Archives de catégorie : Ville en chantier

Recherches sur la topographie urbaine de Kition-Larnaca

Résumé de l’intervention de Sabine Fourrier (CNRS, Laboratoire Hisoma-MOM) et Alexandre Rabot (Université Lumière Lyon2, laboratoire Hisoma-MOM) lors du séminaire du vendredi 10 mai 2019.

Cliquez sur les images pour les agrandir. 

La mission française de Kition (MEAE-HiSoMA) développe, depuis 2008, un programme de recherche sur la topographie urbaine de la ville antique de Kition (XIIIe-IIIe s. av. J.-C.). Le ressort scientifique en est simple : recouverte par la ville moderne de Larnaca, la ville ancienne n’était connue que grâce à des fouilles éparses, soumises aux contraintes des constructions actuelles (fouilles de sauvetage) ou bornées par les limites des parcelles expropriées (fouilles programmées). La ville ancienne était ainsi découpée en sites archéologiques, morceaux épars qui chacun documentait une tranche de l’histoire urbaine, sans lien, ni en synchronie ni en diachronie.

SIG de Kition. Source : Mission de Kition

En dépouillant publications et archives inédites du Département des Antiquités de Chypre, en intégrant les résultats de nos travaux de terrain (prospections, fouilles, études géomorphologiques et géophysiques) et en exploitant les données de la cartographie ancienne, un SIG a été réalisé (alliant bases de données et outil cartographique, accessible en ligne : http://arcg.is/bmzq4 ). Il constitue le socle à partir duquel on appréhende à la fois le développement de la ville et ses étapes, ainsi que son organisation fonctionnelle aux différentes phases de son occupation. Le programme porte sur la ville de Kition à l’époque des royaumes de Chypre, mais l’histoire plus récente, et la ville contemporaine de Larnaca informent évidemment nos connaissances et, partant, nos réflexions sur la topographie ancienne.

La présentation s’est attachée à trois moments de l’histoire de la ville, trois périodes différentes où l’on voit ce qu’on pourrait appeler le centre de gravité urbain se déplacer, des nœuds, des espèces de cristallisations, des espaces structurants apparaître et disparaître. Ce ne sont pas, loin de là, les grandes phases du développement de la ville, de Kition à Larnaca. Ce sont trois moments choisis parce qu’ils illustrent des configurations urbaines différentes : on ne va pas au grain le plus fin, on fait un gros plan sur trois moments.
La période qui va du Bronze Récent (XIIIe s. av. J.-C.) au premier Âge du Fer (Xe s. av. J.-C.) est marquée par une stabilité topographique, d’autant plus remarquable que la Méditerranée orientale (et Chypre également) est marquée par une période de troubles, de transformations politiques et de migrations de populations. Alors que le XIIe siècle est, ailleurs (à Chypre et plus largement en Méditerranée orientale), le temps des Crisis Years, c’est, à Kition, une période de monumentalisation urbaine, qu’illustrent deux marqueurs (le rempart et le sanctuaire de Kition-Kathari). L’habitat de Kition-Bamboula a, quant à lui, révélé une stratigraphie continue entre le début du XIIIe et le Xe s. av. J.-C., révélatrice d’une grande stabilité (cf rapports dans la Chronique : chronique.efa.gr, 6169, 6409, 6780).
Si l’on change toutefois d’échelle, et que l’on passe de celle de la ville à celle de la région, les changements sont brutaux : au cours du XIIe siècle, des sites majeurs (Hala Sultan Tekke) sont abandonnés et les campagnes, densément occupées au Bronze Récent, sont désertées. Il y a une concentration des populations à Kition qui devient la seule ville à l’échelle du territoire.

Stratigraphie de l’habitat de Kition-Bamboula (XIIIe-Xe s. av. J.-C.). Source : Mission de Kition


