Archives de catégorie : Orient

Le mausolée pyramidal du village de Sergilla, Syrie du Nord

Présenté par Gérard Charpentier lors du séminaire du 14 novembre 2014

De l’hypothèse à l’expérimentation d’un mode de construction au VIe siècle

Résumé extrait d’un article paru en 2005 – « La construction du Mausolée pyramidal de Sergilla : Étude de cas », dans Tempora vol. 14-15, USJ, Beyrouth,pp. 123-132.

            Cette maquette en pierre a été réalisée suite aux nombreux échanges qui se sont déroulés à l’Université Lyon 2 (Maison de l’Orient et de la Méditerranée) entre praticiens et chercheurs dans le cadre d’une recherche sur « les chantiers et les matériaux de construction ».

(c) G. Charpentier - Le dégagement des blocs éboulés à l’intérieur du Mausolée ; vue de l’Ouest
(c) G. Charpentier – Le dégagement des blocs éboulés à l’intérieur du Mausolée ; vue de l’Ouest

            Il s’agit d’un petit mausolée situé à la périphérie d’un village antique en Syrie du Nord et daté du VIe siècle de notre ère par son architecture et son décor. Comme la plupart des bâtiments protobyzantins de cette région, ce monument utilise des blocs en calcaire posés à joints secs et sans scellement. Implanté dans un renfoncement du relief, sa partie basse est taillée dans la roche calcaire, tandis que sa façade principale et ses murs latéraux, en partie haute, sont érigés en pierres de taille. Les vestiges sont conservés in situ jusqu’au niveau des corniches des murs de la salle funéraire. L’entrée est ornée d’un cadre mouluré et le seuil porte les traces caractéristiques d’une porte en basalte disparue depuis longtemps.

            En revanche, la couverture de l’édifice s’est entièrement effondrée. Une trentaine de blocs ont été dégagés à l’intérieur et aux abords immédiats du mausolée (fig.1). Tous ces blocs ont été enregistrés en position de chute. Les plus caractéristiques ont été relevés afin de restituer la couverture pyramidale de ce petit monument.

            Ce toit pyramidal équivaut à une structure autoportante. En vue de valider cette hypothèse, Ph. Griot, tailleur de pierre à Cluny, propose d’expérimenter le procédé à travers la réalisation d’une maquette à l’échelle du 1/5e.

(c) G. Charpentier - La maquette de restitution du toit pyramidal
(c) G. Charpentier – La maquette de restitution du toit pyramidal

            L’assise supérieure des murs latéraux constitue la base de la maquette (fig.2). Elle est constituée de blocs moulurés sur lesquels repose la première assise de la couverture. Les traces relevées au lit d’attente des blocs de corniche permettent de restituer précisément une base du pyramidion rectangulaire proche du carré (3,55 m. sur 3,40 m.). Cette différence de 15 cm se retrouve au lit d’attente du bloc sommital du toit pyramidal qui est en définitive tronqué. Ce pyramidion est composé de sept assises dont les quatre faces présentent la même inclinaison (fig.3). Le montage est caractérisé par un appareil isodome irrégulier et les 5 premières assises font 37 cm de hauteur moyenne. En revanche, la sixième assise est constituée de trois blocs de 42 cm de hauteur dont l’assemblage est restitué d’après les traces d’épaulement visibles sur les parements intérieurs. Le bloc trapézoïdal de 52 cm de hauteur équivaut à la dernière assise (fig.4). Sa face supérieure de 42 cm sur 27 cm porte la trace d’un scellement destiné à ancrer le bloc de couronnement représenté par une colonnette ornée de deux croix.

            La couverture pyramidale est bien une structure autoportante. À partir d’un montage réalisé assise par assise, le rapport entre l’angle de la pente, la masse et la forme de chaque bloc permet d’annuler tout effet de dévers.

(c) G. Charpentier - Restitution du mausolée pyramidal; coupe Est-Ouest
(c) G. Charpentier – Restitution du mausolée pyramidal; coupe Est-Ouest

Le bardage et la pose des blocs se faisaient à partir d’un échafaudage extérieur qui reposait en partie sur des crétiaux soigneusement taillés au nu du parement de chaque bloc. Ces éléments d’échafaudage, intégrés dans la structure en pierre suivant un dispositif régulier, servaient par la suite d’éléments d’ornementation. La réalisation d’une telle construction implique une parfaite connaissance de la stéréotomie (chaque bloc ayant sa place spécifique dans l’édifice). Elle nécessite aussi une organisation rigoureuse du chantier. Soit on taillait les blocs sur place en fonction des demandes précises de l’appareilleur, soit l’ensemble de l’ouvrage était réalisé en atelier ou à proximité du chantier avant d’être remonté sur place en une seule fois. Cette seconde hypothèse implique un enregistrement systématique des blocs dont il ne reste plus aucune trace archéologique. Ces marques réalisées à la peinture ou à la chaux ont pu disparaître au fil du temps, comme s’effaceront les marques de craies nécessaires au démontage et au remontage de cette maquette.

En définitive, ce mausolée pyramidal, loin d’être exceptionnel par sa taille, est cependant révélateur du savoir faire et de l’esprit d’invention des bâtisseurs des campagnes de la Syrie du Nord qui n’ont cessé de construire entre le Ve et VIe siècles de notre ère pour nous offrir un patrimoine exceptionnel qui est aujourd’hui gravement menacé.

(c) Gérard Charpentier - Vue du bloc sommital de la couverture pyramidale
(c) Gérard Charpentier – Vue du bloc sommital de la couverture pyramidale

Les modules de blocs de la maçonnerie ptolémaïque

Présenté par Emmanuel Laroze lors du séminaire du 3 avril 2015.

En Haute-Égypte, les temples en grès des époques ptolémaïque puis romaine comportent quelques singularités en matière de construction et plus précisément, dans la mise en place des blocs : les assises ainsi, sont parfaitement horizontales et établies sans décrochement. Cette caractéristique de la maçonnerie s’explique par la normalisation des blocs, dont la hauteur moyenne reste d’environ 0.48 m -soit proche d’un coudée- et dont le poids ne dépasse qu’exceptionnellement la tonne. Cette standardisation relative résulte pour partie d’une logique quasi-industrielle à l’œuvre dans la procédure de production (modalités de répartition des tâches, succession linéaire des opérations, impératifs productivistes) ; elle constitue également une solution de compromis à différents facteurs éventuellement contraignants : l’extraction de la pierre, le transport, la pose des blocs et la solidité de l’ouvrage.

Par ailleurs et conjointement à l’utilisation de ce « module », des blocs « hors normes » -beaucoup plus grands- ont été employés afin de répondre à des sollicitations particulières. On trouve quelques exemples de ces grands monolithes parmi les dalles de plafond, les linteaux, les chapiteaux mais aussi dans la cage d’escalier. La coexistence de ces deux catégories de blocs dans l’édifice, l’une spécifique aux murs et l’autre aux éléments soumis à des flexions, traduit le souci qu’ont eu les égyptiens de la durabilité de leur ouvrage, et témoigne de leur remarquable optimisation du chantier.

Références bibliographiques :

FAUERBACH , Ulrike, Der grosse Pylon des Horus-Tempels von Edfu. Eine Bauforscherische Untersuchung, Inaugural Dissertation in der Fakültät Geschichts – und Geowissenschaften der Otto-Friedrich – Universität Bamberg, Bamberg 2005.
https://opus4.kobv.de/opus4-bamberg/frontdoor/index/index/docId/198

GOLVIN Jean.-Claude, LARRONDE Jean, « Étude des procédés de construction dans l’Égypte ancienne, I. L’édification des murs de grès en grand appareil à l’époque romaine », ASAE 68, 1982, p. 165-190.

ZIGNANI, Pierre, Le temple d’Hathor à Dendara, relevés et étude architecturale, BdE 146, Ifao, Le Caire, 2010.

Les maçonneries des magasins du front de mer à Délos (Grèce)

Par J.-J. Malmary (IRAA), P. Karvonis (Académie des Sciences d’Athènes)

(Photo à la une : Fig. 1. Délos, Magasin des Colonnes, mur est de la pièce XXVI)

Pavlos Karvonis, archéologue de l’Académie des Sciences d’Athènes et Jean-Jacques Malmary, architecte à l’IRAA, mènent depuis 2009 l’étude de trois îlots commerciaux du front de mer occidental de Délos qui ont été construits à la fin de l’époque hellénistique (IIe-Ier s. av. J.-C.) : le Magasin des Colonnes, le Magasin δ, dit “à la baignoire”, et le Groupe ε (Fig. 2). Les deux premiers îlots comportent des édifices de conception assez unitaire, du moins dans leur état actuel. Ils sont organisés autour de cours et comportent tous des rangs de pièces similaires ouvrant sur le rivage occidental. Le Groupe ε, ayant vraisemblablement connu un développement plus complexe et tourmenté, réunit néanmoins des constructions plus hétérogènes. Leur position en front de mer, leur configuration et leur surface exceptionnelles pour Délos et la période de leur construction sont autant d’indications qui ont conduit à les lier au commerce international de l’île à la même époque.

plan
Fig.  2. Plan du Magasin des Colonnes, du Magasin δ et du Groupe ε, 1/500 (dessin : JJM).

Cette étude a débuté dans le cadre du projet ANR « Entrepôts et systèmes de stockage du Monde Gréco-Romain antique » sous la direction de Véronique Chankowski, Xavier Lafon et Catherine Virlouvet. À l’issue de ce projet qui prit fin en 2012, l’étude de ces monuments s’est poursuivie avec pour objectif la publication d’une monographie architecturale.

Pour la journée d’étude du 16 janvier 2015, la présentation a porté sur les matériaux et les techniques de construction des murs de ces édifices et notamment sur le gneiss qui en est le matériau principal. Ces murs sont assez similaires à la plupart de ceux des autres quartiers hellénistiques de Délos. Parmi les descriptions dont ces derniers ont fait l’objet dès leur découverte au tournant du XIXe et du XXe s., la plus complète fut rédigée par Joseph Chamonard dans son étude sur le Quartier du théâtre[1]. Fondée sur son travail, l’étude des murs des magasins du Front de mer a consisté à décliner tous les aspects du problème en tentant d’approfondir les rares points peu développés par l’auteur : les matériaux de construction et leur provenance par l’étude des caractéristiques minérales des roches et leurs modes d’extraction, la structure des murs à parements et remplissage, la définition de leur appareil étroitement lié aux techniques de construction (homogénéité d’emploi des matériaux, qualité d’ajustement des pierres entre elles, les traitements des raccordements de murs, qualités de mise en œuvre), le liant qui assurait la jonction des pierres, l’enduit qui les recouvrait et, enfin, la distinction des modes et des qualités de mise en œuvre et leur repérage au sein d’une construction.

Les études des qualités de mise en œuvre du même appareil et du traitement des angles et des têtes de mur s’avèrent particulièrement intéressantes non seulement pour comprendre la construction de ces édifices mais également pour identifier les transformations qu’ils ont connues par la suite. Outre ces questions générales qui sont actuellement en cours d’étude, ce travail a permis de préciser des points techniques que J. Chamonard avait exposés dans sa publication de façon assez sommaire. Pour les murs en gneiss de Délos, la recherche de règles générales est un exercice difficile et périlleux car elles sont bien souvent réfutées par nombre d’exceptions. Il ressort néanmoins des observations faites sur ces murs que l’économie de la construction fut au centre des préoccupations. Les indices manquent évidemment pour déterminer si cette économie concerne plus la consommation de matière que le nombre et les aptitudes des ouvriers ou encore une gestion mesurée de leurs efforts durant le chantier. Cette économie devait également favoriser la rapidité de construction.

Fig. 3. Principes de construction des murs, Magasin des Colonnes, mur est de la pièce XII (dessin : JJM).
Fig. 3. Principes de construction des murs, Magasin des Colonnes, mur est de la pièce XII (dessin : JJM).

Les caractéristiques minérales du gneiss, principalement sa schistosité, ont conduit à l’élaboration d’une technique particulière d’agencement des pierres. Mais cette technique n’est pas seulement déterminée par le matériau. La définition de l’appareil des murs tend à les rapprocher des murs en grand appareil trapézoïdal à décrochements et « bouchons »[2] (Fig. 3). Ces traits communs avec le grand appareil semblent révéler une transposition des techniques de l’architecture monumentale, certes avec un moindre degré d’exigence, sur des constructions plus modestes. Par ailleurs, cette technique varie en fonction du soin apporté à la mise en œuvre, notamment la variation de la qualité d’ajustement des pierres connexes ou en fonction de la provenance des matériaux. Les matériaux pouvaient être directement extraits de carrières ou remployés. Les parements de qualité supérieure sont clairement identifiables par des pierres de tailles et de formes homogènes, des joints serrés, un ajustement précis des pierres les unes par rapport aux autres. Ils sont presque toujours placés en des endroits particuliers de l’édifice : parois extérieures, murs de soutènement, etc. A contrario, les parois intérieures, qui sont de fait protégées des intempéries, sont généralement moins régulières. Le traitement des angles semble également avoir fait l’objet de choix liés à une économie générale de la construction : les besaces et les parements continus au niveau des têtes de mur semblent avoir été seulement mis en œuvre aux endroits qui le nécessitaient impérieusement. Les parois ou les angles réguliers exigeaient assurément une plus grande attention du maçon lors de la mise en œuvre et une plus grande uniformité dans le gabarit des moellons. Ces modes de mise en œuvre étaient par conséquent appliqués exclusivement aux endroits qui le requéraient et leur emploi circonspect devait représenter à la fois une économie de matière et un gain d’effort et de temps.

Une exception notable vis-à-vis des règles précitées, concernant notamment la dissemblance des parements externes et internes, s’observe au sein d’un certain nombre de parois du Magasin des Colonnes. Elles furent construites avec une majorité de blocs et de moellons réemployés (blocs rubéfiés disposés sporadiquement dans le parement, hétérogénéité des tailles et des formes des blocs et des moellons). On observe par endroits une volonté de distinction entre intérieur et extérieur mais elle est plus difficile à percevoir. Dans ce cas, les maçons ne purent pas tirer profit du tri naturel des pierres extraites de mêmes bancs de carrière et dont la taille et la forme varient assez peu de proche en proche au grès de la progression de l’extraction. Mais ils n’opérèrent pas non plus un rangement très rigoureux des moellons issus de démolitions ou de destructions avant leur mise en place dans le mur. L’agencement plus aléatoire de blocs et de moellons remployés explique ainsi le caractère assez exceptionnel de ces parois. Sans doute, une exigence de rapidité de construction est une seconde cause non négligeable.

Si la structure et les techniques de construction de ces murs sont maintenant assez bien comprises, il demeure difficile d’en savoir plus sans une analyse précise des matériaux et sans une expérience réelle de leur extraction, leur taille et leur mise en œuvre. Par exemple, la composition exacte du mortier de terre et de l’enduit, de même que la préparation et le bardage des moellons au cours du chantier restent à ce jour mal connus. Des consolidations s’avèrent aujourd’hui nécessaires à la préservation de ces murs. Il faut espérer qu’elles seront l’occasion de reconstruire les parties effondrées en tentant d’imiter les techniques anciennes et en réduisant au minimum l’emploi et l’impact de techniques et de matériaux contemporains. Nous espérons que ces expériences fourniront de précieuses indications sur les problèmes réels et concrets posés par le chantier.

