Archives de catégorie : La pierre

Le mausolée pyramidal du village de Sergilla, Syrie du Nord

Présenté par Gérard Charpentier lors du séminaire du 14 novembre 2014

De l’hypothèse à l’expérimentation d’un mode de construction au VIe siècle

Résumé extrait d’un article paru en 2005 – « La construction du Mausolée pyramidal de Sergilla : Étude de cas », dans Tempora vol. 14-15, USJ, Beyrouth,pp. 123-132.

            Cette maquette en pierre a été réalisée suite aux nombreux échanges qui se sont déroulés à l’Université Lyon 2 (Maison de l’Orient et de la Méditerranée) entre praticiens et chercheurs dans le cadre d’une recherche sur « les chantiers et les matériaux de construction ».

(c) G. Charpentier - Le dégagement des blocs éboulés à l’intérieur du Mausolée ; vue de l’Ouest
(c) G. Charpentier – Le dégagement des blocs éboulés à l’intérieur du Mausolée ; vue de l’Ouest

            Il s’agit d’un petit mausolée situé à la périphérie d’un village antique en Syrie du Nord et daté du VIe siècle de notre ère par son architecture et son décor. Comme la plupart des bâtiments protobyzantins de cette région, ce monument utilise des blocs en calcaire posés à joints secs et sans scellement. Implanté dans un renfoncement du relief, sa partie basse est taillée dans la roche calcaire, tandis que sa façade principale et ses murs latéraux, en partie haute, sont érigés en pierres de taille. Les vestiges sont conservés in situ jusqu’au niveau des corniches des murs de la salle funéraire. L’entrée est ornée d’un cadre mouluré et le seuil porte les traces caractéristiques d’une porte en basalte disparue depuis longtemps.

            En revanche, la couverture de l’édifice s’est entièrement effondrée. Une trentaine de blocs ont été dégagés à l’intérieur et aux abords immédiats du mausolée (fig.1). Tous ces blocs ont été enregistrés en position de chute. Les plus caractéristiques ont été relevés afin de restituer la couverture pyramidale de ce petit monument.

            Ce toit pyramidal équivaut à une structure autoportante. En vue de valider cette hypothèse, Ph. Griot, tailleur de pierre à Cluny, propose d’expérimenter le procédé à travers la réalisation d’une maquette à l’échelle du 1/5e.

(c) G. Charpentier - La maquette de restitution du toit pyramidal
(c) G. Charpentier – La maquette de restitution du toit pyramidal

            L’assise supérieure des murs latéraux constitue la base de la maquette (fig.2). Elle est constituée de blocs moulurés sur lesquels repose la première assise de la couverture. Les traces relevées au lit d’attente des blocs de corniche permettent de restituer précisément une base du pyramidion rectangulaire proche du carré (3,55 m. sur 3,40 m.). Cette différence de 15 cm se retrouve au lit d’attente du bloc sommital du toit pyramidal qui est en définitive tronqué. Ce pyramidion est composé de sept assises dont les quatre faces présentent la même inclinaison (fig.3). Le montage est caractérisé par un appareil isodome irrégulier et les 5 premières assises font 37 cm de hauteur moyenne. En revanche, la sixième assise est constituée de trois blocs de 42 cm de hauteur dont l’assemblage est restitué d’après les traces d’épaulement visibles sur les parements intérieurs. Le bloc trapézoïdal de 52 cm de hauteur équivaut à la dernière assise (fig.4). Sa face supérieure de 42 cm sur 27 cm porte la trace d’un scellement destiné à ancrer le bloc de couronnement représenté par une colonnette ornée de deux croix.

            La couverture pyramidale est bien une structure autoportante. À partir d’un montage réalisé assise par assise, le rapport entre l’angle de la pente, la masse et la forme de chaque bloc permet d’annuler tout effet de dévers.

(c) G. Charpentier - Restitution du mausolée pyramidal; coupe Est-Ouest
(c) G. Charpentier – Restitution du mausolée pyramidal; coupe Est-Ouest

Le bardage et la pose des blocs se faisaient à partir d’un échafaudage extérieur qui reposait en partie sur des crétiaux soigneusement taillés au nu du parement de chaque bloc. Ces éléments d’échafaudage, intégrés dans la structure en pierre suivant un dispositif régulier, servaient par la suite d’éléments d’ornementation. La réalisation d’une telle construction implique une parfaite connaissance de la stéréotomie (chaque bloc ayant sa place spécifique dans l’édifice). Elle nécessite aussi une organisation rigoureuse du chantier. Soit on taillait les blocs sur place en fonction des demandes précises de l’appareilleur, soit l’ensemble de l’ouvrage était réalisé en atelier ou à proximité du chantier avant d’être remonté sur place en une seule fois. Cette seconde hypothèse implique un enregistrement systématique des blocs dont il ne reste plus aucune trace archéologique. Ces marques réalisées à la peinture ou à la chaux ont pu disparaître au fil du temps, comme s’effaceront les marques de craies nécessaires au démontage et au remontage de cette maquette.

En définitive, ce mausolée pyramidal, loin d’être exceptionnel par sa taille, est cependant révélateur du savoir faire et de l’esprit d’invention des bâtisseurs des campagnes de la Syrie du Nord qui n’ont cessé de construire entre le Ve et VIe siècles de notre ère pour nous offrir un patrimoine exceptionnel qui est aujourd’hui gravement menacé.

(c) Gérard Charpentier - Vue du bloc sommital de la couverture pyramidale
(c) Gérard Charpentier – Vue du bloc sommital de la couverture pyramidale

Les modules de blocs de la maçonnerie ptolémaïque

Présenté par Emmanuel Laroze lors du séminaire du 3 avril 2015.

En Haute-Égypte, les temples en grès des époques ptolémaïque puis romaine comportent quelques singularités en matière de construction et plus précisément, dans la mise en place des blocs : les assises ainsi, sont parfaitement horizontales et établies sans décrochement. Cette caractéristique de la maçonnerie s’explique par la normalisation des blocs, dont la hauteur moyenne reste d’environ 0.48 m -soit proche d’un coudée- et dont le poids ne dépasse qu’exceptionnellement la tonne. Cette standardisation relative résulte pour partie d’une logique quasi-industrielle à l’œuvre dans la procédure de production (modalités de répartition des tâches, succession linéaire des opérations, impératifs productivistes) ; elle constitue également une solution de compromis à différents facteurs éventuellement contraignants : l’extraction de la pierre, le transport, la pose des blocs et la solidité de l’ouvrage.

Par ailleurs et conjointement à l’utilisation de ce « module », des blocs « hors normes » -beaucoup plus grands- ont été employés afin de répondre à des sollicitations particulières. On trouve quelques exemples de ces grands monolithes parmi les dalles de plafond, les linteaux, les chapiteaux mais aussi dans la cage d’escalier. La coexistence de ces deux catégories de blocs dans l’édifice, l’une spécifique aux murs et l’autre aux éléments soumis à des flexions, traduit le souci qu’ont eu les égyptiens de la durabilité de leur ouvrage, et témoigne de leur remarquable optimisation du chantier.

Références bibliographiques :

FAUERBACH , Ulrike, Der grosse Pylon des Horus-Tempels von Edfu. Eine Bauforscherische Untersuchung, Inaugural Dissertation in der Fakültät Geschichts – und Geowissenschaften der Otto-Friedrich – Universität Bamberg, Bamberg 2005.
https://opus4.kobv.de/opus4-bamberg/frontdoor/index/index/docId/198

GOLVIN Jean.-Claude, LARRONDE Jean, « Étude des procédés de construction dans l’Égypte ancienne, I. L’édification des murs de grès en grand appareil à l’époque romaine », ASAE 68, 1982, p. 165-190.

ZIGNANI, Pierre, Le temple d’Hathor à Dendara, relevés et étude architecturale, BdE 146, Ifao, Le Caire, 2010.

Les arêtes de poisson : une perpétuelle redécouverte

Complément à la présentation d’Emmanuel Bernot et Stéphane Gaillot sur Les arêtes de poisson : éléments de discussion sur la construction d’un ouvrage antique atypique.

La lente urbanisation des pentes de la Croix-Rousse tire le réseau de galeries « en arêtes de poisson » de l’oubli dans lequel le Moyen Âge l’avait laissé sombrer.

Depuis la construction d’une nouvelle enceinte urbaine, dans la première moitié du XVIe siècle, les travaux d’aménagement des pentes de la Croix-Rousse, sont régulièrement l’occasion d’exhumer des parties de cet incroyable édifice.

En 1651, Thomas Hénault, maître plombier et fontainier, chargé de l’alimentation en eau des nouvelles fontaines de l’Hôtel de Ville, dérive vers un réservoir construit à l’angle de la rue des Fantasques et de la montée Saint-Sébastien, au moyen d’une galerie souterraine maçonnée, les eaux qui fluaient dans les deux antennes du réseau et dont les habitants du quartier du Griffon soupçonnaient l’existence depuis 1618 au moins.

Les travaux de construction des immeubles de l’actuelle place Chazette, entrepris à partir de 1744 sur un terrain du bord du Rhône acquis deux ans plus tôt des religieuses de Saint-Pierre, mettent au jour le débouché oriental du réseau. Les promoteurs, parmi lesquels l’architecte Soufflot, tirent astucieusement parti de cette eau de source acheminée sans effort en édifiant au devant des immeubles un puits percé dans la voûte de la galerie. Pour maintenir le passage de l’eau jusqu’à ce réservoir improvisé, ils rétablissent en amont un tronçon de galerie vraisemblablement effondré lors de la construction des caves.

Le lotissement de l’ancien clos religieux des Colinettes, sur la balme Saint-Clair, entrepris à partir de 1826, par d’autres promoteurs, les frères Bodin, entraîne de nouvelles découvertes : Joseph-François Artaud observe ainsi d’épaisses murailles, des chambres souterraines qui lui paraissent appartenir à des fortifications antiques et à une source qui devait fournir de l’eau à ce lieu de défense. Il en dresse deux coupes et un plan très partiel qu’Antoine-Marie Chenavard publie en 1850. Destinées à améliorer le rendement des puits aménagés dans ces nouveaux immeubles, les galeries d’adduction d’eau connectées au réseau des « arêtes » remontent pour la plupart à cette période.

Les arêtes de poisson : éléments de discussion sur la construction d’un ouvrage antique atypique

Présenté par Emmanuel Bernot et Stéphane Gaillot (SAVL) lors du séminaire du 3 avril 2015.

En 2008, le projet de doublement du tunnel de la Croix-Rousse entrepris par la Communauté urbaine de Lyon a été l’occasion pour les archéologues du Service archéologique de la Ville de Lyon de réaliser une étude approfondie du réseau de galeries souterraines dit « des arêtes de poisson ». Ce diagnostic d’archéologie préventive s’est fait en étroite collaboration avec l’Unité Galerie de la Communauté urbaine, en charge de la surveillance et de l’entretien des galeries souterraines de l’agglomération.

Le réseau de galeries se développe d’est en ouest depuis le Rhône. Il s’articule autour d’une galerie principale (la colonne vertébrale), longue de 156 m et marquée par trois coudes successifs, de part et d’autre de laquelle se déploient trente-deux galeries, organisées par paires (les « arêtes », auxquelles le réseau doit son nom). Chacune de ces arêtes, longue d’une trentaine de mètres et terminée en cul-de-sac, est reliée à la colonne vertébrale par un puits carré de 1,9 m de côté. A l’origine, seize puits remontaient à la surface et descendaient vers une seconde colonne vertébrale, construite à l’aplomb de la première, dont elle reprend le plan sans toutefois desservir d’arête. Au total, pour le réseau en « arêtes de poisson », plus de 1,4 km de galeries et près de 480 m de puits ont été creusés et maçonnés.

Au nord, plusieurs autres galeries (les antennes), s’inscrivent dans la continuité de l’ouvrage. Elles sont connectées aux « arêtes de poisson » par l’intermédiaire d’une galerie longue de 123 m.

L’extension septentrionale du réseau est formée de deux galeries parallèles, orientées d’est en ouest et dont l’extrémité est localisée à proximité de la rue des Fantasques. L’antenne nord peut être restituée sur une longueur d’au moins 215 m et l’antenne méridionale est pour sa part conservée sur 296 m. On trouve plus au sud un troisième tronçon de galerie long de 12,8 m et parallèle aux deux antennes. Ces trois galeries sont distantes les unes des autres de 12 à 13 m. Enfin, elles ont été percées à des altitudes différentes, ce qui les situe à des profondeurs comprises entre 7,5 et 17 m.

Des salles voûtées ont été construites, à intervalle variable, au-dessus des antennes. Elles semblent bâties sur le même plan, bien visible pour deux d’entre elles qui sont presque intégralement conservées. Neuf salles peuvent être restituées grâce aux observations de terrain, aux plans anciens et aux documents d’archives. Sept d’entre elles relient les antennes nord et sud ; les deux autres, situées à l’extrémité orientale des antennes, s’étendent jusqu’à l’embryon de galerie situé plus au sud.

Les dimensions de ces salles semblent constantes. Si elles débordent toutes légèrement au nord de l’antenne septentrionale, elles se développent essentiellement vers le sud jusqu’à l’aplomb de l’antenne méridionale. Chaque salle, de 3,75 m de large, est surmontée de deux voûtes en berceau de hauteurs différentes.

Le percement des galeries du réseau s’est opéré à partir des puits. Ces derniers ont d’abord servi de repères topographiques, en permettant de projeter sous terre le plan qu’ils dessinaient en surface. En direction du Rhône, les trois coudes successifs formés par le réseau des galeries en « arêtes de poisson » pourraient être dus à l’affleurement du granite que les bâtisseurs auraient renoncé à creuser en raison de sa résistance mécanique. Durant le chantier, les puits ont pu être à la fois utilisés pour extraire les matériaux issus du creusement des galeries, et pour y acheminer les matériaux de construction. On peut estimer à plus de 11 500 m3 le volume de sédiment extrait de la seule partie du réseau dite en « arêtes de poisson ». Sans doute les puits ont-ils aussi servi de cheminées d’aération et d’accès pour l’abondante main-d’œuvre que le chantier a dû mobiliser. Ils sont en revanche insuffisants pour avoir, à eux seuls, permis l’éclairage nécessaire à ces travaux.

C:Philippe3DLes applicationsLes arêtes de poissonPLAN

Toutes les galeries constituant le réseau des « arêtes » sont maçonnées et présentent une homogénéité de construction, tant dans leurs gabarits (environ 1,9 m de large) que dans les matériaux mis en œuvre ; seules les hauteurs peuvent varier. Leur voûtement s’est fait par tronçon de 1,8 à 3,2 m de long, en s’appuyant sur des cintres en bois  disposés en moyenne tous les 80 cm. A l’exception de quelques grès fins provenant du substrat local, les maçonneries sont très majoritairement composées d’un calcaire beigeâtre à grosses entroques et rares lits silicifiés, qui parait provenir des environs du village de La Salle, situé en vallée de Saône, à environ 80 km au nord de Lyon.

L’homogénéité de la maçonnerie comme l’absence de trace de reprise montre que le réseau « en arêtes de poisson » forme un ensemble architectural cohérent qui, de la rive du Rhône au plateau de la Croix-Rousse, relève d’une seule et même campagne de construction. Les datations au carbone 14 des charbons et fragments de bois prélevés, en plusieurs points du réseau, dans le mortier de la structure nous fournissent une datation de cet édifice se situant autour du changement d’ère.

Pour aller plus loin : Une perpétuelle redécouverte

Les maçonneries des magasins du front de mer à Délos (Grèce)

Par J.-J. Malmary (IRAA), P. Karvonis (Académie des Sciences d’Athènes)

(Photo à la une : Fig. 1. Délos, Magasin des Colonnes, mur est de la pièce XXVI)

Pavlos Karvonis, archéologue de l’Académie des Sciences d’Athènes et Jean-Jacques Malmary, architecte à l’IRAA, mènent depuis 2009 l’étude de trois îlots commerciaux du front de mer occidental de Délos qui ont été construits à la fin de l’époque hellénistique (IIe-Ier s. av. J.-C.) : le Magasin des Colonnes, le Magasin δ, dit “à la baignoire”, et le Groupe ε (Fig. 2). Les deux premiers îlots comportent des édifices de conception assez unitaire, du moins dans leur état actuel. Ils sont organisés autour de cours et comportent tous des rangs de pièces similaires ouvrant sur le rivage occidental. Le Groupe ε, ayant vraisemblablement connu un développement plus complexe et tourmenté, réunit néanmoins des constructions plus hétérogènes. Leur position en front de mer, leur configuration et leur surface exceptionnelles pour Délos et la période de leur construction sont autant d’indications qui ont conduit à les lier au commerce international de l’île à la même époque.

plan
Fig.  2. Plan du Magasin des Colonnes, du Magasin δ et du Groupe ε, 1/500 (dessin : JJM).

Cette étude a débuté dans le cadre du projet ANR « Entrepôts et systèmes de stockage du Monde Gréco-Romain antique » sous la direction de Véronique Chankowski, Xavier Lafon et Catherine Virlouvet. À l’issue de ce projet qui prit fin en 2012, l’étude de ces monuments s’est poursuivie avec pour objectif la publication d’une monographie architecturale.

Pour la journée d’étude du 16 janvier 2015, la présentation a porté sur les matériaux et les techniques de construction des murs de ces édifices et notamment sur le gneiss qui en est le matériau principal. Ces murs sont assez similaires à la plupart de ceux des autres quartiers hellénistiques de Délos. Parmi les descriptions dont ces derniers ont fait l’objet dès leur découverte au tournant du XIXe et du XXe s., la plus complète fut rédigée par Joseph Chamonard dans son étude sur le Quartier du théâtre[1]. Fondée sur son travail, l’étude des murs des magasins du Front de mer a consisté à décliner tous les aspects du problème en tentant d’approfondir les rares points peu développés par l’auteur : les matériaux de construction et leur provenance par l’étude des caractéristiques minérales des roches et leurs modes d’extraction, la structure des murs à parements et remplissage, la définition de leur appareil étroitement lié aux techniques de construction (homogénéité d’emploi des matériaux, qualité d’ajustement des pierres entre elles, les traitements des raccordements de murs, qualités de mise en œuvre), le liant qui assurait la jonction des pierres, l’enduit qui les recouvrait et, enfin, la distinction des modes et des qualités de mise en œuvre et leur repérage au sein d’une construction.

Les études des qualités de mise en œuvre du même appareil et du traitement des angles et des têtes de mur s’avèrent particulièrement intéressantes non seulement pour comprendre la construction de ces édifices mais également pour identifier les transformations qu’ils ont connues par la suite. Outre ces questions générales qui sont actuellement en cours d’étude, ce travail a permis de préciser des points techniques que J. Chamonard avait exposés dans sa publication de façon assez sommaire. Pour les murs en gneiss de Délos, la recherche de règles générales est un exercice difficile et périlleux car elles sont bien souvent réfutées par nombre d’exceptions. Il ressort néanmoins des observations faites sur ces murs que l’économie de la construction fut au centre des préoccupations. Les indices manquent évidemment pour déterminer si cette économie concerne plus la consommation de matière que le nombre et les aptitudes des ouvriers ou encore une gestion mesurée de leurs efforts durant le chantier. Cette économie devait également favoriser la rapidité de construction.

Fig. 3. Principes de construction des murs, Magasin des Colonnes, mur est de la pièce XII (dessin : JJM).
Fig. 3. Principes de construction des murs, Magasin des Colonnes, mur est de la pièce XII (dessin : JJM).

Les caractéristiques minérales du gneiss, principalement sa schistosité, ont conduit à l’élaboration d’une technique particulière d’agencement des pierres. Mais cette technique n’est pas seulement déterminée par le matériau. La définition de l’appareil des murs tend à les rapprocher des murs en grand appareil trapézoïdal à décrochements et « bouchons »[2] (Fig. 3). Ces traits communs avec le grand appareil semblent révéler une transposition des techniques de l’architecture monumentale, certes avec un moindre degré d’exigence, sur des constructions plus modestes. Par ailleurs, cette technique varie en fonction du soin apporté à la mise en œuvre, notamment la variation de la qualité d’ajustement des pierres connexes ou en fonction de la provenance des matériaux. Les matériaux pouvaient être directement extraits de carrières ou remployés. Les parements de qualité supérieure sont clairement identifiables par des pierres de tailles et de formes homogènes, des joints serrés, un ajustement précis des pierres les unes par rapport aux autres. Ils sont presque toujours placés en des endroits particuliers de l’édifice : parois extérieures, murs de soutènement, etc. A contrario, les parois intérieures, qui sont de fait protégées des intempéries, sont généralement moins régulières. Le traitement des angles semble également avoir fait l’objet de choix liés à une économie générale de la construction : les besaces et les parements continus au niveau des têtes de mur semblent avoir été seulement mis en œuvre aux endroits qui le nécessitaient impérieusement. Les parois ou les angles réguliers exigeaient assurément une plus grande attention du maçon lors de la mise en œuvre et une plus grande uniformité dans le gabarit des moellons. Ces modes de mise en œuvre étaient par conséquent appliqués exclusivement aux endroits qui le requéraient et leur emploi circonspect devait représenter à la fois une économie de matière et un gain d’effort et de temps.

Une exception notable vis-à-vis des règles précitées, concernant notamment la dissemblance des parements externes et internes, s’observe au sein d’un certain nombre de parois du Magasin des Colonnes. Elles furent construites avec une majorité de blocs et de moellons réemployés (blocs rubéfiés disposés sporadiquement dans le parement, hétérogénéité des tailles et des formes des blocs et des moellons). On observe par endroits une volonté de distinction entre intérieur et extérieur mais elle est plus difficile à percevoir. Dans ce cas, les maçons ne purent pas tirer profit du tri naturel des pierres extraites de mêmes bancs de carrière et dont la taille et la forme varient assez peu de proche en proche au grès de la progression de l’extraction. Mais ils n’opérèrent pas non plus un rangement très rigoureux des moellons issus de démolitions ou de destructions avant leur mise en place dans le mur. L’agencement plus aléatoire de blocs et de moellons remployés explique ainsi le caractère assez exceptionnel de ces parois. Sans doute, une exigence de rapidité de construction est une seconde cause non négligeable.

Si la structure et les techniques de construction de ces murs sont maintenant assez bien comprises, il demeure difficile d’en savoir plus sans une analyse précise des matériaux et sans une expérience réelle de leur extraction, leur taille et leur mise en œuvre. Par exemple, la composition exacte du mortier de terre et de l’enduit, de même que la préparation et le bardage des moellons au cours du chantier restent à ce jour mal connus. Des consolidations s’avèrent aujourd’hui nécessaires à la préservation de ces murs. Il faut espérer qu’elles seront l’occasion de reconstruire les parties effondrées en tentant d’imiter les techniques anciennes et en réduisant au minimum l’emploi et l’impact de techniques et de matériaux contemporains. Nous espérons que ces expériences fourniront de précieuses indications sur les problèmes réels et concrets posés par le chantier.

 —

[1] Joseph Chamonard, EAD, fasc. VIII, Le quartier du théâtre, 2, ÉFA, E. de Boccard, Paris, 1924, p. 233-244.

[2] Anastasios Kimonos Orlandos, Les matériaux de construction et la technique architecturale des anciens grecs, 2nde partie, Paris, 1968, p. 135-136.

L’exploitation de chaux des Eaux-Belles à Etrembières (74)

Présenté par Christophe GUFFOND et Samir MAHFOUDI (Service archéologie et patrimoine bâti / Conseil général de la Haute-Savoie) lors du séminaire du vendredi 16 janvier 2015.

 Lambert II étendu : X 0899.920 / Y 2137.903 / Z 417 m

 Dans le cadre de la mission d’inventaire du patrimoine hydraulique, des artifices hydrauliques situés sur la commune d’Etrembières (74) au lieu-dit les Eaux-Belles ont fait l’objet d’une étude associant démarche d’inventaire, étude historique et étude archéologique. Cette dernière s’est notamment appuyée sur une campagne de relevés lasergrammétriques commandée par l’Agglomération d’Annemasse, propriétaire du site. L’approche s’est poursuivie avec une prospection sur le versant nord de la montagne du Petit Salève.

Tiraillé entre l’aire urbaine d’Annemasse et de Saint-Julien-en-Genevois, ce bassin de vie prolonge celui de Genève dans sa partie sud-est. L’urbanisation éparse suit un axe est-ouest, le long des grandes voies de communication. Affluent du Rhône, La rivière de l’Arve dessine en ce point les contours nord de la commune alors que la partie sud bute sur les contreforts du massif du Salève.

Attesté depuis 1474, un moulin des Eaux-Belles dépendait alors du château de Chatillon, situé à 500 mètres plus à l’est dans les plaines. L’étude des cadastres sarde (1730) et français (1900), des fondés en titre, des droits d’eau, des archives liées au captage de la source des Eaux-Belles et des fonds iconographiques nous permettent de mieux appréhender ce site. En 1810, ce dernier comprend trois artifices, chacun disposant d’une roue pour la mouture du blé, et un battoir à chaux. Entre 1882 et 1939, le battoir à chaux est progressivement transformé en maison d’habitation alors que le moulin à blé subit des transformations dès 1882 pour accueillir une machine à vapeur afin d’aider au pompage de l’eau. Successivement reconverti en station de traitement et en maison d’habitation, le moulin ne subsiste qu’à l’état de vestiges ; le canal de dérivation envasé et le bâtiment du battoir effondré complètent cet ensemble.

Le site des Eaux Belles compte donc d’abord le moulin, qui comprend des éléments en réemploi dont un millésimé (ancien linteau portant la date de 1774 réutilisé en tablette de fenêtre). Ensuite viennent les vestiges du battoir à chaux, passé à l’état de ruine au milieu du XXe siècle, ainsi que le montrent les photos aériennes du secteur. Cet édifice connaît au moins deux états si l’on se base tant sur l’iconographie disponible que sur l’observation des vestiges. Il convient de noter que dans les décombres du battoir a été retrouvé un bloc millésimé portant cette même date de 1774 (datant un programme de reconstruction du site ?)…

Les vestiges du four à chaux, implanté 150 m au sud-ouest du battoir mais surtout dans la pente au bord d’un talweg où coule le ruisseau des Eaux-Belles, indiquent qu’il s’agit d’un four permanent et très vraisemblablement à cuisson intermittente longue flamme. Aucune trace de la cuve ni même du comblement destiné à faire le tampon thermique entre celle-ci et la structure maçonnée. Du four subsiste l’élévation ouest, percée de la gueule du four. Ancré dans la pente sur son côté sud, l’angle nord-ouest est renforcé par un contrefort. L’élévation ouest présente une longueur de 8 m en façade en raison de l’aménagement qui permet d’alimenter le gueulard du four.

Four_a_chaux (1)

Les carrières repérées sur les pentes du Salève et pouvant potentiellement alimenter le four s’ouvrent autant dans les niveaux de calcaires roux (inférieurs) qu’urgoniens (supérieurs). Des parcours de différents types ont pu être observés autour du four et des artifices hydrauliques, dont le rôle est plus ou moins identifié : l’alimentation du four depuis les carrières peut se faire tant par des châbles (glissoirs aménagés dans la pente) que par un chemin piétonnier. Un axe carrossable partant du four vers le sud (doté d’un mur de soutènement) permet peut-être l’évacuation de la chaux. Enfin le site des moulins compte des aménagements (rampes, quais, chemins… ) permettant le chargement et l’évacuation de véhicules.

Les vestiges de fours provisoires ont été repérés aux abords du site. Des documents iconographiques offrent d’ailleurs des représentations de fours à chaux sur la commune limitrophe de Monnetier-Mornex, également située dans le Salève. Deux vues de Joseph-François Burdallet (datées de 1847 et 1848) et conservées au Centre d’Iconographie Genevoise livrent la vision précise de deux fours dont le modèle est très proche de fours décrits dans des textes médiévaux (exemple des raffours du château de Pont d’Ain pour 1335-1336).

En 1317-1319, de la chaux provenant des environs d’Etrembières (Veyrier / Le Pas de l’Echelle) est employée pour des travaux de construction au château de Ville-la-Grand. Un peu plus au sud, sur le territoire de Présilly, et dans l’emprise du domaine de la chartreuse de Pomier (fondée vers 1170), connue pour l’activité métallurgique qu’elle a suscité, pas moins d’une quarantaine de fours provisoires ont pu être repérés. L’enquête Despine (1829) sur l’exploitation forestière savoyarde tend à montrer la permanence des modes de production de chaux du Moyen Âge jusqu’à la première moitié du XIXe siècle. Selon ces statistiques, dans la province sarde de Saint-Julien, les communes qui préparent le plus de chaux sont celles de Monnetier-Mornex, Esery et Etrembières, faisant  50 à 60 fours (entendre cuissons) par an. Chaque cuisson consomme 1000 à 1200 fagots, représentant une consommation totale de 3000 stères de bois, soit une moyenne de 55 m3 par cuisson !

Ces différents éléments montrent que les vestiges actuels des Eaux-Belles sont les héritiers d’une exploitation extractive (pour la production de moellons) et chaufournière qui s’est développée au moins depuis le Moyen Âge, ainsi que l’atteste le panneau du retable peint par Konrad Witz en 1444, connu sous le nom de Pêche miraculeuse (Musée d’Art et d’Histoire de Genève).

L’économie du chantier de construction : la pierre

Présenté par Florian Renucci (Chantier expérimental de Guédelon) lors du séminaire du vendredi 14 novembre 2014.

Introduction : Bref historique de l’utilisation de la pierre à Guédelon

 • De 1998 à 2002 : Escarpes en grès taillé : ce travail répétitif nous pousse à simplifier la finition des pierres vers un aspect économique « broché éclaté ».

• 2003 à 2006 : Construction du rez-de-chaussée du logis, mise en œuvre du grès pour la taille des ouvrages appareillé : 5 portes, 1 fenêtre cuisine, 1 cheminée cuisine, 3 jours en archère, l’escalier grand degré. Construction du rez-de-chaussée de la tour maîtresse et de la tour de la chapelle : 2 portes, 8 archères.

• 2007 à 2009 : Choix de réaliser le programme des fenêtres de l’étage du logis en calcaire marbrier appareillé, générant une polychromie décorative : 5 fenêtres géminées, 3 portes intérieures, 2 cheminées. Programme de standardisation des ouvrages, mise en œuvre plus rapide pour les maçons qui posent des fenêtres/portes : archères déjà pré-taillées et vérifiées avant leur pose.

• 2010 à 2011 : Courtines et voûte de la tour maîtresse

• 2012 à 2013 : Tour des essarteurs et carrière sur 2 niveaux avec panachage des pierres de taille en calcaire marbrier.

• 2014 : Tour de la chapelle avec arrivée d’un calcaire plus tendre pour le programme de sculpture.

• Carte géologique de la région : Comme tous les monuments médiévaux de la région, Guédelon est situé sur un double affleurement de pierre d’œuvre : le grès et le calcaire appelant une mise en œuvre qui utilise les avantages techniques des différentes qualités de pierre.

Carte  géologique de la région de Treigny
Carte géologique de la région de Treigny

 

L’organisation des chaînages dans les murs en pierre

Présenté par Philippe Delage  et Florian Renucci (Chantier expérimental de Guédelon) lors du séminaire du 17 mai 2013

 La construction d’un mur de pierre, à la différence des architectures d’ossature de béton revient à structurer le mur avec des éléments dont la masse plus importante que les moellons du mur va, par empilement, constituer des éléments rigides.

Les murs médiévaux et antiques décrivent des stratégies pour que cet empilage soit stable.

L’art de l’appareillage et de la mise en œuvre de la pierre va concerner aussi bien les maîtres d’œuvre, les maîtres d’ouvrage pour le caractère ostentatoire, que les maçons et tailleurs.

C’est le thème transversal par excellence.

 1 / Problèmes liés à la prise du mortier : le flambement des murs de moellons (Florian)

Contenir des centaines de m3 de mortier mou dans des murs privés d’air revient à avoir un mur mou qui autorise des micros déplacements de pierre. Un mortier de chaux aérienne ne durcit pas en 2 jour et ne fait pas prise en 28 jours.

Schéma d’un mur en coupe
Schéma d’un mur en coupe

Le mur se tasse et s’écarte. Les tassements différentiels sont inévitables entre parement et remplissage qui s’enfonce  en poussant les parements vers l’extérieur. Continuer la lecture de L’organisation des chaînages dans les murs en pierre

Mise en œuvre de la pierre et des mortiers à Guédelon

Intervention de Philippe Delage  et Florian Renucci (Chantier expérimental de Guédelon) lors du séminaire du 18 janvier 2013

 Introduction

 L’expérience acquise par 15 ans de chantier à Guédelon permet :

  • d’identifier des savoir-faire de transformation de matériaux en relation avec des « cultures constructives »
  • de différencier  ce qui relève des choix volontaires (anthropiques) ou de données fortuites.
  • de déterminer des enchaînements logiques et chronologiques entre des opérations.

 Cela offre une  grille de lecture aux archéologues du bâti qui se posent des questions sur :

La technique du sciage des joints dans la maçonnerie ptolémaïque en grès

Par Emmanuel Laroze, étude réalisée en collaboration avec Antoine Garric (USR 3172)

Pour parvenir à l’ajustement parfait entre deux blocs de maçonnerie, les constructeurs antiques ont développé une technique efficace et simple qui consiste à scier simultanément leur face de joint. Cette action permet de donner un profil parfaitement identique aux deux faces qui sont destinées à venir en contact. Ainsi après un dernier resserrement le joint est parfait. Continuer la lecture de La technique du sciage des joints dans la maçonnerie ptolémaïque en grès

Les spolia du IVe aux VIIe siècles et les matériaux de construction des basiliques funéraires paléochrétiennes de Lyon

Par Jean-François Reynaud, Université Lumière Lyon 2

L’homélie XXIV d’Avit suggère vers 500 l’utilisation de gros blocs pour la construction de la crypte d’une église qui pourrait être Saint-Irénée « Ici le profil d’un flanc en pente n’a pas fourni d’aide appropriée pour l’établissement de degrés, comme un sol plat eut servi le dessein du constructeur pour la descente et la montée. La nature ne se prêtait pas à cette destination ; il a fallu l’y adapter, grâce à une série de supports intermédiaires que seule la magnificence des pierres précieuses dépasse en prestige ».

La vita de l’évêque Didier (637-660) (Vita Desiderii, BHL 2143) est plus explicite quand elle décrit la cathédrale de Cahors, construite « …en grand appareil…des fondations jusqu’au faîte, son œuvre fut achevée avec des pierres bien taillées », c’est-à-dire avec des remplois de matériaux antiques. Continuer la lecture de Les spolia du IVe aux VIIe siècles et les matériaux de construction des basiliques funéraires paléochrétiennes de Lyon

« …Pierres qui roulent… » : l’architecture de galets. Gisements et transports.

Par Joëlle TARDIEU, Ingénieur d’étude, SRA DRAC-Rhône-Alpes, UMR 5138

L’architecture de galets a fait l’objet d’une prospection thématique (1999-2000) qui a porté sur les départements de la Drôme, le sud-Isère et plus particulièrement sur le Bas-Dauphiné où ce mode de construction est devenu identitaire.

Saint-Roman (26) Maumuye. Epierrage © J. Tardieu
Saint-Roman (26) Maumuye. Epierrage
© J. Tardieu

La première particularité de ce matériau est qu’il est à la fois d’origine locale et de provenances lointaines : en effet, ces « pierres qui roulent » que l’on ramasse à côté de chez-soi, ont été arrachées à la roche-mère, essentiellement sous l’effet du gel et viennent donc d’ailleurs. La seconde particularité est sa variété au sein d’un même gisement : ce sont surtout des calcaires, mais on trouve aussi des brèches, pouddingues, ainsi que – mais plus rarement – des granites et des basaltes…. Enfin ce matériau est caractéristique par la taille réduite des galets, par leur forme arrondie et allongée, par leur dureté qui les rend peu gélifs et leur éventail de coloris…. Continuer la lecture de « …Pierres qui roulent… » : l’architecture de galets. Gisements et transports.

Quelques notions sur la manutention dans la construction traditionnelle

Par Emmanuel Desroches, restaurateur de sculptures

Définition du sujet et enjeux de la recherche

La manutention des matériaux de construction est assurée par l’ensemble des métiers du bâtiment, de l’extraction à la mise en œuvre ; c’est une question omniprésente sur le chantier.
Partant de mon expérience sur les matériaux pierreux, ajoutant l’observation de traces archéologiques et la consultation de sources diverses (publiées ou verbales), je formule des déductions et des hypothèses. Il est en effet probable que certains problèmes et certaines solutions que j’ai pu rencontrer sont similaires à celles du passé.
Une manutention se structure logiquement ; elle se construit par une série de manœuvres, par la mise en œuvre de dispositifs, d’outils, et d’opérations non outillées, au service du but recherché.

Continuer la lecture de Quelques notions sur la manutention dans la construction traditionnelle

Carrières et extraction dans le Clunisois au XIIe siècle et moyens de transports

Par Philippe Griot, tailleur de Pierre, 25 mai MMXII ©

La construction religieuse et civile à Cluny et ses alentours est d’une richesse qui n’est plus à démontrer.

Ce patrimoine bâti est majoritairement fait de pierre maçonnée. Si la qualité de l’architecture n’a d’égal que l’étonnante variété des pierres utilisées. Il est possible d’affirmer comme généralité que chaque localité qui possède un bâtiment médiéval a pu exploiter un site de proximité producteur de calcaire, en grande majorité du calcaire dur, oolithique et à entroques . Par carrière il faut entendre des lieux d’extraction, dont la majorité ne sont plus lisibles de nos jours, parce que disparus sous la végétation ou les infrastructures.

Particularité des carrières du Clunisois
On distingue deux types principaux : les carrières exploitées par levage et en front de taille. Pour chacune d’elle, une technique spécifique avec l’outillage sommaire adapté et une production particulière de blocs. De fait, se pose la question des méthodes de transport adaptées à la variété des modules de pierre, puisque les distances entre carrières et chantiers de constructions représentent souvent plusieurs kilomètres. Continuer la lecture de Carrières et extraction dans le Clunisois au XIIe siècle et moyens de transports

Le transport maritime des matériaux de construction dans le monde antique

Matériaux de construction de l’Antiquité à la Révolution Industrielle

Par Emmanuel Nantet, docteur en Archéologie, Université de La Rochelle.

Depuis le développement considérable de l’archéologie sous-marine au cours de ces dernières décennies, les épaves ont livré un matériel abondant qui fournit de nombreux indices sur le transport maritime des matériaux de construction. Cependant, ces épaves ne sont presque jamais mentionnées dans les manuels d’architecture antique.

Les cargaisons contenant des tuiles sont dorénavant relativement bien connues, notamment grâce aux recherches d’Anne Joncheray. Comme c’est le cas pour l’épave Barthélemy B (1-25 de l’è. chr.), qui ne contenait que 100 tegulae et probablement 100 imbrices, nous constatons qu’elles étaient souvent embarquées sur de petits navires qui effectuaient des trajets à l’échelle locale. Continuer la lecture de Le transport maritime des matériaux de construction dans le monde antique