Les arêtes de poisson : éléments de discussion sur la construction d’un ouvrage antique atypique

Présenté par Emmanuel Bernot et Stéphane Gaillot (SAVL) lors du séminaire du 3 avril 2015.

En 2008, le projet de doublement du tunnel de la Croix-Rousse entrepris par la Communauté urbaine de Lyon a été l’occasion pour les archéologues du Service archéologique de la Ville de Lyon de réaliser une étude approfondie du réseau de galeries souterraines dit « des arêtes de poisson ». Ce diagnostic d’archéologie préventive s’est fait en étroite collaboration avec l’Unité Galerie de la Communauté urbaine, en charge de la surveillance et de l’entretien des galeries souterraines de l’agglomération.

Le réseau de galeries se développe d’est en ouest depuis le Rhône. Il s’articule autour d’une galerie principale (la colonne vertébrale), longue de 156 m et marquée par trois coudes successifs, de part et d’autre de laquelle se déploient trente-deux galeries, organisées par paires (les « arêtes », auxquelles le réseau doit son nom). Chacune de ces arêtes, longue d’une trentaine de mètres et terminée en cul-de-sac, est reliée à la colonne vertébrale par un puits carré de 1,9 m de côté. A l’origine, seize puits remontaient à la surface et descendaient vers une seconde colonne vertébrale, construite à l’aplomb de la première, dont elle reprend le plan sans toutefois desservir d’arête. Au total, pour le réseau en « arêtes de poisson », plus de 1,4 km de galeries et près de 480 m de puits ont été creusés et maçonnés.

Au nord, plusieurs autres galeries (les antennes), s’inscrivent dans la continuité de l’ouvrage. Elles sont connectées aux « arêtes de poisson » par l’intermédiaire d’une galerie longue de 123 m.

L’extension septentrionale du réseau est formée de deux galeries parallèles, orientées d’est en ouest et dont l’extrémité est localisée à proximité de la rue des Fantasques. L’antenne nord peut être restituée sur une longueur d’au moins 215 m et l’antenne méridionale est pour sa part conservée sur 296 m. On trouve plus au sud un troisième tronçon de galerie long de 12,8 m et parallèle aux deux antennes. Ces trois galeries sont distantes les unes des autres de 12 à 13 m. Enfin, elles ont été percées à des altitudes différentes, ce qui les situe à des profondeurs comprises entre 7,5 et 17 m.

Des salles voûtées ont été construites, à intervalle variable, au-dessus des antennes. Elles semblent bâties sur le même plan, bien visible pour deux d’entre elles qui sont presque intégralement conservées. Neuf salles peuvent être restituées grâce aux observations de terrain, aux plans anciens et aux documents d’archives. Sept d’entre elles relient les antennes nord et sud ; les deux autres, situées à l’extrémité orientale des antennes, s’étendent jusqu’à l’embryon de galerie situé plus au sud.

Les dimensions de ces salles semblent constantes. Si elles débordent toutes légèrement au nord de l’antenne septentrionale, elles se développent essentiellement vers le sud jusqu’à l’aplomb de l’antenne méridionale. Chaque salle, de 3,75 m de large, est surmontée de deux voûtes en berceau de hauteurs différentes.

Le percement des galeries du réseau s’est opéré à partir des puits. Ces derniers ont d’abord servi de repères topographiques, en permettant de projeter sous terre le plan qu’ils dessinaient en surface. En direction du Rhône, les trois coudes successifs formés par le réseau des galeries en « arêtes de poisson » pourraient être dus à l’affleurement du granite que les bâtisseurs auraient renoncé à creuser en raison de sa résistance mécanique. Durant le chantier, les puits ont pu être à la fois utilisés pour extraire les matériaux issus du creusement des galeries, et pour y acheminer les matériaux de construction. On peut estimer à plus de 11 500 m3 le volume de sédiment extrait de la seule partie du réseau dite en « arêtes de poisson ». Sans doute les puits ont-ils aussi servi de cheminées d’aération et d’accès pour l’abondante main-d’œuvre que le chantier a dû mobiliser. Ils sont en revanche insuffisants pour avoir, à eux seuls, permis l’éclairage nécessaire à ces travaux.

C:Philippe3DLes applicationsLes arêtes de poissonPLAN

Toutes les galeries constituant le réseau des « arêtes » sont maçonnées et présentent une homogénéité de construction, tant dans leurs gabarits (environ 1,9 m de large) que dans les matériaux mis en œuvre ; seules les hauteurs peuvent varier. Leur voûtement s’est fait par tronçon de 1,8 à 3,2 m de long, en s’appuyant sur des cintres en bois  disposés en moyenne tous les 80 cm. A l’exception de quelques grès fins provenant du substrat local, les maçonneries sont très majoritairement composées d’un calcaire beigeâtre à grosses entroques et rares lits silicifiés, qui parait provenir des environs du village de La Salle, situé en vallée de Saône, à environ 80 km au nord de Lyon.

L’homogénéité de la maçonnerie comme l’absence de trace de reprise montre que le réseau « en arêtes de poisson » forme un ensemble architectural cohérent qui, de la rive du Rhône au plateau de la Croix-Rousse, relève d’une seule et même campagne de construction. Les datations au carbone 14 des charbons et fragments de bois prélevés, en plusieurs points du réseau, dans le mortier de la structure nous fournissent une datation de cet édifice se situant autour du changement d’ère.

Pour aller plus loin : Une perpétuelle redécouverte


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *