Archives de catégorie : Occident

Miracles et sécurité sur des chantiers traditionnels

Présenté par Emmanuel Desroches lors du séminaire du 14 novembre 2014

Actuellement dans le bâtiment (BTP), les chutes de hauteur sont la première source de blessure, et causent la moitié des accidents mortels.1 Quelques sources montrent que, dans le passé, ce risque était omniprésent.2 Par hasard3 , j’ai trouvé quelques images d’accidents anciens dans un lieu inattendu.
A la Trinité (06), le sanctuaire Notre Dame de Laghe, lié au Comté de Nice et au Duché de Savoie, accueille un sanctuaire à Notre Dame dès le XIe. Une chapelle y est construite au XVe siècle et, à la suite de miracles en 1652, une dévotion populaire se développe au XVIIe.

Les murs des galeries entourant le sanctuaire sont actuellement couverts d’ex-voto présentant toute sorte d’accidents. Quelques uns parmi ceux-ci font référence à des accidents survenus dans les métiers du bâtiment, essentiellement au XIXe siècle.

 

Comme au moyen-âge, il est frappant de ne voir aucune protection particulière prévue pour les ouvriers sur ces installations : pas de garde-corps ni de plinthe notamment.
Ces ex-voto constituent également une source d’images particulièrement vivantes de la construction et de ses échafaudages, parfois datées.
L’ex-voto est, par nature, un document d’un intérêt limité du point de vue de l’accidentologie. Il raconte un événement en une seule image et avec peu de texte ; les représentations sont naïves, dramatisées voire standardisées dans un objectif d’hommage pieux ; celui qui réalise l’image est parfois un professionnel de l’image et n’a peut-être pas été témoin de l’accident ; enfin seuls les survivants témoignent.
Le repérage que je présente ici pourrait être facilement amélioré. Outre Laghe, il existe nombre de sanctuaires à ex-voto à explorer (Notre Dame de la Garde à Marseille, église des saintes Maries de la Mer, Notre Dame de Lourdes…)4 .

Références :

  • A. Martinez Les accidents survenus lors de l’utilisation d’échafaudages. Cahiers des comités de prévention du bâtiment et des travaux publics, volume 46, no 278, septembre-octobre 1993, pages 19 à 23.
  • P. Ellis Working at height. Occupational Safety and Health Journal, Royaume-Uni, volume 34, n° 10, octobre 2004, pages 32 à 35.
  • Anne Baud, Philippe Bernardi, Andreas Hartmann-Virnich et al. L’échafaudage dans le chantier médiéval DARA n° 13 Lyon 1996
  1. en Angleterre dans les années deux mille (P Ellis). En France, de 1981 à1992, l’analyse des causes d’accidents souligne quatre facteurs principaux : chute de plancher de travail (31 %), défaut d’amarrage (20 %), rupture d’éléments (19 %), au montage ou au démontage (14 %) (A Martinez). []
  2. par exemple sur le chantier de décoration de la chapelle du collège des Jésuites à Lyon, le frère Labbé se tue en 1647 en tombant de l’échafaudage lors de la réalisation des décors. Voir la question des accidents dans Anne Baud p 22, 78, 110. []
  3. Ce texte est basé sur des clichés pris à la volée. D’où ses insuffisances… Quelques clichés, trop mauvais, ne sont pas reproduits ici. []
  4. Information Mireille Goutouli. []

Les arêtes de poisson : une perpétuelle redécouverte

Complément à la présentation d’Emmanuel Bernot et Stéphane Gaillot sur Les arêtes de poisson : éléments de discussion sur la construction d’un ouvrage antique atypique.

La lente urbanisation des pentes de la Croix-Rousse tire le réseau de galeries « en arêtes de poisson » de l’oubli dans lequel le Moyen Âge l’avait laissé sombrer.

Depuis la construction d’une nouvelle enceinte urbaine, dans la première moitié du XVIe siècle, les travaux d’aménagement des pentes de la Croix-Rousse, sont régulièrement l’occasion d’exhumer des parties de cet incroyable édifice.

En 1651, Thomas Hénault, maître plombier et fontainier, chargé de l’alimentation en eau des nouvelles fontaines de l’Hôtel de Ville, dérive vers un réservoir construit à l’angle de la rue des Fantasques et de la montée Saint-Sébastien, au moyen d’une galerie souterraine maçonnée, les eaux qui fluaient dans les deux antennes du réseau et dont les habitants du quartier du Griffon soupçonnaient l’existence depuis 1618 au moins.

