Archives de catégorie : Occident

L’approvisionnement en bois sur le château de Guédelon (Yonne)

Intervention de Jean-Michel Huré et Florian Renucci (Chantier expérimental de Guédelon) lors du séminaire du 23 novembre 2012.

 Cette communication complète celle du 6 janvier 2012 sur la même thématique.

Introduction

Sans être charpentier ni spécialiste du bois, c’est la passion et la curiosité associées à la démarche d’archéologie expérimentale qui a permis de faire des constatation différentes des propos couramment  entendus au  sujet du bois d’œuvre.

Les premières références ont été les ouvrages de Violet le Duc et Deneu. 

  1. La recherche du geste et de l’outil

Dès le début du chantier, il est apparu que l’on pouvait abattre  des arbres en été sans que cela ait une conséquence négative sur la qualité du bois. Au contraire, sur  les quelques images présentant des bûcherons à l’œuvre (Dessin de Berlin, 1460 ; et scène de la tapisserie de Bayeux, 1066),  les arbres sont représentés avec leurs feuilles.

Contrairement aux recommandations mythiques sur l’abattage qui devrait se faire l’hiver, en sève plus ou moins « montante » et dans  une « bonne lune », la réalité physiologique de l’arbre repose sur des principes tout différents. 

  • La réalité physico-chimique du bois

Un arbre est une « pompe » qui fait  monter  l’eau présente dans le sol depuis les racines vers les feuilles, en circulant par l’aubier, la partie vivante du tronc. Ce phénomène est appelé « évapotranspiration », il est provoqué par la lumière et la chaleur du soleil qui crée une pression verticale. Au niveau des feuilles, l’eau se charge d’oligo-éléments et se transforme en sucre. La sève « descend » mécaniquement vers les racines la nuit, en circulant par le liège, partie du tronc située entre l’aubier et l’écorce. Au cœur de l’arbre se trouve le duramen, la partie « morte »  et minérale de l’arbre qui fournit la totalité du bois d’œuvre. Du fait que le duramen n’est pas concerné par les mouvements de la sève, la période d’abattage ne peut pas jouer sur la qualité du duramen.

Les arbres feuillus connaissent deux saisons : une période d’accroissement de la lumière du 21 décembre au 21 juin et une période de régression de la lumière du 21 juin au 21 décembre. La formation annuelle des cernes de croissances se compose d’une double épaisseur. Pendant la période d’hiver, la sève produite par les feuilles d’été avant leur chute est stockée sous l’écorce. L’augmentation de la lumière sur le tronc à partir de février provoque des fermentations dont la pression va relancer l’alimentation en sève des branches de l’arbre en créant des canaux fibreux. Les bourgeons, en attente depuis l’été précédent, éclosent grâce à cette alimentation. Une fois les feuilles sorties, le processus de vapo-transpiration s’enclenche. La sève produite  recouvre la cerne de printemps par une cerne plus dense, faisant s’accroître le tronc et les branches jusqu’au « colmatage »  de l’alimentation en eau des feuilles. Il s’ensuit la chute des feuilles et le renouvellement du processus.

C’est cette alternance de cernes fibreux de printemps et d’été que le dendrochronologue interprète pour donner  l’âge de l’arbre au moment de son abattage. Continuer la lecture de L’approvisionnement en bois sur le château de Guédelon (Yonne)

Mise en œuvre de la pierre et des mortiers à Guédelon

Intervention de Philippe Delage  et Florian Renucci (Chantier expérimental de Guédelon) lors du séminaire du 18 janvier 2013

 Introduction

 L’expérience acquise par 15 ans de chantier à Guédelon permet :

  • d’identifier des savoir-faire de transformation de matériaux en relation avec des « cultures constructives »
  • de différencier  ce qui relève des choix volontaires (anthropiques) ou de données fortuites.
  • de déterminer des enchaînements logiques et chronologiques entre des opérations.

 Cela offre une  grille de lecture aux archéologues du bâti qui se posent des questions sur :

L’approvisionnement en terre sur le château de Guédelon (Yonne)

Intervention de Florian Renucci (Chantier expérimental de Guédelon) lors du séminaire du vendredi 16 mars 2012

1. Introduction sur le matériau 

Les constructions en terre existent aux époques celte, antique et médiévale. On pratique alors la culture des mottes et creusements de fossé.