Le deuxième gros plan porte sur la période qui va de l’Antiquité tardive (IVe s. ap. J.-C.) à la fin de la période ottomane (XIXe siècle), et s’intéresse aux conditions qui ont donné naissance à une ville double. De fait, c’est un trait marquant de la topographie de la ville à la période médiévale et ottomane (et pratiquement jusqu’à l’expansion urbaine qui suit l’invasion de 1974) : elle est faite de deux noyaux que sépare une zone non construite. La vieille ville (Larnaca/Tuzla) et la ville du bord de mer (Scala/Marina/ İskele). La datation de la création de la ville du bord de mer, autour de l’église Saint-Lazare, est difficile. Tous les vestiges antiques sont funéraires (donc extra-urbains), et l’église Saint-Lazare daterait, dans son premier état, du IXe s. ap. J.-C. Mais elle succède peut-être à une basilique plus ancienne. Par ailleurs, l’Antiquité tardive est très mal documentée dans la partie nord de la ville par l’archéologie (on ne connaît sûrement aucune basilique ni tombe postérieure au IVe siècle). Quant aux sources qui lient l’action (posthume) de saint Thérapon au moment des raids arabes, elles sont toutes apocryphes. Les causes du déplacement sont tout aussi difficiles à cerner : on peut évoquer le comblement du bassin portuaire qui rendait nécessaire un nouvel accès à la mer, ou encore l’attraction des salines.

Carte de Stanford, 1878. Source : BNF : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b525022017/f1.item


La dernière période étudiée est contemporaine, et s’intéresse à la naissance de l’acropole de Kition. Le sujet peut paraître paradoxal : une acropole est un marqueur topographique antique. Or, s’il n’y avait pas d’acropole à Kition, il y en a une à Larnaca. Le terme, peut-être inventé à la fin du XIXe siècle par M. Ohnefalsch-Richter pour décrire le site de Kition-Bamboula au moment où il était éventré par l’administration britannique, est resté attaché au lieu, qui est désormais devenu un centre symbolique de la ville grecque moderne. C’est près de la place Akropolis, à peu de distance, que se sont implantés les deux premiers établissements de langue grecque de la ville, le lycée panchypriote et le collège Evrivadio. C’est vers la place Akropolis que convergent, le soir du Vendredi Saint, les processions venant des différentes paroisses de la ville, au cours d’une cérémonie qui évoque les Panathénées mais dont l’origine n’est pas antérieure à l’indépendance de 1960. On a, plaquée sur la topographie de la ville, une topographie, une toponymie qui lui sont historiquement et culturellement étrangères. On pourrait parler de retour à l’antique, si ce n’est que ce retour fait un détour par la Grèce.

Ce dernier exemple permet de boucler le parcours topographique proposé dans l’histoire longue de Kition-Larnaca. Il montre comment la recherche archéologique, réinterprétée, utilisée, a permis de recoudre les deux villes de Larnaca/Scala et de faire de ce qui était un vide, un marécage, un terrain vague, un centre historique, dans une nouvelle topographie urbaine certainement grecque (mais peut-être pas chypriote).
Dans l’histoire longue de Kition-Larnaca, plusieurs modèles urbains se succèdent : centralisé, unifié, puis éclaté, scindé, puis à nouveau unifié. Ce sont toutes ces strates qu’on tente de retrouver sous la topographie lissée de la ville d’aujourd’hui.

Cérémonie de l’épitaphios (Vendredi Saint) sur la place Acropolis, avril 2019. Source : Mission de Kition

Saint-Marcel, du Faubourg au quartier artisanal de Cluny

Résumé de l’intervention de Clarisse Couderc (doctorante à l’Université Lumière Lyon 2 – Laboratoire ArAr-MOM) lors du séminaire du vendredi 10 mai 2019.

Au XIe s., une première église est fondée sous le vocable de Saint-Odon sur la rive droite de la Grosne. Le lit de la rivière était alors situé plus à l’est que celui actuel. La chronique abbatiale « Venerabilium abbatum cluniacensium chronologia »1  écrite sous l’abbatiat de Hugues de Semur justifie la fondation de cette église comme l’une des dernières volontés de l’abbé Odon sur son lit de mort.2
            La première mention écrite de ce lieu de culte est une bulle du pape Urbain II datée de 1095 qui fixe les limites du « ban sacré » où s’exerce la juridiction de l’abbé. L’église Saint-Odon est, à cette occasion, mentionnée comme étant fondée par l’abbé Hugues de Semur en raison du développement d’« activités » (« strenuitas ») à l’extérieur de l’emprise du bourg de Cluny (« ex burgum »).
Nous avons donc au XIe s., un faubourg qui se développe en marge de la ville de Cluny. La bulle pontificale précise que l’église dispose des mêmes privilèges que l’abbaye ; par exemple, elle n’est pas inquiétée de la juridiction de l’évêque de Mâcon car elle relève directement de l’abbé qui, en plus de sa charge religieuse, est seigneur et évêque sur ses terres.
            En 1120, l’église est à nouveau mentionnée dans une bulle pontificale de Calixte II qui lui reconnait le statut d’église paroissiale. Le curé peut désormais célébrer des mariages, baptêmes et des enterrements.
            En 1159, un incendie touche l’ensemble de la villa cluniacensis et détruit l’église Saint-Odon. Celle-ci est reconstruite en 1160 sous l’instigation du prieur claustral Leodegarius3 et prend surement des proportions plus importantes en raison du développement démographique du faubourg. Fait surprenant, l’église change de vocable et est dédiée à saint Marcel, pape martyr du IVe s. et/ou à saint Marcel évêque de Chalons mort en martyr au IIe s.. Un changement de vocable est très rare et surement du au développement du culte de ces deux saints au XIIe s. ; les reliques de ces derniers ayant été apportées à l’abbaye.
            Le faubourg fut rattaché à la ville de Cluny grâce à d’importants travaux hydrauliques menées entre le XIIe et le XIIIe s.4 La construction d’une grande digue au sud de la ville et le réaménagement de l’étang-vieux au nord de celle-ci permit le détournement du lit principal de la Grosne ; ce dernier circule désormais plus à l’ouest de la ville. Les eaux qui séparaient anciennement le bourg de son faubourg sont domestiquées grâce à l’aménagement de canaux.
            Dès le Xe s., une enceinte sépare le monastère de la ville. Au XIIe s., nous savons que la ville dispose également d’une muraille. Saint-Marcel étant originellement un faubourg, il ne disposait pas d’enceinte. Nous savons qu’au cours de la guerre de Cent Ans, vers 1400, les murs de la ville sont entièrement restaurés par l’abbé Thibaud de Vermandois. Il est probable que l’enceinte qui perdura jusqu’au XVIIIe s. et qui comprend le quartier Saint-Marcel est construite entre les travaux hydrauliques du XIIIe s. et 1400.
Le quartier Saint-Marcel fait désormais partie intégrante du bourg de Cluny mais la limite entre ce dernier et le quartier Notre-Dame, développé aux portes de l’abbaye, reste difficile à appréhender. L’étude des maisons de Cluny, la datation de celles-ci, la date de fondation de l’hospice Saint-Blaise appartenant au quartier Saint-Marcel, l’observation du parcellaire, l’analyse des descriptions historiques de Cluny et les sondages archéologiques effectués dans le quartier laissent supposer qu’on avait déjà une occupation anthropique restreinte sur la berge occidentale de la Grosne avant les travaux monastiques du XIIIe s. mais, que l’espace désormais occupé par les canaux fut investis après l’aménagement de ceux-ci.
Le couplage de ces informations indique que la limite entre les quartiers Notre-Dame et Saint-Marcel se situerait à l’emplacement des anciens fours banaux et longeraient ensuite les terres appartenant à l’hôpital de Cluny.

L’important réseau hydraulique de Saint-Marcel permis le développement de métiers salissants et malodorants nécessitant un accès direct à l’eau. Les tanneries étaient disposées en aval du cours du Médasson, les blanchisseries s’implantaient sur les canaux situés à l’extérieur de l’enceinte de la ville et un canal servait uniquement à l’écoulement des eaux usées de la boucherie de Cluny. Nous pouvons observer une répartition très cohérente des différents corps d’artisanat. Ces derniers, organisés en corporations, s’investissent également dans leur église paroissiale avec la fondation d’une fabrique pour l’administration des biens de l’église mais également de confréries de métier entretenant les chapelles disposées dans la nef de l’église.

  1. MARRIER M., “Venerabilium abbatum cluniacensium chronologia” dans Bibliotheca cluniacensis, 1915. p. 1617-1618. La chronique abbatiale transcript les dernières paroles de l’abbé Odon : « Capella solummodo mea retenta ad missae celebrationem, causa animae mee simpliciter, queque necessaria sunt, illuc mittantur. ». []
  2. IOGNAT-PRAT D., “La geste des origines dans l’historiographie clunisienne des XIe et XIIe siècles – chapitre 6”, dans Etudes clunisiennes, 2002. Dominique Iognat-Prat propose une traduction des dernières paroles de l’abbé Odon : « Qu’il suffise de pourvoir à une chapelle pour la célébration de messes [à ma mémoire] et à tout ce qui est nécessaire pour le bénéfice de mon âme. » []
  3. MARRIER M., « Chronique de Francisco de Rivo (XVIe siècle)» dans Bibliotheca cluniacensis, 1915. p. 1660 : « Anno vero sequenti, scilicet 1159 & suae ordinationis secundo, villa cluniacensis combusta est. […]. Hic requiescit domnus Leodegarius Prior claustralis, […], deinde factus Monachus zelo Dei seruentissimus plus xx. annis Cluniaco cultos Ordinis extitit, & Ecclesiam sancti Marcelli in eadem villa Cluniacensi construxit ». []
  4. ROLLIER G., Implantation et hydraulique monastiques : le cas de Cluny, 2010.  []

