Tous les articles par Chantiers de construction

Miracles et sécurité sur des chantiers traditionnels

Présenté par Emmanuel Desroches lors du séminaire du 14 novembre 2014

Actuellement dans le bâtiment (BTP), les chutes de hauteur sont la première source de blessure, et causent la moitié des accidents mortels.1 Quelques sources montrent que, dans le passé, ce risque était omniprésent.2 Par hasard3 , j’ai trouvé quelques images d’accidents anciens dans un lieu inattendu.
A la Trinité (06), le sanctuaire Notre Dame de Laghe, lié au Comté de Nice et au Duché de Savoie, accueille un sanctuaire à Notre Dame dès le XIe. Une chapelle y est construite au XVe siècle et, à la suite de miracles en 1652, une dévotion populaire se développe au XVIIe.

Les murs des galeries entourant le sanctuaire sont actuellement couverts d’ex-voto présentant toute sorte d’accidents. Quelques uns parmi ceux-ci font référence à des accidents survenus dans les métiers du bâtiment, essentiellement au XIXe siècle.

 

Comme au moyen-âge, il est frappant de ne voir aucune protection particulière prévue pour les ouvriers sur ces installations : pas de garde-corps ni de plinthe notamment.
Ces ex-voto constituent également une source d’images particulièrement vivantes de la construction et de ses échafaudages, parfois datées.
L’ex-voto est, par nature, un document d’un intérêt limité du point de vue de l’accidentologie. Il raconte un événement en une seule image et avec peu de texte ; les représentations sont naïves, dramatisées voire standardisées dans un objectif d’hommage pieux ; celui qui réalise l’image est parfois un professionnel de l’image et n’a peut-être pas été témoin de l’accident ; enfin seuls les survivants témoignent.
Le repérage que je présente ici pourrait être facilement amélioré. Outre Laghe, il existe nombre de sanctuaires à ex-voto à explorer (Notre Dame de la Garde à Marseille, église des saintes Maries de la Mer, Notre Dame de Lourdes…)4 .

Références :

  • A. Martinez Les accidents survenus lors de l’utilisation d’échafaudages. Cahiers des comités de prévention du bâtiment et des travaux publics, volume 46, no 278, septembre-octobre 1993, pages 19 à 23.
  • P. Ellis Working at height. Occupational Safety and Health Journal, Royaume-Uni, volume 34, n° 10, octobre 2004, pages 32 à 35.
  • Anne Baud, Philippe Bernardi, Andreas Hartmann-Virnich et al. L’échafaudage dans le chantier médiéval DARA n° 13 Lyon 1996
  1. en Angleterre dans les années deux mille (P Ellis). En France, de 1981 à1992, l’analyse des causes d’accidents souligne quatre facteurs principaux : chute de plancher de travail (31 %), défaut d’amarrage (20 %), rupture d’éléments (19 %), au montage ou au démontage (14 %) (A Martinez). []
  2. par exemple sur le chantier de décoration de la chapelle du collège des Jésuites à Lyon, le frère Labbé se tue en 1647 en tombant de l’échafaudage lors de la réalisation des décors. Voir la question des accidents dans Anne Baud p 22, 78, 110. []
  3. Ce texte est basé sur des clichés pris à la volée. D’où ses insuffisances… Quelques clichés, trop mauvais, ne sont pas reproduits ici. []
  4. Information Mireille Goutouli. []

Colloque de Guédelon – Résumés des interventions

Programme

(cliquez sur les titres pour accéder aux résumés)
Mercredi 23 septembre

Présentation du projet de glossaire
Joëlle Tardieu, SRA Rhône-Alpes et Philippe Griot, Entreprise-Cluny

Session 1 – Gisement, extraction, transport

Outils traditionnels de façonnage des pierres et des marbres. : classification, méthodes et procédures d’utilisation
Philippe Griot, entreprise de taille de pierre, Cluny

Approvisionnement et remplois en Syrie au Moyen-Âge
Marie-Odile Rousset, CNRS, GREMMO MOM, Lyon

Le flottage du bois : problèmes, matériel et méthodes pour une histoire environnementale
Nicolas Jacob-Rousseau, université Lyon 2, Archéorient MOM, Lyon et
Frédéric Gob, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8591 Laboratoire de Géographie Physique

Les corps de métier et les matériaux dans la construction des thermes à Labitolosa (Aragon)
Myriam Fincker, IRAA, Paris

Construire Paris au Moyen-Âge : matériaux proches et lointains
Marc Viré, Inrap

Remploi, grand appareil et ornementation : du Tetris dans les élévations de la cathédrale de Lyon
Emmanuelle Boissard, Archéodunum, SAS

Jeudi 24 septembre
Session 2 : production, fabrication

Recrutement et usage des matériaux volcaniques à Augustonemetum (Clermont-Ferrand) : de la bombe volcanique à l’appareil hexagonal
Christian Le Barrier, Inrap

L’étude archéologique des mortiers de chaux médiévaux : vers une meilleure compréhension des gestes du maçon
Stéphane Büttner, CEM, Auxerre

Mortiers et phasage des constructions, les exemples de Fontevraud et d’Angers
Daniel Prigent, Service archéologique départemental du Maine-et-Loire

L’exploitation de chaux des Eaux-Belles à Etrembières
Christophe Guffond et Samir Mahfoudi, Conseil général de Haute-Savoie

La fabrication de la chaux et du mortier dans les constructions castrales du Moyen-Âge, d’après les textes
Alain Kersuzan, université Lyon 2, CIHAM, Lyon

Exemples de production et d’utilisation du plâtre dans l’architecture méditerranéenne
Philippe Bertone, restaurateur

Session 3 : mise en oeuvre et assemblage

Construire en terre à Lugdunum : techniques de construction appliquées à l’architecture domestique (IIe s. av. – IIIe ap. J.-C.)
Benjamin Clément, Archéodunum

Mis en oeuvre du galet dans les constructions antiques et médiévales
Joëlle Tardieu, SRA Rhône-Alpes, Lyon

Techniques de plancher au siècle de la papauté avignonnaise (1305-1375)
Emilien Bouticourt, LAMOP, Paris

Le château de Belvoir (Galilée) : l’utilisation des agrafes en métal dans les maçonneries en pierre au XIIIe s.
Anne Baud, université Lyon 2, ArAr MOM, Lyon et Laurent d’Agostino, HADES

Enquête sur les tuiles antiques estampillées en Rhône-Alpes : méthodologie, premiers résultats
Anne Schmitt, CNRS, et Jean-Claude Béal, université Lyon 2, ArAr MOM, Lyon

La maçonnerie ptolémaïque en grès : remarques sur son optimisation
Emmanuel Laroze, CNRS, Orient & Méditerranée, Paris

Vendredi 25 septembre
Session 4 : Mise en valeur, restauration, expérimentation

Taille de pierre et modes de production (1000-1300) : diocèses de Clermont, de Rodez et du Puy
Bruno Phalip, université Blaise Pascal Clermont-Ferrand II, CHEC

La mise en oeuvre d’une charpente du XIIIe siècle : apport de l’archéologie expérimentale
Frédéric Epaud, CNRS, université François Rabelais Tours, CITERES, avec Nicolas Touchefeu et Jean-Michel Huré, Guédelon

De l’ordinateur au rabot : la reconstitution de la scierie hydraulique du VIe siècle de Gerasa (Jordanie)
Jacques Seigne, directeur de recherche émérite au CNRS, université François Rabelais Tours, CITERES

Matériaux et techniques, le patrimoine culturel à Alep en Syrie
Jean-Claude David, CNRS, GREMMO, Lyon

Etudes archéologiques, gestion et connaissance d’un patrimoine menacé : le cas des campagnes de la Syrie du Nord, du IVe au XXe siècle
Gérard Charpentier, CNRS, MOM, Lyon

Outils stratégiques et techniques pour la conservation des sites archéologiques en terre. L’exemple de Merv, site du patrimoine mondial a Turkmenistan
David Gandreau et Chamsia Sadozaï, CRAterre-ENSAG, Grenoble

Résumés 

Mercredi 23 septembre

Présentation du projet de glossaire
Joëlle Tardieu, SRA Rhône-Alpes et Philippe Griot, Entreprise-Cluny

L’idée de créer un glossaire consacré au vocabulaire usuel utilisé dans la construction, n’est pas nouvelle. Elle faisait déjà partie d’un programme de recherche sur le chantier médiéval dans le cadre d’un PCR initié, il y a plusieurs années (1991-1998) par un comité d’archéologues et de tailleurs de pierre, sous la coordination de Joëlle Tardieu.
Un tel projet de glossaire vise à collecter, de manière organisée et structurée, des mots et des expressions utilisés sur les chantiers de construction par les différents corps de métier travaillant la pierre, la terre, le bois, mais aussi le verre et le métal. Il se distingue en cela des lexiques déjà existants qui définissent précisément les termes utilisés dans les descriptions architecturales. Y sont également rassemblées des définitions techniques sur des constituants ignorés en histoire de l’art et archéologie jusqu’au développement de l’archéologie du bâti comme les mortiers, les chaux, les types de joints…….
D’une manière générale, ce type de vocabulaire largement utilisé par les praticiens est ignoré et souvent mal exploité par les archéologues-architectes ou historiens qui dans le cadre des études du bâti se réfèrent à une bibliographie plus académique.
Ce projet de glossaire s’inscrit dans une dynamique. La présentation faite dans ce colloque n’est qu’une étape du document projeté. Il a eu pour base les éléments produits par les membres du PCR sur le chantier médiéval (1993). S’y sont adjointes les définitions mises au point au cours des réunions de travail du GDR 94 dirigé par C. Sapin et Y. Esquieu sur Les matériaux de construction et leur mise en œuvre (1994-2000) ; il a évolué au fur et à mesure des exposés et des articles présentés dans le cadre des séminaires du groupe réuni par A. Baud et G. Charpentier autour du thème Matériaux de construction de l’Antiquité à la Révolution industrielle, gisements et transports, dont le présent colloque est l’aboutissement. Enfin, l’intervention « musclée » de Philippe Griot a permis de développer ce qui concerne le bardage et d’approfondir les approches de la taille de pierre.
A terme, il est prévu d’y associer un moteur de recherche en Full text, mais aussi par mots clés. L’aide apportée par le service bibliothèque de la MOM en la présence de Magali Lugnot, chargée de Ressources Documentaires, sera précieuse dans les mois à venir. En effet, l’objectif serait de mettre en place un système qui respecte les particularismes en fonction des régions, des corporations, des périodes antiques et médiévales, etc… A l’avenir, la rédaction des rubriques dépendra d’un comité de rédaction autorisé à intervenir selon une procédure bien définie.
Actuellement, le projet est encore dans sa phase initiale…. Les définitions, rassemblées par ordre alphabétique continuent d’être collectées au sein des membres du groupe de recherche. Le terme de « glossaire » fait également l’objet de discussions. Un document plus abouti sera associé à la publication des actes de ce colloque.

Retour en haut

Session 1 – Gisement, extraction, transport

Outils traditionnels de façonnage des pierres et des marbres. : classification, méthodes et procédures d’utilisation
Philippe Griot, entreprise de taille de pierre, Cluny

Entre le premier et le dernier outil spécialisé utilisé pour la taille d’un parement de pierre, un Temps de Travail très variable et méthodique est nécessaire. La lecture d’un parement ne peut donc pas se limiter au simple constat de traces apparentes subsistantes, trop souvent considérées comme décoratives, bien que ce soit le cas parfois. Seule une réflexion globale de l’ensemble des procédures depuis l’extraction, conduit à la compréhension complète d’un parement de pierre oeuvrée. Sur la base de la classification des outils de A.Leroi-Gourhan, et une longue pratique, il nous a paru évident de définir des typologies d’outils, avec pour objectif, d’y intégrer l’étude d’autres outils, dans l’idée plus générale du façonnage chronologique de la pierre. Dans cette optique, tous les outils ont leur importance. Ce concept personnel couvre donc pour nous, un espace de réflexion plus étendu, à la fois sur l’outillage et les méthodes moins connues, ou rarement évoquées.

Retour en haut

Approvisionnement et remplois en Syrie au Moyen-Âge
Marie-Odile Rousset, CNRS, GREMMO MOM, Lyon

Les travaux archéologiques, fouilles et prospections et, dans une moindre mesure, la documentation textuelle attestent une intense activité de remploi et de recyclage de matériaux dans la Syrie médiévale. Trop souvent envisagés uniquement comme une destruction des sites antiques, ces témoignages montrent aussi une activité économique florissante et quasi systématique, à une époque de vastes programmes de construction nécessitant un apport en matériau de construction considérable. Tout est recyclé : pierres taillées mais aussi briques cuites, terre à brique crue, mortier réutilisé comme blocs de construction, gravier… Cette communication montrera plusieurs aspects de cette pratique, basés sur des exemples précis.

Retour en haut

Le flottage du bois : problèmes, matériel et méthodes pour une histoire environnementale
Nicolas Jacob-Rousseau, université Lyon 2, Archéorient MOM, Lyon et
Frédéric Gob, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8591 Laboratoire de Géographie Physique

Cette communication propose d’étudier le flottage du bois en s’intéressant à ses conséquences environnementales. Ce champ de recherche est exploré depuis une quinzaine d’années seulement et les travaux, qui ont surtout porté sur des périodes récentes et sur les régions nordiques, invitent à présent à mener des investigations vers les périodes anciennes – le Moyen-Âge mais aussi l’Antiquité – comme sur le pourtour du bassin méditerranéen, intensément exploité et déboisé depuis plusieurs millénaires.

Une synthèse de l’état des connaissances sur le flottage du bois permettra d’exposer de quelle façon le problème se pose aux points de vue historique et géographique, mais aussi économique, technique et écologique sur la longue durée. Elle conduira à présenter les perspectives de recherche dans ce domaine ainsi que l’information exploitable, qu’il s’agisse de documents d’archives, de vestiges archéologiques ou d’investigations de terrain destinées à déterminer les conditions hydrauliques insaturées par cette industrie et l’intensité des perturbations.

Les résultats de recherches récentes et en cours sur le flottage du bois dans le haut bassin de l’Yonne et de ses affluents, dans le massif du Morvan, seront présentés ensuite. Ils montrent que cette activité a engendré dès le début des Temps modernes des perturbations hydrauliques, géomorphologiques et écologiques très fortes dans les cours d’eau et leurs plaines alluviales. Leurs héritages conditionnent encore le fonctionnement actuel des milieux.

Retour en haut

Les corps de métier et les matériaux dans la construction des thermes à Labitolosa (Aragon)
Myriam Fincker, IRAA, Paris

Les recherches archéologiques menées aux thermes 1 de Labitolosa ont permis de proposer une reconstitution assez vraisemblable de son histoire depuis sa construction au milieu du 1er siècle jusqu’à son abandon au tout début du 3ème siècle. La publication des fouilles [Maria Angeles Magallon Botaya, Pierre Sillières (édit.), Labitolosa, une cité romaine de l’Hispanie citérieure, Ausonius, Mémoires 33, Bordeaux 2013] rend compte des vestiges et propose des restitutions. Cependant de nombreuses questions restent posées concernant le chantier de construction : qui fut le commanditaire de la construction, sur la base de quels plans le projet fut-il conçu, d’ou proviennent les matériaux, comment le chantier fut-il organisé…. ? Nous proposons de lister de façon la plus exhaustive possible tous les travaux qui conduisirent à la réalisation de ces thermes.

Retour en haut

Construire Paris au Moyen-Âge : matériaux proches et lointains
Marc Viré, Inrap

Situé au milieu d’un exceptionnel ensemble de formations géologiques diverses, les constructeurs parisiens ont su, très tôt, tirer profit de cet ensemble. Les matériaux, bruts ou à transformer, se trouvent dans les environs immédiats de la ville. Cependant, au fil du temps, des besoins spécifiques ainsi que le goût pour la mode en architecture ont fait évoluer approvisionnements et pratiques.

Retour en haut

Remploi, grand appareil et ornementation : du Tetris dans les élévations de la cathédrale de Lyon
Emmanuelle Boissard, Archéodunum, SAS

La reconstruction de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Lyon débute dans le dernier tiers du XIIe siècle par l’édification de la partie orientale de la nouvelle église : l’abside, le chœur et les chapelles latérales. Au-delà d’une expression architecturale et ornementale remarquable, l’édifice roman se distingue par l’organisation de ce premier chantier de construction : un approvisionnement majoritairement constitué de matériaux de remploi, une gestion sélective et raisonnée de ces éléments, et une exceptionnelle technicité dans leur mise en œuvre. L’étude archéologique des élévations intérieures offre une nouvelle occasion de nous interroger sur ce chantier monumental.

Retour en haut

Jeudi 24 septembre

Session 2 : production, fabrication

Recrutement et usage des matériaux volcaniques à Augustonemetum (Clermont-Ferrand) : de la bombe volcanique à l’appareil hexagonal
Christian Le Barrier, Inrap

Située dans un amphithéâtre naturel largement dominé par le volcanisme, la ville antique d’Augustonemetum (Clermont-Ferrand) puise abondamment dans les produits du volcanisme. Pouzzolanes, basaltes, laves, trachytes sont largement mis à profit pour l’édification de la cité des Arvernes en association avec l’arkose. Sables et graviers de pouzzolanes sont mise en œuvre avec une parfaite maîtrise des dosages granulométriques. L’exploitation des bombes volcaniques va donner lieu à une maçonnerie originale : l’appareil hexagonal. Issu d’une optimisation de formes patatoïdes, cet appareil apparaît intimement lié aux constructions publiques dont il devient à la fois le marqueur mais peut-être aussi un moyen simple d’en contrôler l’intégrité.

Retour en haut

L’étude archéologique des mortiers de chaux médiévaux : vers une meilleure compréhension des gestes du maçon
Stéphane Büttner, CEM, Auxerre

Ces dernières décennies, l’étude de mortiers archéologiques, médiévaux en particulier, a connu un essor considérable en lien étroit avec celui de l’archéologie du bâti. Matériaux composites, possédant à la fois une forte identité géologique et un caractère anthropique certain, les mortiers sont considérés comme étant des marqueurs chronologiques potentiels pouvant aider à la compréhension de l’évolution d’un bâtiment. Mais, au-delà des problèmes de chronologie, l’étude du mortier, qui représente près de la moitié du volume d’une maçonnerie, a permis également de progresser sur la connaissance de toute la chaine opératoire associée. Ainsi, du four à chaux au mur, il est dorénavant possible de mieux appréhender les différentes étapes d’élaboration du produit (calcination, extinction de la chaux, tamisage des sables, malaxage, etc.) mais également certaines techniques particulière de mise en œuvre. Il s’agit là de nouveaux éléments déterminants permettant de mieux cerner le contexte du chantier de construction médiéval.

Retour en haut

Mortiers et phasage des constructions, les exemples de Fontevraud et d’Angers
Daniel Prigent, Service archéologique départemental du Maine-et-Loire

Les mortiers sont d’usage courant pour différencier visuellement les reprises au sein d’un monument ; toutefois l’examen pratiqué sur le terrain peut être insuffisant dans le cas de l’étude d’appareils apparemment homogènes mais relevant de phases distinctes au sein d’une même campagne, voire appartenant à des campagnes successives.
L’analyse de la composition granulométrique des agrégats, associée à la détermination de la teneur en chaux, constitue une méthode robuste qui a permis d’aider à une discrimination fine du phasage de constructions complexes, mais également de mieux suivre et comprendre certaines pratiques constructives.
Quatre exemples médiévaux du Val de Loire permettront d’illustrer diverses facettes de l’apport d’analyses complétant l’examen macroscopique : le chevet de l’église carolingienne de Saint-Philbert de Grandlieu, le château de Montsoreau (c. 1450), mais surtout l’église abbatiale de Fontevraud (XIIe siècle) et l’enceinte du château d’Angers (c. 1230).

Retour en haut

L’exploitation de chaux des Eaux-Belles à Etrembières
Christophe Guffond et Samir Mahfoudi, Conseil général de Haute-Savoie

Une étude patrimoniale portant sur un ensemble d’artifices hydrauliques au lieu-dit « les Eaux-Belles », sur la commune d’Etrembières en Haute-Savoie, a permis de documenter une vaste exploitation de chaux. Cette étude portant initialement sur un ancien moulin à blé et les vestiges d’un battoir à chaux, attesté dès le début du XIXe siècle, a également contribué à mettre en lumière la présence de fours à chaux de différents types, de fronts de taille, le tout relié par un système de cheminements et de transports.
L’intérêt du site tient à la proximité de la ville de Genève et des bourgades d’Annemasse et de Saint-Julien dont les chantiers de construction étaient abondamment alimentés par les carrières du Salève, au moins depuis le Moyen Âge.

Retour en haut

La fabrication de la chaux et du mortier dans les constructions castrales du Moyen-Âge, d’après les textes
Alain Kersuzan, université Lyon 2, CIHAM, Lyon

Les différentes études portant sur les techniques de construction et les matériaux mis en œuvre parlent souvent de la pierre, de la brique, du métal ou du bois, parfois d’autres éléments comme les tuiles ou le carrelage, mais plus rarement de ce qui les fait tenir tous ensemble en les liant : le mortier. Des analyses granulométriques ont pu être effectuées à l’occasion de fouilles, déterminant ainsi la composition du mortier et les proportions des éléments qui le constitue. Mais ces analyses ne témoignent pas précisément de la façon de fabriquer la chaux et le mortier.

Les fours à chaux du Moyen Âge sont assez connus. Il existait de partout des fours à chaux dits « droits » parce que verticaux. Ils produisaient de la chaux régulièrement parce que les demandes étaient permanentes, mais ils étaient incapables d’en fournir une très grosse quantité en une seule cuisson.

Dans la région Rhône-Alpes, la principale source textuelle d’information sur la chaux et le mortier et leur fabrication se trouve dans les comptes de châtellenies savoyardes à la rubrique opera castri. Il y est fait état de l’usage du mortier, de son transport et surtout de la fabrication de la chaux en énorme quantité afin de répondre aux besoins importants des constructions ou des restructurations des châteaux et des fortifications.
La façon de cuire les pierres ne différait guère de la technique courante, mais les fours réalisés pour cela étaient d’une taille beaucoup plus grande et produisaient, en une seule cuisson, des quantités nettement supérieures à celles des fours utilisés par les chaufourniers professionnels.

Par la masse de détails très précis que fournissent ces comptes, il est possible de reconstituer avec une grande précision la taille, la forme des fours, leur mise en œuvre et leur fonctionnement. A cela s’ajoute, un extraordinaire vocabulaire technique fait de termes latins et d’un langage vernaculaire local qui enrichit de manière considérable les glossaires et nos capacités à comprendre les travaux et leurs réalisations au Moyen Âge.

Retour en haut

Exemples de production et d’utilisation du plâtre dans l’architecture méditerranéenne
Philippe Bertone, restaurateur

Le plâtre, liant à part entière, fut abondamment utilisé en architecture dans le bassin méditerranéen pour hourder les murs, en enduits intérieur ou extérieur ainsi qu’en décors, et ce jusqu’au début du XXe siècle en France. Il est toujours utilisé de manière ancestrale dans de nombreux pays. Les différents aspects de la production et des applications du plâtre, à base du gypse, ont de nombreuses similitudes dans ces pays, et permettent d’établir des comparatifs et de qualifier le matériau.
La possibilité de produire et de caractériser du plâtre de productions artisanales ou paysannes permet son utilisation aux fins de restauration de bâtiments, monuments et architectures vernaculaires. Le plâtre de production industrielle est, pour sa part, très peu propice à ces utilisations ancestrales. C’est à travers quelques sites de productions et quelques exemples de son utilisation que nous aborderont différents aspects sa mise en œuvre de la maçonnerie au décor.

Retour en haut

Session 3 : mise en oeuvre et assemblage

Construire en terre à Lugdunum : techniques de construction appliquées à l’architecture domestique (IIe s. av. – IIIe ap. J.-C.)
Benjamin Clément, Archéodunum

Mis en oeuvre du galet dans les constructions antiques et médiévales
Joëlle Tardieu, SRA Rhône-Alpes, Lyon

L’architecture de galets a fait l’objet d’une prospection thématique (1999-2000) sur le Bas-Dauphiné où ce mode de construction est devenu identitaire. Ce matériau, d’origine locale, mais de provenances lointaines, offre une grande variété au sein d’un même gisement. Il se caractérise par sa taille réduite et imposée, par ses formes, par sa dureté qui le rend peu gélif et l’éventail de coloris lié à la nature des roches dont il est issu. Ramassé sur les terrasses et dans les fonds de vallées, il est gratuit et inépuisable, mais sa mise en œuvre demande de nombreuses manipulations ; monter un mur de galets est avant tout un travail de maçon.

Depuis la haute-Antiquité (est-ce une tradition indigène ?), le galet est souvent utilisé en fondation ou soubassement pour servir de support à des murs de terre. Son utilisation semble disparaître au cours de l’époque impériale où s’impose la tradition de la pierre de taille, pour réapparaît peu à peu (fondations, blocages…) à la fin de l’Antiquité et devenir systématique à la fin du Moyen Age (architecture militaire).

Retour en haut

Techniques de plancher au siècle de la papauté avignonnaise (1305-1375)
Emilien Bouticourt, LAMOP, Paris

Le château de Belvoir (Galilée) : l’utilisation des agrafes en métal dans les maçonneries en pierre au XIIIe s. 
Anne Baud, université Lyon 2, ArAr MOM, Lyon et Laurent d’Agostino, HADES

 Le château hospitalier de Belvoir est fondé dans la deuxième moitié du XIIe siècle en Galilée à 15 km au sud de Tiberias (Israël). L’étude attentive des maçonneries du castrum central construit dès cette période, montre que les pierres du glacis issues directement du substrat basaltique, sont systématiquement liées avec des agrafes en fer, assise après assise. La raison de cette mise en œuvre est sans doute due à la nécessité de construire rapidement et à la nature même des blocs de basalte.

Retour en haut

Enquête sur les tuiles antiques estampillées en Rhône-Alpes : méthodologie, premiers résultats
Anne Schmitt, CNRS, et Jean-Claude Béal, université Lyon 2, ArAr MOM, Lyon

Depuis la Renaissance, les estampilles gallo-romaines sur terres cuites architecturales ont attiré une attention renouvelée ces dernières années. Nous avons entrepris un corpus des marques antiques trouvées en Rhône-Alpes. Encore incomplet, il s’élève à plusieurs centaines d’individus.

A Lyon, quelques producteurs se partagent le marché. L’association de l’analyse morphologique des marques et de l’analyse chimique des pâtes permet de constituer des groupes locaux, particulièrement à propos de Clarianus, et de les opposer à des producteurs extérieurs à la région, dont certains alimentent aussi le marché local. Quelques remarques peuvent être faites sur l’identité des producteurs.

Retour en haut

La maçonnerie ptolémaïque en grès : remarques sur son optimisation
Emmanuel Laroze, CNRS, Orient & Méditerranée, Paris

La plupart des temples en grès de Haute-Égypte, construits aux époques ptolémaïque puis romaine sont remarquablement bien conservés. Leur durabilité résulte en grande partie de la technicité et du soin apporté à la maçonnerie. La configuration quasi monolithique des ensembles, composés de blocs agrafés et parfaitement ajustés (les joints étaient sciés puis comblé par un mortier liquide), a concouru à augmenter la résistance de la structure. La « qualité constructive » n’était cependant pas le seul aspect remarquable de cette architecture. En effet, une exploration exhaustive de la maçonnerie du temple d’Opet à Karnak et de multiples observations sur quelques monuments contemporains, montre que les bâtisseurs avaient mis en place des procédures de production quasi-industrielles ou tout au moins, obéissaient à des logiques de rationalisation poussée. L’harmonisation des tâches et la maîtrise totale des étapes – extraction de bloc, transport et mise en œuvre- démontre une étonnante capacité à planifier le chantier.

Retour en haut

Vendredi 25 septembre

Session 4 : Mise en valeur, restauration, expérimentation


Taille de pierre et modes de production (1000-1300) : diocèses de Clermont, de Rodez et du Puy
Bruno Phalip, université Blaise Pascal Clermont-Ferrand II, CHEC

Restaurer semble d’une évidente et absolue nécessité ; cependant, c’est méconnaître les matériaux même qui composent l’édifice, la pierre et le mortier en interaction avec leur environnement. Du Massif Central en Europe, jusqu’en Extrême-Orient, des exemples montrent combien les visions à court terme contribuent à fragiliser les murs et les éléments sculptés. D’anciennes erreurs, reconnues, à propos des chantiers de restauration du XIXe siècle, conduisent à masquer les choix les plus récents qui contreviennent à mettre en place une vision à long terme. Différentes voies se dessinent pourtant dans l’analyse des phénomènes de désagrégation et d’altération des matériaux historiques. Des jalons sont ainsi posés depuis Périgueux, Nivelles ou Manglieu en passant par des exemples khmers, pour aboutir de nouveau en Auvergne avec Notre-Dame-du-Port et en Bourgogne avec Saint-Étienne de Nevers. Tous ont été construits entre les Xe et XIIIe siècles et tous font l’objet de restaurations.

Retour en haut

La mise en oeuvre d’une charpente du XIIIe siècle : apport de l’archéologie expérimentale
Frédéric Epaud, CNRS, université François Rabelais Tours, CITERES, avec Nicolas Touchefeu et Jean-Michel Huré, Guédelon

De l’ordinateur au rabot : la reconstitution de la scierie hydraulique du VIe siècle de Gerasa (Jordanie)
Jacques Seigne, directeur de recherche émérite au CNRS, université François Rabelais Tours, CITERES

La reconstitution matérielle de la plus ancienne machine actuellement connue, la scierie hydraulique du VI° siècle de Gerasa (Jerash, Jordanie) visait plusieurs objectifs :

  • Valider -ou invalider- les différentes hypothèses de restitution proposées (conception même de la machine) en fonction des différents acquis de la fouille ;
  • Cerner les contraintes techniques liées à la constructibilité de la machine dans un espace précis, imposé, en tenant compte des connaissances techniques acquises au VIe siècle de notre ère en Orient ;
  • Approcher les problèmes techniques de fonctionnalité pour cette machine prototype, sans parallèles ;
  • Transmettre au plus grand nombre, sous une forme facilement accessible à tous, les résultats d’une recherche généralement confinée à quelques pages d’une revue à diffusion confidentielle, la reconstitution étant édifiée à l’emplacement même des vestiges visités par plus d’un million de touristes par an (y compris les enfants des écoles de Jordanie) ;
  • Enfin, réalisée comme projet d’école avec le lycée professionnel Delataille à Loches, cette restitution devait servir d’exemple pour d’autres aménagements/présentations de vestiges archéologiques de sites jordaniens.

Retour en haut

Matériaux et techniques, le patrimoine culturel à Alep en Syrie
Jean-Claude David, CNRS, GREMMO, Lyon

Etudes archéologiques, gestion et connaissance d’un patrimoine menacé : le cas des campagnes de la Syrie du Nord, du IVe au XXe siècle
Gérard Charpentier, CNRS, MOM, Lyon

Les villages antiques des campagnes de la Syrie du Nord sont composés à partir du Ve siècle de bâtiments publics, religieux, funéraires et surtout de maisons très bien conservés.  Construits en grand appareil, les murs sont montés en gros parpaings calcaires posés à joints secs et sans scellement selon un mode de construction qui tend à se standardiser à l’époque protobyzantine. Cependant les analyses archéologiques du bâti montrent de multiples reprises de maçonnerie qu’il s’agit d’interpréter en fonction des techniques de mise en œuvre et des phases d’occupation successives. Ces dernières s’inscrivent dans des recherches archéologiques, mais également dans l’étude d’un patrimoine d’usage, notions qui relie étroitement le présent au passé.

Retour en haut

Outils stratégiques et techniques pour la conservation des sites archéologiques en terre. L’exemple de Merv, site du patrimoine mondial a Turkmenistan
David Gandreau et Chamsia Sadozaï, CRAterre-ENSAG, Grenoble

La parc archéologique de Merv occupe un vaste territoire de 1200 hectares dans la province de Mary au centre est de l’actuel Turkménistan.Une série de quatrevilles fortifiéesadjacentes témoignentde l’importance decette cité oasis, probablementfondée auVIe siècle avant J.-C. et devenue une des capitales du califat abbasside au début du IXe siècle, puis, aux XIe-XIIe siècles, de l’empire des seldjoukides. Depuis l’inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial en 1999, plusieures équipes locales et internationales étudient et conservent les vestiges des quatres villes successives, édifiées avec de la terre crue comme principal matériau de construction.Merv est ainsi devenu un véritable laboratoire de recherche interdisciplinaire où se côtoient archéologues, architectes, conservateurs, de divers pays. Les méthodes de documentation et conservation des architectures de terre s’enrichissent des apports de chacun et de nouveaux outils stratégiques et techniques, issus de l’expérience et la mise en pratique, sont développés sur ce site pilote en Asie centrale.

Retour en haut

 

Le mausolée pyramidal du village de Sergilla, Syrie du Nord

Présenté par Gérard Charpentier lors du séminaire du 14 novembre 2014

De l’hypothèse à l’expérimentation d’un mode de construction au VIe siècle

Résumé extrait d’un article paru en 2005 – « La construction du Mausolée pyramidal de Sergilla : Étude de cas », dans Tempora vol. 14-15, USJ, Beyrouth,pp. 123-132.

            Cette maquette en pierre a été réalisée suite aux nombreux échanges qui se sont déroulés à l’Université Lyon 2 (Maison de l’Orient et de la Méditerranée) entre praticiens et chercheurs dans le cadre d’une recherche sur « les chantiers et les matériaux de construction ».

(c) G. Charpentier - Le dégagement des blocs éboulés à l’intérieur du Mausolée ; vue de l’Ouest
(c) G. Charpentier – Le dégagement des blocs éboulés à l’intérieur du Mausolée ; vue de l’Ouest

            Il s’agit d’un petit mausolée situé à la périphérie d’un village antique en Syrie du Nord et daté du VIe siècle de notre ère par son architecture et son décor. Comme la plupart des bâtiments protobyzantins de cette région, ce monument utilise des blocs en calcaire posés à joints secs et sans scellement. Implanté dans un renfoncement du relief, sa partie basse est taillée dans la roche calcaire, tandis que sa façade principale et ses murs latéraux, en partie haute, sont érigés en pierres de taille. Les vestiges sont conservés in situ jusqu’au niveau des corniches des murs de la salle funéraire. L’entrée est ornée d’un cadre mouluré et le seuil porte les traces caractéristiques d’une porte en basalte disparue depuis longtemps.

            En revanche, la couverture de l’édifice s’est entièrement effondrée. Une trentaine de blocs ont été dégagés à l’intérieur et aux abords immédiats du mausolée (fig.1). Tous ces blocs ont été enregistrés en position de chute. Les plus caractéristiques ont été relevés afin de restituer la couverture pyramidale de ce petit monument.

            Ce toit pyramidal équivaut à une structure autoportante. En vue de valider cette hypothèse, Ph. Griot, tailleur de pierre à Cluny, propose d’expérimenter le procédé à travers la réalisation d’une maquette à l’échelle du 1/5e.

(c) G. Charpentier - La maquette de restitution du toit pyramidal
(c) G. Charpentier – La maquette de restitution du toit pyramidal

            L’assise supérieure des murs latéraux constitue la base de la maquette (fig.2). Elle est constituée de blocs moulurés sur lesquels repose la première assise de la couverture. Les traces relevées au lit d’attente des blocs de corniche permettent de restituer précisément une base du pyramidion rectangulaire proche du carré (3,55 m. sur 3,40 m.). Cette différence de 15 cm se retrouve au lit d’attente du bloc sommital du toit pyramidal qui est en définitive tronqué. Ce pyramidion est composé de sept assises dont les quatre faces présentent la même inclinaison (fig.3). Le montage est caractérisé par un appareil isodome irrégulier et les 5 premières assises font 37 cm de hauteur moyenne. En revanche, la sixième assise est constituée de trois blocs de 42 cm de hauteur dont l’assemblage est restitué d’après les traces d’épaulement visibles sur les parements intérieurs. Le bloc trapézoïdal de 52 cm de hauteur équivaut à la dernière assise (fig.4). Sa face supérieure de 42 cm sur 27 cm porte la trace d’un scellement destiné à ancrer le bloc de couronnement représenté par une colonnette ornée de deux croix.

            La couverture pyramidale est bien une structure autoportante. À partir d’un montage réalisé assise par assise, le rapport entre l’angle de la pente, la masse et la forme de chaque bloc permet d’annuler tout effet de dévers.

(c) G. Charpentier - Restitution du mausolée pyramidal; coupe Est-Ouest
(c) G. Charpentier – Restitution du mausolée pyramidal; coupe Est-Ouest

Le bardage et la pose des blocs se faisaient à partir d’un échafaudage extérieur qui reposait en partie sur des crétiaux soigneusement taillés au nu du parement de chaque bloc. Ces éléments d’échafaudage, intégrés dans la structure en pierre suivant un dispositif régulier, servaient par la suite d’éléments d’ornementation. La réalisation d’une telle construction implique une parfaite connaissance de la stéréotomie (chaque bloc ayant sa place spécifique dans l’édifice). Elle nécessite aussi une organisation rigoureuse du chantier. Soit on taillait les blocs sur place en fonction des demandes précises de l’appareilleur, soit l’ensemble de l’ouvrage était réalisé en atelier ou à proximité du chantier avant d’être remonté sur place en une seule fois. Cette seconde hypothèse implique un enregistrement systématique des blocs dont il ne reste plus aucune trace archéologique. Ces marques réalisées à la peinture ou à la chaux ont pu disparaître au fil du temps, comme s’effaceront les marques de craies nécessaires au démontage et au remontage de cette maquette.

En définitive, ce mausolée pyramidal, loin d’être exceptionnel par sa taille, est cependant révélateur du savoir faire et de l’esprit d’invention des bâtisseurs des campagnes de la Syrie du Nord qui n’ont cessé de construire entre le Ve et VIe siècles de notre ère pour nous offrir un patrimoine exceptionnel qui est aujourd’hui gravement menacé.

(c) Gérard Charpentier - Vue du bloc sommital de la couverture pyramidale
(c) Gérard Charpentier – Vue du bloc sommital de la couverture pyramidale

Les modules de blocs de la maçonnerie ptolémaïque

Présenté par Emmanuel Laroze lors du séminaire du 3 avril 2015.

En Haute-Égypte, les temples en grès des époques ptolémaïque puis romaine comportent quelques singularités en matière de construction et plus précisément, dans la mise en place des blocs : les assises ainsi, sont parfaitement horizontales et établies sans décrochement. Cette caractéristique de la maçonnerie s’explique par la normalisation des blocs, dont la hauteur moyenne reste d’environ 0.48 m -soit proche d’un coudée- et dont le poids ne dépasse qu’exceptionnellement la tonne. Cette standardisation relative résulte pour partie d’une logique quasi-industrielle à l’œuvre dans la procédure de production (modalités de répartition des tâches, succession linéaire des opérations, impératifs productivistes) ; elle constitue également une solution de compromis à différents facteurs éventuellement contraignants : l’extraction de la pierre, le transport, la pose des blocs et la solidité de l’ouvrage.

Par ailleurs et conjointement à l’utilisation de ce « module », des blocs « hors normes » -beaucoup plus grands- ont été employés afin de répondre à des sollicitations particulières. On trouve quelques exemples de ces grands monolithes parmi les dalles de plafond, les linteaux, les chapiteaux mais aussi dans la cage d’escalier. La coexistence de ces deux catégories de blocs dans l’édifice, l’une spécifique aux murs et l’autre aux éléments soumis à des flexions, traduit le souci qu’ont eu les égyptiens de la durabilité de leur ouvrage, et témoigne de leur remarquable optimisation du chantier.

Références bibliographiques :

FAUERBACH , Ulrike, Der grosse Pylon des Horus-Tempels von Edfu. Eine Bauforscherische Untersuchung, Inaugural Dissertation in der Fakültät Geschichts – und Geowissenschaften der Otto-Friedrich – Universität Bamberg, Bamberg 2005.
https://opus4.kobv.de/opus4-bamberg/frontdoor/index/index/docId/198

GOLVIN Jean.-Claude, LARRONDE Jean, « Étude des procédés de construction dans l’Égypte ancienne, I. L’édification des murs de grès en grand appareil à l’époque romaine », ASAE 68, 1982, p. 165-190.

ZIGNANI, Pierre, Le temple d’Hathor à Dendara, relevés et étude architecturale, BdE 146, Ifao, Le Caire, 2010.

Les arêtes de poisson : une perpétuelle redécouverte

Complément à la présentation d’Emmanuel Bernot et Stéphane Gaillot sur Les arêtes de poisson : éléments de discussion sur la construction d’un ouvrage antique atypique.

La lente urbanisation des pentes de la Croix-Rousse tire le réseau de galeries « en arêtes de poisson » de l’oubli dans lequel le Moyen Âge l’avait laissé sombrer.

Depuis la construction d’une nouvelle enceinte urbaine, dans la première moitié du XVIe siècle, les travaux d’aménagement des pentes de la Croix-Rousse, sont régulièrement l’occasion d’exhumer des parties de cet incroyable édifice.

En 1651, Thomas Hénault, maître plombier et fontainier, chargé de l’alimentation en eau des nouvelles fontaines de l’Hôtel de Ville, dérive vers un réservoir construit à l’angle de la rue des Fantasques et de la montée Saint-Sébastien, au moyen d’une galerie souterraine maçonnée, les eaux qui fluaient dans les deux antennes du réseau et dont les habitants du quartier du Griffon soupçonnaient l’existence depuis 1618 au moins.

Les travaux de construction des immeubles de l’actuelle place Chazette, entrepris à partir de 1744 sur un terrain du bord du Rhône acquis deux ans plus tôt des religieuses de Saint-Pierre, mettent au jour le débouché oriental du réseau. Les promoteurs, parmi lesquels l’architecte Soufflot, tirent astucieusement parti de cette eau de source acheminée sans effort en édifiant au devant des immeubles un puits percé dans la voûte de la galerie. Pour maintenir le passage de l’eau jusqu’à ce réservoir improvisé, ils rétablissent en amont un tronçon de galerie vraisemblablement effondré lors de la construction des caves.

Le lotissement de l’ancien clos religieux des Colinettes, sur la balme Saint-Clair, entrepris à partir de 1826, par d’autres promoteurs, les frères Bodin, entraîne de nouvelles découvertes : Joseph-François Artaud observe ainsi d’épaisses murailles, des chambres souterraines qui lui paraissent appartenir à des fortifications antiques et à une source qui devait fournir de l’eau à ce lieu de défense. Il en dresse deux coupes et un plan très partiel qu’Antoine-Marie Chenavard publie en 1850. Destinées à améliorer le rendement des puits aménagés dans ces nouveaux immeubles, les galeries d’adduction d’eau connectées au réseau des « arêtes » remontent pour la plupart à cette période.

Les arêtes de poisson : éléments de discussion sur la construction d’un ouvrage antique atypique

Présenté par Emmanuel Bernot et Stéphane Gaillot (SAVL) lors du séminaire du 3 avril 2015.

En 2008, le projet de doublement du tunnel de la Croix-Rousse entrepris par la Communauté urbaine de Lyon a été l’occasion pour les archéologues du Service archéologique de la Ville de Lyon de réaliser une étude approfondie du réseau de galeries souterraines dit « des arêtes de poisson ». Ce diagnostic d’archéologie préventive s’est fait en étroite collaboration avec l’Unité Galerie de la Communauté urbaine, en charge de la surveillance et de l’entretien des galeries souterraines de l’agglomération.

Le réseau de galeries se développe d’est en ouest depuis le Rhône. Il s’articule autour d’une galerie principale (la colonne vertébrale), longue de 156 m et marquée par trois coudes successifs, de part et d’autre de laquelle se déploient trente-deux galeries, organisées par paires (les « arêtes », auxquelles le réseau doit son nom). Chacune de ces arêtes, longue d’une trentaine de mètres et terminée en cul-de-sac, est reliée à la colonne vertébrale par un puits carré de 1,9 m de côté. A l’origine, seize puits remontaient à la surface et descendaient vers une seconde colonne vertébrale, construite à l’aplomb de la première, dont elle reprend le plan sans toutefois desservir d’arête. Au total, pour le réseau en « arêtes de poisson », plus de 1,4 km de galeries et près de 480 m de puits ont été creusés et maçonnés.

Au nord, plusieurs autres galeries (les antennes), s’inscrivent dans la continuité de l’ouvrage. Elles sont connectées aux « arêtes de poisson » par l’intermédiaire d’une galerie longue de 123 m.

L’extension septentrionale du réseau est formée de deux galeries parallèles, orientées d’est en ouest et dont l’extrémité est localisée à proximité de la rue des Fantasques. L’antenne nord peut être restituée sur une longueur d’au moins 215 m et l’antenne méridionale est pour sa part conservée sur 296 m. On trouve plus au sud un troisième tronçon de galerie long de 12,8 m et parallèle aux deux antennes. Ces trois galeries sont distantes les unes des autres de 12 à 13 m. Enfin, elles ont été percées à des altitudes différentes, ce qui les situe à des profondeurs comprises entre 7,5 et 17 m.

Des salles voûtées ont été construites, à intervalle variable, au-dessus des antennes. Elles semblent bâties sur le même plan, bien visible pour deux d’entre elles qui sont presque intégralement conservées. Neuf salles peuvent être restituées grâce aux observations de terrain, aux plans anciens et aux documents d’archives. Sept d’entre elles relient les antennes nord et sud ; les deux autres, situées à l’extrémité orientale des antennes, s’étendent jusqu’à l’embryon de galerie situé plus au sud.

Les dimensions de ces salles semblent constantes. Si elles débordent toutes légèrement au nord de l’antenne septentrionale, elles se développent essentiellement vers le sud jusqu’à l’aplomb de l’antenne méridionale. Chaque salle, de 3,75 m de large, est surmontée de deux voûtes en berceau de hauteurs différentes.

Le percement des galeries du réseau s’est opéré à partir des puits. Ces derniers ont d’abord servi de repères topographiques, en permettant de projeter sous terre le plan qu’ils dessinaient en surface. En direction du Rhône, les trois coudes successifs formés par le réseau des galeries en « arêtes de poisson » pourraient être dus à l’affleurement du granite que les bâtisseurs auraient renoncé à creuser en raison de sa résistance mécanique. Durant le chantier, les puits ont pu être à la fois utilisés pour extraire les matériaux issus du creusement des galeries, et pour y acheminer les matériaux de construction. On peut estimer à plus de 11 500 m3 le volume de sédiment extrait de la seule partie du réseau dite en « arêtes de poisson ». Sans doute les puits ont-ils aussi servi de cheminées d’aération et d’accès pour l’abondante main-d’œuvre que le chantier a dû mobiliser. Ils sont en revanche insuffisants pour avoir, à eux seuls, permis l’éclairage nécessaire à ces travaux.

C:Philippe3DLes applicationsLes arêtes de poissonPLAN

Toutes les galeries constituant le réseau des « arêtes » sont maçonnées et présentent une homogénéité de construction, tant dans leurs gabarits (environ 1,9 m de large) que dans les matériaux mis en œuvre ; seules les hauteurs peuvent varier. Leur voûtement s’est fait par tronçon de 1,8 à 3,2 m de long, en s’appuyant sur des cintres en bois  disposés en moyenne tous les 80 cm. A l’exception de quelques grès fins provenant du substrat local, les maçonneries sont très majoritairement composées d’un calcaire beigeâtre à grosses entroques et rares lits silicifiés, qui parait provenir des environs du village de La Salle, situé en vallée de Saône, à environ 80 km au nord de Lyon.

L’homogénéité de la maçonnerie comme l’absence de trace de reprise montre que le réseau « en arêtes de poisson » forme un ensemble architectural cohérent qui, de la rive du Rhône au plateau de la Croix-Rousse, relève d’une seule et même campagne de construction. Les datations au carbone 14 des charbons et fragments de bois prélevés, en plusieurs points du réseau, dans le mortier de la structure nous fournissent une datation de cet édifice se situant autour du changement d’ère.

Pour aller plus loin : Une perpétuelle redécouverte

Les maçonneries des magasins du front de mer à Délos (Grèce)

Par J.-J. Malmary (IRAA), P. Karvonis (Académie des Sciences d’Athènes)

(Photo à la une : Fig. 1. Délos, Magasin des Colonnes, mur est de la pièce XXVI)

Pavlos Karvonis, archéologue de l’Académie des Sciences d’Athènes et Jean-Jacques Malmary, architecte à l’IRAA, mènent depuis 2009 l’étude de trois îlots commerciaux du front de mer occidental de Délos qui ont été construits à la fin de l’époque hellénistique (IIe-Ier s. av. J.-C.) : le Magasin des Colonnes, le Magasin δ, dit “à la baignoire”, et le Groupe ε (Fig. 2). Les deux premiers îlots comportent des édifices de conception assez unitaire, du moins dans leur état actuel. Ils sont organisés autour de cours et comportent tous des rangs de pièces similaires ouvrant sur le rivage occidental. Le Groupe ε, ayant vraisemblablement connu un développement plus complexe et tourmenté, réunit néanmoins des constructions plus hétérogènes. Leur position en front de mer, leur configuration et leur surface exceptionnelles pour Délos et la période de leur construction sont autant d’indications qui ont conduit à les lier au commerce international de l’île à la même époque.

plan
Fig.  2. Plan du Magasin des Colonnes, du Magasin δ et du Groupe ε, 1/500 (dessin : JJM).

Cette étude a débuté dans le cadre du projet ANR « Entrepôts et systèmes de stockage du Monde Gréco-Romain antique » sous la direction de Véronique Chankowski, Xavier Lafon et Catherine Virlouvet. À l’issue de ce projet qui prit fin en 2012, l’étude de ces monuments s’est poursuivie avec pour objectif la publication d’une monographie architecturale.

Pour la journée d’étude du 16 janvier 2015, la présentation a porté sur les matériaux et les techniques de construction des murs de ces édifices et notamment sur le gneiss qui en est le matériau principal. Ces murs sont assez similaires à la plupart de ceux des autres quartiers hellénistiques de Délos. Parmi les descriptions dont ces derniers ont fait l’objet dès leur découverte au tournant du XIXe et du XXe s., la plus complète fut rédigée par Joseph Chamonard dans son étude sur le Quartier du théâtre[1]. Fondée sur son travail, l’étude des murs des magasins du Front de mer a consisté à décliner tous les aspects du problème en tentant d’approfondir les rares points peu développés par l’auteur : les matériaux de construction et leur provenance par l’étude des caractéristiques minérales des roches et leurs modes d’extraction, la structure des murs à parements et remplissage, la définition de leur appareil étroitement lié aux techniques de construction (homogénéité d’emploi des matériaux, qualité d’ajustement des pierres entre elles, les traitements des raccordements de murs, qualités de mise en œuvre), le liant qui assurait la jonction des pierres, l’enduit qui les recouvrait et, enfin, la distinction des modes et des qualités de mise en œuvre et leur repérage au sein d’une construction.

Les études des qualités de mise en œuvre du même appareil et du traitement des angles et des têtes de mur s’avèrent particulièrement intéressantes non seulement pour comprendre la construction de ces édifices mais également pour identifier les transformations qu’ils ont connues par la suite. Outre ces questions générales qui sont actuellement en cours d’étude, ce travail a permis de préciser des points techniques que J. Chamonard avait exposés dans sa publication de façon assez sommaire. Pour les murs en gneiss de Délos, la recherche de règles générales est un exercice difficile et périlleux car elles sont bien souvent réfutées par nombre d’exceptions. Il ressort néanmoins des observations faites sur ces murs que l’économie de la construction fut au centre des préoccupations. Les indices manquent évidemment pour déterminer si cette économie concerne plus la consommation de matière que le nombre et les aptitudes des ouvriers ou encore une gestion mesurée de leurs efforts durant le chantier. Cette économie devait également favoriser la rapidité de construction.

Fig. 3. Principes de construction des murs, Magasin des Colonnes, mur est de la pièce XII (dessin : JJM).
Fig. 3. Principes de construction des murs, Magasin des Colonnes, mur est de la pièce XII (dessin : JJM).

Les caractéristiques minérales du gneiss, principalement sa schistosité, ont conduit à l’élaboration d’une technique particulière d’agencement des pierres. Mais cette technique n’est pas seulement déterminée par le matériau. La définition de l’appareil des murs tend à les rapprocher des murs en grand appareil trapézoïdal à décrochements et « bouchons »[2] (Fig. 3). Ces traits communs avec le grand appareil semblent révéler une transposition des techniques de l’architecture monumentale, certes avec un moindre degré d’exigence, sur des constructions plus modestes. Par ailleurs, cette technique varie en fonction du soin apporté à la mise en œuvre, notamment la variation de la qualité d’ajustement des pierres connexes ou en fonction de la provenance des matériaux. Les matériaux pouvaient être directement extraits de carrières ou remployés. Les parements de qualité supérieure sont clairement identifiables par des pierres de tailles et de formes homogènes, des joints serrés, un ajustement précis des pierres les unes par rapport aux autres. Ils sont presque toujours placés en des endroits particuliers de l’édifice : parois extérieures, murs de soutènement, etc. A contrario, les parois intérieures, qui sont de fait protégées des intempéries, sont généralement moins régulières. Le traitement des angles semble également avoir fait l’objet de choix liés à une économie générale de la construction : les besaces et les parements continus au niveau des têtes de mur semblent avoir été seulement mis en œuvre aux endroits qui le nécessitaient impérieusement. Les parois ou les angles réguliers exigeaient assurément une plus grande attention du maçon lors de la mise en œuvre et une plus grande uniformité dans le gabarit des moellons. Ces modes de mise en œuvre étaient par conséquent appliqués exclusivement aux endroits qui le requéraient et leur emploi circonspect devait représenter à la fois une économie de matière et un gain d’effort et de temps.

Une exception notable vis-à-vis des règles précitées, concernant notamment la dissemblance des parements externes et internes, s’observe au sein d’un certain nombre de parois du Magasin des Colonnes. Elles furent construites avec une majorité de blocs et de moellons réemployés (blocs rubéfiés disposés sporadiquement dans le parement, hétérogénéité des tailles et des formes des blocs et des moellons). On observe par endroits une volonté de distinction entre intérieur et extérieur mais elle est plus difficile à percevoir. Dans ce cas, les maçons ne purent pas tirer profit du tri naturel des pierres extraites de mêmes bancs de carrière et dont la taille et la forme varient assez peu de proche en proche au grès de la progression de l’extraction. Mais ils n’opérèrent pas non plus un rangement très rigoureux des moellons issus de démolitions ou de destructions avant leur mise en place dans le mur. L’agencement plus aléatoire de blocs et de moellons remployés explique ainsi le caractère assez exceptionnel de ces parois. Sans doute, une exigence de rapidité de construction est une seconde cause non négligeable.

Si la structure et les techniques de construction de ces murs sont maintenant assez bien comprises, il demeure difficile d’en savoir plus sans une analyse précise des matériaux et sans une expérience réelle de leur extraction, leur taille et leur mise en œuvre. Par exemple, la composition exacte du mortier de terre et de l’enduit, de même que la préparation et le bardage des moellons au cours du chantier restent à ce jour mal connus. Des consolidations s’avèrent aujourd’hui nécessaires à la préservation de ces murs. Il faut espérer qu’elles seront l’occasion de reconstruire les parties effondrées en tentant d’imiter les techniques anciennes et en réduisant au minimum l’emploi et l’impact de techniques et de matériaux contemporains. Nous espérons que ces expériences fourniront de précieuses indications sur les problèmes réels et concrets posés par le chantier.

 —

[1] Joseph Chamonard, EAD, fasc. VIII, Le quartier du théâtre, 2, ÉFA, E. de Boccard, Paris, 1924, p. 233-244.

[2] Anastasios Kimonos Orlandos, Les matériaux de construction et la technique architecturale des anciens grecs, 2nde partie, Paris, 1968, p. 135-136.

Colloque – Guédelon – 23 – 24 – 25 septembre 2015

Affiche pour septembreLe colloque « Chantiers et matériaux de construction en Orient et en Occident » marque l’aboutissement de quatre années de recherche menées à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux, Lyon (MOM).

Les axes de recherche s’articulent autour des chantiers de construction, de l’Antiquité à l’époque moderne. Ils visent à mettre en parallèle les évolutions techniques en fonction des matériaux utilisés : la pierre, la terre, le bois et le métal, en tenant compte également des aspects sociaux, économiques et culturels.

Le groupe de recherche est constitué de chercheurs : archéologues, architectes, géologues, ingénieurs, historiens issus de divers horizons institutionnels (université, CNRS, Inrap, Collectivités territoriales et municipales) et de praticiens de la construction (tailleurs de pierre, charpentiers, maçons, restaurateurs).

Le colloque est organisé par la Maison de l’Orient et de la Méditerranée et Guédelon, en partenariat avec le Service régional d’archéologie de Bourgogne. Il se déroule sur le chantier médiéval de Guédelon, sur la commune de Treigny, dans l’Yonne du 23 au 25 septembre 2015.

Téléchargez le programme

Accédez aux résumés des interventions

Inscriptions
Plein tarif : 50 euros
Tarif étudiant : 20 euros

Date limite d’inscription : 30 juin 2015

Règlement par chèque à l’ordre de : Agent comptable du CNRS
à envoyer par courrier à :
Magali Lugnot
Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux
7 rue Raulin
F-69365 – Lyon cedex 07

Contacts 
MSH MOM 
gerard.charpentier[at]mom.fr
magali.lugnot[@]mom.fr

Chantier médiéval de Guédelon : 03 86 45 66 66

Accès 

L’exploitation de chaux des Eaux-Belles à Etrembières (74)

Présenté par Christophe GUFFOND et Samir MAHFOUDI (Service archéologie et patrimoine bâti / Conseil général de la Haute-Savoie) lors du séminaire du vendredi 16 janvier 2015.

 Lambert II étendu : X 0899.920 / Y 2137.903 / Z 417 m

 Dans le cadre de la mission d’inventaire du patrimoine hydraulique, des artifices hydrauliques situés sur la commune d’Etrembières (74) au lieu-dit les Eaux-Belles ont fait l’objet d’une étude associant démarche d’inventaire, étude historique et étude archéologique. Cette dernière s’est notamment appuyée sur une campagne de relevés lasergrammétriques commandée par l’Agglomération d’Annemasse, propriétaire du site. L’approche s’est poursuivie avec une prospection sur le versant nord de la montagne du Petit Salève.

Tiraillé entre l’aire urbaine d’Annemasse et de Saint-Julien-en-Genevois, ce bassin de vie prolonge celui de Genève dans sa partie sud-est. L’urbanisation éparse suit un axe est-ouest, le long des grandes voies de communication. Affluent du Rhône, La rivière de l’Arve dessine en ce point les contours nord de la commune alors que la partie sud bute sur les contreforts du massif du Salève.

Attesté depuis 1474, un moulin des Eaux-Belles dépendait alors du château de Chatillon, situé à 500 mètres plus à l’est dans les plaines. L’étude des cadastres sarde (1730) et français (1900), des fondés en titre, des droits d’eau, des archives liées au captage de la source des Eaux-Belles et des fonds iconographiques nous permettent de mieux appréhender ce site. En 1810, ce dernier comprend trois artifices, chacun disposant d’une roue pour la mouture du blé, et un battoir à chaux. Entre 1882 et 1939, le battoir à chaux est progressivement transformé en maison d’habitation alors que le moulin à blé subit des transformations dès 1882 pour accueillir une machine à vapeur afin d’aider au pompage de l’eau. Successivement reconverti en station de traitement et en maison d’habitation, le moulin ne subsiste qu’à l’état de vestiges ; le canal de dérivation envasé et le bâtiment du battoir effondré complètent cet ensemble.

Le site des Eaux Belles compte donc d’abord le moulin, qui comprend des éléments en réemploi dont un millésimé (ancien linteau portant la date de 1774 réutilisé en tablette de fenêtre). Ensuite viennent les vestiges du battoir à chaux, passé à l’état de ruine au milieu du XXe siècle, ainsi que le montrent les photos aériennes du secteur. Cet édifice connaît au moins deux états si l’on se base tant sur l’iconographie disponible que sur l’observation des vestiges. Il convient de noter que dans les décombres du battoir a été retrouvé un bloc millésimé portant cette même date de 1774 (datant un programme de reconstruction du site ?)…

Les vestiges du four à chaux, implanté 150 m au sud-ouest du battoir mais surtout dans la pente au bord d’un talweg où coule le ruisseau des Eaux-Belles, indiquent qu’il s’agit d’un four permanent et très vraisemblablement à cuisson intermittente longue flamme. Aucune trace de la cuve ni même du comblement destiné à faire le tampon thermique entre celle-ci et la structure maçonnée. Du four subsiste l’élévation ouest, percée de la gueule du four. Ancré dans la pente sur son côté sud, l’angle nord-ouest est renforcé par un contrefort. L’élévation ouest présente une longueur de 8 m en façade en raison de l’aménagement qui permet d’alimenter le gueulard du four.

Four_a_chaux (1)

Les carrières repérées sur les pentes du Salève et pouvant potentiellement alimenter le four s’ouvrent autant dans les niveaux de calcaires roux (inférieurs) qu’urgoniens (supérieurs). Des parcours de différents types ont pu être observés autour du four et des artifices hydrauliques, dont le rôle est plus ou moins identifié : l’alimentation du four depuis les carrières peut se faire tant par des châbles (glissoirs aménagés dans la pente) que par un chemin piétonnier. Un axe carrossable partant du four vers le sud (doté d’un mur de soutènement) permet peut-être l’évacuation de la chaux. Enfin le site des moulins compte des aménagements (rampes, quais, chemins… ) permettant le chargement et l’évacuation de véhicules.

Les vestiges de fours provisoires ont été repérés aux abords du site. Des documents iconographiques offrent d’ailleurs des représentations de fours à chaux sur la commune limitrophe de Monnetier-Mornex, également située dans le Salève. Deux vues de Joseph-François Burdallet (datées de 1847 et 1848) et conservées au Centre d’Iconographie Genevoise livrent la vision précise de deux fours dont le modèle est très proche de fours décrits dans des textes médiévaux (exemple des raffours du château de Pont d’Ain pour 1335-1336).

En 1317-1319, de la chaux provenant des environs d’Etrembières (Veyrier / Le Pas de l’Echelle) est employée pour des travaux de construction au château de Ville-la-Grand. Un peu plus au sud, sur le territoire de Présilly, et dans l’emprise du domaine de la chartreuse de Pomier (fondée vers 1170), connue pour l’activité métallurgique qu’elle a suscité, pas moins d’une quarantaine de fours provisoires ont pu être repérés. L’enquête Despine (1829) sur l’exploitation forestière savoyarde tend à montrer la permanence des modes de production de chaux du Moyen Âge jusqu’à la première moitié du XIXe siècle. Selon ces statistiques, dans la province sarde de Saint-Julien, les communes qui préparent le plus de chaux sont celles de Monnetier-Mornex, Esery et Etrembières, faisant  50 à 60 fours (entendre cuissons) par an. Chaque cuisson consomme 1000 à 1200 fagots, représentant une consommation totale de 3000 stères de bois, soit une moyenne de 55 m3 par cuisson !

