Archives de catégorie : Antiquité tardive

Les grandes étapes de l’histoire urbaine de Tyr (Liban)

Résumé de l’intervention de Pierre-Louis Gatier, historien-archéologue, D.R. CNRS –Hisoma / MOM lors du séminaire du vendredi 18 janvier 2019

Tyr a connu une longue histoire attestée par la documentation écrite (depuis le Bronze moyen) et archéologique (depuis la fin du Bronze ancien). On distingue quatre grandes périodes de l’histoire du site :                                                                                                    

  • jusqu’en 332 av. J.-C., Tyr est une île, à une distance comprise entre 750 m et 2000 m du continent, ce qui signifie qu’il y a deux sites occupés par la ville, l’un secondaire sur le continent (dit Paléotyr) et l’autre principal dans l’île (fig.1)
    fig. 1 Vue aérienne du site maritime de Tyr © Mission archéologique de Tyr
  • à partir de 332, l’île est reliée au continent par la jetée qu’a fait construire Alexandre, qui crée un tombolo ; elle se transforme en presqu’île, le tombolo s’épaississant progressivement en isthme    
  • en 1291, la ville est évacuée par les Francs et abandonnée aux Mamelouks qui la rasent  ; elle reste en ruines (fig. 2)   
    fig. 2 Illustration du XVIIe s. : une vue de Tyr © Mission archéologique de Tyr
                             
  • Tyr ne renaît qu’à la fin du XVIIIe s., en dépit de quelques tentatives avortées lors des périodes antérieures ; ainsi, à l’époque ottomane, c’est une bourgade modeste entourée par un rempart nouveau qui laisse de côté la partie sud de la presqu’île.

Continuer la lecture de Les grandes étapes de l’histoire urbaine de Tyr (Liban)

La topographie et l’urbanisme de Tyr, de l’âge du Bronze à la période byzantine

Résumé de l’intervention de Catherine Duvette , architecte-archéologue, CNRS, Archimède – UMR 7044 / Université de Strasbourg lors du séminaire du vendredi 18 janvier 2019

Entre 2008 et 2016, la Mission Archéologique de Tyr a réalisé un plan topographique complet des vestiges dégagés lors des fouilles réalisées sur le site de Tyr-ville par Maurice Chéhab avant 1975 (fig. 1).

fig. 1 Nouveaux relevés à Tyr (© Mission archéologique de Tyr)

À partir de cet état des lieux au 1/500e et grâce aux nouvelles données archéologiques provenant de la fouille et des études d’architecture, nous avons pu préciser plusieurs aspects liés à l’évolution du littoral et au développement de la ville antique.
Durant les phases anciennes, le site de Tyr est séparé du continent et le profil des côtes de l’île se modifie légèrement entre l’âge du Bronze et la fin de l’âge du Fer. La plupart des bâtiments sont construits en appareil double grossier, avec des blocs liés à l’argile, suivant une technique de construction identique et relativement homogène (fig. 2).

fig. 2 Techniques de construction en grès. © Mission archéologique de Tyr

Continuer la lecture de La topographie et l’urbanisme de Tyr, de l’âge du Bronze à la période byzantine

Entre négoce et chantiers de construction à Tyr aux périodes romaine et byzantine

Résumé de l’intervention de Gérard Charpentier, architecte-archéologue – FR 3747 – MOM / Université Lyon2 lors du séminaire du vendredi 18 janvier 2019

De grandes opérations d’arasement et de terrassement sont engagées (fig. 1).

fig. 1 Techniques de construction en grès. © Mission archéologique de Tyr

De nouveaux matériaux sont employés dans les constructions, avec l’apparition notamment de la craie exploitée localement (comme le grès) et du calcaire, extrait de carrières régionales plus éloignées. Le grès est encore largement employé (ou remployé) dans les murs en élévation construits en grand appareil, notamment dans les premiers thermes monumentaux de l’époque romaine (IIe-IIIe s.). En revanche la craie est débitée en petits blocs de faible épaisseur, selon deux gabarits quasi-standards. Posés à plat ou de chant, ces blocs sont disposés par assises dans les fondations (fig. 2) et dans les maçonneries des conduits hydrauliques.

fig. 2 Murs en grès et fondations en craie des Thermes de Tyr. (© Mission archéologique de Tyr)

Ils sont systématiquement enfouis pour éviter toute altération de la craie… Le calcaire dur est utilisé essentiellement pour les pavements des rues ou des cours, et les emmarchements, tandis que les encadrements de portes ou autre type de modénature sont constitués de blocs en calcaire plus tendre (ferme ou semi-ferme). Ces derniers sont employés dans les entablements de monuments, blocs d’architraves, de frise et de corniche dont quelques-uns peuvent également être en marbre. À l’inverse la plupart des chapiteaux et la totalité des piédestaux et des bases de colonnes recensés sur le site sont taillés dans du marbre blanc ou gris. S’ajoutent également les plaques de marbre à dominante grise utilisées dans les pavements des salles et des espaces couverts du grand complexe thermal. Enfin, un grand nombre de futs de colonnes (tous monolithes) (fig. 3) sont taillés dans du marbre (marbre de Proconnèse, cipolin vert, brèche) ou dans du granite gris ou rouge, ces deux natures de roche se prêtant parfaitement au polissage.

fig. 3 : Les fûts de colonne en granit noir présents sur l’ensemble du site. © Mission archéologique de Tyr

Si les gisements de grès et de craie ont été exploités sur place, les chantiers de construction sont pourvus en calcaire dur (ou semi-ferme) à partir de carrières antiques exploitées dans l’arrière-pays de Tyr. Ce mode d’approvisionnement implique la mise en place d’infrastructures pour organiser le transport par voie terrestre de blocs conditionnés par les carriers et que les tailleurs de pierre devaient achever à proximité du chantier de construction.
À l’inverse, l’approvisionnement des marbres et des granites devait s’effectuer par bateaux, suivant des voies commerciales que nous pouvons reconstituer en localisant les gisements antiques à partir de leurs faciès caractéristiques comme le granite rouge d’Assouan, le granite gris de Troade, le marbre (cipolin) d’Eubée ou les marbres de Proconnèse. Les questions de conditionnement des blocs importés peuvent également se poser, que ce soit pour les plaques de marbre gris employées dans les pavements qui pouvaient couvrir une surface restituée d’au moins 7000 m2, que pour les nombreux fûts de colonnes. Selon notre hypothèse, la basilique thermale était constituée de deux rangées de colonnades de 44 colonnes chacune, nécessitant une commande de 88 fûts de colonnes en cipolin vert tous identiques avec 6,80m de hauteur moyenne. Nous estimons le double de fûts de colonne en granite noir qui ont le même gabarit (5,20m / 0,74m) mesuré sur un échantillon d’une trentaine de fûts complets. On peut supposer une production en série de ces blocs importés, dont le conditionnement était réalisé dans des ateliers de taille situés à proximité immédiate des carrières, avant leurs transports (hypothèse déjà émise pour le marbre de Proconnèse à partir notamment du IVe siècle). Ces matériaux d’importations étaient principalement destinés aux grands programmes édilitaires qui se développent dans le secteur maritime de la ville de Tyr durant l’Antiquité tardive.

Le mausolée pyramidal du village de Sergilla, Syrie du Nord

Présenté par Gérard Charpentier lors du séminaire du 14 novembre 2014

De l’hypothèse à l’expérimentation d’un mode de construction au VIe siècle

Résumé extrait d’un article paru en 2005 – « La construction du Mausolée pyramidal de Sergilla : Étude de cas », dans Tempora vol. 14-15, USJ, Beyrouth,pp. 123-132.

            Cette maquette en pierre a été réalisée suite aux nombreux échanges qui se sont déroulés à l’Université Lyon 2 (Maison de l’Orient et de la Méditerranée) entre praticiens et chercheurs dans le cadre d’une recherche sur « les chantiers et les matériaux de construction ».

(c) G. Charpentier - Le dégagement des blocs éboulés à l’intérieur du Mausolée ; vue de l’Ouest
(c) G. Charpentier – Le dégagement des blocs éboulés à l’intérieur du Mausolée ; vue de l’Ouest

            Il s’agit d’un petit mausolée situé à la périphérie d’un village antique en Syrie du Nord et daté du VIe siècle de notre ère par son architecture et son décor. Comme la plupart des bâtiments protobyzantins de cette région, ce monument utilise des blocs en calcaire posés à joints secs et sans scellement. Implanté dans un renfoncement du relief, sa partie basse est taillée dans la roche calcaire, tandis que sa façade principale et ses murs latéraux, en partie haute, sont érigés en pierres de taille. Les vestiges sont conservés in situ jusqu’au niveau des corniches des murs de la salle funéraire. L’entrée est ornée d’un cadre mouluré et le seuil porte les traces caractéristiques d’une porte en basalte disparue depuis longtemps.

            En revanche, la couverture de l’édifice s’est entièrement effondrée. Une trentaine de blocs ont été dégagés à l’intérieur et aux abords immédiats du mausolée (fig.1). Tous ces blocs ont été enregistrés en position de chute. Les plus caractéristiques ont été relevés afin de restituer la couverture pyramidale de ce petit monument.

            Ce toit pyramidal équivaut à une structure autoportante. En vue de valider cette hypothèse, Ph. Griot, tailleur de pierre à Cluny, propose d’expérimenter le procédé à travers la réalisation d’une maquette à l’échelle du 1/5e.

(c) G. Charpentier - La maquette de restitution du toit pyramidal
(c) G. Charpentier – La maquette de restitution du toit pyramidal

            L’assise supérieure des murs latéraux constitue la base de la maquette (fig.2). Elle est constituée de blocs moulurés sur lesquels repose la première assise de la couverture. Les traces relevées au lit d’attente des blocs de corniche permettent de restituer précisément une base du pyramidion rectangulaire proche du carré (3,55 m. sur 3,40 m.). Cette différence de 15 cm se retrouve au lit d’attente du bloc sommital du toit pyramidal qui est en définitive tronqué. Ce pyramidion est composé de sept assises dont les quatre faces présentent la même inclinaison (fig.3). Le montage est caractérisé par un appareil isodome irrégulier et les 5 premières assises font 37 cm de hauteur moyenne. En revanche, la sixième assise est constituée de trois blocs de 42 cm de hauteur dont l’assemblage est restitué d’après les traces d’épaulement visibles sur les parements intérieurs. Le bloc trapézoïdal de 52 cm de hauteur équivaut à la dernière assise (fig.4). Sa face supérieure de 42 cm sur 27 cm porte la trace d’un scellement destiné à ancrer le bloc de couronnement représenté par une colonnette ornée de deux croix.

            La couverture pyramidale est bien une structure autoportante. À partir d’un montage réalisé assise par assise, le rapport entre l’angle de la pente, la masse et la forme de chaque bloc permet d’annuler tout effet de dévers.

(c) G. Charpentier - Restitution du mausolée pyramidal; coupe Est-Ouest
(c) G. Charpentier – Restitution du mausolée pyramidal; coupe Est-Ouest

Le bardage et la pose des blocs se faisaient à partir d’un échafaudage extérieur qui reposait en partie sur des crétiaux soigneusement taillés au nu du parement de chaque bloc. Ces éléments d’échafaudage, intégrés dans la structure en pierre suivant un dispositif régulier, servaient par la suite d’éléments d’ornementation. La réalisation d’une telle construction implique une parfaite connaissance de la stéréotomie (chaque bloc ayant sa place spécifique dans l’édifice). Elle nécessite aussi une organisation rigoureuse du chantier. Soit on taillait les blocs sur place en fonction des demandes précises de l’appareilleur, soit l’ensemble de l’ouvrage était réalisé en atelier ou à proximité du chantier avant d’être remonté sur place en une seule fois. Cette seconde hypothèse implique un enregistrement systématique des blocs dont il ne reste plus aucune trace archéologique. Ces marques réalisées à la peinture ou à la chaux ont pu disparaître au fil du temps, comme s’effaceront les marques de craies nécessaires au démontage et au remontage de cette maquette.

En définitive, ce mausolée pyramidal, loin d’être exceptionnel par sa taille, est cependant révélateur du savoir faire et de l’esprit d’invention des bâtisseurs des campagnes de la Syrie du Nord qui n’ont cessé de construire entre le Ve et VIe siècles de notre ère pour nous offrir un patrimoine exceptionnel qui est aujourd’hui gravement menacé.

(c) Gérard Charpentier - Vue du bloc sommital de la couverture pyramidale
(c) Gérard Charpentier – Vue du bloc sommital de la couverture pyramidale

Quelques notions sur la manutention dans la construction traditionnelle

Par Emmanuel Desroches, restaurateur de sculptures

Définition du sujet et enjeux de la recherche

La manutention des matériaux de construction est assurée par l’ensemble des métiers du bâtiment, de l’extraction à la mise en œuvre ; c’est une question omniprésente sur le chantier.
Partant de mon expérience sur les matériaux pierreux, ajoutant l’observation de traces archéologiques et la consultation de sources diverses (publiées ou verbales), je formule des déductions et des hypothèses. Il est en effet probable que certains problèmes et certaines solutions que j’ai pu rencontrer sont similaires à celles du passé.
Une manutention se structure logiquement ; elle se construit par une série de manœuvres, par la mise en œuvre de dispositifs, d’outils, et d’opérations non outillées, au service du but recherché.

Continuer la lecture de Quelques notions sur la manutention dans la construction traditionnelle

Matériaux de construction de la fin de l’époque hellénistique (IIe siècle avant J.C.) à l’époque médiévale en Syrie du Nord.

Par Marie-Odile ROUSSET (CNRS, GREMMO, FRE 3412, MOM)

La prospection des marges arides de Syrie du Nord, dirigée par Bernard Geyer (Archéorient) et les fouilles franco-syriennes des site de Mayadin, al-Hadir et Qinnasrin ont mis en évidence la variété des matériaux employés depuis la fin de l’époque hellénistique, dans la région au sud-est d’Alep. Là, comme ailleurs, les matériaux utilisés dépendent du type de ressources disponible dans l’environnement.

Maison en brique crue en partie reconstruite sur des soubassements byzantins © M.-O. Rousset
Maison en brique crue en partie reconstruite sur des soubassements byzantins © M.-O. Rousset

La brique crue est le matériau le plus répandu. Elle permet une mise en œuvre facile de la terre, sans coffrage. Les briques sont fabriquées avec de la terre mêlée de paille, tassée dans un moule puis séchée au soleil. Continuer la lecture de Matériaux de construction de la fin de l’époque hellénistique (IIe siècle avant J.C.) à l’époque médiévale en Syrie du Nord.

La terre crue, matière à construire

Par David Gandreau et Chamsia Sadozaï

La terre crue se compose de grains de différents calibres qui se répartissent dans un large spectre granulométrique, du caillou à la particule d’argile (de 100 mm à 2µ de diamètre). Par un phénomène de cohésion capillaire, l’eau qui lie les grains entre eux assure, en grande partie, la solidité du matériau mis en œuvre pour la construction.
Dans certains cas, des stabilisants organiques (polysaccharides, lipides, protéines, autres..) ou physico-chimiques (chaux, plâtres..) permettent une résistance encore meilleure. Continuer la lecture de La terre crue, matière à construire