Maçonnerie et construction publique, regard sur la ville antique d’Augustonemetum

Intervention de Christian Le Barrier (Inrap), lors du colloque de Guédelon 2015.

L’étude de la ville antique d’Augustonemetum fait l’objet d’un Programme Collectif de Recherche coordonné par Hélène Dartevelle, ingénieure d’étude au SRA Auvergne-Rhône-Alpes. Il regroupe une quarantaine de chercheurs d’horizons divers : culture, universités, Inrap, associatif et individuels. Débuté en 2005, ce programme doit déboucher sur la publication d’un atlas de la ville en 2017.
L’objectif de cet article est d’évoquer quelques aspects concernant l’approvisionnement et l’usage des matériaux volcaniques pour la construction de la ville antique et d’aborder leur mise en œuvre avec la question de l’appareil hexagonal et de son application aux constructions publiques. Pour une présentation plus approfondie de la ville antique, on pourra se rapporter à la publication du colloque Aquitania 20151 et au site Internet Augostonemetum 2

La ville antique d’Augustonemetum (Clermont-Ferrand) fut construite ex nihilo au début de notre ère sur le tracé de la voie d’Agrippa qui relie Lyon la capitale des Gaules à la ville de Saintes.
Le choix précis de son emplacement résulte de considérations tenant à la fois de la technique et de la mise en scène. La ville est édifiée sur une petite éminence haute d’environ 25 m. Cette éminence est constituée par les rejets d’un volcan de type phréato-magmatique. Il en a résulté une série d’explosions violentes dont les rejets se sont accumulés sur le bord est du maar pour former une colline constituée d’un mélange de marnes appartenant au substrat et de matériaux arrachés à la cheminée volcanique. Le relief de la butte est en pente douce à l’est et vers le sud, tandis les flancs ouest (côté cratère) et nord sont beaucoup plus pentus. Le relief de la butte a permis une mise en scène de la ville avec un étagement des constructions, mais aussi une gestion optimisée de l’eau qui était acheminée au point haut de la colline au moyen d’un aqueduc et était ensuite distribuée par gravité. Le substrat de la colline (tuffring ou anneau de tuf) ne présente aucun intérêt pour la construction. Il offre cependant l’avantage d’être aisément façonné et creusé pour la mise en place de terrasses à la période antique et de caves pour la période moderne.

Fig. 1 : Carte simplifiée de la ville sur fond géologique (H. Dartevelle).

Contrairement à beaucoup de villes antiques, Augustonemetum a été édifiée à l’écart d’une rivière, en l’occurrence l’Allier qui passe à 10 km à l’est. La rivière Tiretaine, qui donna naissance au maar, se divise et s’écoule en 2 bras à caractère marécageux entourant la butte. Cette rivière, au cours torrentueux en amont de la ville, n’est pas en capacité d’avoir constitué un axe pour le transport fluvial. La présence de moulins sur son tracé est en revanche attestée pour l’Antiquité. Outre son éloignement d’une rivière navigable, l’emplacement de la nouvelle cité témoigne d’une implantation sur une colline de peu d’intérêt agricole entourée de zones marécageuses qui ne pouvaient en aucune manière rivaliser avec les riches terres noires de la Limagne voisine.
Aucun matériau de construction ne provient du site lui-même, et il a été nécessaire de les apporter depuis des carrières voisines. Deux axes ont servi à cet approvisionnement : le premier est celui du cardo maximus, dont le prolongement sud en direction de Gergovie traverse des zones de coulées et projections volcaniques de diverses époques (Fig. 1). Elles fournissent un panel de matériaux tels que les basaltes et des scories volcaniques. Ces dernières sont formées de pouzzolanes à usage multiple. La distance moyenne de ces différents lieux d’extraction est de 3 à 4 km.

Fig. 2 : Vue du cardo maximus en coupe est-ouest vue du nord (Cl. H. Dartevelle)

La pouzzolane fut utilisée de manière intensive pour la construction des voies, dont les abords sont signalés par le poudroiement violacé du matériau (Fig. 2). D’une grande qualité et disponible en grande quantité, elle fut aussi très employée pour la confection des mortiers et des bétons, et notamment ceux des voûtes (Fig. 3). Criblée ou concassée elle permettait d’améliorer très sensiblement les mortiers qui devenaient partiellement hydrauliques, palliant des chaux relativement médiocres de tendance magnésienne, obtenues à partir de sédiments marno-calcaires issus du substrat local. Nous devons probablement à ce matériau la survie de bon nombre de vestiges antiques qui sont actuellement intégrés dans les caves. Le cardo maximus est d’abord la voie de chantier par excellence pour édifier la ville. Cette voie en pente douce gravissait la butte en suivant sa ligne de crête. Elle permettait de distribuer toutes les voies secondaires. Un second axe d’approvisionnement suit le tracé de l’aqueduc et permettait l’acheminement des blocs d’arkose employés pour la construction de ses piles ainsi que d’ensembles monumentaux comme l’amphithéâtre. Le lieu d’extraction principal de ces blocs d’arkose se situe au puy de Chateix, sur la commune de Royat, au sud-ouest de la ville. Il est situé à une distance moyenne de 1,5 km du centre de la ville antique.

Fig. 3 : Vue en coupe de la voûte de l’une des galeries sanitaires du forum faite de béton de pouzzolane (cop. : Cl. J.-P. Couturier Acavic)

Les maçonneries courantes puisent essentiellement dans une gamme de produits volcaniques souvent de formes ingrates. Certains peuvent être retaillées sommairement pour former des parements en petit appareil régulier, qui est le mode de construction le plus commun. La dureté des basaltes conduit souvent à exploiter leur forme en l’état, peut-être après des opérations de tri, pour la réalisation des murs en petit appareil régulier. Toutefois, cette diversité de formes et de matières assez décourageantes au premier abord a aussi conduit à l’adoption d’un appareil réticulé hexagonal pour certaines réalisations. Peut-être inspiré par les formations volcaniques faites d’orgues basaltiques, cet appareil ne paraît toutefois pas en avoir fait un large usage. Ces constructions correspondent dans la plupart des cas à des constructions publiques, et plus précisément à leur base. Dans ce cas, la régularité de la maçonnerie tient pour beaucoup de l’habileté du maçon à disposer ses pierres de parement selon une trame très régulière, en s’appuyant sur des directrices inclinées à 60 degrés par rapport à l’horizontal. L’aspect final est obtenu par un joint rubané blanc fait d’un mortier de chaux très fin qui tranche avec la couleur sombre des pierres volcaniques (Fig. 4).

Fig. 4 : Vue d’un parement réticulé hexagonal avec joints en ruban dans les galeries sanitaires du forum (Cl. Ch. Le Barrier Inrap).

L’usage de mortiers de chaux et de pouzzolane facilite ces mises en œuvre, en permettant des joints de pose épais et suffisamment consistants pour permettre une stabilité rapide des parements et compenser parfois les insuffisances des matériaux3 . L’appareil hexagonal apparaît dans les constructions publiques sous sa forme la plus aboutie. Il est présent dans toutes les infrastructures du forum et dans tous les murs de terrasse (Fig. 5a).

Fig. 5a : Vue d’un mur de terrasse bordant le cardo maximus (Cl. Ch. Le Barrier Inrap).

Ces derniers participent à la structuration du relief de la ville et constituent de fait une forme d’identifiant de l’espace public. On en trouve également dans les ilots d’habitations où ils assurent un découpage des espaces lotis. On pourrait considérer que cet appareil est le marqueur exclusif de la construction publique s’il n’existait un certain nombre de cas pour lesquels la destination de l’ouvrage n’est pas clairement établie. Il existe aussi des monuments tels le théâtre de Montaudou au sud de la ville ou le sanctuaire du Vasso Galate dont les bases sont dépourvues de l’appareil hexagonal. Ces exemples pourraient remettre en cause le développement présenté ici, mais, dans ces deux cas, les constructions ne sont pas en contact avec des constructions privées. On pourrait penser que le forum devrait lui aussi ne pas être concerné, mais il a existé une activité importante à caractère privé dans tous les ateliers et boutiques qui l’entourent avec des prolongements sous les portiques et parfois sous l’esplanade centrale. L’ensemble monumental de Jaude, construit au IIe siècle, est composé de murs en appareil hexagonal. Dans cet ensemble, un mur fait figure d’exception, car il présente 2 premières assises en petit appareil régulier surmontées d’assises à parement hexagonal. Il y a là un bon exemple de ce que pourrait être un moment d’inattention d’un maçon qui aurait oublié momentanément la consigne.
Il est tout à fait paradoxal d’observer que des matériaux autres que volcaniques, qui auraient pu être traités sous forme de petit appareil régulier, se trouvent aussi employés au milieu de ces parements, comme des calcaires blancs oolithiques ou des blocs d’arkose, sans doute résiduels (fig. 5b).

Fig. 5b : Vue d’un mur de terrasse bordant le cardo maximus mêlant des blocs volcaniques et des calcaires oolithiques (Cl. Ch. Le Barrier Inrap).

Ces exemples montrent que si cet appareil découle de l’observation des matériaux volcaniques, la pratique conduit à recycler tous les types de matériaux disponibles. Il en résulte parfois un effet de polychromie souvent très simple qui ne doit pas faire illusion. Parce qu’il était utilisé à la base des murs dans des secteurs à caractère technique probablement peu visités, parfois recouverts d’enduits et de revêtements de placage ou dissimulés par une construction privée, il apparaît difficile de mettre en avant un effet volontairement ostentatoire. Des raisons techniques telles qu’une meilleure répartition des descentes de charge pourraient être évoquées, mais elle impliquerait aussi un traitement différent du cœur des murs, ce qui n’est pas le cas. On observera que rien ne pourrait justifier alors les exceptions évoquées plus haut. L’appareil hexagonal n’acquiert véritablement son nom qu’avec l’application du joint qui va régulariser le travail du maçon. En l’absence de joint, l’appareil est souvent décrit comme « un petit appareil irrégulier ».
Outre l’emploi d’un appareil quelque peu atypique, la régularité de son aspect final introduit la question de son contrôle. La réalisation d’un jointement répond à des impératifs techniques incontournables qui doivent être pris en compte pour ne pas tomber dans une approche purement symbolique ou esthétique. La maçonnerie hexagonale est intéressante dans ce sens, puisqu’elle rompt avec l’image commune de la construction en pierre et oblige à s’interroger sur son emploi et sa fonction dans une construction. Il faut dans un premier temps bâtir des parements avec le souci de positionner les blocs selon une répartition stricte. Le joint final intervient ensuite. Son rôle est d’abord de fournir une protection pour la maçonnerie sous-jacente. Il doit être continu, ce qui n’est guère compatible avec une réalisation au fur et à mesure de la construction. De fait, le joint est le plus souvent réalisé sur des surfaces relativement importantes pour éviter les ruptures. Le mortier est déposé sans être travaillé immédiatement. On doit attendre qu’il ait « tiré », c’est-à dire perdu une partie de son humidité. L’attente est variable selon les conditions météorologiques du jour (vent, humidité, température). Lorsque le mortier est à la bonne consistance, on peut alors terminer sa mise en œuvre en le comprimant entre les pierres et le resserrer avec des mouvements de truelle qui en unifient la surface et suppriment les reprises entre 2 phases de jointement. L’une des principales difficultés de ce travail est d’assurer une continuité du joint. À cet effet, le maçon est amené à régulariser et uniformiser son travail de telle sorte que les manques apparaissent immédiatement à l’œil. Il existe donc nécessairement un contrôle continu de la maçonnerie puis de son jointement. De l’autocontrôle du maçon, on passe inévitablement à la notion de contrôles successifs, en progressant dans la hiérarchie des intervenants de la construction.
L’idée d’un marquage des constructions à caractère public reste une hypothèse qui a pu s’appliquer à la fois dans un lieu unique et dans un temps limité. Il peut s’expliquer par le fait que, lors des premiers travaux d’implantation de la structure urbaine, il a dû exister nécessairement une forme de balisage avec la mise en place de la trame viaire et de ses murs bordiers, du réseau d’égouts et l’établissement de terrasses. Dans ce contexte, la mise en place d’une forme d’identifiant des ouvrages publics permet de délimiter clairement les différents espaces au milieu de ce qui devait être un immense chantier. Il s’agit peut être aussi d’anticiper et de prévenir d’éventuels conflits et contestations sur les limites respectives des espaces et les atteintes qui pourraient advenir. Sur le plan pratique il faut admettre qu’un parement clairement identifié est une condition nécessaire. Une autre condition est celle de la régularité de son rendu, qui va permettre une surveillance efficace et rapide. Il est en effet beaucoup plus aisé de vérifier l’intégrité d’un ouvrage au parement très répétitif puisque l’on en remarque immédiatement les défauts ou les atteintes.
Si l’on transpose cette idée sur un ouvrage à haute sensibilité, comme un aqueduc, on pourra envisager que l’emploi d’un appareil de type réticulé losangé, dont la conception technique peut sembler aberrante, puisse se justifier par rapport à des objectifs de surveillance destinés à garantir l’intégrité de l’ouvrage.
Parmi les nombreux thèmes générés par la construction d’une ville nouvelle, le recrutement et l’approvisionnement des matériaux occupent une place importante, à plus forte raison lorsque la construction fait appel à des produits volcaniques dont l’emploi est marginal pour la Gaule. La gestion de ces matériaux est le premier point abordé, et l’on observe une bonne maîtrise de matériaux a priori peu destinés à des constructions monumentales. Dans un tel contexte, l’apparition d’un appareil de pierre de type hexagonal pose inévitablement de multiples questions, d’autant plus qu’il ne semble utilisé qu’en partie basse de constructions à caractère public. Son usage comme marqueur apparaît comme une piste à explorer, tandis que son aspect très répétitif et régulier pourrait constituer le meilleur moyen d’en contrôler efficacement l’intégrité.

  1. Dartevelle (H.) et Le Barrier (Ch.) – Augustonemetum, capitale gallo-romaine de la cité des Arvernes.  A. Bouet dir. MONUMENTAL, La monumentalisation des villes de l’Aquitaine et de l’Hispanie septentrionale durant le Haut-Empire. 6e Colloque Aquitania, Villeneuve-sur-Lot, 10-12 septembre 2015. À paraître. Texte soumis et accepté (20 p. et 20 fig). []
  2. Dartevelle H. 2010, Augustonemetum, disponible sur : http://www.augustonemetum.fr/ [consulté en mars 2018]. Site web mis en ligne en mars 2010 et réactualisé. Thématique : la ville antique d’Augustonemetum (Clermont-Ferrand, Puy-de-Dôme). Une cinquantaine de pages, environ 500 illustrations. []
  3. La pouzzolane est bien connue pour rendre un mortier hydraulique mais, comme pour le tuileau, sa capacité à absorber l’eau excédentaire des mortiers est très importante car elle permet dès la mise en œuvre de resserrer les grains de l’agrégat et d’obtenir à terme un excellent mortier. Cette condition n’est remplie qu’avec l’incorporation de pouzzolanes sèches dans les mortiers. Si le Moyen Âge utilise encore parfois la pouzzolane pour les mortiers (reprises et reconstructions diverses de l’enceinte du Bas-Empire) la dureté des mortiers est inférieure à celle des mortiers antiques, ce qui pourrait correspondre à une moindre rigueur dans leur fabrication.  []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.