Extraction et évolution de l’approvisionnement en matériaux de construction de la colonie de Lyon à l’époque romaine (1er siècle avant J.C. – 3e siècle après J.-C.)

Par B. Clément et H. Savay-Guerraz

La colonie de Lugdunum, fondée en 43 av. J.-C. et occupée jusqu’au milieu du 3ème s. apr. J.-C., fut sans aucun doute une grosse consommatrice en matériaux de construction, aussi bien pour l’architecture monumentale que pour l’architecture domestique ou artisanale. Une rapide analyse des maçonneries encore en place aujourd’hui nous montre l’utilisation de matériaux hétérogènes. Comment ces chantiers étaient-ils approvisionnés en matériaux de construction et dans quelle mesure étaient-ils extraits sur place ou importés ?

La pierre

  • Les matériaux locaux

Au travers de l’étude des maçonneries, on observe une évolution dans le choix des matériaux utilisés pour leur mise en œuvre. Il semble que l’on passe en effet de matériaux de ramassage (galets morainiques) à des pierres de carrière, souvent associées à des remplois de blocs de calcaire. En ce qui concerne les roches dures, on trouve deux types de gisement sur le territoire colonial : les roches magmatiques (granites) et les roches métamorphiques (gneiss), qui appartiennent au socle cristallin du Massif Central et affleurent sur les deux rives de la Saône. Les roches calcaires représentent la part la plus étudiée pour le cas de Lyon, toutefois, elles n’interviennent dans l’architecture que de manière minoritaire, la terre constituant le principal matériau de construction. Ainsi, les gneiss anatexites, constituant les falaises encadrant la Saône, firent les premiers l’objet d’une exploitation. Ils sont ensuite délaissés, à partir du règne de Tibère, au profit des gneiss métamorphiques issus du vallon de Gorge de Loup.

lugdunum_subistances-7cb47
Gisement de gneiss – site des Subsistances

Deux carrières d’extraction de moellons ont pu être fouillées ces dernières années à Lyon. Elles sont toutes deux datées de la première moitié du 1er s. apr. J.-C. et s’organisent de manière similaire. La première, mise au jour lors de diagnostics réalisés sur le site des Subsistances en 2000 [1] , est implantée sur un gisement de granite « gris ». La seconde carrière mise au jour rue du Chapeau Rouge, à Vaise, lors de fouilles préventives réalisées en 1999 [2], a exploité un gisement de gneiss (photo 1). Il s’agit d’exploitations à l’air libre d’un substrat affleurant. Le front de taille, sur lequel viennent s’installer les ateliers, plonge verticalement vers l’est. Ces exploitations permettent d’extraire de gros blocs grossiers qui sont ensuite retaillés en moellons. Les seules traces visibles sur ce type d’extraction sont les emplacements des coins, dont trois étaient encore fichés dans la roche sur la carrière de Chapeau Rouge.

  • Les roches calcaires régionales

Pour les blocs de pierre de taille, les éléments d’architecture lisses, moulurés ou à décor figuré (grand appareil, colonnes, chapiteaux et entablements, portes, gradins, bases, autels…), les constructeurs ont utilisé surtout des roches calcaires. Ces matériaux offrent des propriétés qui répondent parfaitement aux exigences de l’architecture : structure et couleur homogènes, duretés diverses, débit naturel en strates favorisant l’extraction de blocs aux formes géométriquement définis… Il est important de noter que les roches calcaires sont absentes du site même de Lyon.
Les affleurements les plus proches sont ceux de l’îlot du Mont d’Or, sur la rive gauche de la Saône, à quelque 10 km au nord de Lyon. Mais ces roches sont rares à Lugdunum. Près d’une vingtaine de calcaires différents ont été mis à Lyon. La moitié d’entre eux ont une origine connue, correspondant à trois secteurs géographiques distincts : la basse vallée du Rhône, la haute vallée du Rhône en amont de Lyon et la vallée de la Saône (Beaujolais et Bourgogne). Enfin, on constate une évolution de l’approvisionnement : jusque vers le milieu du 1er siècle après J.-C., les variétés exploitées sont peu nombreuses et il s’agit uniquement de calcaires tendres ou demi-durs.
L’usage de la pierre du Midi, calcaire miocène provenant de la basse vallée du Rhône, est caractéristique de cette période. Vers le milieu du 1er siècle, la phase d’expansion urbaine qui touche Lyon entraîne une diversification des matériaux, marquée notamment par l’apparition de calcaires très durs, issus de carrières situées le long du cours supérieur du Rhône. Elle semble aller de pair avec la généralisation du travail du marbre, resté jusqu’alors limité dans l’architecture.

La terre crue

Différents gisements de terre à bâtir sont présents sur le territoire de Lugdunum. Le loess se trouve présent au sommet des plateaux de Fourvière et de la Croix-Rousse [3]. L’argile se concentre plutôt dans la plaine de Vaise. Différents procédés d’extraction, mis en lumière par les fouilles de l’Hôpital Fourvière et du Verbe-Incarné [4], ont été employés afin de récolter la matière première nécessaire à la réalisation des briques d’adobe (photo 2).

lugdunum_hopitalfourviere-7322e
Procédé d’extraction pour briques d’adobe

On constate que la quasi-totalité des vestiges d’extraction, en fosses polylobés ou en tranchée, sont à ciel ouvert. Le comblement est souvent unique et d’origine détritique, ce qui atteste la réutilisation de ces fosses comme dépotoirs, principalement durant le 1er s. apr. J.-C., où le ramassage des déchets n’est pas encore mis en place au sein de la colonie [5]. Ces fosses ont servi sur un court laps de temps et leur présence et à chaque fois liées à la reconstruction de la parcelle où elles sont implantées. Enfin, ces fosses se retrouvent aussi bien dans l’habitat que dans les niveaux de rue et portique.

L’observation de ces structures d’extraction de terre permet de poser plusieurs questions. S’agit-il d’ateliers itinérants qui se servent sur place pour la construction et produisent directement sur le site ? Si l’on calcule le volume total de terre extraite sur le site de l’Hôpital Fourvière, pour les niveaux tibériens, on obtient environ 500 m3, ce qui correspond à environ 300 000 briques d’adobe. Sachant qu’il faut un espace assez conséquent pour mouler et faire sécher ces briques, ont-elles été réalisées sur place ? Cela semble difficile à envisager en raison de l’absence de marquage au sol et du caractère saisonnier de ce type de production.
On peut alors se demander où étaient localisés les ateliers et les entrepôts servant au stockage de cette masse importante de briques. Enfin, la découverte de fosses d’extraction au sein même de la voirie pose une question d’ordre juridique sur le statut du chantier de construction. En effet, ce phénomène indique une fermeture des voies, au moins au niveau de l’ilot, voir au niveau d’un quartier, afin de permettre le bon déroulement des travaux.

[1] Fouille réalisée en 2000 par le SAVL et dirigée par C. Becker et M. Monin. Elle a permis de mettre en évidence un atelier de verriers, ainsi qu’un dépotoir d’atelier céramique, datés par TAQ de 40 apr. J.-C., reposant sur une carrière d’exploitation de granite.
[2] Site fouillé par A. Bouvier (Afan) puis par A. Desbat (CNRS) en 1999. Mise au jour d’une nécropole avec un mausolée (début 1er à 2ème), d’un atelier de potier fonctionnant entre le milieu du 1er et le milieu du 2ème qui s’installe sur la carrière de gneiss, le tout disposé le long de la voie de l’océan.
[3] Site fouillé par T. Silvino pour la société Archéodunum
[4] Site fouillé par B. Mandy et E. Delaval pour l’AFAN
[5] Desbat $$$


Une réflexion au sujet de « Extraction et évolution de l’approvisionnement en matériaux de construction de la colonie de Lyon à l’époque romaine (1er siècle avant J.C. – 3e siècle après J.-C.) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *