Tous les articles par Anne Baud

La fondation de l’abbaye Saint-André-le-haut dans la ville antique

Résumé de l’intervention d’Anne Baud (Université Lumière Lyon2, laboratoire ArAr -MOM) lors du séminaire du vendredi 18 janvier 2019.

Depuis 2003, différentes campagnes de fouilles menée dans l’ancienne abbaye Saint-André-le-haut à Vienne, avec la collaboration des étudiants de l’université Lyon 2, permettent de mettre en évidence un phasage assez complexe du monastère depuis sa fondation jusqu’à sa transformation en immeuble de rapport. L’abbaye des moniales de Saint-André-le-Haut appartient en effet à une importante vague de fondations monastiques de la ville de Vienne à la fin de l’Antiquité tardive. Probablement fondé au VIe s. par un certain Ansémond pour sa fille Rémilla, le monastère serait établi dans un « courtil » à proximité de « la porte » de Vienne. Bien qu’il soit difficile d’imaginer très précisément la physionomie de la ville durant l’Antiquité tardive, l’analyse de la topographie, des vestiges monumentaux antiques et des remplois dans les structures médiévales, donne une première idée du développement urbain au Moyen Age.

Une observation attentive de la topographie actuelle permet de restituer la topographie antique du lieu. L’abbaye Saint-André-le-Haut a été ainsi établie à flanc de colline entre la rivière de la Gère au nord et la colline de Pipet au sud. Celle-ci, entièrement aménagée à l’époque romaine par une série de terrasses où passent les aqueducs de la vallée, présentait, sans doute, en son sommet, un ou plusieurs temples. Au sud-ouest de l’abbatiale, le théâtre antique adossé à la colline, est probablement abandonné dès la fin du IIIe s. ou au début du IVe s. Cette topographie urbaine contraint le monastère à s’établir sur les deux terrasses les plus au nord que l’on peut supposer correspondre à l’emplacement du courtil d’Ansémond.

Les matériaux utilisés dans les fondations et les élévations des différents bâtiments monastiques (calcaires et molasse) proviennent tous, au moins jusqu’au XIIIe siècle, des monuments antiques qui, au fur et à mesure des reconstructions, se transforment en carrières à ciel ouvert. La dalle de sol du petit oratoire funéraire daté du VIe ou VIIe siècle, proviendrait directement du théâtre antique voisin. Le fragment d’architrave trouvé dans les remblais de la nef et strictement comparable aux éléments conservés au musée Saint-Pierre, viendraient du « Temple de Mars » détruit à une période indéterminée… mais voisin de l’abbaye. Propriétés de l’évêque puis archevêque de Vienne, ces anciens monuments antiques semblent être à dispositions des nouveaux chantiers urbains dont les bâtiments religieux constituent la nouvelle partie monumentale.