 —

[1] Joseph Chamonard, EAD, fasc. VIII, Le quartier du théâtre, 2, ÉFA, E. de Boccard, Paris, 1924, p. 233-244.

[2] Anastasios Kimonos Orlandos, Les matériaux de construction et la technique architecturale des anciens grecs, 2nde partie, Paris, 1968, p. 135-136.

La technique du sciage des joints dans la maçonnerie ptolémaïque en grès

Par Emmanuel Laroze, étude réalisée en collaboration avec Antoine Garric (USR 3172)

Pour parvenir à l’ajustement parfait entre deux blocs de maçonnerie, les constructeurs antiques ont développé une technique efficace et simple qui consiste à scier simultanément leur face de joint. Cette action permet de donner un profil parfaitement identique aux deux faces qui sont destinées à venir en contact. Ainsi après un dernier resserrement le joint est parfait. Continuer la lecture de La technique du sciage des joints dans la maçonnerie ptolémaïque en grès

Quelques notions sur la manutention dans la construction traditionnelle

Par Emmanuel Desroches, restaurateur de sculptures

Définition du sujet et enjeux de la recherche

La manutention des matériaux de construction est assurée par l’ensemble des métiers du bâtiment, de l’extraction à la mise en œuvre ; c’est une question omniprésente sur le chantier.
Partant de mon expérience sur les matériaux pierreux, ajoutant l’observation de traces archéologiques et la consultation de sources diverses (publiées ou verbales), je formule des déductions et des hypothèses. Il est en effet probable que certains problèmes et certaines solutions que j’ai pu rencontrer sont similaires à celles du passé.
Une manutention se structure logiquement ; elle se construit par une série de manœuvres, par la mise en œuvre de dispositifs, d’outils, et d’opérations non outillées, au service du but recherché.

Continuer la lecture de Quelques notions sur la manutention dans la construction traditionnelle

Matériaux de construction de la fin de l’époque hellénistique (IIe siècle avant J.C.) à l’époque médiévale en Syrie du Nord.

Par Marie-Odile ROUSSET (CNRS, GREMMO, FRE 3412, MOM)

La prospection des marges arides de Syrie du Nord, dirigée par Bernard Geyer (Archéorient) et les fouilles franco-syriennes des site de Mayadin, al-Hadir et Qinnasrin ont mis en évidence la variété des matériaux employés depuis la fin de l’époque hellénistique, dans la région au sud-est d’Alep. Là, comme ailleurs, les matériaux utilisés dépendent du type de ressources disponible dans l’environnement.

Maison en brique crue en partie reconstruite sur des soubassements byzantins © M.-O. Rousset
Maison en brique crue en partie reconstruite sur des soubassements byzantins © M.-O. Rousset

La brique crue est le matériau le plus répandu. Elle permet une mise en œuvre facile de la terre, sans coffrage. Les briques sont fabriquées avec de la terre mêlée de paille, tassée dans un moule puis séchée au soleil. Continuer la lecture de Matériaux de construction de la fin de l’époque hellénistique (IIe siècle avant J.C.) à l’époque médiévale en Syrie du Nord.

La terre crue, matière à construire

Par David Gandreau et Chamsia Sadozaï

La terre crue se compose de grains de différents calibres qui se répartissent dans un large spectre granulométrique, du caillou à la particule d’argile (de 100 mm à 2µ de diamètre). Par un phénomène de cohésion capillaire, l’eau qui lie les grains entre eux assure, en grande partie, la solidité du matériau mis en œuvre pour la construction.
Dans certains cas, des stabilisants organiques (polysaccharides, lipides, protéines, autres..) ou physico-chimiques (chaux, plâtres..) permettent une résistance encore meilleure. Continuer la lecture de La terre crue, matière à construire