Les travaux de construction des immeubles de l’actuelle place Chazette, entrepris à partir de 1744 sur un terrain du bord du Rhône acquis deux ans plus tôt des religieuses de Saint-Pierre, mettent au jour le débouché oriental du réseau. Les promoteurs, parmi lesquels l’architecte Soufflot, tirent astucieusement parti de cette eau de source acheminée sans effort en édifiant au devant des immeubles un puits percé dans la voûte de la galerie. Pour maintenir le passage de l’eau jusqu’à ce réservoir improvisé, ils rétablissent en amont un tronçon de galerie vraisemblablement effondré lors de la construction des caves.

Le lotissement de l’ancien clos religieux des Colinettes, sur la balme Saint-Clair, entrepris à partir de 1826, par d’autres promoteurs, les frères Bodin, entraîne de nouvelles découvertes : Joseph-François Artaud observe ainsi d’épaisses murailles, des chambres souterraines qui lui paraissent appartenir à des fortifications antiques et à une source qui devait fournir de l’eau à ce lieu de défense. Il en dresse deux coupes et un plan très partiel qu’Antoine-Marie Chenavard publie en 1850. Destinées à améliorer le rendement des puits aménagés dans ces nouveaux immeubles, les galeries d’adduction d’eau connectées au réseau des « arêtes » remontent pour la plupart à cette période.

Les arêtes de poisson : éléments de discussion sur la construction d’un ouvrage antique atypique

Présenté par Emmanuel Bernot et Stéphane Gaillot (SAVL) lors du séminaire du 3 avril 2015.

En 2008, le projet de doublement du tunnel de la Croix-Rousse entrepris par la Communauté urbaine de Lyon a été l’occasion pour les archéologues du Service archéologique de la Ville de Lyon de réaliser une étude approfondie du réseau de galeries souterraines dit « des arêtes de poisson ». Ce diagnostic d’archéologie préventive s’est fait en étroite collaboration avec l’Unité Galerie de la Communauté urbaine, en charge de la surveillance et de l’entretien des galeries souterraines de l’agglomération.

Le réseau de galeries se développe d’est en ouest depuis le Rhône. Il s’articule autour d’une galerie principale (la colonne vertébrale), longue de 156 m et marquée par trois coudes successifs, de part et d’autre de laquelle se déploient trente-deux galeries, organisées par paires (les « arêtes », auxquelles le réseau doit son nom). Chacune de ces arêtes, longue d’une trentaine de mètres et terminée en cul-de-sac, est reliée à la colonne vertébrale par un puits carré de 1,9 m de côté. A l’origine, seize puits remontaient à la surface et descendaient vers une seconde colonne vertébrale, construite à l’aplomb de la première, dont elle reprend le plan sans toutefois desservir d’arête. Au total, pour le réseau en « arêtes de poisson », plus de 1,4 km de galeries et près de 480 m de puits ont été creusés et maçonnés.

Au nord, plusieurs autres galeries (les antennes), s’inscrivent dans la continuité de l’ouvrage. Elles sont connectées aux « arêtes de poisson » par l’intermédiaire d’une galerie longue de 123 m.

L’extension septentrionale du réseau est formée de deux galeries parallèles, orientées d’est en ouest et dont l’extrémité est localisée à proximité de la rue des Fantasques. L’antenne nord peut être restituée sur une longueur d’au moins 215 m et l’antenne méridionale est pour sa part conservée sur 296 m. On trouve plus au sud un troisième tronçon de galerie long de 12,8 m et parallèle aux deux antennes. Ces trois galeries sont distantes les unes des autres de 12 à 13 m. Enfin, elles ont été percées à des altitudes différentes, ce qui les situe à des profondeurs comprises entre 7,5 et 17 m.

Des salles voûtées ont été construites, à intervalle variable, au-dessus des antennes. Elles semblent bâties sur le même plan, bien visible pour deux d’entre elles qui sont presque intégralement conservées. Neuf salles peuvent être restituées grâce aux observations de terrain, aux plans anciens et aux documents d’archives. Sept d’entre elles relient les antennes nord et sud ; les deux autres, situées à l’extrémité orientale des antennes, s’étendent jusqu’à l’embryon de galerie situé plus au sud.

