Recherches sur la topographie urbaine de Kition-Larnaca

Résumé de l’intervention de Sabine Fourrier (CNRS, Laboratoire Hisoma-MOM) et Alexandre Rabot (Université Lumière Lyon2, laboratoire Hisoma-MOM) lors du séminaire du vendredi 10 mai 2019.

Cliquez sur les images pour les agrandir. 

La mission française de Kition (MEAE-HiSoMA) développe, depuis 2008, un programme de recherche sur la topographie urbaine de la ville antique de Kition (XIIIe-IIIe s. av. J.-C.). Le ressort scientifique en est simple : recouverte par la ville moderne de Larnaca, la ville ancienne n’était connue que grâce à des fouilles éparses, soumises aux contraintes des constructions actuelles (fouilles de sauvetage) ou bornées par les limites des parcelles expropriées (fouilles programmées). La ville ancienne était ainsi découpée en sites archéologiques, morceaux épars qui chacun documentait une tranche de l’histoire urbaine, sans lien, ni en synchronie ni en diachronie.

SIG de Kition. Source : Mission de Kition

En dépouillant publications et archives inédites du Département des Antiquités de Chypre, en intégrant les résultats de nos travaux de terrain (prospections, fouilles, études géomorphologiques et géophysiques) et en exploitant les données de la cartographie ancienne, un SIG a été réalisé (alliant bases de données et outil cartographique, accessible en ligne : http://arcg.is/bmzq4 ). Il constitue le socle à partir duquel on appréhende à la fois le développement de la ville et ses étapes, ainsi que son organisation fonctionnelle aux différentes phases de son occupation. Le programme porte sur la ville de Kition à l’époque des royaumes de Chypre, mais l’histoire plus récente, et la ville contemporaine de Larnaca informent évidemment nos connaissances et, partant, nos réflexions sur la topographie ancienne.

La présentation s’est attachée à trois moments de l’histoire de la ville, trois périodes différentes où l’on voit ce qu’on pourrait appeler le centre de gravité urbain se déplacer, des nœuds, des espèces de cristallisations, des espaces structurants apparaître et disparaître. Ce ne sont pas, loin de là, les grandes phases du développement de la ville, de Kition à Larnaca. Ce sont trois moments choisis parce qu’ils illustrent des configurations urbaines différentes : on ne va pas au grain le plus fin, on fait un gros plan sur trois moments.
La période qui va du Bronze Récent (XIIIe s. av. J.-C.) au premier Âge du Fer (Xe s. av. J.-C.) est marquée par une stabilité topographique, d’autant plus remarquable que la Méditerranée orientale (et Chypre également) est marquée par une période de troubles, de transformations politiques et de migrations de populations. Alors que le XIIe siècle est, ailleurs (à Chypre et plus largement en Méditerranée orientale), le temps des Crisis Years, c’est, à Kition, une période de monumentalisation urbaine, qu’illustrent deux marqueurs (le rempart et le sanctuaire de Kition-Kathari). L’habitat de Kition-Bamboula a, quant à lui, révélé une stratigraphie continue entre le début du XIIIe et le Xe s. av. J.-C., révélatrice d’une grande stabilité (cf rapports dans la Chronique : chronique.efa.gr, 6169, 6409, 6780).
Si l’on change toutefois d’échelle, et que l’on passe de celle de la ville à celle de la région, les changements sont brutaux : au cours du XIIe siècle, des sites majeurs (Hala Sultan Tekke) sont abandonnés et les campagnes, densément occupées au Bronze Récent, sont désertées. Il y a une concentration des populations à Kition qui devient la seule ville à l’échelle du territoire.

Stratigraphie de l’habitat de Kition-Bamboula (XIIIe-Xe s. av. J.-C.). Source : Mission de Kition


Le deuxième gros plan porte sur la période qui va de l’Antiquité tardive (IVe s. ap. J.-C.) à la fin de la période ottomane (XIXe siècle), et s’intéresse aux conditions qui ont donné naissance à une ville double. De fait, c’est un trait marquant de la topographie de la ville à la période médiévale et ottomane (et pratiquement jusqu’à l’expansion urbaine qui suit l’invasion de 1974) : elle est faite de deux noyaux que sépare une zone non construite. La vieille ville (Larnaca/Tuzla) et la ville du bord de mer (Scala/Marina/ İskele). La datation de la création de la ville du bord de mer, autour de l’église Saint-Lazare, est difficile. Tous les vestiges antiques sont funéraires (donc extra-urbains), et l’église Saint-Lazare daterait, dans son premier état, du IXe s. ap. J.-C. Mais elle succède peut-être à une basilique plus ancienne. Par ailleurs, l’Antiquité tardive est très mal documentée dans la partie nord de la ville par l’archéologie (on ne connaît sûrement aucune basilique ni tombe postérieure au IVe siècle). Quant aux sources qui lient l’action (posthume) de saint Thérapon au moment des raids arabes, elles sont toutes apocryphes. Les causes du déplacement sont tout aussi difficiles à cerner : on peut évoquer le comblement du bassin portuaire qui rendait nécessaire un nouvel accès à la mer, ou encore l’attraction des salines.

Carte de Stanford, 1878. Source : BNF : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b525022017/f1.item


La dernière période étudiée est contemporaine, et s’intéresse à la naissance de l’acropole de Kition. Le sujet peut paraître paradoxal : une acropole est un marqueur topographique antique. Or, s’il n’y avait pas d’acropole à Kition, il y en a une à Larnaca. Le terme, peut-être inventé à la fin du XIXe siècle par M. Ohnefalsch-Richter pour décrire le site de Kition-Bamboula au moment où il était éventré par l’administration britannique, est resté attaché au lieu, qui est désormais devenu un centre symbolique de la ville grecque moderne. C’est près de la place Akropolis, à peu de distance, que se sont implantés les deux premiers établissements de langue grecque de la ville, le lycée panchypriote et le collège Evrivadio. C’est vers la place Akropolis que convergent, le soir du Vendredi Saint, les processions venant des différentes paroisses de la ville, au cours d’une cérémonie qui évoque les Panathénées mais dont l’origine n’est pas antérieure à l’indépendance de 1960. On a, plaquée sur la topographie de la ville, une topographie, une toponymie qui lui sont historiquement et culturellement étrangères. On pourrait parler de retour à l’antique, si ce n’est que ce retour fait un détour par la Grèce.

Ce dernier exemple permet de boucler le parcours topographique proposé dans l’histoire longue de Kition-Larnaca. Il montre comment la recherche archéologique, réinterprétée, utilisée, a permis de recoudre les deux villes de Larnaca/Scala et de faire de ce qui était un vide, un marécage, un terrain vague, un centre historique, dans une nouvelle topographie urbaine certainement grecque (mais peut-être pas chypriote).
Dans l’histoire longue de Kition-Larnaca, plusieurs modèles urbains se succèdent : centralisé, unifié, puis éclaté, scindé, puis à nouveau unifié. Ce sont toutes ces strates qu’on tente de retrouver sous la topographie lissée de la ville d’aujourd’hui.

Cérémonie de l’épitaphios (Vendredi Saint) sur la place Acropolis, avril 2019. Source : Mission de Kition

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.