La topographie et l’urbanisme de Tyr, de l’âge du Bronze à la période byzantine

Résumé de l’intervention de Catherine Duvette , architecte-archéologue, CNRS, Archimède – UMR 7044 / Université de Strasbourg lors du séminaire du vendredi 18 janvier 2019

Entre 2008 et 2016, la Mission Archéologique de Tyr a réalisé un plan topographique complet des vestiges dégagés lors des fouilles réalisées sur le site de Tyr-ville par Maurice Chéhab avant 1975 (fig. 1).

fig. 1 Nouveaux relevés à Tyr (© Mission archéologique de Tyr)

À partir de cet état des lieux au 1/500e et grâce aux nouvelles données archéologiques provenant de la fouille et des études d’architecture, nous avons pu préciser plusieurs aspects liés à l’évolution du littoral et au développement de la ville antique.
Durant les phases anciennes, le site de Tyr est séparé du continent et le profil des côtes de l’île se modifie légèrement entre l’âge du Bronze et la fin de l’âge du Fer. La plupart des bâtiments sont construits en appareil double grossier, avec des blocs liés à l’argile, suivant une technique de construction identique et relativement homogène (fig. 2).

fig. 2 Techniques de construction en grès. © Mission archéologique de Tyr

C’est durant la seconde moitié de l’âge du Fer que les formes urbaines ainsi que les techniques de construction se diversifient. La période est caractérisée par de grandes bâtiments en pierres de taille construits essentiellement en grès calcaire (Ramleh). Ce matériau provient de carrières ouvertes implantées le long du littoral. L’exploitation à grande échelle de ces gisements est probablement un des facteurs liés à la modification morphologique du littoral.
À partir de 332, Alexandre fait construire une jetée reliant l’île au continent. Toutefois, l’ancien territoire insulaire est définitivement raccordé au continent lors d’une phase postérieure correspondant à la période romaine, par le jeu de la sédimentation côtière.
Durant cette nouvelle phase d’occupation romaine, de grandes infrastructures urbaines structure durablement l’ensemble de la presqu’île de Tyr. La ville romaine apparait désormais comme un « objet » pensée dans sa globalité (fig. 3).

fig. 3 Un nouveau cadre urbain © Mission archéologique de Tyr

De grands travaux urbains sont mis en œuvre, caractérisés par la mise en place de réseaux viaire ou hydraulique et par l’emploi de nouvelles techniques de construction.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.