Description physique des terres : cf. CRATerre (Ecole d’Architecture de Grenoble) pour l’ensemble des données complémentaires à Guédelon.

Les trois composantes de la terre sont les sables, les silts et l’argile.

Les textures des terres :                                              

organiques /tourbe

graveleuses

sableuses

silteuses

argileuses

cailloux

Béton, graviers

Mortiers, sables

Limons, silts

Terres modelables, argiles, colloïdes

T Guédelon

T Guédelon

T Guédelon

200 cm/ 20mm

20mm/ 2mm

2mm/ 60µ

60µ / 2µ

> 2µ

Continuer la lecture de L’approvisionnement en terre sur le château de Guédelon (Yonne)

Les spolia du IVe aux VIIe siècles et les matériaux de construction des basiliques funéraires paléochrétiennes de Lyon

Par Jean-François Reynaud, Université Lumière Lyon 2

L’homélie XXIV d’Avit suggère vers 500 l’utilisation de gros blocs pour la construction de la crypte d’une église qui pourrait être Saint-Irénée « Ici le profil d’un flanc en pente n’a pas fourni d’aide appropriée pour l’établissement de degrés, comme un sol plat eut servi le dessein du constructeur pour la descente et la montée. La nature ne se prêtait pas à cette destination ; il a fallu l’y adapter, grâce à une série de supports intermédiaires que seule la magnificence des pierres précieuses dépasse en prestige ».

La vita de l’évêque Didier (637-660) (Vita Desiderii, BHL 2143) est plus explicite quand elle décrit la cathédrale de Cahors, construite « …en grand appareil…des fondations jusqu’au faîte, son œuvre fut achevée avec des pierres bien taillées », c’est-à-dire avec des remplois de matériaux antiques. Continuer la lecture de Les spolia du IVe aux VIIe siècles et les matériaux de construction des basiliques funéraires paléochrétiennes de Lyon

« …Pierres qui roulent… » : l’architecture de galets. Gisements et transports.

Par Joëlle TARDIEU, Ingénieur d’étude, SRA DRAC-Rhône-Alpes, UMR 5138

L’architecture de galets a fait l’objet d’une prospection thématique (1999-2000) qui a porté sur les départements de la Drôme, le sud-Isère et plus particulièrement sur le Bas-Dauphiné où ce mode de construction est devenu identitaire.

Saint-Roman (26) Maumuye. Epierrage © J. Tardieu
Saint-Roman (26) Maumuye. Epierrage
© J. Tardieu

La première particularité de ce matériau est qu’il est à la fois d’origine locale et de provenances lointaines : en effet, ces « pierres qui roulent » que l’on ramasse à côté de chez-soi, ont été arrachées à la roche-mère, essentiellement sous l’effet du gel et viennent donc d’ailleurs. La seconde particularité est sa variété au sein d’un même gisement : ce sont surtout des calcaires, mais on trouve aussi des brèches, pouddingues, ainsi que – mais plus rarement – des granites et des basaltes…. Enfin ce matériau est caractéristique par la taille réduite des galets, par leur forme arrondie et allongée, par leur dureté qui les rend peu gélifs et leur éventail de coloris…. Continuer la lecture de « …Pierres qui roulent… » : l’architecture de galets. Gisements et transports.

Archéologie des couvertures : quelles approches ?

Par Sylvain Aumard, archéologue, Centre d’études médiévales d’Auxerre, associé UMR 6298 ARTeHIS

Depuis Violet-le-duc, la connaissance des matériaux de couverture a peu progressé et cela malgré le développement de l’archéologie médiévale et plus récemment celle du bâti. À l’heure où les recherches sur les charpentes de combles bénéficient d’un élan sans précédent (dendrochronologie, synthèses régionales), les questions relatives à l’épiderme du toit se posent de manière inéluctable. Les rares avancées réalisées durant le XXe s. sont principalement le fait des architectes-restaurateurs (albums du CRMH, Revue Monumental), alors que la constitution de corpus archéologiques de référence, bien datés et documentés, peine encore à s’organiser malgré un récent regain d’intérêt pour les terres cuites architecturales (ex. Chapelot et al. 2009). Continuer la lecture de Archéologie des couvertures : quelles approches ?

