Tous les articles par Chantiers de construction

La forge dans le chantier de construction

Présenté par Vincent Granon et Florian Renucci (Chantier expérimental de Guédelon) lors du séminaire du vendredi 29 novembre 2013.

Le travail de la forge s’inscrit à Guédelon dans une évolution avec des artisans qui se sont succédé, chacun ayant apporté sa pierre :

  • Thierry Darques a calé le type d’acier utilisé et l’approvisionnement.
  • Olivier Le Clerc et Adrien Lacheny ont maitrisé la production en taillanderie et  ferronnerie en travaillant à deux.
  • Aujourd’hui 3 forgerons, Martin Claudel, Vincent Granon et Clément Guérard, tailleur de pierre reconverti en forgeron, recréent le processus de production d’une forge du XIIIème  siècle et poussent la recherche sur la fabrication de l’acier.
paris-bib-genevieve-1126
Paris – Bibliothèque Sainte Geneviève, 1126

L’acier utilisé à la forge est du XC 70 (il contient 0,7% de carbone). C’est un acier dur, comparable aux lames d’Opinel. Il a été choisi en comparaison avec des extrémités d’outils médiévaux aciérés.

Plus l’acier contient du carbone plus il est dur. L’acier « doux » en contient moins de 0,3%. Il provient des aciéries du Tarn près d’Albi. Cet acier « moderne » s’obtient par laminage d’une « billette » au format industriel de 8x8x100cm. Les barres sont achetées en profil octogonal de différents calibres pour la production de broches, ou en fer plat pour les ciseaux.

Nous travaillons avec un acier moderne, qui nous permet  d’assurer une production, il faut cependant relativiser  les données, car l’acier moderne est « pur » c’est-à-dire qu’il est normalisé par composition chimique, et que celle-ci est très précise : sur un même échantillon, la quantité de carbone est pratiquement invariante d’un bout à l’autre. Le fer et l’acier au XIIIe siècle sont des matériaux non homogènes, la teneur en carbone varie sur un même échantillon. Ceci du fait de la fabrication (en bas fourneau, matériau non fondu), et de la transformation (feuilletage).

Par ailleurs, on observe très souvent l’association de fer et d’acier par soudure au feu, pour économiser l’acier d’une part, et conserver les avantages de chaque matériau d’autre part. Par exemple, on va réaliser un couteau en fer, avec seulement le tranchant en acier : on conserve la souplesse du fer, et la dureté, le tranchant de l’acier. Ce matériau composite, est utilisé pour les outils et les armes, sur lesquelles il est parfois extrêmement élaboré et très complexe.

Les forgerons et ferrons du XIIIe siècle (avant et après) n’avaient « que » leurs propres expériences, observations, savoir-faire et ceux des Anciens, ce qui est déjà considérable : environ 2500 ans de pratique…

Les recherches futures consisteront à se  rapprocher de la réalité du matériau fer au Moyen-Âge : essayer le grappage, la réutilisation du fer, et les outils composites avec des parties aciérées.

Blacksmith -  Livre du trésor, 1326
Blacksmith – Livre du trésor, 1326

Continuer la lecture de La forge dans le chantier de construction

L’organisation des chaînages dans les murs en pierre

Présenté par Philippe Delage  et Florian Renucci (Chantier expérimental de Guédelon) lors du séminaire du 17 mai 2013

 La construction d’un mur de pierre, à la différence des architectures d’ossature de béton revient à structurer le mur avec des éléments dont la masse plus importante que les moellons du mur va, par empilement, constituer des éléments rigides.

Les murs médiévaux et antiques décrivent des stratégies pour que cet empilage soit stable.

L’art de l’appareillage et de la mise en œuvre de la pierre va concerner aussi bien les maîtres d’œuvre, les maîtres d’ouvrage pour le caractère ostentatoire, que les maçons et tailleurs.

C’est le thème transversal par excellence.

 1 / Problèmes liés à la prise du mortier : le flambement des murs de moellons (Florian)

Contenir des centaines de m3 de mortier mou dans des murs privés d’air revient à avoir un mur mou qui autorise des micros déplacements de pierre. Un mortier de chaux aérienne ne durcit pas en 2 jour et ne fait pas prise en 28 jours.

Schéma d’un mur en coupe
Schéma d’un mur en coupe

Le mur se tasse et s’écarte. Les tassements différentiels sont inévitables entre parement et remplissage qui s’enfonce  en poussant les parements vers l’extérieur. Continuer la lecture de L’organisation des chaînages dans les murs en pierre

L’approvisionnement en bois sur le château de Guédelon (Yonne)

Intervention de Jean-Michel Huré et Florian Renucci (Chantier expérimental de Guédelon) lors du séminaire du 23 novembre 2012.

 Cette communication complète celle du 6 janvier 2012 sur la même thématique.

Introduction

Sans être charpentier ni spécialiste du bois, c’est la passion et la curiosité associées à la démarche d’archéologie expérimentale qui a permis de faire des constatation différentes des propos couramment  entendus au  sujet du bois d’œuvre.

Les premières références ont été les ouvrages de Violet le Duc et Deneu. 

  1. La recherche du geste et de l’outil

Dès le début du chantier, il est apparu que l’on pouvait abattre  des arbres en été sans que cela ait une conséquence négative sur la qualité du bois. Au contraire, sur  les quelques images présentant des bûcherons à l’œuvre (Dessin de Berlin, 1460 ; et scène de la tapisserie de Bayeux, 1066),  les arbres sont représentés avec leurs feuilles.

Contrairement aux recommandations mythiques sur l’abattage qui devrait se faire l’hiver, en sève plus ou moins « montante » et dans  une « bonne lune », la réalité physiologique de l’arbre repose sur des principes tout différents. 

  • La réalité physico-chimique du bois

Un arbre est une « pompe » qui fait  monter  l’eau présente dans le sol depuis les racines vers les feuilles, en circulant par l’aubier, la partie vivante du tronc. Ce phénomène est appelé « évapotranspiration », il est provoqué par la lumière et la chaleur du soleil qui crée une pression verticale. Au niveau des feuilles, l’eau se charge d’oligo-éléments et se transforme en sucre. La sève « descend » mécaniquement vers les racines la nuit, en circulant par le liège, partie du tronc située entre l’aubier et l’écorce. Au cœur de l’arbre se trouve le duramen, la partie « morte »  et minérale de l’arbre qui fournit la totalité du bois d’œuvre. Du fait que le duramen n’est pas concerné par les mouvements de la sève, la période d’abattage ne peut pas jouer sur la qualité du duramen.

Les arbres feuillus connaissent deux saisons : une période d’accroissement de la lumière du 21 décembre au 21 juin et une période de régression de la lumière du 21 juin au 21 décembre. La formation annuelle des cernes de croissances se compose d’une double épaisseur. Pendant la période d’hiver, la sève produite par les feuilles d’été avant leur chute est stockée sous l’écorce. L’augmentation de la lumière sur le tronc à partir de février provoque des fermentations dont la pression va relancer l’alimentation en sève des branches de l’arbre en créant des canaux fibreux. Les bourgeons, en attente depuis l’été précédent, éclosent grâce à cette alimentation. Une fois les feuilles sorties, le processus de vapo-transpiration s’enclenche. La sève produite  recouvre la cerne de printemps par une cerne plus dense, faisant s’accroître le tronc et les branches jusqu’au « colmatage »  de l’alimentation en eau des feuilles. Il s’ensuit la chute des feuilles et le renouvellement du processus.

C’est cette alternance de cernes fibreux de printemps et d’été que le dendrochronologue interprète pour donner  l’âge de l’arbre au moment de son abattage. Continuer la lecture de L’approvisionnement en bois sur le château de Guédelon (Yonne)

Mise en œuvre de la pierre et des mortiers à Guédelon

Intervention de Philippe Delage  et Florian Renucci (Chantier expérimental de Guédelon) lors du séminaire du 18 janvier 2013

 Introduction

 L’expérience acquise par 15 ans de chantier à Guédelon permet :

  • d’identifier des savoir-faire de transformation de matériaux en relation avec des « cultures constructives »
  • de différencier  ce qui relève des choix volontaires (anthropiques) ou de données fortuites.
  • de déterminer des enchaînements logiques et chronologiques entre des opérations.

 Cela offre une  grille de lecture aux archéologues du bâti qui se posent des questions sur :

Séminaire du 17 mai 2013

Le séminaire aura lieu en salle J. Reinach, au 4e étage de la MOM (7 rue Raulin – 69007- Lyon), de 9h30 à 17h30.

Le programme des interventions

– Le bois, la terre et le plâtre –

1.  Le pont-levis médiéval de Chevagnes (Allier)  – Pierre Mille (Dendrologue-xylologue), Sébastien Gaime et Fabrice Gauthier (INRAP Rhône-Alpes-Auvergne)

2 .  Le liant « plâtre » comme matériau de hourdage et d’enduit de façade  – Philippe Bertone  (SARL,  » les ateliers du paysage » – Bayons –PACA : www.ateliers-du-paysage.com )

3 .  L’organisation des chaînages dans les murs en pierre: L’exemple de Guédelon – Florian Renucci, Philippe Delage (Chantier de Guédelon)

Discussions et repas

– La pierre –

4. L’approvisionnement en pierres de la ville d’Angers (Ier-XIXe siècles, évolution dans le choix des matériaux – Daniel Prigent (Service Départemental du maine-et-Loire)

5 . La taille des moellons lors de la restauration du site antique d’Alba – Joëlle Tardieu (SRA de Lyon)

6. Démonstration à l’échelle du 1/5e (maquettes) des principes de bardage des pierres et du bois – Philippe Griot (Tailleur de pierre à Cluny)

7 . Mise en œuvre autoportante d’un monument en pierre au Ve siècle en Syrie – Gérard Charpentier (CNRS – USR 3439 – MOM, Lyon)

Séminaire du 23 novembre 2012

Le séminaire aura lieu en salle J. Reinach, au 4e étage de la MOM (7 rue Raulin – 69007- Lyon), de 9h30 à 17h30.

Programme

  • Ph. Griot (tailleur de pierre) : La notion de temps dans la construction au XIIe siècle (transport, maçonnerie et taille de pierre). Maison type à Cluny et expérimentation. 
  • M. Viré (Inrap) : Les carrières de Paris.
  •  C. Guffond (Conseil Général de  Haute-Savoie) et L. d’Agostino (Hadès) : « Matériaux, provenances et mises en œuvre sur le site des châteaux d’Allinges (74) » 

Déjeuner

  •  A. Blanc (géologue -LRMH), Comparaison des marbres et granites d’Ephèse (ville romaine) avec les marbres et granites byzantins de Constantinople.
  •  B. Clément (doctorant), Gaillot S. (SAVL), Tronchère H. (SAVL), Pioger A. (SAVL). : Typologie et origine du granulat des mortiers de l’îlot central de l’Antiquaille (Lyon 5e) : études préliminaires.