Le remploi dans l’habitat domestique à Vienne, premières observations

Résumé de l’intervention d’Adrien Tourasse lors du séminaire du vendredi 16 mars 2018.

Cette intervention m’a permis de présenter une partie de mon travail de master 1, réalisé sous la direction d’Anne Baud et portant sur l’organisation urbaine et l’habitat domestique à Vienne du XIIème au XVIIIème siècle. Considérant l’importance de l’utilisation de matériaux de remplois dans la ville médiévale et moderne, j’ai concentré une partie de mes recherches sur l’étude de ce phénomène dont les premières observations seront présentées dans ce résumé.

Vienne (Isère), à une trentaine de kilomètres au sud de Lyon, sur les rives du Rhône a d’abord été une importante implantation allobroge considérée comme leur capitale avant de devenir colonie romaine autour de 50 av. JC. Ce développement a entraîné la construction de nombreux monuments : des temples (plusieurs sont évoqués par les sources, le temple d’Auguste et de Livie est conservé en élévation), un forum dont subsistent quelques arcades au niveau des jardins de Cybèle aux côtés des restes d’une salle de débat et d’un ensemble de constructions domestiques, un théâtre et un odéon ainsi qu’un complexe majeur d’entrepôts sur les rives du Rhône.

L’antiquité tardive est marquée par un recul de l’urbanisation assez mal documenté alors qu’on observe un regain de dynamisme autour des Vème et VIème siècles qui suit la fondation d’établissements religieux : Saint-Pierre « hors les murs » ou Saint André le Haut1) .

La ville médiévale est structurée par ces établissements religieux : deux abbayes (Saint André le Haut et Saint André le Bas), une abbaye extra urbaine (Saint Pierre) et une cathédrale (Saint Maurice) ainsi que d’autres paroisses qui ont aujourd’hui disparus mais qu’on retrouve dans le parcellaire et le bâti (l’ancien couvent des carmes) ou dans les textes (Notre Dame Outre Gère et Saint Ferréol). Les monuments antiques encore en élévation contraignent également l’urbanisme et sont utilisés comme carrières, dont la question de leur gestion reste ouverte.

J’ai commencé par réaliser une prospection à l’échelle de la ville, relevant l’ensemble des matériaux de remploi visibles en façade, en choisissant pour l’instant d’exclure les remplois situés dans les cours d’immeubles car je ne pouvais pas accéder à l’ensemble des cours de la ville et souhaitais conserver un aspect systématique à l’étude. Le postulat de base est que le calcaire blanc dur présent dans la ville est d’origine antique (excluant les constructions contemporaines et les restaurations).

Cartes de répartition des remplois de matériaux de construction antique au nord et au sud de la ville de Vienne (DAO Adrien Tourasse)

 

L’étude de ces premiers résultats de la prospection2 permet de dégager des ensembles logiques de l’utilisation des matériaux de remploi dans la ville. On peut ainsi distinguer trois grands ensembles autour des grands monuments antiques ou établissements religieux de la ville : le premier autour de l’ancienne abbaye Saint André le Bas, le second dans le secteur du théâtre antique et le dernier autour de la cathédrale et dans l’ancien forum.
L’abbaye Saint André le Bas dont sont conservés aujourd’hui le cloître, grandement restauré et l’église, a été fondé sur des terrasses antiques, sa position sur un promontoire rocheux au confluent de la Gère et du Rhône et à l’entrée de la ville ont conduit à penser à l’emplacement d’un sanctuaire ou d’un temple. Les nombreux remplois présents autour de l’abbaye sont surtout des blocs de pierre de taille et non des blocs de décoration comme on peut en trouver en plus grande quantité autour de la cathédrale.
Autour du théâtre antique, dont on sait par plusieurs opérations archéologiques préventives qui ont permis de dégager des fours à chaux qu’il a servi de carrière de pierre pour la ville médiévale, l’abbaye Saint André le Haut a utilisé de nombreuses pierres de remploi ainsi que le palais des canaux. Ce château urbain médiéval conserve au sud le mur de la salle de débat des jardins de Cybèle et les arcades du forum à l’ouest tandis que le seul mur conservé, au nord permet de distinguer des pierres de taille en calcaire dans les chaînages qui semblent être des remplois. Au niveau des portiques on trouve également une pierre correspondant probablement à un plateau de jeu antique réutilisé en décoration, mais dont on ne peut savoir à quelle période il est mis en œuvre.
Le secteur de la cathédrale, au cœur de l’ancien quartier épiscopal et dans les limites de l’ancien forum est marqué par un usage du remploi plus disparate, avec des blocs de remploi figurant des blasons ou des décors posés en façade. Malheureusement on ne peut savoir si ces blocs de remploi sont en place ou s’ils ont été déplacés lors des grands réalignements du XIXème siècle.

L’objectif de la suite de l’étude va justement être de caractériser ces remplois par rapport à leurs matériaux, leur mise en œuvre et leurs usages d’une part et de chercher à déterminer si ces remplois sont en place ou s’ils ont été déplacés, et dans quelle mesure par l’étude des plans de réalignement, des cadastres et des archives.
Continuer la cartographie des remplois va permettre d’affiner ces premières analyses et de participer à la réflexion sur la gestion de ces monuments antiques en tant que carrière. Le relevé des éléments de sculptures qui ont souvent été déplacés et transportés dans différents musées permettra aussi d’avoir une vision plus globale du phénomène de remploi.

  1. Qui fait l’objet d’une étude approfondie depuis plusieurs années avec des campagnes de fouille annuelles menées par Anne Baud (ArAr), Monique Zannettacci (Archéologue municipale de la ville de Vienne) et Anne Flammin (ArAr []
  2. En revanche cette étude laisse volontairement de côté les changements apportés par les remaniements urbains des grands travaux de réalignement des XIXème et XXème siècles qui peuvent perturber la lecture de certains bâtiments, en attendant une analyse complète des sources documentant ces réalignements. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.