Les spolia du IVe aux VIIe siècles et les matériaux de construction des basiliques funéraires paléochrétiennes de Lyon

Par Jean-François Reynaud, Université Lumière Lyon 2

L’homélie XXIV d’Avit suggère vers 500 l’utilisation de gros blocs pour la construction de la crypte d’une église qui pourrait être Saint-Irénée « Ici le profil d’un flanc en pente n’a pas fourni d’aide appropriée pour l’établissement de degrés, comme un sol plat eut servi le dessein du constructeur pour la descente et la montée. La nature ne se prêtait pas à cette destination ; il a fallu l’y adapter, grâce à une série de supports intermédiaires que seule la magnificence des pierres précieuses dépasse en prestige ».

La vita de l’évêque Didier (637-660) (Vita Desiderii, BHL 2143) est plus explicite quand elle décrit la cathédrale de Cahors, construite « …en grand appareil…des fondations jusqu’au faîte, son œuvre fut achevée avec des pierres bien taillées », c’est-à-dire avec des remplois de matériaux antiques.

 Ces matériaux antiques en remplois sont utilisés pour :

Fig.1 St-Laurent de Choulans (abside)
Fig.1 St-Laurent de Choulans (abside)
  • Des sarcophages qui sont taillés dans de gros blocs parfois inscrits (nécropole de St-Just St-Irénée) : blocs de « choin », de grès et de pierre de Seyssel (fig.1-2-3).

La pierre de Seyssel dont l’utilisation à l’époque romaine est signalée dans le premier état de l’amphithéâtre (vers 20 après J.-C.) et au portique de l’Odéon (fin du Ier siècle après J.-C., sans oublier certains mausolées de Trion reste assez rare. Se pose la question de remplois retaillés de blocs en pierre de Seyssel à Saint-Irénée et à Saint-Laurent aux VI-VIIe siècles en effet une épaisse couche de déchets de taille qui entourait l’église de Saint-Irénée  provenait soit de la taille de sarcophages sur place dans de grands blocs soit de la découpe de gros blocs.

  • La récupération de briques antiques a été prouvée par les analyses de thermoluminescence effectuées à Saint-Irénée sur les claveaux des portes nord et sud, des fenêtres sud, nord et est ainsi que sur les arases des descentes d’escalier Saint-Irénée (fig.3). Une étude précise de l’état des briques à l’œil nu avant les analyses semble désormais s’imposer pour éviter des prélèvements inutiles. 

    St-Ir nord, mur nord-fig-3
    Fig.3 St-Irénée : blocs de choin (galerie nord)
  • De petits moellons de schistes récupérés sont utilisés pour les petits édifices comme les mausolées de la nécropole de Saint-Just-Saint-Irénée, pour l’élévation par ailleurs mal connues du mur des bords de Saône (IVe siècle) et des murs des basiliques, faute de vestiges conservés sauf à Saint-Laurent de Choulans sur un mètre de hauteur maximum (fig.2). 
    Fig.2 St-Laurent de Choulans (stylobate de la nef centrale)
    Fig.2 St-Laurent de Choulans (stylobate de la nef centrale)

     

  • De gros blocs de choin inscrits ou pas provenant des monuments funéraires de la presqu’île, constituent les fondations du mur des bords de Saône proche de la cathédrale (fin IIIe, première moitié du IVe siècle) (fig.4) ; le contremur de cette construction est construit en gros blocs de pierre de Seyssel, blocs que l’on retrouve taillés en auge pour l’évacuation des eaux du baptistère (état 2, fin Ve-début VIe siècle).(voir aussi la fouille du parc Saint-Georges avec des remplois de blocs en pierre de Seyssel inscrits (mention d’un temple). 

    Mur des bords de Saône
    Fig. 4 Mur des bords de Saône
  • Un appareil allongé en pierre de Seyssel est utilisé dans la reconstruction de St-Irénée au VIIe siècle (fig.5), au porche nord de St-Laurent de Choulans et au deuxième état de l’abside de St-Jean à la même époque. Cet appareil allongé pourrait provenir de gros blocs retaillés et la présence d’incisions en arêtes de poisson ou en losange à la surface de ces pierres suggère la disparition d’un enduit ; deuxième hypothèse,  des pierres destinées dans leur premier état à recevoir un enduit auraient été remployées telles qu’elles. 

    St-Irénée : appareil allongé (descente d’escalier, première moitié du VIIe s.)
    St-Irénée : appareil allongé (descente d’escalier, première moitié du VIIe s.) 

Comparaisons 

Fig.6 Murs trouvés en fouilles par A.Audin près de St-Pierre de Vaise en 1964
Fig.6 Murs trouvés en fouilles par A.Audin près de St-Pierre de Vaise en 1964

On retrouve ces mêmes remplois de gros blocs en fondation de l’abside de St-Ferréol à St-Romain-en-Gal, de l’abbatiale de St-Denis, de la cathédrale nord de Genève (opus africanum), de la basilique de l’amphithéâtre de Tarragone et des églises wisigothiques en général.

Pour les briques des remplois de matériaux antiques sont prouvés à St-Laurent de Grenoble et à St-Romain-en-Gal.

Ces remplois de gros blocs surtout en fondations constituent un marqueur pour reconnaître des édifices de la deuxième moitié du Ve-VIe siècle par exemple pour les structures imposantes, possible église des Martyrs, mises au jour en 1964 par A. Audin près de l’église St-Pierre de Vaise (fig.6).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *