Les remplois dans l’architecture urbaine

Résumé de l’intervention d’Adrien Tourasse (étudiant en master 2 à l’Université Lumière Lyon 2) lors du séminaire du vendredi 18 janvier 2019.

En se fondant sur les quatre plans disponibles pour la ville de Vienne à la période moderne il a été réalisé une étude régressive de l’urbanisme de la ville. L’objectif est de saisir la morphogénèse de la ville moderne afin d’appréhender la ville médiévale et d’aiguiser le regard sur la ville actuelle.

Les quatre plans qui ont été retenus pour cette analyse sont le cadastre actuel, le plan topographique dit « Plan Raymond » de 1884, le cadastre napoléonien de 1824 et le plan de Pierre Schneyder de la fin du XVIIIe siècle (Le cadastre actuel est disponible sur le site de l’IGN ; les autres plans sont disponibles dans les sources documentaires de la ville de Vienne : service archéologique municipal et bibliothèque de la Vienne). Ces quatre plans sont réalisés à une échelle et dans un objectif similaire : réaliser un levé topographique du parcellaire, ce qui rend leur comparaison possible. Leur étude permet de mettre en lumière les évolutions de l’espace urbain entre la vallée de la Gère et l’actuel cours Brillier (Le quartier au nord de la rivière de la Gère a été intentionnellement laissé de côté pour cette étude en raison de contrainte de temps mais est en cours de traitement. La différence de topographie et la nature des quartiers Saint-Martin et Notre-Dame-d’Outre-Gère en périphérie de la ville compliquent l’analyse. L’objectif est d’obtenir un plan évolutif de la ville, réalisé sur un S.I.G. qui met en évidence les évolutions du parcellaire entre les plans et donc de lire en négatif les zones qui sont susceptibles de refléter des états antérieurs de la ville. Les sources textuelles, moins précises et sujettes à interprétation, sont ainsi confrontées aux données obtenues par l’analyse des plans.

Au-delà des grands bâtiments qui constituent le paysage viennois, le parcellaire actuel de la ville a conservé de nombreuses incohérences qui sont autant de témoins des aménagements urbains passés. La construction des quais du Rhône et la réhabilitation du quartier Cuvière, en bord de Gère, ont cependant grandement perturbé le parcellaire.

L’image ci-dessous illustre l’ensemble des données qui ont été collectées sur les évolutions de la ville à partir de ces quatre plans avec :

  • En bleu les aménagements les plus récents (entre 1884 et aujourd’hui)
  • En orange les transformations entre 1824 et 1884
  • En vert les évolutions entre la fin du 18e siècle et 1824
  • En rouge les établissements religieux et leurs emprises
  • En gris, le plateau rocheux mis en évidence par l’étude topographique

En combinant les vues aériennes et les observations faites dans la ville, certains détails permettent de faire le lien entre les plans : une façade qui a résisté aux nombreux réalignements place de l’hôtel de ville, un alignement de façades qui respecte la pente de la colline à proximité du jardin de Cybèle ou une rue qui conserve le tracé d’une ligne de talweg mise en évidence par l’étude de Damien Laisney.

En étudiant le « plan Raymond » le quartier Cuvière se révèle, avant sa réhabilitation il s’agissait d’un quartier artisanal très important dont la toponymie avait conservé la tradition bouchère héritée de la période médiévale : place du Bacon, rue de l’écorcheboeuf. Le lit de la Gère apparait également plus perturbé, même si on remarque qu’il est canalisé au niveau du pont ancien pour desservir l’un des nombreux moulins de ce quartier. Le quartier de la Gère est en effet d’après les sources textuelles et les différentes fouilles, un quartier artisanal très important depuis la période antique.

Le plan napoléonien nous permet d’appréhender l’espace urbain avant la construction des quais du Rhône, une zone où se côtoyaient les ports et une part importante de l’habitat viennois en raison de la faible implantation monastique par rapport au reste de la ville. Une part importante de l’habitat modeste viennois devait se situer dans cette zone à la merci des crues du fleuve dont on sait qu’elles ont été à plusieurs reprises dévastatrices pour la ville. Le ruisseau Saint-Marcel, dont on voit encore les traces dans l’organisation des parcelles aujourd’hui, est visible et semble encore en usage. La présence d’une manufacture textile au niveau de la confluence avec le Rhône perpétue la tradition des industries de tanneries dont on trouve de nombreuses mentions dans les archives. L’expansion urbaine rapide du milieu du 19e siècle est visible en comparant le « plan Raymond » et le cadastre napoléonien à l’est du cours Romestang avec le lotissement de nombreuses parcelles. Les immeubles, dont certains sont encore visibles aujourd’hui, sont typiques de cette période.

Comparaison entre le cadastre napoléonien et le plan Raymond où apparait le lotissement rapide du quartier autour de la halle Miremont. En rouge sur le cadastre napoléonien (en haut) les parcelles non bâties qui sont quasiment construites entièrement soixante ans plus tard.

A la fin du 18e siècle, la ville a une forme bien différente. La place du Jeu de Paume à l’ouest de Saint-André-le-Bas n’est pas encore percée, une partie importante du quartier épiscopal est conservé en élévation et l’emprise des bâtiments religieux sur la ville apparait beaucoup plus importante. Le lien avec les sources textuelles fonctionne ainsi dans les deux sens : le quartier épiscopal sera par exemple un axe de recherche primordial lors des recherches documentaires. De nombreux bâtiments ont été détruits dans une échelle de temps assez réduite : entre la fin du 18e siècle et 1824 ; et sur un espace limité par des rues dont la toponymie est facile à retracer. Les démolitions de cette période étant le plus souvent renseigné dans les journaux locaux ou par les érudits, l’étude des sources permettra d’affiner la connaissance des transformations de ce quartier, fondamental pour la ville médiévale et moderne.

Les transformations des parcelles découlent dans la plupart des cas d’aménagement des voies de circulation. C’est particulièrement le cas à Vienne où les préoccupations de réalignement et d’élargissement des rues sont visibles dès les 13e et 14e siècles dans certaines délibérations municipales. De la même façon les établissements religieux vont chercher à réduire ou fermer des voies de circulation pour se constituer des espaces clos. De nombreux exemples existent pour les implantations tardives des 15e et 16e siècles qui sont bien documentées comme le couvent des Carmes ou celui des Augustins. Les archives de la ville conservent l’ensemble des tractations qui ont eu lieu entre la municipalité et les religieux pour le rachat de parcelles, la modification de tracé de rues etc. La municipalité accepte d’autant plus facilement ces requêtes qu’elles lui permettent de tracer de nouvelles rues à moindre frais.

Il est désormais nécessaire de partir de cette analyse régressive pour étudier l’évolution urbaine de la ville à la période médiévale et ajouter un maximum d’informations issues de l’analyse des sources textuelles sur le S.I.G. Le traitement des données iconographiques pourra également alimenter la base de données.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.