Les dimensions de ces salles semblent constantes. Si elles débordent toutes légèrement au nord de l’antenne septentrionale, elles se développent essentiellement vers le sud jusqu’à l’aplomb de l’antenne méridionale. Chaque salle, de 3,75 m de large, est surmontée de deux voûtes en berceau de hauteurs différentes.

Le percement des galeries du réseau s’est opéré à partir des puits. Ces derniers ont d’abord servi de repères topographiques, en permettant de projeter sous terre le plan qu’ils dessinaient en surface. En direction du Rhône, les trois coudes successifs formés par le réseau des galeries en « arêtes de poisson » pourraient être dus à l’affleurement du granite que les bâtisseurs auraient renoncé à creuser en raison de sa résistance mécanique. Durant le chantier, les puits ont pu être à la fois utilisés pour extraire les matériaux issus du creusement des galeries, et pour y acheminer les matériaux de construction. On peut estimer à plus de 11 500 m3 le volume de sédiment extrait de la seule partie du réseau dite en « arêtes de poisson ». Sans doute les puits ont-ils aussi servi de cheminées d’aération et d’accès pour l’abondante main-d’œuvre que le chantier a dû mobiliser. Ils sont en revanche insuffisants pour avoir, à eux seuls, permis l’éclairage nécessaire à ces travaux.

C:Philippe3DLes applicationsLes arêtes de poissonPLAN

Toutes les galeries constituant le réseau des « arêtes » sont maçonnées et présentent une homogénéité de construction, tant dans leurs gabarits (environ 1,9 m de large) que dans les matériaux mis en œuvre ; seules les hauteurs peuvent varier. Leur voûtement s’est fait par tronçon de 1,8 à 3,2 m de long, en s’appuyant sur des cintres en bois  disposés en moyenne tous les 80 cm. A l’exception de quelques grès fins provenant du substrat local, les maçonneries sont très majoritairement composées d’un calcaire beigeâtre à grosses entroques et rares lits silicifiés, qui parait provenir des environs du village de La Salle, situé en vallée de Saône, à environ 80 km au nord de Lyon.

L’homogénéité de la maçonnerie comme l’absence de trace de reprise montre que le réseau « en arêtes de poisson » forme un ensemble architectural cohérent qui, de la rive du Rhône au plateau de la Croix-Rousse, relève d’une seule et même campagne de construction. Les datations au carbone 14 des charbons et fragments de bois prélevés, en plusieurs points du réseau, dans le mortier de la structure nous fournissent une datation de cet édifice se situant autour du changement d’ère.

Pour aller plus loin : Une perpétuelle redécouverte

L’exploitation de chaux des Eaux-Belles à Etrembières (74)

Présenté par Christophe GUFFOND et Samir MAHFOUDI (Service archéologie et patrimoine bâti / Conseil général de la Haute-Savoie) lors du séminaire du vendredi 16 janvier 2015.

 Lambert II étendu : X 0899.920 / Y 2137.903 / Z 417 m

 Dans le cadre de la mission d’inventaire du patrimoine hydraulique, des artifices hydrauliques situés sur la commune d’Etrembières (74) au lieu-dit les Eaux-Belles ont fait l’objet d’une étude associant démarche d’inventaire, étude historique et étude archéologique. Cette dernière s’est notamment appuyée sur une campagne de relevés lasergrammétriques commandée par l’Agglomération d’Annemasse, propriétaire du site. L’approche s’est poursuivie avec une prospection sur le versant nord de la montagne du Petit Salève.

Tiraillé entre l’aire urbaine d’Annemasse et de Saint-Julien-en-Genevois, ce bassin de vie prolonge celui de Genève dans sa partie sud-est. L’urbanisation éparse suit un axe est-ouest, le long des grandes voies de communication. Affluent du Rhône, La rivière de l’Arve dessine en ce point les contours nord de la commune alors que la partie sud bute sur les contreforts du massif du Salève.

Attesté depuis 1474, un moulin des Eaux-Belles dépendait alors du château de Chatillon, situé à 500 mètres plus à l’est dans les plaines. L’étude des cadastres sarde (1730) et français (1900), des fondés en titre, des droits d’eau, des archives liées au captage de la source des Eaux-Belles et des fonds iconographiques nous permettent de mieux appréhender ce site. En 1810, ce dernier comprend trois artifices, chacun disposant d’une roue pour la mouture du blé, et un battoir à chaux. Entre 1882 et 1939, le battoir à chaux est progressivement transformé en maison d’habitation alors que le moulin à blé subit des transformations dès 1882 pour accueillir une machine à vapeur afin d’aider au pompage de l’eau. Successivement reconverti en station de traitement et en maison d’habitation, le moulin ne subsiste qu’à l’état de vestiges ; le canal de dérivation envasé et le bâtiment du battoir effondré complètent cet ensemble.

Le site des Eaux Belles compte donc d’abord le moulin, qui comprend des éléments en réemploi dont un millésimé (ancien linteau portant la date de 1774 réutilisé en tablette de fenêtre). Ensuite viennent les vestiges du battoir à chaux, passé à l’état de ruine au milieu du XXe siècle, ainsi que le montrent les photos aériennes du secteur. Cet édifice connaît au moins deux états si l’on se base tant sur l’iconographie disponible que sur l’observation des vestiges. Il convient de noter que dans les décombres du battoir a été retrouvé un bloc millésimé portant cette même date de 1774 (datant un programme de reconstruction du site ?)…

Les vestiges du four à chaux, implanté 150 m au sud-ouest du battoir mais surtout dans la pente au bord d’un talweg où coule le ruisseau des Eaux-Belles, indiquent qu’il s’agit d’un four permanent et très vraisemblablement à cuisson intermittente longue flamme. Aucune trace de la cuve ni même du comblement destiné à faire le tampon thermique entre celle-ci et la structure maçonnée. Du four subsiste l’élévation ouest, percée de la gueule du four. Ancré dans la pente sur son côté sud, l’angle nord-ouest est renforcé par un contrefort. L’élévation ouest présente une longueur de 8 m en façade en raison de l’aménagement qui permet d’alimenter le gueulard du four.

Four_a_chaux (1)

Les carrières repérées sur les pentes du Salève et pouvant potentiellement alimenter le four s’ouvrent autant dans les niveaux de calcaires roux (inférieurs) qu’urgoniens (supérieurs). Des parcours de différents types ont pu être observés autour du four et des artifices hydrauliques, dont le rôle est plus ou moins identifié : l’alimentation du four depuis les carrières peut se faire tant par des châbles (glissoirs aménagés dans la pente) que par un chemin piétonnier. Un axe carrossable partant du four vers le sud (doté d’un mur de soutènement) permet peut-être l’évacuation de la chaux. Enfin le site des moulins compte des aménagements (rampes, quais, chemins… ) permettant le chargement et l’évacuation de véhicules.

Les vestiges de fours provisoires ont été repérés aux abords du site. Des documents iconographiques offrent d’ailleurs des représentations de fours à chaux sur la commune limitrophe de Monnetier-Mornex, également située dans le Salève. Deux vues de Joseph-François Burdallet (datées de 1847 et 1848) et conservées au Centre d’Iconographie Genevoise livrent la vision précise de deux fours dont le modèle est très proche de fours décrits dans des textes médiévaux (exemple des raffours du château de Pont d’Ain pour 1335-1336).

En 1317-1319, de la chaux provenant des environs d’Etrembières (Veyrier / Le Pas de l’Echelle) est employée pour des travaux de construction au château de Ville-la-Grand. Un peu plus au sud, sur le territoire de Présilly, et dans l’emprise du domaine de la chartreuse de Pomier (fondée vers 1170), connue pour l’activité métallurgique qu’elle a suscité, pas moins d’une quarantaine de fours provisoires ont pu être repérés. L’enquête Despine (1829) sur l’exploitation forestière savoyarde tend à montrer la permanence des modes de production de chaux du Moyen Âge jusqu’à la première moitié du XIXe siècle. Selon ces statistiques, dans la province sarde de Saint-Julien, les communes qui préparent le plus de chaux sont celles de Monnetier-Mornex, Esery et Etrembières, faisant  50 à 60 fours (entendre cuissons) par an. Chaque cuisson consomme 1000 à 1200 fagots, représentant une consommation totale de 3000 stères de bois, soit une moyenne de 55 m3 par cuisson !