Quelques notions sur la manutention dans la construction traditionnelle

Par Emmanuel Desroches, restaurateur de sculptures

Définition du sujet et enjeux de la recherche

La manutention des matériaux de construction est assurée par l’ensemble des métiers du bâtiment, de l’extraction à la mise en œuvre ; c’est une question omniprésente sur le chantier.
Partant de mon expérience sur les matériaux pierreux, ajoutant l’observation de traces archéologiques et la consultation de sources diverses (publiées ou verbales), je formule des déductions et des hypothèses. Il est en effet probable que certains problèmes et certaines solutions que j’ai pu rencontrer sont similaires à celles du passé.
Une manutention se structure logiquement ; elle se construit par une série de manœuvres, par la mise en œuvre de dispositifs, d’outils, et d’opérations non outillées, au service du but recherché.

Continuer la lecture de Quelques notions sur la manutention dans la construction traditionnelle

Carrières et extraction dans le Clunisois au XIIe siècle et moyens de transports

Par Philippe Griot, tailleur de Pierre, 25 mai MMXII ©

La construction religieuse et civile à Cluny et ses alentours est d’une richesse qui n’est plus à démontrer.

Ce patrimoine bâti est majoritairement fait de pierre maçonnée. Si la qualité de l’architecture n’a d’égal que l’étonnante variété des pierres utilisées. Il est possible d’affirmer comme généralité que chaque localité qui possède un bâtiment médiéval a pu exploiter un site de proximité producteur de calcaire, en grande majorité du calcaire dur, oolithique et à entroques . Par carrière il faut entendre des lieux d’extraction, dont la majorité ne sont plus lisibles de nos jours, parce que disparus sous la végétation ou les infrastructures.

Particularité des carrières du Clunisois
On distingue deux types principaux : les carrières exploitées par levage et en front de taille. Pour chacune d’elle, une technique spécifique avec l’outillage sommaire adapté et une production particulière de blocs. De fait, se pose la question des méthodes de transport adaptées à la variété des modules de pierre, puisque les distances entre carrières et chantiers de constructions représentent souvent plusieurs kilomètres. Continuer la lecture de Carrières et extraction dans le Clunisois au XIIe siècle et moyens de transports

Le pont-levis à flèches de la maison forte de Chevagnes (Allier)

Un exemple exceptionnel d’une construction défensive bourbonnaise durant la guerre de Cent Ans (1361) par Pierre Mille, Sébastien Gaime, Fabrice Gauthier.

Les fouilles préventives effectuées en 2007 par l’INRAP, au sud du bourg de Chevagnes à 15 km de Moulins, ont permis la mise au jour d’une structure hors du commun sur l’emplacement d’une maison forte édifiée au milieu du XIVe siècle.

Continuer la lecture de Le pont-levis à flèches de la maison forte de Chevagnes (Allier)

Le transport maritime des matériaux de construction dans le monde antique

Matériaux de construction de l’Antiquité à la Révolution Industrielle

Par Emmanuel Nantet, docteur en Archéologie, Université de La Rochelle.

Depuis le développement considérable de l’archéologie sous-marine au cours de ces dernières décennies, les épaves ont livré un matériel abondant qui fournit de nombreux indices sur le transport maritime des matériaux de construction. Cependant, ces épaves ne sont presque jamais mentionnées dans les manuels d’architecture antique.

Les cargaisons contenant des tuiles sont dorénavant relativement bien connues, notamment grâce aux recherches d’Anne Joncheray. Comme c’est le cas pour l’épave Barthélemy B (1-25 de l’è. chr.), qui ne contenait que 100 tegulae et probablement 100 imbrices, nous constatons qu’elles étaient souvent embarquées sur de petits navires qui effectuaient des trajets à l’échelle locale. Continuer la lecture de Le transport maritime des matériaux de construction dans le monde antique

La Carrière Antique de l’Estel Sud Vers – Pont du Gard

Par Mireille Vacca Goutoulli avec la collaboration de Véronique Vachon

(1) Lors de quatre campagnes de fouille, en 1998, 2000, 2001 et 2002, (Dir. M. Vacca-Goutoulli) nous ouvrions à l’étude près d’un hectare de sols de carrière, dans le cadre d’abord de l’Afan puis de l’Inrap, apportant de nouvelles données dans l’étude de l’exploitation antique de la pierre.

Carrière Antique de l’Estel – Vue prise de l’est – Août 2002 – © Inrap

Continuer la lecture de La Carrière Antique de l’Estel Sud Vers – Pont du Gard

Gisement et transport de la molasse en Chablais au Moyen-Âge

Par Anne BAUD, maître de conférence en Archéologie médiévale et membre du laboratoire Archéométrie et Archéologie et Anne SCHMITT, archéomètre et directrice de la MSH MOM.

contamine-a52feDès la deuxième moitié du XIIe siècle, les territoires correspondant à l’ancien diocèse de Genève, principalement soumis aux comtes et aux évêques de Genève, voient la formation de deux grandes seigneuries (Gex sur la rive droite du Rhône et Faucigny sur le cours de l’Arve) puis l’installation au nord-ouest du Petit-Lac des comtes de Savoie. Aux côtés de divers ordres religieux – chartreux, cisterciens, clunisiens et augustiniens – établis pour les premiers dès la fin du XIe siècle, de nouvelles fortifications contrôlent les cols, les vallées étroites et les avant-péages. Au XIIIe siècle, Annecy est capital des comtes de Genève. Continuer la lecture de Gisement et transport de la molasse en Chablais au Moyen-Âge

Modes et coût de transport des pierres de Caromb

 Par Philippe BERNARDI, Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris (LAMOP) et Jean-Marc MIGNON, Service archéologique de Vaucluse.

« Le 4e jour du mois de mai 1352 Bertrand Chapelier a compté 105 cannes carrées de dallage de dalles de Caromb, par lui conduites au palais, tant pour la chapelle, les terrasses et autres édifices du palais neuf… » (paiement de 218 florins).

plancharrettes-fddeb

C’est d’un paiement de ce type, relevé dans les comptes de construction du Palais des Papes d’Avignon, que nous en sommes venus à nous intéresser aux carrières de Caromb. Associés à des géologues du CICRP, nous nous sommes appliqués à essayer d’expliquer les raisons du recours à cette pierre ; trouvant dans ses caractéristiques pétrophysiques un embryon de réponse à nos questions. Continuer la lecture de Modes et coût de transport des pierres de Caromb

Extraction et évolution de l’approvisionnement en matériaux de construction de la colonie de Lyon à l’époque romaine (1er siècle avant J.C. – 3e siècle après J.-C.)

Par B. Clément et H. Savay-Guerraz

La colonie de Lugdunum, fondée en 43 av. J.-C. et occupée jusqu’au milieu du 3ème s. apr. J.-C., fut sans aucun doute une grosse consommatrice en matériaux de construction, aussi bien pour l’architecture monumentale que pour l’architecture domestique ou artisanale. Une rapide analyse des maçonneries encore en place aujourd’hui nous montre l’utilisation de matériaux hétérogènes. Comment ces chantiers étaient-ils approvisionnés en matériaux de construction et dans quelle mesure étaient-ils extraits sur place ou importés ? Continuer la lecture de Extraction et évolution de l’approvisionnement en matériaux de construction de la colonie de Lyon à l’époque romaine (1er siècle avant J.C. – 3e siècle après J.-C.)

La terre crue, matière à construire

Par David Gandreau et Chamsia Sadozaï

La terre crue se compose de grains de différents calibres qui se répartissent dans un large spectre granulométrique, du caillou à la particule d’argile (de 100 mm à 2µ de diamètre). Par un phénomène de cohésion capillaire, l’eau qui lie les grains entre eux assure, en grande partie, la solidité du matériau mis en œuvre pour la construction.
Dans certains cas, des stabilisants organiques (polysaccharides, lipides, protéines, autres..) ou physico-chimiques (chaux, plâtres..) permettent une résistance encore meilleure. Continuer la lecture de La terre crue, matière à construire