Vienne, topographie des ruptures de pente

Résumé de l’intervention de Damien Laisney (topographe, FR 3747–MOM) lors du séminaire du vendredi 18 janvier 2019.

Dans le cadre des fouilles archéologiques de Saint-André-Le-haut qui ont mis au jour l’aménagement romain des pentes en terrasses successives, nous avons poursuivi nos recherches vers le nord, du côté du cimetière, pour tenter de discerner à travers la topographie actuelle les aménagements anciens.
Bien que le cimetière ait subi des terrassements importants impactant fortement la topographie d’origine, une lecture attentive du terrain a permis d’identifier d’infimes ruptures de pente qui ont pu être topographiquement mesurées et comparées aux ruptures de pente (murs de soutènement des terrasses) retrouvés au cours des travaux archéologiques (Fig. 1).

fig. 1 : Vienne, Abbaye de Saint-André-Le-Haut, murs de soutènement et ruptures de pente

Ces premiers résultats ont conduit à élargir la méthode sur la ville de Vienne.
La zone étudiée sur la ville de Vienne est bordée à l’ouest par le Rhône, au nord par la Gère, vers le sud par le Cours Marc-Antoine Brillier et côté est par le pied des collines de Saint-Just et de Pipet. Le choix de ce périmètre d’étude répond à divers critères. Au nord et à l’ouest, les cours d’eau sont des limites naturelles. Au sud, le cours Brillier – où des éléments de murailles ont été identifiés dans des maisons longeant cette voie – correspond à une limite historique de la ville. Enfin à l’est, le parti pris de s’arrêter au pied des collines de Pipet et de Saint-Just relève d’une contrainte de représentation topographique. En effet, inclure ces deux collines dans la carte, aurait globalement doublé l’écart altimétrique entre le point le plus bas et le point le plus haut du document. Cette différence d’altitude aurait graphiquement, selon l’échelle retenue, singulièrement gêné la lecture de la carte.
En suivant la même démarche que celle réalisée dans le cimetière, toutes les ruptures de pente que nous constations dans la ville de Vienne ont été repérées, classées et hiérarchisées selon leurs dimensions (très forte, forte, moyenne et possible rupture de pente).
Dans le même temps, les points topographiques remarquables destinés à la modélisation du terrain ont été identifiés sur le terrain, puis collectés à partir des données cartographiques de l’IGN dont les précisions planimétriques et altimétrique actuelles suffisaient à notre étude. Ce semis de points a permis de calculer des courbes de niveau (équidistance de 50 cm) dont le tracé s’avère cohérent avec celui des ruptures de pente (Fig. 2).

Fig. 2 : Vienne, ruptures de pente et courbes de niveau

A partir de cette représentation graphique du relief, il s’agit de tenter lire une topographie des lieux en s’affranchissant du bâti actuel. Le but est à la fois de mieux rendre compte de l’aspect « réel » du terrain, de favoriser une lecture plus aisée du relief parfois difficilement perceptible à l’œil nu et de retrouver éventuellement des traces topographiques laissées par des vestiges archéologiques aujourd’hui disparus.
La lecture de la carte en courbes de niveau montre d’emblée plusieurs éléments topographiques remarquables (Fig. 3) :

Fig. 3 : Vienne, promontoire, talwegs, cours d’eau et voies de circulation


– Sur les hauteurs, un promontoire massif contre lequel vient buter la rivière de La Gère et qu’elle contourne avant de se jeter dans le Rhône. La partie sommitale de ce promontoire, sur laquelle est installée l’Abbaye de Saint-André-Le-Haut, apparait relativement plane.
– Deux lignes de talwegs : l’une qui longe le bas du flanc ouest du promontoire, et l’autre qui borde le pied sud de la cathédrale Saint-Maurice. La rue Marchande qui se prolonge au nord par un pont enjambant la Gère, emprunte naturellement la première ligne de talweg, tandis que le parcours du ruisseau Saint-Marcel correspond à la seconde ligne de talweg.
– Une ligne de rupture de pente allant des pieds ouest de l’abbaye de Saint-André-Le-Bas à la cathédrale Saint-Maurice, peut être mise en relation avec la limite du lit majeur du Rhône. Ce tracé coïncide aussi au cheminement d’une ancienne voie de circulation.
Graphiquement, la densité des courbes de niveaux représentées sur le document n’offre pas nécessairement une lecture suffisante de la topographie. Pour une compréhension complémentaire des lieux, le plan a donc été décliné en teintes hypsométriques. Selon ce mode de représentation du relief, des ensembles topographiques se dégagent. De bas en haut, on peut les distinguer ainsi (Fig. 4) :

