Miracles et sécurité sur des chantiers traditionnels

Présenté par Emmanuel Desroches lors du séminaire du 14 novembre 2014

Actuellement dans le bâtiment (BTP), les chutes de hauteur sont la première source de blessure, et causent la moitié des accidents mortels.1 Quelques sources montrent que, dans le passé, ce risque était omniprésent.2 Par hasard3 , j’ai trouvé quelques images d’accidents anciens dans un lieu inattendu.
A la Trinité (06), le sanctuaire Notre Dame de Laghe, lié au Comté de Nice et au Duché de Savoie, accueille un sanctuaire à Notre Dame dès le XIe. Une chapelle y est construite au XVe siècle et, à la suite de miracles en 1652, une dévotion populaire se développe au XVIIe.

Les murs des galeries entourant le sanctuaire sont actuellement couverts d’ex-voto présentant toute sorte d’accidents. Quelques uns parmi ceux-ci font référence à des accidents survenus dans les métiers du bâtiment, essentiellement au XIXe siècle.

 

Comme au moyen-âge, il est frappant de ne voir aucune protection particulière prévue pour les ouvriers sur ces installations : pas de garde-corps ni de plinthe notamment.
Ces ex-voto constituent également une source d’images particulièrement vivantes de la construction et de ses échafaudages, parfois datées.
L’ex-voto est, par nature, un document d’un intérêt limité du point de vue de l’accidentologie. Il raconte un événement en une seule image et avec peu de texte ; les représentations sont naïves, dramatisées voire standardisées dans un objectif d’hommage pieux ; celui qui réalise l’image est parfois un professionnel de l’image et n’a peut-être pas été témoin de l’accident ; enfin seuls les survivants témoignent.
Le repérage que je présente ici pourrait être facilement amélioré. Outre Laghe, il existe nombre de sanctuaires à ex-voto à explorer (Notre Dame de la Garde à Marseille, église des saintes Maries de la Mer, Notre Dame de Lourdes…)4 .

Références :

  • A. Martinez Les accidents survenus lors de l’utilisation d’échafaudages. Cahiers des comités de prévention du bâtiment et des travaux publics, volume 46, no 278, septembre-octobre 1993, pages 19 à 23.
  • P. Ellis Working at height. Occupational Safety and Health Journal, Royaume-Uni, volume 34, n° 10, octobre 2004, pages 32 à 35.
  • Anne Baud, Philippe Bernardi, Andreas Hartmann-Virnich et al. L’échafaudage dans le chantier médiéval DARA n° 13 Lyon 1996
  1. en Angleterre dans les années deux mille (P Ellis). En France, de 1981 à1992, l’analyse des causes d’accidents souligne quatre facteurs principaux : chute de plancher de travail (31 %), défaut d’amarrage (20 %), rupture d’éléments (19 %), au montage ou au démontage (14 %) (A Martinez). []
  2. par exemple sur le chantier de décoration de la chapelle du collège des Jésuites à Lyon, le frère Labbé se tue en 1647 en tombant de l’échafaudage lors de la réalisation des décors. Voir la question des accidents dans Anne Baud p 22, 78, 110. []
  3. Ce texte est basé sur des clichés pris à la volée. D’où ses insuffisances… Quelques clichés, trop mauvais, ne sont pas reproduits ici. []
  4. Information Mireille Goutouli. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *