Quelques réflexions et questions autour des mortiers : pose, plasticité, inclusions, représentations

Résumé de l’intervention de Cédric Moulis (EA 1132 HisCAnt-MA – Université de Lorraine) lors du séminaire du vendredi 15 décembre 2017.

Nos réflexions et questionnements présentés succinctement ici sont fondés sur l’étude et l’observation des mortiers de dix-sept sites, aussi bien castraux que religieux, des XI, XII et XIIIe siècles. Ils sont pour l’essentiel situés dans la partie méridionale de la Lorraine (fig.1). Les données regroupées ici proviennent de deux thèses et d’un PCR1, dont nous n’exploitons que quelques résultats.

Fig. 1

Pour le secteur concerné et le type de sites pris en considération, les maçonneries sont liées préférentiellement par des mortiers composés de sables, de chaux (qui apparaît également sous forme de nodules), auxquels peuvent s’ajouter des inclusions de pierre, de charbons ou de terre cuite (fig.2). Ces mortiers sont solides et lorsqu’ils n’ont pas été soumis aux intempéries, ou à de trop grand taux d’humidité, ils sont retrouvés en excellent état.

Fig. 2

En parement, les pierres sont souvent enduites. Deux cas se présentent. Dans le cas d’une maçonnerie en bel appareil, l’ensemble peut être facilement enduit. Ces enduits fragiles ont la plupart du temps disparus, mais restent décelables dans les joints des pierres de parement. En effet, une stratigraphie peut même quelquefois apparaître (fig.3). Lorsque le parement est composé de moellons, les interstices sont plus importants, ce qui amène à recouvrir partiellement les pierres par des joints dits beurrés, afin de donner un aspect plus lisse à l’élévation du bâtiment et de limiter les infiltrations d’eau (fig.3). Pour rendre la façade ainsi enduite plus harmonieuse, les ouvriers ont pu quelquefois tracer des joints tirés au fer avec leur truelle. Cette technique permet d’imiter un parement régulier et bien appareillé pour dissimuler un parement inesthétique ou pour souligner les joints dissimulés d’un beau parement. Blâmont est le seul château connu en Lorraine sur lequel la technique a été identifiée. Elle est en revanche courante dans les édifices religieux (abbatiale de Morimond, 52 ; église de Vandeléville, 54 ; prieurale de Blanzey, 54).

Fig. 3

Les pierres du blocage peuvent être liées par des mortiers dont la plasticité varie fortement d’un site à l’autre. Cela se distingue particulièrement bien au sein des blocages dont les pierres sont disposées en épi. Ces pierres étaient disposées par rang, à sec. On les recouvrait ensuite de mortier ; selon sa plasticité, il coule dans les interstices des épis (mortier plastique à Fontenoy-le-Château, 88) ou reste globalement en place, au sommet de la rangée en épi (mortier peu plastique à Vaudémont, 54) (fig.4). Des mortiers très plastiques, voire liquides, sont quelquefois identifiés, mais cela semble surtout dû à une grande adjonction d’eau involontaire à un endroit très localisé ou encore à un besoin spécifique.

Fig. 4

La proportion des différents composants du mortier est influencée par les matériaux disponibles ou transportables sur place, mais se détermine également en fonction des modules employés pour la construction. Encore une fois, il s’agit de tendances qui ne sauraient avoir valeur de règle absolue. Ainsi, pour des pierres de parement non dressées (clocher d’Essey-lès-Nancy, 54), la teneur en chaux est plus importante que lorsqu’il s’agit d’un bel appareil ou d’un blocage. Dans le cas d’un bel appareil, le mortier de son blocage peut être de médiocre qualité, voire composé de sable et de terre (donjon du Grand Ringelsberg, 67). À l’inverse, un parement déstructuré est souvent accompagné d’un blocage plus organisé et lié par un mortier solide (château du Schrankenfels, 68).

*

Si le mortier a donc des spécificités propres à chaque site, et qu’il témoigne ainsi d’une forme de technicité dans son mode de fabrication, il peut également devenir pour l’archéologue le révélateur d’éléments disparus ou de l’évolution des bâtiments, ou encore le témoin de circuits économiques impalpables. Ainsi les empreintes de couchis en bois laissées dans les voûtements (tour d’escalier du prieuré de Varangéville, 54) (fig.5) ou les trous de boulins (plus d’une centaine recensés sur la tour seigneuriale de Darnieulles, 88) concourent à la compréhension du chantier de construction. D’autres négatifs permettent d’identifier les niveaux de plancher, etc., et de mieux cerner les élévations.

Fig. 5

De même, l’analyse de la granulométrie des sables, et les études physico-chimiques (lames minces, MEB, DRX) nous renseignent sur la composition de certains mortiers. Inclusions de débris végétaux, résidus de quartz, sables anguleux ou arrondis, porosité des mélanges ; toutes ces informations nous permettent de cerner la provenance des matériaux et les circuits économiques mis en place autour des chantiers (approvisionnement du sable de la Moselle à Vaudémont, 54). Les mortiers étudiés par diffractométrie aux rayons X des édifices en bel appareil (abbatiale de Morimond, 52 ; donjon de Fontenoy-le-Château, 88) semblent généralement propres, sans argiles ; les matériaux étaient donc vraisemblablement lavés avant usage.
En synthétisant l’ensemble des données recueillies, nous pouvons conclure que la chaux est produite localement, circonstanciée au chantier, et rarement transportée sur de grandes distances. Les granulats retrouvés dans la composition sont également des éléments locaux, hormis quelques rares cas (donjon de Vaudémont, 54, voir ci-dessus). On remarque que la granulométrie des sables reste fine dans le secteur étudié, qu’ils proviennent de la décomposition des grès du rhétien ou des alluvions de Moselle tamisés-lavés.
Enfin, le phasage des sites reste l’élément le plus prégnant de l’observation des mortiers. L’analyse macroscopique suffit généralement à discriminer les différents mortiers et ainsi identifier des phases de réparations, d’ajouts, de reconstruction (chapelle templière de Xugney, 88). Dans certains cas, il permet de phaser les étapes d’un même chantier (construction de l’escalier du prieuré de Varangéville, 54 ; arrêts de chantiers paillés pour le donjon de Vaudémont, 54). Il convient quelquefois d’utiliser les analyses physico-chimiques pour prouver clairement les différentiations.

*

Nous avons souhaité, pour terminer notre présentation, donner notre analyse d’une représentation de la construction de la ville de Metz, issu d’un manuscrit du début du XVIe siècle, les Chroniques messines, conservé à la BMI d’Épinal. (ms. 46 P/R f°77-78). Ce dessin retrace l’ensemble des process, des activités, des corps de métiers, des engins, etc., que l’on utilise alors lors d’un chantier. Si le document ne peut être exhaustif, il recèle néanmoins d’intéressantes informations, notamment sur les mortiers (fig.6).

Fig. 6

Ainsi les trois aires de gâchages du mortier sont représentées sous une forme circulaire, et chacune semble correspondre à un atelier précis. Aucun bassin d’extinction de la chaux n’est représenté. Les sables, quant à eux sont acheminés par voie d’eau ou encore sur une charrette à double essieu. Les bateaux sont délestés de leur chargement au moyen d’engins de levage à roue ou contrepoids, au bout desquels sont fixés des paniers. Le transport du sable ou du mortier se fait ensuite par brouette ou à dos d’homme, dans une hotte ou une hirondelle (appelée aussi oiseau). Ce dernier objet est chargé depuis un trépied afin de pouvoir ensuite facilement mettre le chargement sur le dos. L’eau, indispensable à la préparation du mortier, est puisée avec des seaux au moyen d’engins de levage à contrepoids, identiques à ceux employés pour le déchargement du sable.

  1. Jacky Koch, L’art de bâtir dans les châteaux forts en Alsace (Xe-XIIIe siècles), Nancy, PUN, 2014 ; Cédric Moulis, Bâtir en Lorraine méridionale (XIe-XIIe siècles). Chantier et mise en oeuvre des matériaux (thèse en cours d’achèvement) ; Karine Boulanger, Cédric Moulis (dir.), La pierre dans l’Antiquité et au Moyen Âge en Lorraine. De l’extraction à la mise en oeuvre, Nancy, PUN, 2018. Les lames minces et les analyses ont été réalisées par Jean-Michel Mechling (UMR 7198 Institut Jean Lamour, Université de Lorraine).   []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.