Les maçonneries des magasins du front de mer à Délos (Grèce)

Par J.-J. Malmary (IRAA), P. Karvonis (Académie des Sciences d’Athènes)

(Photo à la une : Fig. 1. Délos, Magasin des Colonnes, mur est de la pièce XXVI)

Pavlos Karvonis, archéologue de l’Académie des Sciences d’Athènes et Jean-Jacques Malmary, architecte à l’IRAA, mènent depuis 2009 l’étude de trois îlots commerciaux du front de mer occidental de Délos qui ont été construits à la fin de l’époque hellénistique (IIe-Ier s. av. J.-C.) : le Magasin des Colonnes, le Magasin δ, dit “à la baignoire”, et le Groupe ε (Fig. 2). Les deux premiers îlots comportent des édifices de conception assez unitaire, du moins dans leur état actuel. Ils sont organisés autour de cours et comportent tous des rangs de pièces similaires ouvrant sur le rivage occidental. Le Groupe ε, ayant vraisemblablement connu un développement plus complexe et tourmenté, réunit néanmoins des constructions plus hétérogènes. Leur position en front de mer, leur configuration et leur surface exceptionnelles pour Délos et la période de leur construction sont autant d’indications qui ont conduit à les lier au commerce international de l’île à la même époque.

plan
Fig.  2. Plan du Magasin des Colonnes, du Magasin δ et du Groupe ε, 1/500 (dessin : JJM).

Cette étude a débuté dans le cadre du projet ANR « Entrepôts et systèmes de stockage du Monde Gréco-Romain antique » sous la direction de Véronique Chankowski, Xavier Lafon et Catherine Virlouvet. À l’issue de ce projet qui prit fin en 2012, l’étude de ces monuments s’est poursuivie avec pour objectif la publication d’une monographie architecturale.

Pour la journée d’étude du 16 janvier 2015, la présentation a porté sur les matériaux et les techniques de construction des murs de ces édifices et notamment sur le gneiss qui en est le matériau principal. Ces murs sont assez similaires à la plupart de ceux des autres quartiers hellénistiques de Délos. Parmi les descriptions dont ces derniers ont fait l’objet dès leur découverte au tournant du XIXe et du XXe s., la plus complète fut rédigée par Joseph Chamonard dans son étude sur le Quartier du théâtre[1]. Fondée sur son travail, l’étude des murs des magasins du Front de mer a consisté à décliner tous les aspects du problème en tentant d’approfondir les rares points peu développés par l’auteur : les matériaux de construction et leur provenance par l’étude des caractéristiques minérales des roches et leurs modes d’extraction, la structure des murs à parements et remplissage, la définition de leur appareil étroitement lié aux techniques de construction (homogénéité d’emploi des matériaux, qualité d’ajustement des pierres entre elles, les traitements des raccordements de murs, qualités de mise en œuvre), le liant qui assurait la jonction des pierres, l’enduit qui les recouvrait et, enfin, la distinction des modes et des qualités de mise en œuvre et leur repérage au sein d’une construction.

Les études des qualités de mise en œuvre du même appareil et du traitement des angles et des têtes de mur s’avèrent particulièrement intéressantes non seulement pour comprendre la construction de ces édifices mais également pour identifier les transformations qu’ils ont connues par la suite. Outre ces questions générales qui sont actuellement en cours d’étude, ce travail a permis de préciser des points techniques que J. Chamonard avait exposés dans sa publication de façon assez sommaire. Pour les murs en gneiss de Délos, la recherche de règles générales est un exercice difficile et périlleux car elles sont bien souvent réfutées par nombre d’exceptions. Il ressort néanmoins des observations faites sur ces murs que l’économie de la construction fut au centre des préoccupations. Les indices manquent évidemment pour déterminer si cette économie concerne plus la consommation de matière que le nombre et les aptitudes des ouvriers ou encore une gestion mesurée de leurs efforts durant le chantier. Cette économie devait également favoriser la rapidité de construction.

Fig. 3. Principes de construction des murs, Magasin des Colonnes, mur est de la pièce XII (dessin : JJM).
Fig. 3. Principes de construction des murs, Magasin des Colonnes, mur est de la pièce XII (dessin : JJM).

Les caractéristiques minérales du gneiss, principalement sa schistosité, ont conduit à l’élaboration d’une technique particulière d’agencement des pierres. Mais cette technique n’est pas seulement déterminée par le matériau. La définition de l’appareil des murs tend à les rapprocher des murs en grand appareil trapézoïdal à décrochements et « bouchons »[2] (Fig. 3). Ces traits communs avec le grand appareil semblent révéler une transposition des techniques de l’architecture monumentale, certes avec un moindre degré d’exigence, sur des constructions plus modestes. Par ailleurs, cette technique varie en fonction du soin apporté à la mise en œuvre, notamment la variation de la qualité d’ajustement des pierres connexes ou en fonction de la provenance des matériaux. Les matériaux pouvaient être directement extraits de carrières ou remployés. Les parements de qualité supérieure sont clairement identifiables par des pierres de tailles et de formes homogènes, des joints serrés, un ajustement précis des pierres les unes par rapport aux autres. Ils sont presque toujours placés en des endroits particuliers de l’édifice : parois extérieures, murs de soutènement, etc. A contrario, les parois intérieures, qui sont de fait protégées des intempéries, sont généralement moins régulières. Le traitement des angles semble également avoir fait l’objet de choix liés à une économie générale de la construction : les besaces et les parements continus au niveau des têtes de mur semblent avoir été seulement mis en œuvre aux endroits qui le nécessitaient impérieusement. Les parois ou les angles réguliers exigeaient assurément une plus grande attention du maçon lors de la mise en œuvre et une plus grande uniformité dans le gabarit des moellons. Ces modes de mise en œuvre étaient par conséquent appliqués exclusivement aux endroits qui le requéraient et leur emploi circonspect devait représenter à la fois une économie de matière et un gain d’effort et de temps.

Une exception notable vis-à-vis des règles précitées, concernant notamment la dissemblance des parements externes et internes, s’observe au sein d’un certain nombre de parois du Magasin des Colonnes. Elles furent construites avec une majorité de blocs et de moellons réemployés (blocs rubéfiés disposés sporadiquement dans le parement, hétérogénéité des tailles et des formes des blocs et des moellons). On observe par endroits une volonté de distinction entre intérieur et extérieur mais elle est plus difficile à percevoir. Dans ce cas, les maçons ne purent pas tirer profit du tri naturel des pierres extraites de mêmes bancs de carrière et dont la taille et la forme varient assez peu de proche en proche au grès de la progression de l’extraction. Mais ils n’opérèrent pas non plus un rangement très rigoureux des moellons issus de démolitions ou de destructions avant leur mise en place dans le mur. L’agencement plus aléatoire de blocs et de moellons remployés explique ainsi le caractère assez exceptionnel de ces parois. Sans doute, une exigence de rapidité de construction est une seconde cause non négligeable.

Si la structure et les techniques de construction de ces murs sont maintenant assez bien comprises, il demeure difficile d’en savoir plus sans une analyse précise des matériaux et sans une expérience réelle de leur extraction, leur taille et leur mise en œuvre. Par exemple, la composition exacte du mortier de terre et de l’enduit, de même que la préparation et le bardage des moellons au cours du chantier restent à ce jour mal connus. Des consolidations s’avèrent aujourd’hui nécessaires à la préservation de ces murs. Il faut espérer qu’elles seront l’occasion de reconstruire les parties effondrées en tentant d’imiter les techniques anciennes et en réduisant au minimum l’emploi et l’impact de techniques et de matériaux contemporains. Nous espérons que ces expériences fourniront de précieuses indications sur les problèmes réels et concrets posés par le chantier.

 —

[1] Joseph Chamonard, EAD, fasc. VIII, Le quartier du théâtre, 2, ÉFA, E. de Boccard, Paris, 1924, p. 233-244.

[2] Anastasios Kimonos Orlandos, Les matériaux de construction et la technique architecturale des anciens grecs, 2nde partie, Paris, 1968, p. 135-136.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *