Saint-Marcel, du Faubourg au quartier artisanal de Cluny

Résumé de l’intervention de Clarisse Couderc (doctorante à l’Université Lumière Lyon 2 – Laboratoire ArAr-MOM) lors du séminaire du vendredi 10 mai 2019.

Au XIe s., une première église est fondée sous le vocable de Saint-Odon sur la rive droite de la Grosne. Le lit de la rivière était alors situé plus à l’est que celui actuel. La chronique abbatiale « Venerabilium abbatum cluniacensium chronologia »1  écrite sous l’abbatiat de Hugues de Semur justifie la fondation de cette église comme l’une des dernières volontés de l’abbé Odon sur son lit de mort.2
            La première mention écrite de ce lieu de culte est une bulle du pape Urbain II datée de 1095 qui fixe les limites du « ban sacré » où s’exerce la juridiction de l’abbé. L’église Saint-Odon est, à cette occasion, mentionnée comme étant fondée par l’abbé Hugues de Semur en raison du développement d’« activités » (« strenuitas ») à l’extérieur de l’emprise du bourg de Cluny (« ex burgum »).
Nous avons donc au XIe s., un faubourg qui se développe en marge de la ville de Cluny. La bulle pontificale précise que l’église dispose des mêmes privilèges que l’abbaye ; par exemple, elle n’est pas inquiétée de la juridiction de l’évêque de Mâcon car elle relève directement de l’abbé qui, en plus de sa charge religieuse, est seigneur et évêque sur ses terres.
            En 1120, l’église est à nouveau mentionnée dans une bulle pontificale de Calixte II qui lui reconnait le statut d’église paroissiale. Le curé peut désormais célébrer des mariages, baptêmes et des enterrements.
            En 1159, un incendie touche l’ensemble de la villa cluniacensis et détruit l’église Saint-Odon. Celle-ci est reconstruite en 1160 sous l’instigation du prieur claustral Leodegarius3 et prend surement des proportions plus importantes en raison du développement démographique du faubourg. Fait surprenant, l’église change de vocable et est dédiée à saint Marcel, pape martyr du IVe s. et/ou à saint Marcel évêque de Chalons mort en martyr au IIe s.. Un changement de vocable est très rare et surement du au développement du culte de ces deux saints au XIIe s. ; les reliques de ces derniers ayant été apportées à l’abbaye.
            Le faubourg fut rattaché à la ville de Cluny grâce à d’importants travaux hydrauliques menées entre le XIIe et le XIIIe s.4 La construction d’une grande digue au sud de la ville et le réaménagement de l’étang-vieux au nord de celle-ci permit le détournement du lit principal de la Grosne ; ce dernier circule désormais plus à l’ouest de la ville. Les eaux qui séparaient anciennement le bourg de son faubourg sont domestiquées grâce à l’aménagement de canaux.
            Dès le Xe s., une enceinte sépare le monastère de la ville. Au XIIe s., nous savons que la ville dispose également d’une muraille. Saint-Marcel étant originellement un faubourg, il ne disposait pas d’enceinte. Nous savons qu’au cours de la guerre de Cent Ans, vers 1400, les murs de la ville sont entièrement restaurés par l’abbé Thibaud de Vermandois. Il est probable que l’enceinte qui perdura jusqu’au XVIIIe s. et qui comprend le quartier Saint-Marcel est construite entre les travaux hydrauliques du XIIIe s. et 1400.
Le quartier Saint-Marcel fait désormais partie intégrante du bourg de Cluny mais la limite entre ce dernier et le quartier Notre-Dame, développé aux portes de l’abbaye, reste difficile à appréhender. L’étude des maisons de Cluny, la datation de celles-ci, la date de fondation de l’hospice Saint-Blaise appartenant au quartier Saint-Marcel, l’observation du parcellaire, l’analyse des descriptions historiques de Cluny et les sondages archéologiques effectués dans le quartier laissent supposer qu’on avait déjà une occupation anthropique restreinte sur la berge occidentale de la Grosne avant les travaux monastiques du XIIIe s. mais, que l’espace désormais occupé par les canaux fut investis après l’aménagement de ceux-ci.
Le couplage de ces informations indique que la limite entre les quartiers Notre-Dame et Saint-Marcel se situerait à l’emplacement des anciens fours banaux et longeraient ensuite les terres appartenant à l’hôpital de Cluny.

L’important réseau hydraulique de Saint-Marcel permis le développement de métiers salissants et malodorants nécessitant un accès direct à l’eau. Les tanneries étaient disposées en aval du cours du Médasson, les blanchisseries s’implantaient sur les canaux situés à l’extérieur de l’enceinte de la ville et un canal servait uniquement à l’écoulement des eaux usées de la boucherie de Cluny. Nous pouvons observer une répartition très cohérente des différents corps d’artisanat. Ces derniers, organisés en corporations, s’investissent également dans leur église paroissiale avec la fondation d’une fabrique pour l’administration des biens de l’église mais également de confréries de métier entretenant les chapelles disposées dans la nef de l’église.

  1. MARRIER M., “Venerabilium abbatum cluniacensium chronologia” dans Bibliotheca cluniacensis, 1915. p. 1617-1618. La chronique abbatiale transcript les dernières paroles de l’abbé Odon : « Capella solummodo mea retenta ad missae celebrationem, causa animae mee simpliciter, queque necessaria sunt, illuc mittantur. ». []
  2. IOGNAT-PRAT D., “La geste des origines dans l’historiographie clunisienne des XIe et XIIe siècles – chapitre 6”, dans Etudes clunisiennes, 2002. Dominique Iognat-Prat propose une traduction des dernières paroles de l’abbé Odon : « Qu’il suffise de pourvoir à une chapelle pour la célébration de messes [à ma mémoire] et à tout ce qui est nécessaire pour le bénéfice de mon âme. » []
  3. MARRIER M., « Chronique de Francisco de Rivo (XVIe siècle)» dans Bibliotheca cluniacensis, 1915. p. 1660 : « Anno vero sequenti, scilicet 1159 & suae ordinationis secundo, villa cluniacensis combusta est. […]. Hic requiescit domnus Leodegarius Prior claustralis, […], deinde factus Monachus zelo Dei seruentissimus plus xx. annis Cluniaco cultos Ordinis extitit, & Ecclesiam sancti Marcelli in eadem villa Cluniacensi construxit ». []
  4. ROLLIER G., Implantation et hydraulique monastiques : le cas de Cluny, 2010.  []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.