Ces différents éléments montrent que les vestiges actuels des Eaux-Belles sont les héritiers d’une exploitation extractive (pour la production de moellons) et chaufournière qui s’est développée au moins depuis le Moyen Âge, ainsi que l’atteste le panneau du retable peint par Konrad Witz en 1444, connu sous le nom de Pêche miraculeuse (Musée d’Art et d’Histoire de Genève).

L’économie du chantier de construction : la pierre

Présenté par Florian Renucci (Chantier expérimental de Guédelon) lors du séminaire du vendredi 14 novembre 2014.

Introduction : Bref historique de l’utilisation de la pierre à Guédelon

 • De 1998 à 2002 : Escarpes en grès taillé : ce travail répétitif nous pousse à simplifier la finition des pierres vers un aspect économique « broché éclaté ».

• 2003 à 2006 : Construction du rez-de-chaussée du logis, mise en œuvre du grès pour la taille des ouvrages appareillé : 5 portes, 1 fenêtre cuisine, 1 cheminée cuisine, 3 jours en archère, l’escalier grand degré. Construction du rez-de-chaussée de la tour maîtresse et de la tour de la chapelle : 2 portes, 8 archères.

• 2007 à 2009 : Choix de réaliser le programme des fenêtres de l’étage du logis en calcaire marbrier appareillé, générant une polychromie décorative : 5 fenêtres géminées, 3 portes intérieures, 2 cheminées. Programme de standardisation des ouvrages, mise en œuvre plus rapide pour les maçons qui posent des fenêtres/portes : archères déjà pré-taillées et vérifiées avant leur pose.

• 2010 à 2011 : Courtines et voûte de la tour maîtresse

• 2012 à 2013 : Tour des essarteurs et carrière sur 2 niveaux avec panachage des pierres de taille en calcaire marbrier.

• 2014 : Tour de la chapelle avec arrivée d’un calcaire plus tendre pour le programme de sculpture.

• Carte géologique de la région : Comme tous les monuments médiévaux de la région, Guédelon est situé sur un double affleurement de pierre d’œuvre : le grès et le calcaire appelant une mise en œuvre qui utilise les avantages techniques des différentes qualités de pierre.

Carte  géologique de la région de Treigny
Carte géologique de la région de Treigny

 

La forge dans le chantier de construction

Présenté par Vincent Granon et Florian Renucci (Chantier expérimental de Guédelon) lors du séminaire du vendredi 29 novembre 2013.

Le travail de la forge s’inscrit à Guédelon dans une évolution avec des artisans qui se sont succédé, chacun ayant apporté sa pierre :

  • Thierry Darques a calé le type d’acier utilisé et l’approvisionnement.
  • Olivier Le Clerc et Adrien Lacheny ont maitrisé la production en taillanderie et  ferronnerie en travaillant à deux.
  • Aujourd’hui 3 forgerons, Martin Claudel, Vincent Granon et Clément Guérard, tailleur de pierre reconverti en forgeron, recréent le processus de production d’une forge du XIIIème  siècle et poussent la recherche sur la fabrication de l’acier.
paris-bib-genevieve-1126
Paris – Bibliothèque Sainte Geneviève, 1126

L’acier utilisé à la forge est du XC 70 (il contient 0,7% de carbone). C’est un acier dur, comparable aux lames d’Opinel. Il a été choisi en comparaison avec des extrémités d’outils médiévaux aciérés.

Plus l’acier contient du carbone plus il est dur. L’acier « doux » en contient moins de 0,3%. Il provient des aciéries du Tarn près d’Albi. Cet acier « moderne » s’obtient par laminage d’une « billette » au format industriel de 8x8x100cm. Les barres sont achetées en profil octogonal de différents calibres pour la production de broches, ou en fer plat pour les ciseaux.

Nous travaillons avec un acier moderne, qui nous permet  d’assurer une production, il faut cependant relativiser  les données, car l’acier moderne est « pur » c’est-à-dire qu’il est normalisé par composition chimique, et que celle-ci est très précise : sur un même échantillon, la quantité de carbone est pratiquement invariante d’un bout à l’autre. Le fer et l’acier au XIIIe siècle sont des matériaux non homogènes, la teneur en carbone varie sur un même échantillon. Ceci du fait de la fabrication (en bas fourneau, matériau non fondu), et de la transformation (feuilletage).

Par ailleurs, on observe très souvent l’association de fer et d’acier par soudure au feu, pour économiser l’acier d’une part, et conserver les avantages de chaque matériau d’autre part. Par exemple, on va réaliser un couteau en fer, avec seulement le tranchant en acier : on conserve la souplesse du fer, et la dureté, le tranchant de l’acier. Ce matériau composite, est utilisé pour les outils et les armes, sur lesquelles il est parfois extrêmement élaboré et très complexe.

Les forgerons et ferrons du XIIIe siècle (avant et après) n’avaient « que » leurs propres expériences, observations, savoir-faire et ceux des Anciens, ce qui est déjà considérable : environ 2500 ans de pratique…

Les recherches futures consisteront à se  rapprocher de la réalité du matériau fer au Moyen-Âge : essayer le grappage, la réutilisation du fer, et les outils composites avec des parties aciérées.

Blacksmith -  Livre du trésor, 1326
Blacksmith – Livre du trésor, 1326

Continuer la lecture de La forge dans le chantier de construction

L’organisation des chaînages dans les murs en pierre

Présenté par Philippe Delage  et Florian Renucci (Chantier expérimental de Guédelon) lors du séminaire du 17 mai 2013

 La construction d’un mur de pierre, à la différence des architectures d’ossature de béton revient à structurer le mur avec des éléments dont la masse plus importante que les moellons du mur va, par empilement, constituer des éléments rigides.

Les murs médiévaux et antiques décrivent des stratégies pour que cet empilage soit stable.

L’art de l’appareillage et de la mise en œuvre de la pierre va concerner aussi bien les maîtres d’œuvre, les maîtres d’ouvrage pour le caractère ostentatoire, que les maçons et tailleurs.

C’est le thème transversal par excellence.

 1 / Problèmes liés à la prise du mortier : le flambement des murs de moellons (Florian)

Contenir des centaines de m3 de mortier mou dans des murs privés d’air revient à avoir un mur mou qui autorise des micros déplacements de pierre. Un mortier de chaux aérienne ne durcit pas en 2 jour et ne fait pas prise en 28 jours.

Schéma d’un mur en coupe
Schéma d’un mur en coupe

Le mur se tasse et s’écarte. Les tassements différentiels sont inévitables entre parement et remplissage qui s’enfonce  en poussant les parements vers l’extérieur. Continuer la lecture de L’organisation des chaînages dans les murs en pierre

L’approvisionnement en bois sur le château de Guédelon (Yonne)

Intervention de Jean-Michel Huré et Florian Renucci (Chantier expérimental de Guédelon) lors du séminaire du 23 novembre 2012.

 Cette communication complète celle du 6 janvier 2012 sur la même thématique.

Introduction

Sans être charpentier ni spécialiste du bois, c’est la passion et la curiosité associées à la démarche d’archéologie expérimentale qui a permis de faire des constatation différentes des propos couramment  entendus au  sujet du bois d’œuvre.

Les premières références ont été les ouvrages de Violet le Duc et Deneu. 

  1. La recherche du geste et de l’outil

Dès le début du chantier, il est apparu que l’on pouvait abattre  des arbres en été sans que cela ait une conséquence négative sur la qualité du bois. Au contraire, sur  les quelques images présentant des bûcherons à l’œuvre (Dessin de Berlin, 1460 ; et scène de la tapisserie de Bayeux, 1066),  les arbres sont représentés avec leurs feuilles.

Contrairement aux recommandations mythiques sur l’abattage qui devrait se faire l’hiver, en sève plus ou moins « montante » et dans  une « bonne lune », la réalité physiologique de l’arbre repose sur des principes tout différents. 

  • La réalité physico-chimique du bois

Un arbre est une « pompe » qui fait  monter  l’eau présente dans le sol depuis les racines vers les feuilles, en circulant par l’aubier, la partie vivante du tronc. Ce phénomène est appelé « évapotranspiration », il est provoqué par la lumière et la chaleur du soleil qui crée une pression verticale. Au niveau des feuilles, l’eau se charge d’oligo-éléments et se transforme en sucre. La sève « descend » mécaniquement vers les racines la nuit, en circulant par le liège, partie du tronc située entre l’aubier et l’écorce. Au cœur de l’arbre se trouve le duramen, la partie « morte »  et minérale de l’arbre qui fournit la totalité du bois d’œuvre. Du fait que le duramen n’est pas concerné par les mouvements de la sève, la période d’abattage ne peut pas jouer sur la qualité du duramen.

Les arbres feuillus connaissent deux saisons : une période d’accroissement de la lumière du 21 décembre au 21 juin et une période de régression de la lumière du 21 juin au 21 décembre. La formation annuelle des cernes de croissances se compose d’une double épaisseur. Pendant la période d’hiver, la sève produite par les feuilles d’été avant leur chute est stockée sous l’écorce. L’augmentation de la lumière sur le tronc à partir de février provoque des fermentations dont la pression va relancer l’alimentation en sève des branches de l’arbre en créant des canaux fibreux. Les bourgeons, en attente depuis l’été précédent, éclosent grâce à cette alimentation. Une fois les feuilles sorties, le processus de vapo-transpiration s’enclenche. La sève produite  recouvre la cerne de printemps par une cerne plus dense, faisant s’accroître le tronc et les branches jusqu’au « colmatage »  de l’alimentation en eau des feuilles. Il s’ensuit la chute des feuilles et le renouvellement du processus.

C’est cette alternance de cernes fibreux de printemps et d’été que le dendrochronologue interprète pour donner  l’âge de l’arbre au moment de son abattage. Continuer la lecture de L’approvisionnement en bois sur le château de Guédelon (Yonne)

Mise en œuvre de la pierre et des mortiers à Guédelon

Intervention de Philippe Delage  et Florian Renucci (Chantier expérimental de Guédelon) lors du séminaire du 18 janvier 2013

 Introduction

 L’expérience acquise par 15 ans de chantier à Guédelon permet :

  • d’identifier des savoir-faire de transformation de matériaux en relation avec des « cultures constructives »
  • de différencier  ce qui relève des choix volontaires (anthropiques) ou de données fortuites.
  • de déterminer des enchaînements logiques et chronologiques entre des opérations.

 Cela offre une  grille de lecture aux archéologues du bâti qui se posent des questions sur :

L’approvisionnement en terre sur le château de Guédelon (Yonne)

Intervention de Florian Renucci (Chantier expérimental de Guédelon) lors du séminaire du vendredi 16 mars 2012

1. Introduction sur le matériau 

Les constructions en terre existent aux époques celte, antique et médiévale. On pratique alors la culture des mottes et creusements de fossé.

Description physique des terres : cf. CRATerre (Ecole d’Architecture de Grenoble) pour l’ensemble des données complémentaires à Guédelon.

Les trois composantes de la terre sont les sables, les silts et l’argile.

Les textures des terres :                                              

organiques /tourbe

graveleuses

sableuses

silteuses

argileuses

cailloux

Béton, graviers

Mortiers, sables

Limons, silts

Terres modelables, argiles, colloïdes

T Guédelon

T Guédelon

T Guédelon

200 cm/ 20mm

20mm/ 2mm

2mm/ 60µ

60µ / 2µ

> 2µ

Continuer la lecture de L’approvisionnement en terre sur le château de Guédelon (Yonne)

Les spolia du IVe aux VIIe siècles et les matériaux de construction des basiliques funéraires paléochrétiennes de Lyon

Par Jean-François Reynaud, Université Lumière Lyon 2

L’homélie XXIV d’Avit suggère vers 500 l’utilisation de gros blocs pour la construction de la crypte d’une église qui pourrait être Saint-Irénée « Ici le profil d’un flanc en pente n’a pas fourni d’aide appropriée pour l’établissement de degrés, comme un sol plat eut servi le dessein du constructeur pour la descente et la montée. La nature ne se prêtait pas à cette destination ; il a fallu l’y adapter, grâce à une série de supports intermédiaires que seule la magnificence des pierres précieuses dépasse en prestige ».

La vita de l’évêque Didier (637-660) (Vita Desiderii, BHL 2143) est plus explicite quand elle décrit la cathédrale de Cahors, construite « …en grand appareil…des fondations jusqu’au faîte, son œuvre fut achevée avec des pierres bien taillées », c’est-à-dire avec des remplois de matériaux antiques. Continuer la lecture de Les spolia du IVe aux VIIe siècles et les matériaux de construction des basiliques funéraires paléochrétiennes de Lyon

« …Pierres qui roulent… » : l’architecture de galets. Gisements et transports.

Par Joëlle TARDIEU, Ingénieur d’étude, SRA DRAC-Rhône-Alpes, UMR 5138

L’architecture de galets a fait l’objet d’une prospection thématique (1999-2000) qui a porté sur les départements de la Drôme, le sud-Isère et plus particulièrement sur le Bas-Dauphiné où ce mode de construction est devenu identitaire.

Saint-Roman (26) Maumuye. Epierrage © J. Tardieu
Saint-Roman (26) Maumuye. Epierrage
© J. Tardieu

La première particularité de ce matériau est qu’il est à la fois d’origine locale et de provenances lointaines : en effet, ces « pierres qui roulent » que l’on ramasse à côté de chez-soi, ont été arrachées à la roche-mère, essentiellement sous l’effet du gel et viennent donc d’ailleurs. La seconde particularité est sa variété au sein d’un même gisement : ce sont surtout des calcaires, mais on trouve aussi des brèches, pouddingues, ainsi que – mais plus rarement – des granites et des basaltes…. Enfin ce matériau est caractéristique par la taille réduite des galets, par leur forme arrondie et allongée, par leur dureté qui les rend peu gélifs et leur éventail de coloris…. Continuer la lecture de « …Pierres qui roulent… » : l’architecture de galets. Gisements et transports.

Archéologie des couvertures : quelles approches ?

Par Sylvain Aumard, archéologue, Centre d’études médiévales d’Auxerre, associé UMR 6298 ARTeHIS

Depuis Violet-le-duc, la connaissance des matériaux de couverture a peu progressé et cela malgré le développement de l’archéologie médiévale et plus récemment celle du bâti. À l’heure où les recherches sur les charpentes de combles bénéficient d’un élan sans précédent (dendrochronologie, synthèses régionales), les questions relatives à l’épiderme du toit se posent de manière inéluctable. Les rares avancées réalisées durant le XXe s. sont principalement le fait des architectes-restaurateurs (albums du CRMH, Revue Monumental), alors que la constitution de corpus archéologiques de référence, bien datés et documentés, peine encore à s’organiser malgré un récent regain d’intérêt pour les terres cuites architecturales (ex. Chapelot et al. 2009). Continuer la lecture de Archéologie des couvertures : quelles approches ?

Quelques notions sur la manutention dans la construction traditionnelle

Par Emmanuel Desroches, restaurateur de sculptures

Définition du sujet et enjeux de la recherche

La manutention des matériaux de construction est assurée par l’ensemble des métiers du bâtiment, de l’extraction à la mise en œuvre ; c’est une question omniprésente sur le chantier.
Partant de mon expérience sur les matériaux pierreux, ajoutant l’observation de traces archéologiques et la consultation de sources diverses (publiées ou verbales), je formule des déductions et des hypothèses. Il est en effet probable que certains problèmes et certaines solutions que j’ai pu rencontrer sont similaires à celles du passé.
Une manutention se structure logiquement ; elle se construit par une série de manœuvres, par la mise en œuvre de dispositifs, d’outils, et d’opérations non outillées, au service du but recherché.

Continuer la lecture de Quelques notions sur la manutention dans la construction traditionnelle

Carrières et extraction dans le Clunisois au XIIe siècle et moyens de transports

Par Philippe Griot, tailleur de Pierre, 25 mai MMXII ©

La construction religieuse et civile à Cluny et ses alentours est d’une richesse qui n’est plus à démontrer.

Ce patrimoine bâti est majoritairement fait de pierre maçonnée. Si la qualité de l’architecture n’a d’égal que l’étonnante variété des pierres utilisées. Il est possible d’affirmer comme généralité que chaque localité qui possède un bâtiment médiéval a pu exploiter un site de proximité producteur de calcaire, en grande majorité du calcaire dur, oolithique et à entroques . Par carrière il faut entendre des lieux d’extraction, dont la majorité ne sont plus lisibles de nos jours, parce que disparus sous la végétation ou les infrastructures.

Particularité des carrières du Clunisois
On distingue deux types principaux : les carrières exploitées par levage et en front de taille. Pour chacune d’elle, une technique spécifique avec l’outillage sommaire adapté et une production particulière de blocs. De fait, se pose la question des méthodes de transport adaptées à la variété des modules de pierre, puisque les distances entre carrières et chantiers de constructions représentent souvent plusieurs kilomètres. Continuer la lecture de Carrières et extraction dans le Clunisois au XIIe siècle et moyens de transports