Fig. 4 : Vienne, teintes hypsométriques


– On retrouve l’éperon et son « plateau » sommital décrits précédemment (en bleuté). Plus particulièrement, on constate que le mur de soutènement retrouvé dans la fouille de l’Eglise de Saint-André-Le-Haut et celui du Théâtre Antique, semblent « fonctionner » ensemble (limite des tons bleus et violets). L’éventualité d’un projet contemporain et/ou d’une mise en œuvre commune de l’aménagement des pentes en terrasses durant l’Antiquité en ces lieux est à envisager.
– Les pentes relativement fortes qui descendent de cet éperon se caractérisent par les tons verts.
– Une vaste zone, dans les tons oranges, dans laquelle on retrouve la plupart des bâtiments historiques de Vienne encore visibles (abbaye de Saint-André-Le-Bas, temple d’Auguste et de Livie, jardins de Cybèle et cathédrale Saint-Maurice). Grâce à cette représentation en teintes hypsométriques, l’église Saint-Pierre semble clairement elle aussi, faire partie de cet ensemble topographique.
– Enfin des zones basses, dans les tons les plus clairs, avec notamment une dépression correspondant au débouché du ruisseau Saint-Marcel. Cette cuvette pourrait d’ailleurs correspondre à un emplacement portuaire. En effet, à proximité immédiate de ce point bas, le toponyme d’une « place de grève » et un point d’accostages de bacs traversant le Rhône attesté au XVIIIe s. militeraient en ce sens.
Les sources documentaires permettent aussi de replacer quelques-uns des établissements aujourd’hui disparus et de confronter leur position avec la topographie (Fig. 5) :

Fig. 5 : Vienne, établissements restitués


– Une première installation allobroge correspond sur le terrain à une petite éminence rocheuse dont le relief est bien caractérisé sur la carte.
– Le forum antique sur lequel vient s’installer durant l’Antiquité tardive la cathédrale Saint-Maurice et le quartier épiscopal répond vraisemblablement à l’aménagement d’une vaste terrasse.
– Une incohérence des courbes de niveau située au sud des jardins de Cybèle pourrait correspondre à une installation hydraulique ancienne (château d’eau ? ). Dans l’état actuel des connaissances deux arguments plaident en faveur de cette hypothèse. D’une part, le plan dressé par P. Schneider à la fin du XVIIIe s. mentionne en ce lieu un aménagement hydraulique et d’autre part plusieurs sondages archéologiques récents réalisés à proximité et en aval de ce secteur ont mis au jour de nombreuses tuyauteries d’adduction de grandes dimensions en plomb.
– Le couvent des Carmes implanté à la fin XIVe s. en bordure du plateau sommital de l’éperon, à l’ouest de l’abbaye de Saint-André-Le-Haut.
– le couvent des Capucins, fondé en 1601, est édifié lui aussi sur le replat du promontoire mais à l’extrémité de l’éperon en un lieu appelé le « Palais en haut » de l’Evêque. Ce « Palais en haut » est décrit comme un édifice antique en ruine dont les pierres sont utilisées pour la construction du couvent.
– Enfin, l’abbaye de Saint-André-Le-Haut est fondée durant l’Antiquité tardive sur un courtil appartenant à Ansémond au lieu-dit « de Mars ». On ne connait pas bien sûr la position exacte de ce lieu-dit et rien ne précise son étendue, qu’elle soit tout ou partie du plateau du promontoire. La question de l’emplacement du temple de Mars se pose donc et diverses positions demeurent possibles. D’après les résultats des fouilles archéologiques à Saint-André-Le-Haut (où l’église construite avec de nombreux remplois antiques dont un appartenant vraisemblablement au temple de Mars), aucune trace d’implantation du monument antique sur le lieu de l’abbaye n’a pour le moment été retrouvée. En raison d’une topographie pentue de l’actuel cimetière, l’endroit le plus envisageable à proximité immédiate de l’abbaye pour l’emplacement du temple de Mars, pourrait être juste au nord du monastère. Au-delà, au bout de l’éperon, à l’ancien emplacement du couvent des Capucins, une autre position est possible. Dans ce cas précis, il faudrait pouvoir démontrer que le « Palais d’en Haut » correspond aux ruines du Temple de Mars. Enfin, la zone sur laquelle a été érigé le Collège des Jésuites en 1625, offre toute la latitude pour accueillir un monument tel que le Temple de Mars.
Cette courte approche basée sur la topographie actuelle de la ville de Vienne, dont le but est d’extraire des informations masquées par les constructions modernes et de tenter de « faire parler » un paysage plus ancien, est loin d’être achevée. De nombreuses autres données et techniques d’investigations (sources textuelles, plans anciens, résultats des sondages archéologiques, observations réalisées sur le terrain, identifications et provenances des matériaux de construction, prospections géophysiques) devront être croisées et confrontées les unes aux autres pour essayer de restituer au mieux une topographie ancienne.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.