Les grandes étapes de l’histoire urbaine de Tyr (Liban)

Résumé de l’intervention de Pierre-Louis Gatier, historien et archéologue, D.R. CNRS –Hisoma / MOM lors du séminaire du vendredi 18 janvier 2019

Tyr a connu une longue histoire attestée par la documentation écrite (depuis le Bronze moyen) et archéologique (depuis la fin du Bronze ancien). On distingue quatre grandes périodes de l’histoire du site :                                                                                                    

  • jusqu’en 332 av. J.-C., Tyr est une île, à une distance comprise entre 750 m et 2000 m du continent, ce qui signifie qu’il y a deux sites occupés par la ville, l’un secondaire sur le continent (dit Paléotyr) et l’autre principal dans l’île (fig.1)
    fig. 1 Vue aérienne du site maritime de Tyr © Mission archéologique de Tyr
  • à partir de 332, l’île est reliée au continent par la jetée qu’a fait construire Alexandre, qui crée un tombolo ; elle se transforme en presqu’île, le tombolo s’épaississant progressivement en isthme    
  • en 1291, la ville est évacuée par les Francs et abandonnée aux Mamelouks qui la rasent  ; elle reste en ruines (fig. 2)   
    fig. 2 Illustration du XVIIe s. : une vue de Tyr © Mission archéologique de Tyr
                             
  • Tyr ne renaît qu’à la fin du XVIIIe s., en dépit de quelques tentatives avortées lors des périodes antérieures ; ainsi, à l’époque ottomane, c’est une bourgade modeste entourée par un rempart nouveau qui laisse de côté la partie sud de la presqu’île.

Continuer la lecture de Les grandes étapes de l’histoire urbaine de Tyr (Liban)

La topographie et l’urbanisme de Tyr, de l’âge du Bronze à la période byzantine

Résumé de l’intervention de Catherine Duvette , architecte-archéologue, CNRS, Archimède – UMR 7044 / Université de Strasbourg lors du séminaire du vendredi 18 janvier 2019

Entre 2008 et 2016, la Mission Archéologique de Tyr a réalisé un plan topographique complet des vestiges dégagés lors des fouilles réalisées sur le site de Tyr-ville par Maurice Chéhab avant 1975 (fig. 1).

fig. 1 Nouveaux relevés à Tyr (© Mission archéologique de Tyr)

À partir de cet état des lieux au 1/500e et grâce aux nouvelles données archéologiques provenant de la fouille et des études d’architecture, nous avons pu préciser plusieurs aspects liés à l’évolution du littoral et au développement de la ville antique.
Durant les phases anciennes, le site de Tyr est séparé du continent et le profil des côtes de l’île se modifie légèrement entre l’âge du Bronze et la fin de l’âge du Fer. La plupart des bâtiments sont construits en appareil double grossier, avec des blocs liés à l’argile, suivant une technique de construction identique et relativement homogène (fig. 2).

fig. 2 Techniques de construction en grès. © Mission archéologique de Tyr

Continuer la lecture de La topographie et l’urbanisme de Tyr, de l’âge du Bronze à la période byzantine

Entre négoce et chantiers de construction à Tyr aux périodes romaine et byzantine

Résumé de l’intervention de Gérard Charpentier, architecte-archéologue – FR 3747 – MOM / Université Lyon2 lors du séminaire du vendredi 18 janvier 2019

De grandes opérations d’arasement et de terrassement sont engagées (fig. 1).

fig. 1 Techniques de construction en grès. © Mission archéologique de Tyr

De nouveaux matériaux sont employés dans les constructions, avec l’apparition notamment de la craie exploitée localement (comme le grès) et du calcaire, extrait de carrières régionales plus éloignées. Le grès est encore largement employé (ou remployé) dans les murs en élévation construits en grand appareil, notamment dans les premiers thermes monumentaux de l’époque romaine (IIe-IIIe s.). En revanche la craie est débitée en petits blocs de faible épaisseur, selon deux gabarits quasi-standards. Posés à plat ou de chant, ces blocs sont disposés par assises dans les fondations (fig. 2) et dans les maçonneries des conduits hydrauliques.

fig. 2 Murs en grès et fondations en craie des Thermes de Tyr. (© Mission archéologique de Tyr)

