Gisement et transport de la molasse en Chablais au Moyen-Âge

Par Anne BAUD, maître de conférence en Archéologie médiévale et membre du laboratoire Archéométrie et Archéologie et Anne SCHMITT, archéomètre et directrice de la MSH MOM.

contamine-a52feDès la deuxième moitié du XIIe siècle, les territoires correspondant à l’ancien diocèse de Genève, principalement soumis aux comtes et aux évêques de Genève, voient la formation de deux grandes seigneuries (Gex sur la rive droite du Rhône et Faucigny sur le cours de l’Arve) puis l’installation au nord-ouest du Petit-Lac des comtes de Savoie. Aux côtés de divers ordres religieux – chartreux, cisterciens, clunisiens et augustiniens – établis pour les premiers dès la fin du XIe siècle, de nouvelles fortifications contrôlent les cols, les vallées étroites et les avant-péages. Au XIIIe siècle, Annecy est capital des comtes de Genève.

L’analyse de l’architecture monumentale et des nombreuses ressources en pierres de cette région permet d’étudier l’utilisation des pierres entre le XIIe et le XVIe siècle, du gisement au chantier. Cette fourchette couvre l’ensemble de la construction médiévale jusqu’à la première période des temps modernes durant laquelle intervient une importante évolution technique et stylistique. Afin d’appréhender le plus exhaustivement possible le sujet, deux sources essentielles sont à notre disposition : le bâti et les textes sachant que ces derniers correspondant aux comptes de châtellenie concernent exclusivement les châteaux.

Parmi les matériaux utilisés, la molasse constitue probablement une des roches les plus précisément mentionnées dans les textes : elle apparaît systématiquement dans l’architecture des édifices du sillon molassique. La difficulté est de parvenir à identifier les lieux d’approvisionnements et les itinéraires utilisés par les convoyeurs.

Le bassin molassique en Haute-Savoie

abbaye-9a709Du côté ouest, le relief des Alpes est séparé du massif du Jura par le sillon molassique périalpin qui s’étend de la basse vallée du Rhône jusqu’à Genève puis Vienne (en Autriche). Cette zone était durant l’ère tertiaire tantôt marine, tantôt lacustre, et a été comblée par les matériaux provenant de l’érosion du massif alpin en cours de formation. Les matériaux d’altération (marnes, grès et conglomérats) se sont accumulés sur des épaisseurs parfois très importantes. Ces formations sont regroupées par les géologues sous le terme de « molasse tertiaire ». Au sud du lac de Genève, les terrains molassiques sont chevauchés par les différentes nappes de charriage qui constituent le massif du Chablais.

Nature de la roche

moussy-86b09La molasse est une roche sédimentaire détritique de la famille des grès. Les grains siliceux sont soudés par un ciment calcaire argileux, contenant des grains de glauconie qui donnent à la roche une teinte généralement verte, mais parfois jaune ou rouge selon les conditions de dépôt et d’altération. De plus, la granulométrie et le litage varient selon les conditions de dépôt en milieu côtier ou deltaïque. Le ciment calcaire est fragile et lorsqu’il se dissout (notamment lors de l’exposition à l’air libre), la roche devient friable. Les grès molassiques à ciment calcaire de couleur gris, beige, vert ou rouge ont été largement utilisés en Suisse pour la construction à Genève, dans le Pays de Vaud, à Fribourg ou encore à Berne et en France dans une région comprise entre le lac Léman et la Drôme.

Les affleurements en Haute-Savoie

Là où les dépôts morainiques quaternaires sont absents, il est possible de distinguer les dépôts molassiques tertiaires, notamment au mont de Boissy à l’est de Douvaine, dans les lits des rivières du Foron et du Droiset, sur les bords du lac de Genève et en Suisse entre Saint Gingolph et Bouveret. Dans les régions d’Annecy et de Lausanne, on observe tantôt une molasse grise à verte, tantôt une molasse rouge qui semblent correspondre à des périodes géologiques différentes. Cependant les critères de datation sont rares et la distinction souvent difficile à faire. A l’est du massif du Chablais, des affleurements importants existent en Val d’Illiez (Suisse).

A Lausanne, les carrières de molasse sont exploitées dès l’époque romaine et très utilisées au Moyen Age. Elles sont aujourd’hui remblayées pour la plupart. La molasse a également été exploitée sur les rives et dans le lac Léman. Certaines carrières sous-lacustres sont visibles sur les photographies aériennes à proximité de Chambésy au nord de Genève.

Les bâtiments employant de la molasse

L’inventaire des sites utilisant des éléments de molasse révèle une concordance entre la localisation des bâtiments et la présence d’affleurements de molasse exploitables à proximité pour des périodes diverses mais antérieures au XVIe siècle, excepté le château de Clermont édifié sur un gisement de molasse.

L’emploi de la molasse apparaît donc naturel dans tous les sites localisés dans le sillon molassique périalpin. Se taillant facilement elle est particulièrement utilisée dans la construction des baies, des arcs, des piliers et des sculptures (le prieuré de Meillerie, l’église d’Evian, la crypte de Thonon, le château de Ripaille, l’abbaye du Lieu, l’église d’Humilly,les prieurés de Peillonnex et de Contamine-sur-Arve. Mais il est également employé dans l’appareil des murs au château de Rouelbeau, à l’église de Jussy, au Château de Faucigny, au Château de Bonneville, à la commanderie de Moussy, au Château de Clermont. A Annecy, il est utilisé dans le château et dans l’église des cordeliers. A proximité du lac, on l’emploie au prieuré de Talloires.

Clermontmolasse-f6c37La molasse permet un travail que l’on ne pourrait obtenir au cours du Moyen Age avec d’autres roches locales tels les très durs calcaires alpins. En revanche, lorsque la molasse est absente, c’est-à-dire dans le massif du chablais et les vallées alpines, les édifices sont construits en tuf, exceptés certains édifices comme l’église de Viuz-Faverges et l’abbaye d’Abondance pour lesquels le décor architectural nécessitait cette roche plus tendre.

Les comptes de châtellenie donnent parfois des informations sur l’origine des carrières. Sur la rive du lac Léman (château de Ripaille, abbaye du Lieu), les carrières se situent à proximité de Genève, sur le rivage opposé ou dans le lac ; le transport se fait par bateaux sur le lac. Au château de Bonneville, elles se trouvent à une distance de deux lieues du chantier et l’approvisionnement est par voie de terre. Seuls les bois sont transportés par radeaux sur l’Arve.


Une réflexion au sujet de « Gisement et transport de la molasse en Chablais au Moyen-Âge »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *