Archives de catégorie : Epoque médiévale

Les grandes étapes de l’histoire urbaine de Tyr (Liban)

Résumé de l’intervention de Pierre-Louis Gatier, historien-archéologue, D.R. CNRS –Hisoma / MOM lors du séminaire du vendredi 18 janvier 2019

Tyr a connu une longue histoire attestée par la documentation écrite (depuis le Bronze moyen) et archéologique (depuis la fin du Bronze ancien). On distingue quatre grandes périodes de l’histoire du site :                                                                                                    

  • jusqu’en 332 av. J.-C., Tyr est une île, à une distance comprise entre 750 m et 2000 m du continent, ce qui signifie qu’il y a deux sites occupés par la ville, l’un secondaire sur le continent (dit Paléotyr) et l’autre principal dans l’île (fig.1)
    fig. 1 Vue aérienne du site maritime de Tyr © Mission archéologique de Tyr
  • à partir de 332, l’île est reliée au continent par la jetée qu’a fait construire Alexandre, qui crée un tombolo ; elle se transforme en presqu’île, le tombolo s’épaississant progressivement en isthme    
  • en 1291, la ville est évacuée par les Francs et abandonnée aux Mamelouks qui la rasent  ; elle reste en ruines (fig. 2)   
    fig. 2 Illustration du XVIIe s. : une vue de Tyr © Mission archéologique de Tyr
                             
  • Tyr ne renaît qu’à la fin du XVIIIe s., en dépit de quelques tentatives avortées lors des périodes antérieures ; ainsi, à l’époque ottomane, c’est une bourgade modeste entourée par un rempart nouveau qui laisse de côté la partie sud de la presqu’île.

Continuer la lecture de Les grandes étapes de l’histoire urbaine de Tyr (Liban)

Entre négoce et chantiers de construction à Tyr aux périodes romaine et byzantine

Résumé de l’intervention de Gérard Charpentier, architecte-archéologue – FR 3747 – MOM / Université Lyon2 lors du séminaire du vendredi 18 janvier 2019

De grandes opérations d’arasement et de terrassement sont engagées (fig. 1).

fig. 1 Techniques de construction en grès. © Mission archéologique de Tyr

De nouveaux matériaux sont employés dans les constructions, avec l’apparition notamment de la craie exploitée localement (comme le grès) et du calcaire, extrait de carrières régionales plus éloignées. Le grès est encore largement employé (ou remployé) dans les murs en élévation construits en grand appareil, notamment dans les premiers thermes monumentaux de l’époque romaine (IIe-IIIe s.). En revanche la craie est débitée en petits blocs de faible épaisseur, selon deux gabarits quasi-standards. Posés à plat ou de chant, ces blocs sont disposés par assises dans les fondations (fig. 2) et dans les maçonneries des conduits hydrauliques.

fig. 2 Murs en grès et fondations en craie des Thermes de Tyr. (© Mission archéologique de Tyr)

Ils sont systématiquement enfouis pour éviter toute altération de la craie… Le calcaire dur est utilisé essentiellement pour les pavements des rues ou des cours, et les emmarchements, tandis que les encadrements de portes ou autre type de modénature sont constitués de blocs en calcaire plus tendre (ferme ou semi-ferme). Ces derniers sont employés dans les entablements de monuments, blocs d’architraves, de frise et de corniche dont quelques-uns peuvent également être en marbre. À l’inverse la plupart des chapiteaux et la totalité des piédestaux et des bases de colonnes recensés sur le site sont taillés dans du marbre blanc ou gris. S’ajoutent également les plaques de marbre à dominante grise utilisées dans les pavements des salles et des espaces couverts du grand complexe thermal. Enfin, un grand nombre de futs de colonnes (tous monolithes) (fig. 3) sont taillés dans du marbre (marbre de Proconnèse, cipolin vert, brèche) ou dans du granite gris ou rouge, ces deux natures de roche se prêtant parfaitement au polissage.

fig. 3 : Les fûts de colonne en granit noir présents sur l’ensemble du site. © Mission archéologique de Tyr

Si les gisements de grès et de craie ont été exploités sur place, les chantiers de construction sont pourvus en calcaire dur (ou semi-ferme) à partir de carrières antiques exploitées dans l’arrière-pays de Tyr. Ce mode d’approvisionnement implique la mise en place d’infrastructures pour organiser le transport par voie terrestre de blocs conditionnés par les carriers et que les tailleurs de pierre devaient achever à proximité du chantier de construction.
À l’inverse, l’approvisionnement des marbres et des granites devait s’effectuer par bateaux, suivant des voies commerciales que nous pouvons reconstituer en localisant les gisements antiques à partir de leurs faciès caractéristiques comme le granite rouge d’Assouan, le granite gris de Troade, le marbre (cipolin) d’Eubée ou les marbres de Proconnèse. Les questions de conditionnement des blocs importés peuvent également se poser, que ce soit pour les plaques de marbre gris employées dans les pavements qui pouvaient couvrir une surface restituée d’au moins 7000 m2, que pour les nombreux fûts de colonnes. Selon notre hypothèse, la basilique thermale était constituée de deux rangées de colonnades de 44 colonnes chacune, nécessitant une commande de 88 fûts de colonnes en cipolin vert tous identiques avec 6,80m de hauteur moyenne. Nous estimons le double de fûts de colonne en granite noir qui ont le même gabarit (5,20m / 0,74m) mesuré sur un échantillon d’une trentaine de fûts complets. On peut supposer une production en série de ces blocs importés, dont le conditionnement était réalisé dans des ateliers de taille situés à proximité immédiate des carrières, avant leurs transports (hypothèse déjà émise pour le marbre de Proconnèse à partir notamment du IVe siècle). Ces matériaux d’importations étaient principalement destinés aux grands programmes édilitaires qui se développent dans le secteur maritime de la ville de Tyr durant l’Antiquité tardive.

La fondation de l’abbaye Saint-André-le-haut dans la ville antique

Résumé de l’intervention d’Anne Baud (Université Lumière Lyon2, laboratoire ArAr -MOM) lors du séminaire du vendredi 18 janvier 2019.

Depuis 2003, différentes campagnes de fouilles menée dans l’ancienne abbaye Saint-André-le-haut à Vienne, avec la collaboration des étudiants de l’université Lyon 2, permettent de mettre en évidence un phasage assez complexe du monastère depuis sa fondation jusqu’à sa transformation en immeuble de rapport. L’abbaye des moniales de Saint-André-le-Haut appartient en effet à une importante vague de fondations monastiques de la ville de Vienne à la fin de l’Antiquité tardive. Probablement fondé au VIe s. par un certain Ansémond pour sa fille Rémilla, le monastère serait établi dans un « courtil » à proximité de « la porte » de Vienne. Bien qu’il soit difficile d’imaginer très précisément la physionomie de la ville durant l’Antiquité tardive, l’analyse de la topographie, des vestiges monumentaux antiques et des remplois dans les structures médiévales, donne une première idée du développement urbain au Moyen Age.

Une observation attentive de la topographie actuelle permet de restituer la topographie antique du lieu. L’abbaye Saint-André-le-Haut a été ainsi établie à flanc de colline entre la rivière de la Gère au nord et la colline de Pipet au sud. Celle-ci, entièrement aménagée à l’époque romaine par une série de terrasses où passent les aqueducs de la vallée, présentait, sans doute, en son sommet, un ou plusieurs temples. Au sud-ouest de l’abbatiale, le théâtre antique adossé à la colline, est probablement abandonné dès la fin du IIIe s. ou au début du IVe s. Cette topographie urbaine contraint le monastère à s’établir sur les deux terrasses les plus au nord que l’on peut supposer correspondre à l’emplacement du courtil d’Ansémond.

Les matériaux utilisés dans les fondations et les élévations des différents bâtiments monastiques (calcaires et molasse) proviennent tous, au moins jusqu’au XIIIe siècle, des monuments antiques qui, au fur et à mesure des reconstructions, se transforment en carrières à ciel ouvert. La dalle de sol du petit oratoire funéraire daté du VIe ou VIIe siècle, proviendrait directement du théâtre antique voisin. Le fragment d’architrave trouvé dans les remblais de la nef et strictement comparable aux éléments conservés au musée Saint-Pierre, viendraient du « Temple de Mars » détruit à une période indéterminée… mais voisin de l’abbaye. Propriétés de l’évêque puis archevêque de Vienne, ces anciens monuments antiques semblent être à dispositions des nouveaux chantiers urbains dont les bâtiments religieux constituent la nouvelle partie monumentale.

Quelques réflexions et questions autour des mortiers : pose, plasticité, inclusions, représentations

Résumé de l’intervention de Cédric Moulis (EA 1132 HisCAnt-MA – Université de Lorraine) lors du séminaire du vendredi 15 décembre 2017.

Nos réflexions et questionnements présentés succinctement ici sont fondés sur l’étude et l’observation des mortiers de dix-sept sites, aussi bien castraux que religieux, des XI, XII et XIIIe siècles. Ils sont pour l’essentiel situés dans la partie méridionale de la Lorraine (fig.1). Les données regroupées ici proviennent de deux thèses et d’un PCR1, dont nous n’exploitons que quelques résultats.

Fig. 1

Pour le secteur concerné et le type de sites pris en considération, les maçonneries sont liées préférentiellement par Continuer la lecture de Quelques réflexions et questions autour des mortiers : pose, plasticité, inclusions, représentations

  1. Jacky Koch, L’art de bâtir dans les châteaux forts en Alsace (Xe-XIIIe siècles), Nancy, PUN, 2014 ; Cédric Moulis, Bâtir en Lorraine méridionale (XIe-XIIe siècles). Chantier et mise en oeuvre des matériaux (thèse en cours d’achèvement) ; Karine Boulanger, Cédric Moulis (dir.), La pierre dans l’Antiquité et au Moyen Âge en Lorraine. De l’extraction à la mise en oeuvre, Nancy, PUN, 2018. Les lames minces et les analyses ont été réalisées par Jean-Michel Mechling (UMR 7198 Institut Jean Lamour, Université de Lorraine).   []

Une réhabilitation du plâtre dans les constructions traditionnelles du monde méditerranéen

Intervention de Philippe Bertone  Bertone, restaurateur, gypsier, stucateur, lors du colloque de Guédelon 2015.

Entreprise : Les Ateliers Du Paysage, 04300 Forcalquier, France
Site Internet : www.ateliers-du-paysage.com
Courriel : philippe.bertone[at]free.fr

Introduction

Le plâtre reste un matériau assez méconnu, souvent déconsidéré à partir d’idées reçues non fondées. Son utilisation remonte aux périodes anciennes sur une aire géographique très étendue, en raison notamment de sa grande résistance. Il constitue ainsi un des matériaux majeurs du patrimoine vernaculaire que nous continuons d’utiliser aujourd’hui avec les savoir-faire traditionnels.

Fig. 1 : Plâtre paysan grossier en hourdage dans les Alpes-de-Haute-Provence. © Ph. Bertone

On distingue aujourd’hui le« plâtre paysan » (fig. 1) , fabriqué localement par les agriculteurs, ou le plâtre traditionnel ou plâtre artisanal quand il est produit par des gypsiers (artisans producteurs), du plâtre industriel vendu dans le commerce et provenant exclusivement de la cuisson du gypse, roche sédimentaire aux multiples formes.

D’une manière générale, le plâtre est le plus ancien liant cuit utilisé en architecture pour réaliser des mortiers. Il est aussi employé pour Continuer la lecture de Une réhabilitation du plâtre dans les constructions traditionnelles du monde méditerranéen

La mise en œuvre d’une voûte à croisée d’ogives dans une chapelle castrale du XIIIe siècle : l’exemple de Guédelon

Résumé de la présentation de Florian Renucci, maître d’œuvre à Guédelon,  en conclusion du colloque de Guédelon 2015

[N’hésitez pas à cliquer sur les images pour mieux les visualiser. Vous pouvez ensuite les faire défiler en cliquant sur les flèches de votre clavier]

Le projet

La construction d’une voûte à croisée d’ogives s’inscrit dans le programme de construction d’un oratoire situé dans une des tours du château résidence de Guédelon : projet ostentatoire faisant référence à un registre religieux du milieu du XIIIe siècle. Le parti architectural est caractérisé par la réalisation d’une baie à remplage et d’une croisée d’ogives à nervures moulurées enrichies d’éléments décorés. Il se réfère aux oratoires seigneuriaux présents dans des tours de flanquement des châteaux de Nemours (77) et d’Hérisson (03). Ces modèles sont établis selon une organisation verticale de l’espace constitués de murs pleins jusqu’à 2 m de hauteur et percés, en partie haute, de trois fenêtres à lancette avec ébrasement.

Les nervures des voûtes ont pour modèle celles de Fontainejean dont les modénatures datées du XIIIe siècle sont constituées de voussoirs toriques avec filets et cavet, semblables à ceux du lapidaire du château hospitalier de Belvoir bâti en Galilée à la même époque. Le modèle de la baie est celui du château de Thiers sur Thèves (95). Ouverte dans une niche aménagé dans l’abside à pan coupé, la baie est conçue de la manière suivante : l’arc brisé de la niche fait office d’arc triomphal et sert ainsi de formeret  pour la voûte d’ogive.

Enfin, les détails apportés aux registres sculptés des culots, de la clef et des nervures sont réalisés dans une pierre calcaire plus tendre que le calcaire marbrier utilisé pour la réalisation des ouvrages extérieurs. Le calcaire provient de la carrière de la Grosse Borne (à Donzy), d’où nous avions extrait, en 2014, des pierres plus tendre pour réaliser la fenêtre à remplage.

Le chantier et la mise en œuvre

Après avoir effectué le tracé de la croisée d’ogives sur le plancher d’épure, les tailleurs de pierre Continuer la lecture de La mise en œuvre d’une voûte à croisée d’ogives dans une chapelle castrale du XIIIe siècle : l’exemple de Guédelon

Le remploi dans l’habitat domestique à Vienne, premières observations

Résumé de l’intervention d’Adrien Tourasse lors du séminaire du vendredi 16 mars 2018.

Cette intervention m’a permis de présenter une partie de mon travail de master 1, réalisé sous la direction d’Anne Baud et portant sur l’organisation urbaine et l’habitat domestique à Vienne du XIIème au XVIIIème siècle. Considérant l’importance de l’utilisation de matériaux de remplois dans la ville médiévale et moderne, j’ai concentré une partie de mes recherches sur l’étude de ce phénomène dont les premières observations seront présentées dans ce résumé.

Vienne (Isère), à une trentaine de kilomètres au sud de Lyon, sur les rives du Rhône a d’abord été une importante implantation allobroge considérée comme leur capitale avant de devenir colonie romaine autour de 50 av. JC. Ce développement a entraîné Continuer la lecture de Le remploi dans l’habitat domestique à Vienne, premières observations

L’économie du chantier de construction : la pierre

Présenté par Florian Renucci (Chantier expérimental de Guédelon) lors du séminaire du vendredi 14 novembre 2014.

Introduction : Bref historique de l’utilisation de la pierre à Guédelon

 • De 1998 à 2002 : Escarpes en grès taillé : ce travail répétitif nous pousse à simplifier la finition des pierres vers un aspect économique « broché éclaté ».

• 2003 à 2006 : Construction du rez-de-chaussée du logis, mise en œuvre du grès pour la taille des ouvrages appareillé : 5 portes, 1 fenêtre cuisine, 1 cheminée cuisine, 3 jours en archère, l’escalier grand degré. Construction du rez-de-chaussée de la tour maîtresse et de la tour de la chapelle : 2 portes, 8 archères.

• 2007 à 2009 : Choix de réaliser le programme des fenêtres de l’étage du logis en calcaire marbrier appareillé, générant une polychromie décorative : 5 fenêtres géminées, 3 portes intérieures, 2 cheminées. Programme de standardisation des ouvrages, mise en œuvre plus rapide pour les maçons qui posent des fenêtres/portes : archères déjà pré-taillées et vérifiées avant leur pose.

• 2010 à 2011 : Courtines et voûte de la tour maîtresse

• 2012 à 2013 : Tour des essarteurs et carrière sur 2 niveaux avec panachage des pierres de taille en calcaire marbrier.

• 2014 : Tour de la chapelle avec arrivée d’un calcaire plus tendre pour le programme de sculpture.

• Carte géologique de la région : Comme tous les monuments médiévaux de la région, Guédelon est situé sur un double affleurement de pierre d’œuvre : le grès et le calcaire appelant une mise en œuvre qui utilise les avantages techniques des différentes qualités de pierre.

Carte  géologique de la région de Treigny
Carte géologique de la région de Treigny

 

La forge dans le chantier de construction

Présenté par Vincent Granon et Florian Renucci (Chantier expérimental de Guédelon) lors du séminaire du vendredi 29 novembre 2013.

Le travail de la forge s’inscrit à Guédelon dans une évolution avec des artisans qui se sont succédé, chacun ayant apporté sa pierre :

  • Thierry Darques a calé le type d’acier utilisé et l’approvisionnement.
  • Olivier Le Clerc et Adrien Lacheny ont maitrisé la production en taillanderie et  ferronnerie en travaillant à deux.
  • Aujourd’hui 3 forgerons, Martin Claudel, Vincent Granon et Clément Guérard, tailleur de pierre reconverti en forgeron, recréent le processus de production d’une forge du XIIIème  siècle et poussent la recherche sur la fabrication de l’acier.

paris-bib-genevieve-1126
Paris – Bibliothèque Sainte Geneviève, 1126

L’acier utilisé à la forge est du XC 70 (il contient 0,7% de carbone). C’est un acier dur, comparable aux lames d’Opinel. Il a été choisi en comparaison avec des extrémités d’outils médiévaux aciérés.

Plus l’acier contient du carbone plus il est dur. L’acier « doux » en contient moins de 0,3%. Il provient des aciéries du Tarn près d’Albi. Cet acier « moderne » s’obtient par laminage d’une « billette » au format industriel de 8x8x100cm. Les barres sont achetées en profil octogonal de différents calibres pour la production de broches, ou en fer plat pour les ciseaux.

Nous travaillons avec un acier moderne, qui nous permet  d’assurer une production, il faut cependant relativiser  les données, car l’acier moderne est « pur » c’est-à-dire qu’il est normalisé par composition chimique, et que celle-ci est très précise : sur un même échantillon, la quantité de carbone est pratiquement invariante d’un bout à l’autre. Le fer et l’acier au XIIIe siècle sont des matériaux non homogènes, la teneur en carbone varie sur un même échantillon. Ceci du fait de la fabrication (en bas fourneau, matériau non fondu), et de la transformation (feuilletage).

Par ailleurs, on observe très souvent l’association de fer et d’acier par soudure au feu, pour économiser l’acier d’une part, et conserver les avantages de chaque matériau d’autre part. Par exemple, on va réaliser un couteau en fer, avec seulement le tranchant en acier : on conserve la souplesse du fer, et la dureté, le tranchant de l’acier. Ce matériau composite, est utilisé pour les outils et les armes, sur lesquelles il est parfois extrêmement élaboré et très complexe.

Les forgerons et ferrons du XIIIe siècle (avant et après) n’avaient « que » leurs propres expériences, observations, savoir-faire et ceux des Anciens, ce qui est déjà considérable : environ 2500 ans de pratique…

Les recherches futures consisteront à se  rapprocher de la réalité du matériau fer au Moyen-Âge : essayer le grappage, la réutilisation du fer, et les outils composites avec des parties aciérées.

Blacksmith -  Livre du trésor, 1326
Blacksmith – Livre du trésor, 1326

Continuer la lecture de La forge dans le chantier de construction

L’organisation des chaînages dans les murs en pierre

Présenté par Philippe Delage  et Florian Renucci (Chantier expérimental de Guédelon) lors du séminaire du 17 mai 2013

 La construction d’un mur de pierre, à la différence des architectures d’ossature de béton revient à structurer le mur avec des éléments dont la masse plus importante que les moellons du mur va, par empilement, constituer des éléments rigides.

Les murs médiévaux et antiques décrivent des stratégies pour que cet empilage soit stable.

L’art de l’appareillage et de la mise en œuvre de la pierre va concerner aussi bien les maîtres d’œuvre, les maîtres d’ouvrage pour le caractère ostentatoire, que les maçons et tailleurs.

C’est le thème transversal par excellence.

 1 / Problèmes liés à la prise du mortier : le flambement des murs de moellons (Florian)

Contenir des centaines de m3 de mortier mou dans des murs privés d’air revient à avoir un mur mou qui autorise des micros déplacements de pierre. Un mortier de chaux aérienne ne durcit pas en 2 jour et ne fait pas prise en 28 jours.

Schéma d’un mur en coupe
Schéma d’un mur en coupe

Le mur se tasse et s’écarte. Les tassements différentiels sont inévitables entre parement et remplissage qui s’enfonce  en poussant les parements vers l’extérieur. Continuer la lecture de L’organisation des chaînages dans les murs en pierre

L’approvisionnement en bois sur le château de Guédelon (Yonne)

Intervention de Jean-Michel Huré et Florian Renucci (Chantier expérimental de Guédelon) lors du séminaire du 23 novembre 2012.

 Cette communication complète celle du 6 janvier 2012 sur la même thématique.

Introduction

Sans être charpentier ni spécialiste du bois, c’est la passion et la curiosité associées à la démarche d’archéologie expérimentale qui a permis de faire des constatation différentes des propos couramment  entendus au  sujet du bois d’œuvre.

Les premières références ont été les ouvrages de Violet le Duc et Deneu. 

  1. La recherche du geste et de l’outil

Dès le début du chantier, il est apparu que l’on pouvait abattre  des arbres en été sans que cela ait une conséquence négative sur la qualité du bois. Au contraire, sur  les quelques images présentant des bûcherons à l’œuvre (Dessin de Berlin, 1460 ; et scène de la tapisserie de Bayeux, 1066),  les arbres sont représentés avec leurs feuilles.

Contrairement aux recommandations mythiques sur l’abattage qui devrait se faire l’hiver, en sève plus ou moins « montante » et dans  une « bonne lune », la réalité physiologique de l’arbre repose sur des principes tout différents. 

  • La réalité physico-chimique du bois

Un arbre est une « pompe » qui fait  monter  l’eau présente dans le sol depuis les racines vers les feuilles, en circulant par l’aubier, la partie vivante du tronc. Ce phénomène est appelé « évapotranspiration », il est provoqué par la lumière et la chaleur du soleil qui crée une pression verticale. Au niveau des feuilles, l’eau se charge d’oligo-éléments et se transforme en sucre. La sève « descend » mécaniquement vers les racines la nuit, en circulant par le liège, partie du tronc située entre l’aubier et l’écorce. Au cœur de l’arbre se trouve le duramen, la partie « morte »  et minérale de l’arbre qui fournit la totalité du bois d’œuvre. Du fait que le duramen n’est pas concerné par les mouvements de la sève, la période d’abattage ne peut pas jouer sur la qualité du duramen.

Les arbres feuillus connaissent deux saisons : une période d’accroissement de la lumière du 21 décembre au 21 juin et une période de régression de la lumière du 21 juin au 21 décembre. La formation annuelle des cernes de croissances se compose d’une double épaisseur. Pendant la période d’hiver, la sève produite par les feuilles d’été avant leur chute est stockée sous l’écorce. L’augmentation de la lumière sur le tronc à partir de février provoque des fermentations dont la pression va relancer l’alimentation en sève des branches de l’arbre en créant des canaux fibreux. Les bourgeons, en attente depuis l’été précédent, éclosent grâce à cette alimentation. Une fois les feuilles sorties, le processus de vapo-transpiration s’enclenche. La sève produite  recouvre la cerne de printemps par une cerne plus dense, faisant s’accroître le tronc et les branches jusqu’au « colmatage »  de l’alimentation en eau des feuilles. Il s’ensuit la chute des feuilles et le renouvellement du processus.

C’est cette alternance de cernes fibreux de printemps et d’été que le dendrochronologue interprète pour donner  l’âge de l’arbre au moment de son abattage. Continuer la lecture de L’approvisionnement en bois sur le château de Guédelon (Yonne)

L’approvisionnement en terre sur le château de Guédelon (Yonne)

Intervention de Florian Renucci (Chantier expérimental de Guédelon) lors du séminaire du vendredi 16 mars 2012

1. Introduction sur le matériau 

Les constructions en terre existent aux époques celte, antique et médiévale. On pratique alors la culture des mottes et creusements de fossé.

Description physique des terres : cf. CRATerre (Ecole d’Architecture de Grenoble) pour l’ensemble des données complémentaires à Guédelon.

Les trois composantes de la terre sont les sables, les silts et l’argile.

Les textures des terres :                                              

organiques /tourbe

graveleuses

sableuses

silteuses

argileuses

cailloux

Béton, graviers

Mortiers, sables

Limons, silts

Terres modelables, argiles, colloïdes

T Guédelon

T Guédelon

T Guédelon

200 cm/ 20mm

20mm/ 2mm

2mm/ 60µ

60µ / 2µ

> 2µ

Continuer la lecture de L’approvisionnement en terre sur le château de Guédelon (Yonne)

Les spolia du IVe aux VIIe siècles et les matériaux de construction des basiliques funéraires paléochrétiennes de Lyon

Par Jean-François Reynaud, Université Lumière Lyon 2

L’homélie XXIV d’Avit suggère vers 500 l’utilisation de gros blocs pour la construction de la crypte d’une église qui pourrait être Saint-Irénée « Ici le profil d’un flanc en pente n’a pas fourni d’aide appropriée pour l’établissement de degrés, comme un sol plat eut servi le dessein du constructeur pour la descente et la montée. La nature ne se prêtait pas à cette destination ; il a fallu l’y adapter, grâce à une série de supports intermédiaires que seule la magnificence des pierres précieuses dépasse en prestige ».

La vita de l’évêque Didier (637-660) (Vita Desiderii, BHL 2143) est plus explicite quand elle décrit la cathédrale de Cahors, construite « …en grand appareil…des fondations jusqu’au faîte, son œuvre fut achevée avec des pierres bien taillées », c’est-à-dire avec des remplois de matériaux antiques. Continuer la lecture de Les spolia du IVe aux VIIe siècles et les matériaux de construction des basiliques funéraires paléochrétiennes de Lyon

« …Pierres qui roulent… » : l’architecture de galets. Gisements et transports.

Par Joëlle TARDIEU, Ingénieur d’étude, SRA DRAC-Rhône-Alpes, UMR 5138

L’architecture de galets a fait l’objet d’une prospection thématique (1999-2000) qui a porté sur les départements de la Drôme, le sud-Isère et plus particulièrement sur le Bas-Dauphiné où ce mode de construction est devenu identitaire.

Saint-Roman (26) Maumuye. Epierrage © J. Tardieu
Saint-Roman (26) Maumuye. Epierrage
© J. Tardieu

La première particularité de ce matériau est qu’il est à la fois d’origine locale et de provenances lointaines : en effet, ces « pierres qui roulent » que l’on ramasse à côté de chez-soi, ont été arrachées à la roche-mère, essentiellement sous l’effet du gel et viennent donc d’ailleurs. La seconde particularité est sa variété au sein d’un même gisement : ce sont surtout des calcaires, mais on trouve aussi des brèches, pouddingues, ainsi que – mais plus rarement – des granites et des basaltes…. Enfin ce matériau est caractéristique par la taille réduite des galets, par leur forme arrondie et allongée, par leur dureté qui les rend peu gélifs et leur éventail de coloris…. Continuer la lecture de « …Pierres qui roulent… » : l’architecture de galets. Gisements et transports.

Archéologie des couvertures : quelles approches ?

Par Sylvain Aumard, archéologue, Centre d’études médiévales d’Auxerre, associé UMR 6298 ARTeHIS

Depuis Violet-le-duc, la connaissance des matériaux de couverture a peu progressé et cela malgré le développement de l’archéologie médiévale et plus récemment celle du bâti. À l’heure où les recherches sur les charpentes de combles bénéficient d’un élan sans précédent (dendrochronologie, synthèses régionales), les questions relatives à l’épiderme du toit se posent de manière inéluctable. Les rares avancées réalisées durant le XXe s. sont principalement le fait des architectes-restaurateurs (albums du CRMH, Revue Monumental), alors que la constitution de corpus archéologiques de référence, bien datés et documentés, peine encore à s’organiser malgré un récent regain d’intérêt pour les terres cuites architecturales (ex. Chapelot et al. 2009). Continuer la lecture de Archéologie des couvertures : quelles approches ?