Ils sont systématiquement enfouis pour éviter toute altération de la craie… Le calcaire dur est utilisé essentiellement pour les pavements des rues ou des cours, et les emmarchements, tandis que les encadrements de portes ou autre type de modénature sont constitués de blocs en calcaire plus tendre (ferme ou semi-ferme). Ces derniers sont employés dans les entablements de monuments, blocs d’architraves, de frise et de corniche dont quelques-uns peuvent également être en marbre. À l’inverse la plupart des chapiteaux et la totalité des piédestaux et des bases de colonnes recensés sur le site sont taillés dans du marbre blanc ou gris. S’ajoutent également les plaques de marbre à dominante grise utilisées dans les pavements des salles et des espaces couverts du grand complexe thermal. Enfin, un grand nombre de futs de colonnes (tous monolithes) (fig. 3) sont taillés dans du marbre (marbre de Proconnèse, cipolin vert, brèche) ou dans du granite gris ou rouge, ces deux natures de roche se prêtant parfaitement au polissage.

fig. 3 : Les fûts de colonne en granit noir présents sur l’ensemble du site. © Mission archéologique de Tyr

Si les gisements de grès et de craie ont été exploités sur place, les chantiers de construction sont pourvus en calcaire dur (ou semi-ferme) à partir de carrières antiques exploitées dans l’arrière-pays de Tyr. Ce mode d’approvisionnement implique la mise en place d’infrastructures pour organiser le transport par voie terrestre de blocs conditionnés par les carriers et que les tailleurs de pierre devaient achever à proximité du chantier de construction.
À l’inverse, l’approvisionnement des marbres et des granites devait s’effectuer par bateaux, suivant des voies commerciales que nous pouvons reconstituer en localisant les gisements antiques à partir de leurs faciès caractéristiques comme le granite rouge d’Assouan, le granite gris de Troade, le marbre (cipolin) d’Eubée ou les marbres de Proconnèse. Les questions de conditionnement des blocs importés peuvent également se poser, que ce soit pour les plaques de marbre gris employées dans les pavements qui pouvaient couvrir une surface restituée d’au moins 7000 m2, que pour les nombreux fûts de colonnes. Selon notre hypothèse, la basilique thermale était constituée de deux rangées de colonnades de 44 colonnes chacune, nécessitant une commande de 88 fûts de colonnes en cipolin vert tous identiques avec 6,80m de hauteur moyenne. Nous estimons le double de fûts de colonne en granite noir qui ont le même gabarit (5,20m / 0,74m) mesuré sur un échantillon d’une trentaine de fûts complets. On peut supposer une production en série de ces blocs importés, dont le conditionnement était réalisé dans des ateliers de taille situés à proximité immédiate des carrières, avant leurs transports (hypothèse déjà émise pour le marbre de Proconnèse à partir notamment du IVe siècle). Ces matériaux d’importations étaient principalement destinés aux grands programmes édilitaires qui se développent dans le secteur maritime de la ville de Tyr durant l’Antiquité tardive.

La fondation de l’abbaye Saint-André-le-haut dans la ville antique

Résumé de l’intervention d’Anne Baud (Université Lumière Lyon2, laboratoire ArAr -MOM) lors du séminaire du vendredi 18 janvier 2019.

Depuis 2003, différentes campagnes de fouilles menée dans l’ancienne abbaye Saint-André-le-haut à Vienne, avec la collaboration des étudiants de l’université Lyon 2, permettent de mettre en évidence un phasage assez complexe du monastère depuis sa fondation jusqu’à sa transformation en immeuble de rapport. L’abbaye des moniales de Saint-André-le-Haut appartient en effet à une importante vague de fondations monastiques de la ville de Vienne à la fin de l’Antiquité tardive. Probablement fondé au VIe s. par un certain Ansémond pour sa fille Rémilla, le monastère serait établi dans un « courtil » à proximité de « la porte » de Vienne. Bien qu’il soit difficile d’imaginer très précisément la physionomie de la ville durant l’Antiquité tardive, l’analyse de la topographie, des vestiges monumentaux antiques et des remplois dans les structures médiévales, donne une première idée du développement urbain au Moyen Age.

