L’approvisionnement en bois sur le château de Guédelon (Yonne)

Par Florian Renucci (Chantier expérimental de Guédelon)

1. Le bois est en France le matériau négligé de la « doctrine » de restauration des Monuments Historiques pour plusieurs raisons :

  • Culture de la pierre et manque d’intérêt pour le bois de la part des « Castellologues » : Recours aux références de Viollet-le-Duc/ Haut Kunigsbourg.
  • Culture des Monuments Historiques : Restaurations pointues pour la pierre, le bois est relégué aux choix des entreprises de charpentes/couverture et soumis aux problématiques d’accessibilité et fonctionnalité : sorties/secours. Risque du «Kitch» dans le décor.
  • Bois médiéval : Problématiques de conservation muséographique des objets, distinctes des restitutions physiques de portes et fenêtres.
  • Une recherche empirique à Guédelon menée grâce aux données des visiteurs : Rencontre de J.-M. Huré avec un tonnelier qui l’a initié au bois fendu.
  • Applications de la méthode lors des premières expériences : le pont dormant en 2001. Par la rencontre de Frédéric Epaud en 2002, puis plus tard de M. Hoffsummer et P. Milles, mise au point progressive d’une véritable méthodologie de production du bois d’œuvre. Continuer la lecture de L’approvisionnement en bois sur le château de Guédelon (Yonne)

L’approvisionnement en matériaux sur les chantiers des sanctuaires grecs aux IVe et IIIe s. av. J.-C. d’après les comptes de Delphes, d’Épidaure et de Délos

Par Virginie Mathé (Université Lille 3 – HALMA-IPEL / IRAA)

Quelque 530 comptes gravés sur la pierre livrent de nombreuses informations sur l’approvisionnement en matériaux sur ces chantiers sacrés. L’origine des matériaux est parfois indiquée, mais elle doit le plus souvent être déduite, avec prudence, du lieu de départ du transport, du lieu d’achat ou de l’origine de l’artisan. Il faut aussi faire appel aux données archéologiques. L’approvisionnement de ces chantiers exceptionnels s’inscrit dans un commerce méditerranéen, voire plus lointain encore, bien qu’il soit avant tout local et régional. Continuer la lecture de L’approvisionnement en matériaux sur les chantiers des sanctuaires grecs aux IVe et IIIe s. av. J.-C. d’après les comptes de Delphes, d’Épidaure et de Délos

L’approvisionnement en pierres au château de Guédelon

Par Florian Renucci (Chantier expérimental de Guédelon)

1. Données géologiques

Carrière de Guédelon

  • Affleurements de la Formation des sables de Frécambault (Albien).
  • Les sables se sont déposés initialement dans des environnements marins peu profonds, dans un contexte hydrodynamique proche des estuaires actuels.
  • Les bancs de sables, stratifiés, enregistrent la migration de mégarides tidales sur le fond de la mer. Ces mégarides sont caractérisées par des litages obliques qui correspondent à leur front de progradation. Ces litages obliques présentent des alternances de lits fins et grossiers qui enregistrent les cycles diurnes de marée.
  • On observe ponctuellement des litages bidirectionnels (en arête de poisson) qui enregistrent successivement les courants bidirectionnels de flot et de jusant. C’est l’argument qui permet d’affirmer que ces sables ont été transportés par des courants de marée. Au sommet des bancs, donc au sommet des mégarides, on observe des petites rides (ripple marks) ; ces rides sont symétriques, il s’agit donc de rides de houle. Elle sont caractéristiques d’un environnement marin à très faible tranche d’eau ; à la limite de l’exondation.
  • Entre les strates de grès, les inter-bancs argileux correspondent à des ennoiement marins. Continuer la lecture de L’approvisionnement en pierres au château de Guédelon