Archives de catégorie : Occident

Le pont-levis à flèches de la maison forte de Chevagnes (Allier)

Un exemple exceptionnel d’une construction défensive bourbonnaise durant la guerre de Cent Ans (1361) par Pierre Mille, Sébastien Gaime, Fabrice Gauthier.

Les fouilles préventives effectuées en 2007 par l’INRAP, au sud du bourg de Chevagnes à 15 km de Moulins, ont permis la mise au jour d’une structure hors du commun sur l’emplacement d’une maison forte édifiée au milieu du XIVe siècle.

Continuer la lecture de Le pont-levis à flèches de la maison forte de Chevagnes (Allier)

Le transport maritime des matériaux de construction dans le monde antique

Matériaux de construction de l’Antiquité à la Révolution Industrielle

Par Emmanuel Nantet, docteur en Archéologie, Université de La Rochelle.

Depuis le développement considérable de l’archéologie sous-marine au cours de ces dernières décennies, les épaves ont livré un matériel abondant qui fournit de nombreux indices sur le transport maritime des matériaux de construction. Cependant, ces épaves ne sont presque jamais mentionnées dans les manuels d’architecture antique.

Les cargaisons contenant des tuiles sont dorénavant relativement bien connues, notamment grâce aux recherches d’Anne Joncheray. Comme c’est le cas pour l’épave Barthélemy B (1-25 de l’è. chr.), qui ne contenait que 100 tegulae et probablement 100 imbrices, nous constatons qu’elles étaient souvent embarquées sur de petits navires qui effectuaient des trajets à l’échelle locale. Continuer la lecture de Le transport maritime des matériaux de construction dans le monde antique

La Carrière Antique de l’Estel Sud Vers – Pont du Gard

Par Mireille Vacca Goutoulli avec la collaboration de Véronique Vachon

(1) Lors de quatre campagnes de fouille, en 1998, 2000, 2001 et 2002, (Dir. M. Vacca-Goutoulli) nous ouvrions à l’étude près d’un hectare de sols de carrière, dans le cadre d’abord de l’Afan puis de l’Inrap, apportant de nouvelles données dans l’étude de l’exploitation antique de la pierre.

Carrière Antique de l’Estel – Vue prise de l’est – Août 2002 – © Inrap

Continuer la lecture de La Carrière Antique de l’Estel Sud Vers – Pont du Gard

Gisement et transport de la molasse en Chablais au Moyen-Âge

Par Anne BAUD, maître de conférence en Archéologie médiévale et membre du laboratoire Archéométrie et Archéologie et Anne SCHMITT, archéomètre et directrice de la MSH MOM.

contamine-a52feDès la deuxième moitié du XIIe siècle, les territoires correspondant à l’ancien diocèse de Genève, principalement soumis aux comtes et aux évêques de Genève, voient la formation de deux grandes seigneuries (Gex sur la rive droite du Rhône et Faucigny sur le cours de l’Arve) puis l’installation au nord-ouest du Petit-Lac des comtes de Savoie. Aux côtés de divers ordres religieux – chartreux, cisterciens, clunisiens et augustiniens – établis pour les premiers dès la fin du XIe siècle, de nouvelles fortifications contrôlent les cols, les vallées étroites et les avant-péages. Au XIIIe siècle, Annecy est capital des comtes de Genève. Continuer la lecture de Gisement et transport de la molasse en Chablais au Moyen-Âge

Modes et coût de transport des pierres de Caromb

 Par Philippe BERNARDI, Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris (LAMOP) et Jean-Marc MIGNON, Service archéologique de Vaucluse.

« Le 4e jour du mois de mai 1352 Bertrand Chapelier a compté 105 cannes carrées de dallage de dalles de Caromb, par lui conduites au palais, tant pour la chapelle, les terrasses et autres édifices du palais neuf… » (paiement de 218 florins).

plancharrettes-fddeb

C’est d’un paiement de ce type, relevé dans les comptes de construction du Palais des Papes d’Avignon, que nous en sommes venus à nous intéresser aux carrières de Caromb. Associés à des géologues du CICRP, nous nous sommes appliqués à essayer d’expliquer les raisons du recours à cette pierre ; trouvant dans ses caractéristiques pétrophysiques un embryon de réponse à nos questions. Continuer la lecture de Modes et coût de transport des pierres de Caromb

Extraction et évolution de l’approvisionnement en matériaux de construction de la colonie de Lyon à l’époque romaine (1er siècle avant J.C. – 3e siècle après J.-C.)

Par B. Clément et H. Savay-Guerraz

La colonie de Lugdunum, fondée en 43 av. J.-C. et occupée jusqu’au milieu du 3ème s. apr. J.-C., fut sans aucun doute une grosse consommatrice en matériaux de construction, aussi bien pour l’architecture monumentale que pour l’architecture domestique ou artisanale. Une rapide analyse des maçonneries encore en place aujourd’hui nous montre l’utilisation de matériaux hétérogènes. Comment ces chantiers étaient-ils approvisionnés en matériaux de construction et dans quelle mesure étaient-ils extraits sur place ou importés ? Continuer la lecture de Extraction et évolution de l’approvisionnement en matériaux de construction de la colonie de Lyon à l’époque romaine (1er siècle avant J.C. – 3e siècle après J.-C.)

La terre crue, matière à construire

Par David Gandreau et Chamsia Sadozaï

La terre crue se compose de grains de différents calibres qui se répartissent dans un large spectre granulométrique, du caillou à la particule d’argile (de 100 mm à 2µ de diamètre). Par un phénomène de cohésion capillaire, l’eau qui lie les grains entre eux assure, en grande partie, la solidité du matériau mis en œuvre pour la construction.
Dans certains cas, des stabilisants organiques (polysaccharides, lipides, protéines, autres..) ou physico-chimiques (chaux, plâtres..) permettent une résistance encore meilleure. Continuer la lecture de La terre crue, matière à construire

Les calcaires dans la cité antique de Feurs, gisements et emplois : un état de la question

Par Jean-Claude BEAL, maître de conférence en archéologie gallo-romaine, laboratoire Archéométrie et Archéologie, MSH MOM.

Adossée au Rhône à l’est, la cité des Ségusiaves s’étend, d’est en ouest, du confluent de l’Ain au fleuve jusqu’aux monts du Forez, et, du nord au sud, de la vallée de l’Ardières jusqu’à celle du Gier. Son territoire recouvrait donc pour l’essentiel les deux départements actuels du Rhône et de la Loire. À l’époque impériale, une partie de ce territoire a été prélevée pour constituer le territoire colonial de Lyon, dont les contours restent flous : on peut admettre que ce territoire allait de la basse vallée de l’Azergues à celle du Gier et que sa limite occidentale s’arrêtait dans les reliefs des monts du Lyonnais.
Cet espace ségusiave, dont la capitale était Forum Segusiavorum – Feurs (Loire), se structure autour de trois dépressions : à l’est, le val de Saône, à l’ouest (au-delà des monts du Lyonnais et du Beaujolais) les plaines d’effondrement du Roannais au nord et du Forez au sud, séparées l’une de l’autre par le seuil de Neulise. Continuer la lecture de Les calcaires dans la cité antique de Feurs, gisements et emplois : un état de la question

L’approvisionnement en bois sur le château de Guédelon (Yonne)

Par Florian Renucci (Chantier expérimental de Guédelon)

1. Le bois est en France le matériau négligé de la « doctrine » de restauration des Monuments Historiques pour plusieurs raisons :

  • Culture de la pierre et manque d’intérêt pour le bois de la part des « Castellologues » : Recours aux références de Viollet-le-Duc/ Haut Kunigsbourg.
  • Culture des Monuments Historiques : Restaurations pointues pour la pierre, le bois est relégué aux choix des entreprises de charpentes/couverture et soumis aux problématiques d’accessibilité et fonctionnalité : sorties/secours. Risque du «Kitch» dans le décor.
  • Bois médiéval : Problématiques de conservation muséographique des objets, distinctes des restitutions physiques de portes et fenêtres.
  • Une recherche empirique à Guédelon menée grâce aux données des visiteurs : Rencontre de J.-M. Huré avec un tonnelier qui l’a initié au bois fendu.
  • Applications de la méthode lors des premières expériences : le pont dormant en 2001. Par la rencontre de Frédéric Epaud en 2002, puis plus tard de M. Hoffsummer et P. Milles, mise au point progressive d’une véritable méthodologie de production du bois d’œuvre. Continuer la lecture de L’approvisionnement en bois sur le château de Guédelon (Yonne)

L’approvisionnement en matériaux sur les chantiers des sanctuaires grecs aux IVe et IIIe s. av. J.-C. d’après les comptes de Delphes, d’Épidaure et de Délos

Par Virginie Mathé (Université Lille 3 – HALMA-IPEL / IRAA)

Quelque 530 comptes gravés sur la pierre livrent de nombreuses informations sur l’approvisionnement en matériaux sur ces chantiers sacrés. L’origine des matériaux est parfois indiquée, mais elle doit le plus souvent être déduite, avec prudence, du lieu de départ du transport, du lieu d’achat ou de l’origine de l’artisan. Il faut aussi faire appel aux données archéologiques. L’approvisionnement de ces chantiers exceptionnels s’inscrit dans un commerce méditerranéen, voire plus lointain encore, bien qu’il soit avant tout local et régional. Continuer la lecture de L’approvisionnement en matériaux sur les chantiers des sanctuaires grecs aux IVe et IIIe s. av. J.-C. d’après les comptes de Delphes, d’Épidaure et de Délos

L’approvisionnement en pierres au château de Guédelon

Par Florian Renucci (Chantier expérimental de Guédelon)

1. Données géologiques

Carrière de Guédelon

  • Affleurements de la Formation des sables de Frécambault (Albien).
  • Les sables se sont déposés initialement dans des environnements marins peu profonds, dans un contexte hydrodynamique proche des estuaires actuels.
  • Les bancs de sables, stratifiés, enregistrent la migration de mégarides tidales sur le fond de la mer. Ces mégarides sont caractérisées par des litages obliques qui correspondent à leur front de progradation. Ces litages obliques présentent des alternances de lits fins et grossiers qui enregistrent les cycles diurnes de marée.
  • On observe ponctuellement des litages bidirectionnels (en arête de poisson) qui enregistrent successivement les courants bidirectionnels de flot et de jusant. C’est l’argument qui permet d’affirmer que ces sables ont été transportés par des courants de marée. Au sommet des bancs, donc au sommet des mégarides, on observe des petites rides (ripple marks) ; ces rides sont symétriques, il s’agit donc de rides de houle. Elle sont caractéristiques d’un environnement marin à très faible tranche d’eau ; à la limite de l’exondation.
  • Entre les strates de grès, les inter-bancs argileux correspondent à des ennoiement marins. Continuer la lecture de L’approvisionnement en pierres au château de Guédelon