Ces différents éléments montrent que les vestiges actuels des Eaux-Belles sont les héritiers d’une exploitation extractive (pour la production de moellons) et chaufournière qui s’est développée au moins depuis le Moyen Âge, ainsi que l’atteste le panneau du retable peint par Konrad Witz en 1444, connu sous le nom de Pêche miraculeuse (Musée d’Art et d’Histoire de Genève).

Séminaire du vendredi 3 avril 2015

2015AvrilL’ accueil et le déroulement de cette journée se feront au 4ème étage de la MOM, 7 rue Raulin, à Lyon de 9h30 à 17h, en salle Joseph Reinach.

Programme

  • Bérengère Perello (archéologue au CNRS,  Archéorient – MSH MOM) : « Elaboration d’un protocole pour l’étude et la conservation du torchis : l’exemple de Dikili Tash (Grèce, Néolithique récent) »

Pause 11h-11h15

  • Véronique Vachon (archéologue topographe, Inrap Rhône-Alpes) : « La carrière de Sol de Roques (Labastide-Murat 46) »
  • Emmanuel Bernot (archéologue SAVL) et Stéphane Gaillot (géomorphologue SAVL): « Les arêtes de poisson : éléments de discussion sur la construction d’un ouvrage antique atypique »

13h 15 – 14h15 – déjeuner

  • Cedric Moulis (EA 1132, Pôle Archéologique Universitaire – Nancy2) : « Vaudémont, Fontenoy-le-Château, Darnieulles : Chantiers et matériaux de construction de trois lieux de pouvoir en Lorraine méridionale au XIe siècle »
  • Laurent D’Agostino (archéologue, Hadès) : « La construction en pierre au Moyen Âge et à l’Epoque moderne dans une vallée alpine à travers l’exemple de l’abbaye de Sixt (Sixt-Fer-à-Cheval, Haute-Savoie) »
  • Philippe Griot (tailleur de pierre, Cluny) : « La taille et la sculpture expérimentale (travaux de stagiaires) »

En espérant vous voir nombreux à ce dernier séminaire organisé à la MOM dans le cadre du thème « Chantiers et matériaux de  construction », le prochain colloque devant se dérouler à Guédelon les 23/24/25 septembre 2015.

Séminaire du vendredi 16 janvier 2015

2015_Janv_affiche(2)

L’ accueil et le déroulement de cette journée se feront au rez-de-chaussée de la MOM, 7 rue Raulin, à Lyon de 9h à 17h, dans l’Amphi Benveniste.

Programme

  • A. Baud , G. Charpentier, M. Lugnot : Introduction du thème pour 2015 : Bilan et prévision
  • Olivier Callot (architecte CNRS, Hisoma-MOM) : « L’étude des stucs à Salamine de Chypre dans l’Antiquité »
  • Nicolas Jacob (géographe, Université Lyon2) : « Le flottage du bois : problèmes, matériel et méthodes pour une histoire environnementale »

Pause déjeuner

  • Gilles Rollier (archéologue, INRAP) et Maryline Martin (dir. du site de Guédelon) : « Le moulin de Guédelon : La mise en place d’un projet d’expérimentation à Guédelon. »
  • Jean-Jacques Malmary (architecte CNRS, IRAA-MOM) : « Réfections des maçonneries sur les magasins des fronts de mer  à Délos dans l’Antiquité classique. »
  • Laurent D’Agostino (archéologue, Hadès) : « La construction en pierre au Moyen Âge et à l’Epoque moderne dans une vallée alpine à travers l’exemple de l’abbaye de Sixt (Sixt-Fer-à-Cheval, Haute-Savoie) »
  • Daniel Prigent : « Extraction et mise en oeuvre du tuffeau dans le Val-de-Loire du XIème au XIXème siècle »

Discussion et projection pour 2015

L’économie du chantier de construction : la pierre

Présenté par Florian Renucci (Chantier expérimental de Guédelon) lors du séminaire du vendredi 14 novembre 2014.

Introduction : Bref historique de l’utilisation de la pierre à Guédelon

 • De 1998 à 2002 : Escarpes en grès taillé : ce travail répétitif nous pousse à simplifier la finition des pierres vers un aspect économique « broché éclaté ».

• 2003 à 2006 : Construction du rez-de-chaussée du logis, mise en œuvre du grès pour la taille des ouvrages appareillé : 5 portes, 1 fenêtre cuisine, 1 cheminée cuisine, 3 jours en archère, l’escalier grand degré. Construction du rez-de-chaussée de la tour maîtresse et de la tour de la chapelle : 2 portes, 8 archères.

• 2007 à 2009 : Choix de réaliser le programme des fenêtres de l’étage du logis en calcaire marbrier appareillé, générant une polychromie décorative : 5 fenêtres géminées, 3 portes intérieures, 2 cheminées. Programme de standardisation des ouvrages, mise en œuvre plus rapide pour les maçons qui posent des fenêtres/portes : archères déjà pré-taillées et vérifiées avant leur pose.

• 2010 à 2011 : Courtines et voûte de la tour maîtresse

• 2012 à 2013 : Tour des essarteurs et carrière sur 2 niveaux avec panachage des pierres de taille en calcaire marbrier.

• 2014 : Tour de la chapelle avec arrivée d’un calcaire plus tendre pour le programme de sculpture.

• Carte géologique de la région : Comme tous les monuments médiévaux de la région, Guédelon est situé sur un double affleurement de pierre d’œuvre : le grès et le calcaire appelant une mise en œuvre qui utilise les avantages techniques des différentes qualités de pierre.

Carte  géologique de la région de Treigny
Carte géologique de la région de Treigny

 

Séminaire du vendredi 14 novembre 2014

L’ accueil et le déroulement de cette journée se feront au 1er étage de la MOM de 9h à 17h

Programme

  • Philippe Griot : « Arcatures et restaurations »
  • Myriam Fincker : « Un outil de mise en oeuvre du grand appareil : la pince à crochet ».

Discussion 

Pause déjeuner entre 12h30 et 13h30

  • Stéphane Büttner : « Corpus Lapidum Burgundiae : un nouvel outil pour une histoire économique et technique de la pierre »
  • Desroches Emmanuel :  « Miracles et sécurité sur quelques chantiers traditionnels »

 16h30 : Discussions et échanges 

La forge dans le chantier de construction

Présenté par Vincent Granon et Florian Renucci (Chantier expérimental de Guédelon) lors du séminaire du vendredi 29 novembre 2013.

Le travail de la forge s’inscrit à Guédelon dans une évolution avec des artisans qui se sont succédé, chacun ayant apporté sa pierre :

  • Thierry Darques a calé le type d’acier utilisé et l’approvisionnement.
  • Olivier Le Clerc et Adrien Lacheny ont maitrisé la production en taillanderie et  ferronnerie en travaillant à deux.
  • Aujourd’hui 3 forgerons, Martin Claudel, Vincent Granon et Clément Guérard, tailleur de pierre reconverti en forgeron, recréent le processus de production d’une forge du XIIIème  siècle et poussent la recherche sur la fabrication de l’acier.
paris-bib-genevieve-1126
Paris – Bibliothèque Sainte Geneviève, 1126

L’acier utilisé à la forge est du XC 70 (il contient 0,7% de carbone). C’est un acier dur, comparable aux lames d’Opinel. Il a été choisi en comparaison avec des extrémités d’outils médiévaux aciérés.

Plus l’acier contient du carbone plus il est dur. L’acier « doux » en contient moins de 0,3%. Il provient des aciéries du Tarn près d’Albi. Cet acier « moderne » s’obtient par laminage d’une « billette » au format industriel de 8x8x100cm. Les barres sont achetées en profil octogonal de différents calibres pour la production de broches, ou en fer plat pour les ciseaux.

Nous travaillons avec un acier moderne, qui nous permet  d’assurer une production, il faut cependant relativiser  les données, car l’acier moderne est « pur » c’est-à-dire qu’il est normalisé par composition chimique, et que celle-ci est très précise : sur un même échantillon, la quantité de carbone est pratiquement invariante d’un bout à l’autre. Le fer et l’acier au XIIIe siècle sont des matériaux non homogènes, la teneur en carbone varie sur un même échantillon. Ceci du fait de la fabrication (en bas fourneau, matériau non fondu), et de la transformation (feuilletage).

Par ailleurs, on observe très souvent l’association de fer et d’acier par soudure au feu, pour économiser l’acier d’une part, et conserver les avantages de chaque matériau d’autre part. Par exemple, on va réaliser un couteau en fer, avec seulement le tranchant en acier : on conserve la souplesse du fer, et la dureté, le tranchant de l’acier. Ce matériau composite, est utilisé pour les outils et les armes, sur lesquelles il est parfois extrêmement élaboré et très complexe.

Les forgerons et ferrons du XIIIe siècle (avant et après) n’avaient « que » leurs propres expériences, observations, savoir-faire et ceux des Anciens, ce qui est déjà considérable : environ 2500 ans de pratique…

Les recherches futures consisteront à se  rapprocher de la réalité du matériau fer au Moyen-Âge : essayer le grappage, la réutilisation du fer, et les outils composites avec des parties aciérées.

Blacksmith -  Livre du trésor, 1326
Blacksmith – Livre du trésor, 1326

Continuer la lecture de La forge dans le chantier de construction