconde origine (notamment pour le Bas-Dauphiné et la Bièvre-Valloire) est liée au travail des glaciers du Quaternaire. Au cours de leurs déplacements, ils ont véhiculé des galets qui se sont déposés en formant des terrasses le long des vallées glaciaires. Ces dépôts morainiques ont ainsi formé des plateaux (Bièvre-Valloire, Bonnevaux…) dans les grands chenaux retravaillés par les phénomènes fluvio-glaciaires, c’est à dire les eaux torrentielles des périodes de fusions interglaciaires.

On ramasse donc les galets sur les terrasses – ce sont par exemple les terrasses würmienne de Valence et Montélimar – après épierrage des champs (fig. 1) et dans les fonds de vallées (fig. 2). Ces derniers, galets dits de rivières, tirés des alluvions fluviatiles sont des dépôts peu homogènes, aux formes très arrondies qu’il faudra bien trier avant utilisation. Les galets de moraines souvent plus longs, plus plats et de plus grandes dimensions seront le matériau idéal pour monter un appareil autobloquant disposé soit en épis, soit – et c’est le cas le plus fréquent – en arêtes de poisson (château d’Albon, couvent de Charrières…).

3 – Ajoutons les possibilités de remplois comme par exemple sur les sites antiques de Mauboule et Lautagne de Valence où des galets thermofractés provenant de foyers protohistoriques ont parfois été réutilisés dans les fondations augustéennes.

Fig. 4 - Albon (26) – © J. Tardieu
Fig. 4 – Albon (26) – © J. Tardieu

II – Mise en oeuvre

Le galet, matériau de ramassage, est gratuit. Ramassé, trié, transporté sur de très courtes distances puis stocké, sa mise en oeuvre reste fastidieuse : monter un mur de galets est avant tout un travail de maçon : la part et la nature du mortier y est primordiale. Le galet n’est que très rarement retouché (il peut-être éclaté en deux) avant sa mise en oeuvre. Il est choisi en fonction de son calibre, et de ses dimensions pour s’inserrer dans une assise en cours. Le mortier doit être souple et malléable : il va combler les nombreux interstices et les galets seront enfoncés dans d’épais rubans. Il comporte une importante quantité de gros gravillons roulés qui apportent une certaine cohésion et doit-être très chargé en fines (1/3 de chaux pour 2/3 de sable) afin d’assurer une meilleure adhésion. Des prélèvements ont été effectués sur le chantier du château d’Albon (26) en prévision d’analyses (fig. 3).

Fig. 5 - Valence-Mauboule (fouille Archeodunum) (26)  © J. Tardieu
Fig. 5 – Valence-Mauboule (fouille Archeodunum) (26) © J. Tardieu

1 – Localisation du galet dans la construction

Châteauneuf-de-Galaure, Couvent de Charrière (26) © J. Tardieu
Fig. 6 – Châteauneuf-de-Galaure, Couvent de Charrière (26) © J. Tardieu

Le galet – et cela semble systématique pour la haute-antiquité ( est-ce une tradition indigène ? ) – est souvent utilisé en fondation pour servir de support à des murs de terre (pisé, adobe…) (fig. 4). Les galets sélectionnés pour leur forme allongée, sont alignés dans des tranchées fermées, la partie la plus longue s’enfonçant dans l’épaisseur du mur afin d’armer au mieux la structure. Ils ne sont pas liés (ni au mortier, ni à la terre), servant ainsi de drainage aux fondations (fig. 5).

Lorsqu’il est utilisé en élévation (couvent de Charrière), les parties porteuses et les chaînes d’angle doivent être réalisées dans un autre matériau (briques, pierre de taille) : ceci permet un assemblage marié (carreaux-boutisses).

Dans nos régions, le galet est, pour des raisons d’approvisionnement local, le plus souvent associé à de la molasse. Il est monté en assises régulières : deux à trois assises de galets calibrés (présence ou non de calages, chandelles…) pour une assise de pierre de taille (fig. 6).

Fig. 7 - Saint-Sorlin-en-Valloire (26) Construction d'un muret de soutènement en galets  © J. Tardieu
Fig. 7 – Saint-Sorlin-en-Valloire (26) Construction d’un muret de soutènement en galets © J. Tardieu

Pour des constructions de prestige (château d’Albon, église de Moras en Valloire, Saint-Ruf de Valence…), le galet peut-être réservé au blocage, les parements étant montés en moellons ou pierre de taille. Il est alors alignés sur deux ou trois rangs assisés et s’imbrique avec les matériaux de parement.

2 – Mise en oeuvre
Chaque galet est enfoncé à la massette dans un épais bandeau de mortier plastique; ils sont ensuite scellés superficiellement par un cordon de mortier avant de recevoir le bandeau suivant (fig. 7). La disposition des galets (sur chant, en arête de poisson, en épis, lités…), l’éventuelle présence de calage avec des morceaux de tuiles intercalés, l’insertion de lits intermédiaires dans un autre matériau (briques, moellons….) relèvent d’une typologie établie (Tardieu 2000) qui peut parfois apporter des élèments de chronologie. Les joints sont ensuite serrés à la truelle, parfois surlignés, ce qui créé un effet de damage et permet de les densifier en faisant ressortir la laitance de chaux. Le parement, s’il n’est pas ultérieurement enduit, est alors dit «à pierres vues» (fig. 8).

Saint-Paul-de-Varax (01) – enduit à «pierres vues» © J. Tardieu
Saint-Paul-de-Varax (01) – enduit à «pierres vues» © J. Tardieu

 Bibliographie

  • Fournier 2001 : FOURNIER (V.), Le couvent de Charrière. Etude historique et archéologique de l’église, Maîtrise d’archéologie médiévale, Lyon 2, septembre 2001.
  • Tardieu 2000 : TARDIEU (J.), …Pierres qui roulent… L’architecture de galets en Drôme du nord, prospection thématiques, programme 25, MCC, DRAC Rhône-Alpes, Service Régional de l’archéologie, Lyon, 2000.
  • Tardieu 2007 : TARDIEU (J.), «Pierres qui roulent…», l’architecture de galets en Drôme», in : BURGARD (C.), CLAPPIER (A.-M.) dir, Pierres dans la Drôme. De la géologie à l’architecture [Histoires de Patrimoines], Le Département de la Drôme/Conservation du Patrimoine, La Mirandole, Pont-Saint-Esprit, 2007, pp. 86-91.

Une réflexion au sujet de « « …Pierres qui roulent… » : l’architecture de galets. Gisements et transports. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *