Matériaux de construction de la fin de l’époque hellénistique (IIe siècle avant J.C.) à l’époque médiévale en Syrie du Nord.

Par Marie-Odile ROUSSET (CNRS, GREMMO, FRE 3412, MOM)

La prospection des marges arides de Syrie du Nord, dirigée par Bernard Geyer (Archéorient) et les fouilles franco-syriennes des site de Mayadin, al-Hadir et Qinnasrin ont mis en évidence la variété des matériaux employés depuis la fin de l’époque hellénistique, dans la région au sud-est d’Alep. Là, comme ailleurs, les matériaux utilisés dépendent du type de ressources disponible dans l’environnement.

Maison en brique crue en partie reconstruite sur des soubassements byzantins © M.-O. Rousset
Maison en brique crue en partie reconstruite sur des soubassements byzantins © M.-O. Rousset

La brique crue est le matériau le plus répandu. Elle permet une mise en œuvre facile de la terre, sans coffrage. Les briques sont fabriquées avec de la terre mêlée de paille, tassée dans un moule puis séchée au soleil. L’habitat traditionnel est composé de pièces carrées juxtaposées autour d’une cour. La prospection a mis en évidence cette forme architecturale depuis la fin de l’époque hellénistique. Les pièces, aux soubassements en pierre (basalte équarri ou blocs de dalle calcaire), sont couvertes de coupoles en pain de sucre, montées avec des briques posées en encorbellement. Ce mode de construction évite l’utilisation de bois, rare dans ces régions. Pour les époques médiévales et récentes, est attesté le remploi de la terre crue des sites byzantins fondés parfois sur des soubassements plus anciens. A l’époque omeyyade, à al-Hadir, la brique crue est cendreuse car faite avec de la terre contenant beaucoup de cendres.

L’usage de la pierre est attesté dans les constructions. Elle est tirée de carrières de calcaire à Chalcis / Qinnasrin, qui ont été utilisées pendant toute la période concernée, pour construire la ville. Dans les secteurs basaltiques, il n’y a pas de carrière car le basalte, roche volcanique, provient d’un épandage de surface. Les boules qui résultent de l’érosion de ce matériau sont débitées et taillées. Dans les constructions byzantines monumentales, il est souvent utilisé en association avec la brique cuite ou crue, ou encore de calcaire.
Le calcaire est employé sous forme de pierre taillée, pour les monuments, mais reste relativement rare sous cette forme. Il est utilisé le plus souvent en petits blocs, dans les soubassements.
La pierre est également attestée sous sa forme concassée. Du gravier a été retrouvé dans les fondations des maisons du début du 9e s. à al-Hadir. L’intérieur des remparts de la forteresse de Qinnasrin a été comblé par du gravier provenant de carrières ouvertes, situées en contrebas immédiat des constructions, ou provenant de carrières en chambre.

Intérieur d’une coupole en brique crue © M.-O. Rousset
Intérieur d’une coupole en brique crue © M.-O. Rousset

A partir du 7e s., en raison de la forte diminution du nombre de sites occupés, les remplois sont systématiques. En attestent plusieurs sites datés par la céramique des 7e – 10e siècles (site de « palais du désert » omeyyade à Abu Miyal, site fortifié abasside d’Abu Khanadiq, avec des linteaux inscrits remployés comme linteaux…). Les sites byzantins ou antérieurs servent alors de carrières, fournissant des pierres déjà taillées. A Dak, un fortin a entièrement disparu et n’est visible que sur les photographies aériennes et par les nombreux éclats de (re)taille du basalte au sol. Des traces de prélèvement ont été observées en fouille à Mayadin, al-Hadir et à Qinnasrin. Tout est recyclé : pierres taillées mais aussi briques cuites, terre à brique crue, mortier réutilisé comme blocs de construction, gravier… Certains matériaux ont été recyclés à plusieurs reprises, comme les briques cuites à Mayadin ou les pierres taillées, comme par exemple le linteau inscrit de Al-Hadir.

Carrière en chambre, pour l’extraction du gravier, recoupée par une carrière moderne, à Qinnasrin © M.-O. Rousset
Carrière en chambre, pour l’extraction du gravier, recoupée par une carrière moderne, à Qinnasrin © M.-O. Rousset

Les matériaux végétaux utilisés dans l’architecture sont visibles le plus souvent par leur négatif, comme l’emplacement des poutres pour soutenir les planchers, dans les constructions en pierre taillée. Du mortier, à Mayadin, garde l’empreinte des poutres en troncs de petits peupliers pour faire les toits plats. Des enduits montrent que des roseaux étaient utilisés pour armer le support des stucs.
Les matériaux organiques, non observés en Syrie, sont en revanche préservés en Egypte. A Tebtynis, des poutres en troncs de palmier sont utilisées en linteau, pour armer les murs de brique crue ou soutenir les toits et plafonds. Dans ce cas, des nattes disposées sur les poutres soutenaient la couche de terre battue.
Toujours en Egypte, à Tebtynis et à Fustat, les amphores LR7 sont recyclées dans la construction de murets dans les cours et dans les soubassements des murs.


Une réflexion au sujet de « Matériaux de construction de la fin de l’époque hellénistique (IIe siècle avant J.C.) à l’époque médiévale en Syrie du Nord. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *