Archives de catégorie : Ep. moderne

Miracles et sécurité sur des chantiers traditionnels

Présenté par Emmanuel Desroches lors du séminaire du 14 novembre 2014

Actuellement dans le bâtiment (BTP), les chutes de hauteur sont la première source de blessure, et causent la moitié des accidents mortels.1 Quelques sources montrent que, dans le passé, ce risque était omniprésent.2 Par hasard3 , j’ai trouvé quelques images d’accidents anciens dans un lieu inattendu.
A la Trinité (06), le sanctuaire Notre Dame de Laghe, lié au Comté de Nice et au Duché de Savoie, accueille un sanctuaire à Notre Dame dès le XIe. Une chapelle y est construite au XVe siècle et, à la suite de miracles en 1652, une dévotion populaire se développe au XVIIe.

Les murs des galeries entourant le sanctuaire sont actuellement couverts d’ex-voto présentant toute sorte d’accidents. Quelques uns parmi ceux-ci font référence à des accidents survenus dans les métiers du bâtiment, essentiellement au XIXe siècle.

 

Comme au moyen-âge, il est frappant de ne voir aucune protection particulière prévue pour les ouvriers sur ces installations : pas de garde-corps ni de plinthe notamment.
Ces ex-voto constituent également une source d’images particulièrement vivantes de la construction et de ses échafaudages, parfois datées.
L’ex-voto est, par nature, un document d’un intérêt limité du point de vue de l’accidentologie. Il raconte un événement en une seule image et avec peu de texte ; les représentations sont naïves, dramatisées voire standardisées dans un objectif d’hommage pieux ; celui qui réalise l’image est parfois un professionnel de l’image et n’a peut-être pas été témoin de l’accident ; enfin seuls les survivants témoignent.
Le repérage que je présente ici pourrait être facilement amélioré. Outre Laghe, il existe nombre de sanctuaires à ex-voto à explorer (Notre Dame de la Garde à Marseille, église des saintes Maries de la Mer, Notre Dame de Lourdes…)4 .

Références :

  • A. Martinez Les accidents survenus lors de l’utilisation d’échafaudages. Cahiers des comités de prévention du bâtiment et des travaux publics, volume 46, no 278, septembre-octobre 1993, pages 19 à 23.
  • P. Ellis Working at height. Occupational Safety and Health Journal, Royaume-Uni, volume 34, n° 10, octobre 2004, pages 32 à 35.
  • Anne Baud, Philippe Bernardi, Andreas Hartmann-Virnich et al. L’échafaudage dans le chantier médiéval DARA n° 13 Lyon 1996
  1. en Angleterre dans les années deux mille (P Ellis). En France, de 1981 à1992, l’analyse des causes d’accidents souligne quatre facteurs principaux : chute de plancher de travail (31 %), défaut d’amarrage (20 %), rupture d’éléments (19 %), au montage ou au démontage (14 %) (A Martinez). []
  2. par exemple sur le chantier de décoration de la chapelle du collège des Jésuites à Lyon, le frère Labbé se tue en 1647 en tombant de l’échafaudage lors de la réalisation des décors. Voir la question des accidents dans Anne Baud p 22, 78, 110. []
  3. Ce texte est basé sur des clichés pris à la volée. D’où ses insuffisances… Quelques clichés, trop mauvais, ne sont pas reproduits ici. []
  4. Information Mireille Goutouli. []

L’exploitation de chaux des Eaux-Belles à Etrembières (74)

Présenté par Christophe GUFFOND et Samir MAHFOUDI (Service archéologie et patrimoine bâti / Conseil général de la Haute-Savoie) lors du séminaire du vendredi 16 janvier 2015.

 Lambert II étendu : X 0899.920 / Y 2137.903 / Z 417 m

 Dans le cadre de la mission d’inventaire du patrimoine hydraulique, des artifices hydrauliques situés sur la commune d’Etrembières (74) au lieu-dit les Eaux-Belles ont fait l’objet d’une étude associant démarche d’inventaire, étude historique et étude archéologique. Cette dernière s’est notamment appuyée sur une campagne de relevés lasergrammétriques commandée par l’Agglomération d’Annemasse, propriétaire du site. L’approche s’est poursuivie avec une prospection sur le versant nord de la montagne du Petit Salève.

Tiraillé entre l’aire urbaine d’Annemasse et de Saint-Julien-en-Genevois, ce bassin de vie prolonge celui de Genève dans sa partie sud-est. L’urbanisation éparse suit un axe est-ouest, le long des grandes voies de communication. Affluent du Rhône, La rivière de l’Arve dessine en ce point les contours nord de la commune alors que la partie sud bute sur les contreforts du massif du Salève.

Attesté depuis 1474, un moulin des Eaux-Belles dépendait alors du château de Chatillon, situé à 500 mètres plus à l’est dans les plaines. L’étude des cadastres sarde (1730) et français (1900), des fondés en titre, des droits d’eau, des archives liées au captage de la source des Eaux-Belles et des fonds iconographiques nous permettent de mieux appréhender ce site. En 1810, ce dernier comprend trois artifices, chacun disposant d’une roue pour la mouture du blé, et un battoir à chaux. Entre 1882 et 1939, le battoir à chaux est progressivement transformé en maison d’habitation alors que le moulin à blé subit des transformations dès 1882 pour accueillir une machine à vapeur afin d’aider au pompage de l’eau. Successivement reconverti en station de traitement et en maison d’habitation, le moulin ne subsiste qu’à l’état de vestiges ; le canal de dérivation envasé et le bâtiment du battoir effondré complètent cet ensemble.

Le site des Eaux Belles compte donc d’abord le moulin, qui comprend des éléments en réemploi dont un millésimé (ancien linteau portant la date de 1774 réutilisé en tablette de fenêtre). Ensuite viennent les vestiges du battoir à chaux, passé à l’état de ruine au milieu du XXe siècle, ainsi que le montrent les photos aériennes du secteur. Cet édifice connaît au moins deux états si l’on se base tant sur l’iconographie disponible que sur l’observation des vestiges. Il convient de noter que dans les décombres du battoir a été retrouvé un bloc millésimé portant cette même date de 1774 (datant un programme de reconstruction du site ?)…

Les vestiges du four à chaux, implanté 150 m au sud-ouest du battoir mais surtout dans la pente au bord d’un talweg où coule le ruisseau des Eaux-Belles, indiquent qu’il s’agit d’un four permanent et très vraisemblablement à cuisson intermittente longue flamme. Aucune trace de la cuve ni même du comblement destiné à faire le tampon thermique entre celle-ci et la structure maçonnée. Du four subsiste l’élévation ouest, percée de la gueule du four. Ancré dans la pente sur son côté sud, l’angle nord-ouest est renforcé par un contrefort. L’élévation ouest présente une longueur de 8 m en façade en raison de l’aménagement qui permet d’alimenter le gueulard du four.

Four_a_chaux (1)

Les carrières repérées sur les pentes du Salève et pouvant potentiellement alimenter le four s’ouvrent autant dans les niveaux de calcaires roux (inférieurs) qu’urgoniens (supérieurs). Des parcours de différents types ont pu être observés autour du four et des artifices hydrauliques, dont le rôle est plus ou moins identifié : l’alimentation du four depuis les carrières peut se faire tant par des châbles (glissoirs aménagés dans la pente) que par un chemin piétonnier. Un axe carrossable partant du four vers le sud (doté d’un mur de soutènement) permet peut-être l’évacuation de la chaux. Enfin le site des moulins compte des aménagements (rampes, quais, chemins… ) permettant le chargement et l’évacuation de véhicules.

Les vestiges de fours provisoires ont été repérés aux abords du site. Des documents iconographiques offrent d’ailleurs des représentations de fours à chaux sur la commune limitrophe de Monnetier-Mornex, également située dans le Salève. Deux vues de Joseph-François Burdallet (datées de 1847 et 1848) et conservées au Centre d’Iconographie Genevoise livrent la vision précise de deux fours dont le modèle est très proche de fours décrits dans des textes médiévaux (exemple des raffours du château de Pont d’Ain pour 1335-1336).

En 1317-1319, de la chaux provenant des environs d’Etrembières (Veyrier / Le Pas de l’Echelle) est employée pour des travaux de construction au château de Ville-la-Grand. Un peu plus au sud, sur le territoire de Présilly, et dans l’emprise du domaine de la chartreuse de Pomier (fondée vers 1170), connue pour l’activité métallurgique qu’elle a suscité, pas moins d’une quarantaine de fours provisoires ont pu être repérés. L’enquête Despine (1829) sur l’exploitation forestière savoyarde tend à montrer la permanence des modes de production de chaux du Moyen Âge jusqu’à la première moitié du XIXe siècle. Selon ces statistiques, dans la province sarde de Saint-Julien, les communes qui préparent le plus de chaux sont celles de Monnetier-Mornex, Esery et Etrembières, faisant  50 à 60 fours (entendre cuissons) par an. Chaque cuisson consomme 1000 à 1200 fagots, représentant une consommation totale de 3000 stères de bois, soit une moyenne de 55 m3 par cuisson !

Ces différents éléments montrent que les vestiges actuels des Eaux-Belles sont les héritiers d’une exploitation extractive (pour la production de moellons) et chaufournière qui s’est développée au moins depuis le Moyen Âge, ainsi que l’atteste le panneau du retable peint par Konrad Witz en 1444, connu sous le nom de Pêche miraculeuse (Musée d’Art et d’Histoire de Genève).

Quelques notions sur la manutention dans la construction traditionnelle

Par Emmanuel Desroches, restaurateur de sculptures

Définition du sujet et enjeux de la recherche

La manutention des matériaux de construction est assurée par l’ensemble des métiers du bâtiment, de l’extraction à la mise en œuvre ; c’est une question omniprésente sur le chantier.
Partant de mon expérience sur les matériaux pierreux, ajoutant l’observation de traces archéologiques et la consultation de sources diverses (publiées ou verbales), je formule des déductions et des hypothèses. Il est en effet probable que certains problèmes et certaines solutions que j’ai pu rencontrer sont similaires à celles du passé.
Une manutention se structure logiquement ; elle se construit par une série de manœuvres, par la mise en œuvre de dispositifs, d’outils, et d’opérations non outillées, au service du but recherché.

Continuer la lecture de Quelques notions sur la manutention dans la construction traditionnelle

La terre crue, matière à construire

Par David Gandreau et Chamsia Sadozaï

La terre crue se compose de grains de différents calibres qui se répartissent dans un large spectre granulométrique, du caillou à la particule d’argile (de 100 mm à 2µ de diamètre). Par un phénomène de cohésion capillaire, l’eau qui lie les grains entre eux assure, en grande partie, la solidité du matériau mis en œuvre pour la construction.
Dans certains cas, des stabilisants organiques (polysaccharides, lipides, protéines, autres..) ou physico-chimiques (chaux, plâtres..) permettent une résistance encore meilleure. Continuer la lecture de La terre crue, matière à construire