La mise en œuvre d’une voûte à croisée d’ogives dans une chapelle castrale du XIIIe siècle : l’exemple de Guédelon

Résumé de la présentation de Florian Renucci, maître d’œuvre à Guédelon,  en conclusion du colloque de Guédelon 2015

[N’hésitez pas à cliquer sur les images pour mieux les visualiser. Vous pouvez ensuite les faire défiler en cliquant sur les flèches de votre clavier]

Le projet

La construction d’une voûte à croisée d’ogives s’inscrit dans le programme de construction d’un oratoire situé dans une des tours du château résidence de Guédelon : projet ostentatoire faisant référence à un registre religieux du milieu du XIIIe siècle. Le parti architectural est caractérisé par la réalisation d’une baie à remplage et d’une croisée d’ogives à nervures moulurées enrichies d’éléments décorés. Il se réfère aux oratoires seigneuriaux présents dans des tours de flanquement des châteaux de Nemours (77) et d’Hérisson (03). Ces modèles sont établis selon une organisation verticale de l’espace constitués de murs pleins jusqu’à 2 m de hauteur et percés, en partie haute, de trois fenêtres à lancette avec ébrasement.

Les nervures des voûtes ont pour modèle celles de Fontainejean dont les modénatures datées du XIIIe siècle sont constituées de voussoirs toriques avec filets et cavet, semblables à ceux du lapidaire du château hospitalier de Belvoir bâti en Galilée à la même époque. Le modèle de la baie est celui du château de Thiers sur Thèves (95). Ouverte dans une niche aménagé dans l’abside à pan coupé, la baie est conçue de la manière suivante : l’arc brisé de la niche fait office d’arc triomphal et sert ainsi de formeret  pour la voûte d’ogive.

Enfin, les détails apportés aux registres sculptés des culots, de la clef et des nervures sont réalisés dans une pierre calcaire plus tendre que le calcaire marbrier utilisé pour la réalisation des ouvrages extérieurs. Le calcaire provient de la carrière de la Grosse Borne (à Donzy), d’où nous avions extrait, en 2014, des pierres plus tendre pour réaliser la fenêtre à remplage.

Le chantier et la mise en œuvre

Après avoir effectué le tracé de la croisée d’ogives sur le plancher d’épure, les tailleurs de pierre fabriquent dans un premier temps les panneaux de joint des voussoirs. Ils confectionnent également les panneaux des trois sommiers de telle sorte que l’extrémité des pierres comprise dans la fourrure du mur, soit taillée en tas de charge. Une fois les murs de la chapelle échafaudée, les maçons disposent les quatre culots puis leurs tailloirs dont les lits d’attente se règlent sur la naissance de la croisée d’ogives. Les premières assises des sommiers sont ensuite soigneusement posées pour marquer l’amorce de la courbure de la croisée.

Le rayonnement des joints des voussoirs étant assez faible, les quatre premiers voussoirs sont autoportants et peuvent être posés avant de placer les éléments du coffrage nécessaires à la construction de la voûte. Cette technique de mises en œuvre permet d’économiser un volume de bois conséquent correspondant à plus d’un mètre de hauteur d’échafaudage. Les maçons fabriquent alors un gabarit reproduisant le profil de la nervure dessinée sur l’épure. Celui-ci permettra de régler à l’aide d’un fil à plomb le positionnement de ces premiers voussoirs.

La voûte de la chapelle est réalisée suivant un mode opératoire identique à celui utilisé pour la construction des autres voûtes d’ogives du château. Un plancher est installé pour recevoir le coffrage des nervures à une hauteur d’environ un mètre au-dessus de la ligne des naissances. Il sert aussi à assembler l’ébrasement intérieur des fenêtres en lancette et à fabriquer le coffrage nécessaire à la maçonnerie des voûtes coniques. Ce plateau surélevé supporte également le coffrage de l’arc formeret de la niche axiale, formant le chevet de la chapelle. C’est le seul arc formeret du château dont l’intrados constitué de voussoirs en pierre de taille, correspond à l’extrados de la fenêtre à remplage. Les maçons prolongent cet arc brisé par une voûte de même profil  délimitant la niche en partie haute.

Une fois cette étape achevée, il reste à réaliser les trois autres arcs formerets destinés à supporter la voûte. Les murs concaves de la salle, constitués de moellons de grès ferrugineux sont constitués d’arcs brisés. Pour les construire, les maçons ont mis au point un système permettant de restituer les rayons des arcs à partir de perches articulées fixées sur une pièce de bois horizontale matérialisant les lignes de naissance. À partir de l’extrémité de ces perches on peut alors tracer avec une grande régularité la courbure de l’arc sur les moellons dont les arêtes extérieures sont chassées à la broche avant qu’ils ne soient scellées.

Toujours à partir du dessin d’épure, les charpentiers fabriquent un coffrage en chêne destiné à soutenir les voussoirs de la croisée d’ogives. La clef soigneusement sculptée est placée en premier au sommet du coffrage pour assurer un meilleur réglage des voussoirs assemblés au niveau des nervures. Fragilisée par ses éléments de décor, elle est insérée dans un cadre en bois qui, assemblé aux montants, sert de coffre de protection. Le coffrage est disposé en suivant les axes des nervures. Sa partie inférieure repose sur des coins en chêne placés tête-bêche. Les voussoirs toriques placés en équilibre sur une arête et non sur une partie plane du coffrage, peuvent déverser facilement durant les opérations de réglage liées à la pose. Afin d’assurer une meilleure stabilité, des cales de bois sont ajoutées latéralement aux éléments de coffrage de manière à créer deux points d’appui sur lesquels repose chacun des voussoirs. Les maçons scellent ensuite chaque bloc dans un bain de mortier en tassant le joint. Ils progressent simultanément sur les quatre côtés du coffrage pour éviter tout risque de dévers. Deux ficelles (ou cordeaux) réglées sur les angles rentrant de la clef de voûte permettent d’aligner des voussoirs constituant les nervures. L’ajustement de l’ouvrage s’achève par la pose des quatre contre-clés.

Les nervures sont mises en charge au moment du décoffrage du cintre qui s’effectue par le retrait des coins de chêne. En cinq minutes, la croisée d’ogives est entièrement dégagée. Les joints sont mis en tension et la croisée peut alors servir à son tour de support au coffrage (destiné à recevoir une charge de 50 tonnes) pour l’installation du voûtement. Une partie du coffrage est conservée pour l’installation des vaux équivalant à une série de planches disposées de manière à suivre la courbure des voûtements. Espacés de 0,50 m les uns des autres, ces vaux sont couverts de planches de chêne fendues constituant les couchis. Celles-ci sont simplement posées et maintenues uniquement par le poids des pierres utilisées pour la construction des voûtes, de manière à faciliter leurs démontages. Elles sont soutenues par des poteaux en bois calés sur le plancher de travail par des coins en chêne qui seront enlevés au moment du décoffrage. Une fois en place, les voûtes sont construites de façon centripète, à partir des arases des murs formerets. Dans un premier temps, les maçons interviennent sur les jonctions des voûtains qui s’appuient sur les extrados de la croisée d’ogive, en disposant les pierres selon le modèle d’une voûte d’arrête, sur 0,60 m de hauteur. Le montage se poursuit à partir des coffrages qui supportent les moellons des voûtes. L’ouvrage est réalisé par sections successives suivant le dispositif des harpes d’attente toujours orientées en direction de la clef de voûte. Ainsi, les surfaces triangulaires délimitées par la croisée d’ogives diminuent progressivement pour ne laisser que quatre petits triangles qui seront bouchés en dernier autours de la clef de voûte.

Le chantier s’achève par le décoffrage des voûtes, réalisé selon la technique d’abaissement du cintre. Les coins de chêne situés sous les vaux, sont abaissés par des frappes parfaitement synchronisées. Une fois libérées, la plupart des pièces de bois des couchis tombent, quelques unes devant être décollées manuellement du mortier. Elles laissent apparaître des empreintes de coffrage qui finalement disparaissent sous l’enduit de finition.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.