L’organisation des chaînages dans les murs en pierre

Présenté par Philippe Delage  et Florian Renucci (Chantier expérimental de Guédelon) lors du séminaire du 17 mai 2013

 La construction d’un mur de pierre, à la différence des architectures d’ossature de béton revient à structurer le mur avec des éléments dont la masse plus importante que les moellons du mur va, par empilement, constituer des éléments rigides.

Les murs médiévaux et antiques décrivent des stratégies pour que cet empilage soit stable.

L’art de l’appareillage et de la mise en œuvre de la pierre va concerner aussi bien les maîtres d’œuvre, les maîtres d’ouvrage pour le caractère ostentatoire, que les maçons et tailleurs.

C’est le thème transversal par excellence.

 1 / Problèmes liés à la prise du mortier : le flambement des murs de moellons (Florian)

Contenir des centaines de m3 de mortier mou dans des murs privés d’air revient à avoir un mur mou qui autorise des micros déplacements de pierre. Un mortier de chaux aérienne ne durcit pas en 2 jour et ne fait pas prise en 28 jours.

Schéma d’un mur en coupe
Schéma d’un mur en coupe

Le mur se tasse et s’écarte. Les tassements différentiels sont inévitables entre parement et remplissage qui s’enfonce  en poussant les parements vers l’extérieur.

2/ Les stratégies constructives pour résister aux contraintes

  • La diminution de l’épaisseur du mur : retraites extérieures et agrandissement des salles intérieures
  • Rôle du rang de réalignement : compenser l’écartement et ramener le poids vers l’intérieur du mur. Exemple : remparts de Provins et tour de Châteaudun

3/ Le  chaînage entre les parements et la fourrure : une stratégie de construction (Philippe)

  • Arases ou duites rythment la construction verticale de hauteurs variables : de 30 à 80 cm (Ratilly). A Guédelon, la construction des murs est rythmée par las arases. On appelle la partie de mur entre deux arases une duite. Ces duites doivent être appareillées de façon à avoir une bonne cohésion entre les parements et le remplissage.
Ratilly
Ratilly
  • Montage des murs : Alternance des carreaux et boutisses. Les boutisses servent d’agrafes. Des boutisses (pierres longues) ou parpaings (pierres traversant le mur)  assurent la liaison parement / remplissage. Les parties des boutisses orientées vers le centre du mur sont comprimées par le remplissage et servent d’agrafe aux parements. Les boutisses doivent être stables (ne pas danser) et posées sur un lit de mortier pâteux mais sans excès pour une bonne assise. Les moellons entre les boutisses doivent avoir une bonne stabilité. Le mortier doit servir à combler les vides entre les lits, mais pas de matelas épais, pour éviter les tassements. Traditionnellement les boutisses sortent du mur extérieur pour justifier le chaînage.
  • Le remplissage accompagne la construction des parements. Le joint horizontal  en coupe est linéaire. Dans le remplissage les pierres sont posées en hérissonnage. Le remplissage étant constitué de pierres cassées, plus petites que les parements, on évite à Guédelon de multiplier les tassements en faisant plusieurs épaisseurs de pierres de remplissage pour une épaisseur de parement. En les plaçant sur champs, on obtient l’équivalence de hauteur. Le remplissage doit être serré. Pour ce faire, on fait rentrer de force avec une massette des pierres en forme de coins. Dans les murs de plus d’un mètre de large, où la  pose des parpaings devient impossible, il est bon de poser des boutisses en vis-à-vis en les bloquant par une autre boutisse posée en appuis sur les queues.
  • Autre rôle de l’arase : les assises planes à intervalle régulier servent de zone de stockage des matériaux, d’installation de poste de maçonnerie et de circulation des matériaux.

4/ L’appareillage de pierre de taille (Florian)

  • Le moyen appareil : au château de Guédelon les murs sont bâtis en moyen appareil, avec des hauteurs d’assises de pierre comprises entre 20 et 40 cm. Ce choix est déterminé par la carrière de grès dont l’exploitation par les carriers assure un bon rendement pour des pierres de cette dimension. On  gâcherait des beaux blocs en  recoupant  les pierres pour faire  du petit appareil de moins de 20 cm et la carrière ne fournirait pas une quantité régulière de blocs de  plus de 40 cm.

2013.05.16 043-bis

  • Rôle des rangs de réalignement : le chaînage horizontal sert à compenser l’écartement, ramener le poids vers l’intérieur du mur, et servir de référence au  cordeau pour bâti la partie de moellon. Exemple : le Château d’Angers.
  • Le rôle de la  pierre de taille : Chaînage vertical rentrant ou saillant. La pierre de taille est utilisée  a minima pour façonner les angles des murs, ainsi que les contours des baies, les rangs de réalignement des tours et leur base talutée. Les pierres d’angle, posées en besace, alternativement longues et courtes prennent les moellons du mur en tenaille, elles forment un point de compression et les angles sont solides.
  • Harpes  de pierre de taille : Stratégie de pose et d’attentes. Les attentes permettent un arrêt de mur vertical, permettant une reprise ultérieure. Exemple : à Guédelon, les attentes de la tour de la carrière, au niveau de l’escarpe.

2013.04.23 027-bis

  • Prestige et tenue mécanique de l’appareillage en  pierre de taille. L’économie de chantier d’un petit seigneur ne lui permet pas de construire intégralement son château en pierre de taille. Les murs  mélangent des pierres de taille et des moellons moins coûteux. Pour les seigneurs comme le sire de Coucy, la pierre de taille est de rigueur : elle permet de monter des murs sans retraite et d’aplomb sur 30m !!

Conclusion (reprenant les questions posées après la présentation)

Le montage du mur à la chaux aérienne requiert une culture constructive du maçon reposant sur l’art de croiser les pierres, de souder parements et remplissage, de composer le mur à la façon d’un véritable tissage qui en garantie la tenue mécanique. Cet art a une conséquence  sur la forme des murs et détermine des choix de construction. Les murs de pierre de toutes les époques peuvent  ainsi s’interpréter comme un empilement de réflexes et de choix anthropiques liés aux cultures du « bâtir en pierre ».


Une réflexion au sujet de « L’organisation des chaînages dans les murs en pierre »

  1. bonjour a toutes & tous de l’équipe ,, c’est avec plaisir que j’ai encore regarder votre émission du 13 /09 / 2016 ,,, je voudrai salué PHILIPPE DELAGE car par le passée nous avons travaillée dans la même entreprise a Pétavit,, (Rhône ) ,,3 année on passée comment sa ce passe bien ???? je vous dit a une prochaine foi !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *