Une réhabilitation du plâtre dans les constructions traditionnelles du monde méditerranéen

Intervention de Philippe Bertone  Bertone, restaurateur, gypsier, stucateur, lors du colloque de Guédelon 2015.

Entreprise : Les Ateliers Du Paysage, 04300 Forcalquier, France
Site Internet : www.ateliers-du-paysage.com
Courriel : philippe.bertone[at]free.fr

Introduction

Le plâtre reste un matériau assez méconnu, souvent déconsidéré à partir d’idées reçues non fondées. Son utilisation remonte aux périodes anciennes sur une aire géographique très étendue, en raison notamment de sa grande résistance. Il constitue ainsi un des matériaux majeurs du patrimoine vernaculaire que nous continuons d’utiliser aujourd’hui avec les savoir-faire traditionnels.

Fig. 1 : Plâtre paysan grossier en hourdage dans les Alpes-de-Haute-Provence. © Ph. Bertone

On distingue aujourd’hui le« plâtre paysan » (fig. 1) , fabriqué localement par les agriculteurs, ou le plâtre traditionnel ou plâtre artisanal quand il est produit par des gypsiers (artisans producteurs), du plâtre industriel vendu dans le commerce et provenant exclusivement de la cuisson du gypse, roche sédimentaire aux multiples formes.

D’une manière générale, le plâtre est le plus ancien liant cuit utilisé en architecture pour réaliser des mortiers. Il est aussi employé pour fabriquer des enduits (intérieurs ou extérieurs) et des éléments de décor. Son utilisation est très diverse et s’applique aux constructions domestiques comme à l’architecture monumentale, toute époque confondue. Ainsi, aux alentours de 7000 ans av. J.-C., le plâtre a servi à la fois d’enduit de parois peintes, mais aussi de chapes de sol découvertes dans les constructions en terre du site de Catal-Hüyük en Anatolie (Turquie) . De même, les premières villes du Moyen-Orient sont bâties en moellons de gypse hourdés au plâtre, comme pour les Tours de Jéricho. Les architectes égyptiens l’utilisent à leur tour pour hourdir les énormes blocs de pierre des pyramides égyptiennes. Les civilisations crétoise, grecque, romaine, chypriote ont également laissé de nombreux vestiges de l’utilisation du plâtre en mortier, en enduit ou en support de peintures, comme à Cnossos (Crète, 2000 ans av. J.-C.), Pompéi, (Italie 1er siècle). Vitruve dans son traité « De Architectura » mentionne le stuc alors que Pline fait état dans son « Histoire Naturelle » de l’utilisation de moulages de plâtre dans le bâtiment. Son utilisation perdure sans discontinuer jusqu’au début de l’islam où les plus anciennes traces d’ornementations en plâtre ciselé remontent au viie et viiie siècle, à Samara (Iraq) jusqu’au Maghreb et dans l’Espagne arabo-andalouse du xe au xive siècle, ou encore dans la mosquée Ibn Touloun (Le Caire – Égypte) au ixe siècle.

Nous pourrions multiplier les exemples d’utilisation courante du plâtre dans les nombreuses régions, proches ou lointaines, où abondent les gisements de gypse indispensables à sa fabrication, comme au pourtour du bassin méditerranéen et notamment en France où sa production s’intensifie du le xve au xviiie siècles (fig. 2) .

Fig. 2 : Gypserie de l’escalier de Volonne, Alpes-de-Haute-Provence. © Ph. Bertone

La fabrication du plâtre artisanal ou paysan

Traditionnellement, le plâtre est produit localement, dans le cadre de structures individuelles ou semi-artisanales situées à proximité des gisements de gypse, l’agriculteur ou le maçon fabriquait lui-même le plâtre à partir des blocs de gypse extraits des carrières à l’aide de pics et de pioches (fig. 3).

Fig. 3 : Gypse, Durban, Aude. © Ph. Bertone

Pour les régions plus éloignées des affleurements, le gypse était transportés en blocs « bruts de carrière » sur des tombereaux pour être cuits sur place à proximité des chantiers, le plâtre risquant de s’éventer durant le transport.

Fig. 4 : Cycle du plâtre. © Ph. Bertone
Fig. 5 : Four, Clamensane, les Alpes-de-Haute-Provence. © Ph. Bertone

La cuisson du gypse pour fabriquer du plâtre consiste en la déshydratation complète de la roche (fig. 4, 5, 6). Elle s’effectue à des températures relativement basses (entre 200°C et 500°C). Elle s’avère relativement rapide en comparaison à la fabrication de la chaux (quelques heures seulement). La roche cuite est ensuite broyée, puis tamisée plus ou moins finement selon le type de mise en œuvre projetée. Le coefficient de  résistance du plâtre paysan provient de l’assemblage des plâtres obtenus entre 80 et 400° C et de son broyage.

Fig. 6 : Four, Peisey Nancroix, Savoie. © Ph. Bertone

Les températures de cuisson du gypse varient en fonction des qualités de plâtre souhaitées :
80/150 °C : Incuit
150/200 °C : Hémihydrate bêta (et alpha)
200/250 °C : Anhydrite III soluble (accélérateur de prise)
300/900 °C : Anhydrite II surcuit (existe à l’état naturel)
800 °C : Production de chaux (CaO) avec les traces de calcaire résiduelles dans les gisements de gypse, pouvant aller jusqu’à 20 %
1200° C : Anhydrite I instable
1450° C : Transformation en SO3 + CaO (chaux)

La pierre calcinée était ensuite broyée en d’innombrables petits morceaux qui une fois tamisés étaient calibrés en différentes tailles selon l’usage réservé au plâtre en cours de fabrication (liant, enduit intérieur ou extérieur, gypserie ou moulage).

Fig. 7 : Broyage du plâtre dans un moulin à Clamensane, Alpes-de-Haute-Provence. © Ph. Bertone

La technique de broyage la plus rudimentaire utilise une batte spéciale munie d’un manche en bois vert de près de 2 m de longueur, armé à son extrémité d’un élément percuteur en chêne. La très grande souplesse du manche permettait d’absorber les vibrations émises lors de l’impact. Battre le plâtre à la masse pouvait durer plusieurs heures. Cette opération pouvait s’effectuer parfois sur l’aire de battage des céréales, la meule à piqueter pouvant également être utilisée durant cette opération.

Fig. 8 : Gypse en cours de broyage. © Ph. Bertone

Dans le cas d’une production à grande échelle, le plâtre était broyé à l’aide d’une grosse meule actionnée par un animal de trait, cette opération pouvant se dérouler dans un moulin à sang ou utiliser un moulin à eau, comme à Lyon où des moulins sont embarqués sur des barges amarrées et dont les roues à aubes du système de broyage sont actionnées par le courant d’eau (fig. 7, 8).

Une fois broyé, le plâtre était stocké puis véhiculé dans les sacs de toile ou transporté en vrac, parfois conditionné en tonneau, dans des cas très particuliers.

Enfin, le plâtre était gâché comme n’importe quel mortier à l’intérieur d’un récipient dans laquelle on versait de l’eau. Il était simplement malaxé à la pelle ou à la truelle pour hourder les pierres ou confectionner des enduits ordinaires. Dans le cas de travaux plus soignés, comme les décors de stuc, on utilisait un gypse plus pur (saccaroïde blanc ou macles translucides) qui cuisait dans un four afin de séparer le combustible et éviter tout risque de pollution par la cendre. Cette matière était ensuite gâchée avec une eau claire, parfois adjuvanté d’un retardateur, pour faciliter les opérations de modelage et de ciselage du plâtre.

 L’usage du plâtre dans les constructions (fig. 9, 10, 11).

Le plâtre est fréquemment utilisé autant en milieu urbain qu’en milieu rural, en raison de L’omniprésence de la matière première. Sa mise en œuvre est plus largement répandue dans le Bassin parisien, en Savoie ou en Provence, régions dont les caractéristiques géologiques correspondent à de nombreux gisements sédimentaires. On utilise le plâtre, le plus souvent sans sable, pour hourdir et enduire les murs des fermes. Son emploi s’étend aussi aux scellements d’encadrements et de feuillures des ouvertures, ainsi que dans l’ornementation intérieure et extérieure des logis. On le retrouve aussi abondamment dans la réalisation de sols, sous la forme de dalle porteuse, ou dans des installations ponctuelles, résistantes et légères, comme des escaliers faits de solives en bois et de plâtre. Il sert également de matériaux de remplissage pour les maisons à colombages construites en pan de bois,.

Son emploi est particulièrement développé dans l’ornementation intérieure ou extérieure des maisons bourgeoises : Les fameuses « gypseries », qui caractérisent ce type d’architecture dès la fin du xve siècle, sont exclusivement réalisées en plâtre. Ces décors de stuc en plâtre sculpté, moulé ou tiré, sont particulièrement abondants dans les châteaux ou les maisons de maîtres, ainsi que dans les monuments religieux. (fig. 2)

Fig. 2 : Gypserie de l’escalier de Volonne, Alpes-de-Haute-Provence. © Ph. Bertone

Utilisé fréquemment dans les constructions traditionnelles, le plâtre reste un matériau méconnu souvent confondu avec la chaux. On peut toutefois distinguer ces deux matériaux par la présence de petites particules de charbon de bois. En effet, le plâtre cuisant entre 200 et 500 °C, peut conserver de petits charbons de bois en quantité, à l’inverse de la chaux dont la forte combustion tend à éliminer ces éléments. Selon leurs modes d’exposition, ils peuvent présenter une surface plus ou moins granuleuse. D’une manière générale, le plâtre est utilisé à l’état pur sans l’ajout de sable. Utilisé comme enduit, il peut être appliqué en une seule couche sur 10 cm d’épaisseur

Ces différences d’aspect et notamment sa colorimétrie, sont liées à la nature du gypse utilisé pour sa fabrication qui fixe les  caractéristiques physico-chimiques du plâtre. La composition chimique du gypse et les impuretés que cette roche d’origine sédimentaire peut naturellement contenir (argiles, oxydes métalliques ou autres minéraux) déterminent la teinte du plâtre produit, offrant une gamme de teintes recherchées au niveau des enduits. Suivant la couleur du gypse (souvent blanche, parfois jaunâtre à rougeâtre, pouvant tirer sur le gris ou le vert), les enduits au plâtre peuvent afficher une teinte à dominante rose ou orangée plus ou moins foncée ou grisée. On relève environ 70  formes cristallines différentes. Les plus courantes sont les plaquettes (verre de Marie, miroir d’Anne, miroir de Sainte-Marie, miroir de la Vierge, miroir du Pèlerin, pierre à Jésus), les prismes, les aiguilles, les lenticulaires, les macles (fer de lance, queue d’hirondelle, pied d’alouette, queue d’aronde), les agrégats fibreux (crosse de gypse) et les cristaux (rose des sables).

La teinte particulière du plâtre paysan est liée à la présence d’argiles et de minéraux qui participe largement à la spécificité des architectures rurales. Ainsi, en raison de sa couleur rosée, le plâtre paysan utilisé dans mes enduits de Haute-Provence ou en Savoie, est souvent confondu avec la chaux mélangée à du sable et divers colorants. Pourtant cette teinte provient directement du plâtre, sans avoir besoin de recourir à un quelconque adjuvant.

D’une très grande résistance, le « plâtre paysan » ou « artisanal » (supérieures à celles du plâtre industriel) est toujours utilisé dans l’architecture vernaculaire comme dans l’architecture bourgeoise. En raison de ses qualités mécaniques, il continue d’être largement utilisé en Savoie sous l’appellation de  « grya » pour réaliser les enduits extérieurs spectaculaires et pour servir de liant dans les montages des moellons, des encadrements de fenêtres et des corniches inclus dans les façades. Cette utilisation massive du plâtre en extérieur conservé sur des édifices datant de plusieurs siècles, montre la grande solidité de ce matériau et sa bonne résistance aux intempéries dans des constructions situées à plus de 1000 m d’altitude. Il est couramment employé dans les travaux de restauration à vocation patrimoniale, sur les élévations extérieures comme dans les espaces intérieurs. De plus, sa mise en œuvre s’adapte à tous les types de murs construits en moellons calcaires, en pans de bois, ou en briques cuites. Enfin, l’absence de retrait lors du temps de sa prise facilite sa mise en œuvre et sa grande porosité permet d’encaisser les mouvements des fissures ou microfissures, supprimant tout risque d’infiltration. Mélangé ou non à de la chaux aérienne, il résiste parfaitement aux risques d’humidité, y compris dans des régions de fortes précipitations.

En conclusion, il paraît nécessaire d’approfondir les recherches sur l’utilisation du plâtre qui est trop souvent confondu avec la chaux. Un nouvel inventaire fondé sur des données scientifiques collectées sur les chantiers de construction permettrait de rendre compte de la place importante réservée au plâtre dans les constructions traditionnelles. Il serait également utile de reprendre les techniques de mise en œuvre de ce matériau en fonction des critères historiques et géographiques indispensables aux travaux de restauration et de conservation.

 Références bibliographiques

  • Moulis I. et Bertone Ph., The “peasant plaster” : from rocks to decorated ornaments, 2014, Actes colloques Versus, Valencia
  • Bertone Ph., 2001, Inventaire des fours à plâtre sur Upaix et Lazer, 05, écomusée du Buech
  • Gypseries, gypiers des villes, gypiers des champs, 2005, créaphis
  • Le guide de la restauration écologique, 2010, Eyrolles
  • Restauration, Savoir tout faire, 2010, Flammarion
  • Le Roy V., Bertone Ph., Wheeler S., 2010, Les enduits de façade, chaux, plâtre, terre, Edition Eyrolles
  • Les enduits intérieurs, chaux, plâtre, terre, 2011, Edition Eyrolles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.