Une observation attentive de la topographie actuelle permet de restituer la topographie antique du lieu. L’abbaye Saint-André-le-Haut a été ainsi établie à flanc de colline entre la rivière de la Gère au nord et la colline de Pipet au sud. Celle-ci, entièrement aménagée à l’époque romaine par une série de terrasses où passent les aqueducs de la vallée, présentait, sans doute, en son sommet, un ou plusieurs temples. Au sud-ouest de l’abbatiale, le théâtre antique adossé à la colline, est probablement abandonné dès la fin du IIIe s. ou au début du IVe s. Cette topographie urbaine contraint le monastère à s’établir sur les deux terrasses les plus au nord que l’on peut supposer correspondre à l’emplacement du courtil d’Ansémond.

Les matériaux utilisés dans les fondations et les élévations des différents bâtiments monastiques (calcaires et molasse) proviennent tous, au moins jusqu’au XIIIe siècle, des monuments antiques qui, au fur et à mesure des reconstructions, se transforment en carrières à ciel ouvert. La dalle de sol du petit oratoire funéraire daté du VIe ou VIIe siècle, proviendrait directement du théâtre antique voisin. Le fragment d’architrave trouvé dans les remblais de la nef et strictement comparable aux éléments conservés au musée Saint-Pierre, viendraient du « Temple de Mars » détruit à une période indéterminée… mais voisin de l’abbaye. Propriétés de l’évêque puis archevêque de Vienne, ces anciens monuments antiques semblent être à dispositions des nouveaux chantiers urbains dont les bâtiments religieux constituent la nouvelle partie monumentale.

Vienne, topographie des ruptures de pente

Résumé de l’intervention de Damien Laisney (topographe, FR 3747–MOM) lors du séminaire du vendredi 18 janvier 2019.

Dans le cadre des fouilles archéologiques de Saint-André-Le-haut qui ont mis au jour l’aménagement romain des pentes en terrasses successives, nous avons poursuivi nos recherches vers le nord, du côté du cimetière, pour tenter de discerner à travers la topographie actuelle les aménagements anciens.
Bien que le cimetière ait subi des terrassements importants impactant fortement la topographie d’origine, une lecture attentive du terrain a permis d’identifier d’infimes ruptures de pente qui ont pu être topographiquement mesurées et comparées aux ruptures de pente (murs de soutènement des terrasses) retrouvés au cours des travaux archéologiques (Fig. 1).

fig. 1 : Vienne, Abbaye de Saint-André-Le-Haut, murs de soutènement et ruptures de pente

Ces premiers résultats ont conduit à élargir la méthode sur la ville de Vienne. Continuer la lecture de Vienne, topographie des ruptures de pente

Les remplois dans l’architecture urbaine

Résumé de l’intervention d’Adrien Tourasse (étudiant en master 2 à l’Université Lumière Lyon 2) lors du séminaire du vendredi 18 janvier 2019.

En se fondant sur les quatre plans disponibles pour la ville de Vienne à la période moderne il a été réalisé une étude régressive de l’urbanisme de la ville. L’objectif est de saisir la morphogénèse de la ville moderne afin d’appréhender la ville médiévale et d’aiguiser le regard sur la ville actuelle.

Les quatre plans qui ont été retenus pour cette analyse sont le cadastre actuel, le plan topographique dit « Plan Raymond » de 1884, le cadastre napoléonien de 1824 et le plan de Pierre Schneyder de la fin du XVIIIe siècle (Le cadastre actuel est disponible sur le site de l’IGN ; les autres plans sont disponibles dans les sources documentaires de la ville de Vienne : service archéologique municipal et bibliothèque de la Vienne). Ces quatre plans sont réalisés à une échelle et dans un objectif similaire : réaliser un levé topographique du parcellaire, ce qui rend leur comparaison possible. Leur étude permet de mettre en lumière les évolutions Continuer la lecture de Les remplois dans l’architecture urbaine

Séminaire du vendredi 18 janvier 2019

Liens vers les résumés des présentations : 

  • Prospections géophysiques appliquées à l’archéologie en contexte urbain moderne : bilan et perspectives. Présentation d’un projet de prospection géophysique à Sainte-Colombe
    en collaboration Benjamin Clément, Archéodunum
    Christophe Benech | CNRS, directeur du laboratoire Archéorient -MOM
  • Chantiers à Vienne, Isère : les données archéologiques entre la ville antique et ville médiévale. Présentation d’une topographie des terrasses (2 résumés : cliquez sur les noms des intervenants)
    initiée par Damien Laisney | topographe, FR 3747–MOM
    Anne Baud | Université Lumière Lyon2, laboratoire ArAr -MOM
  • Vienne : cartographie des remplois antiques dans la ville médiévale
    Adrien Tourasse | Étudiant en Master 2 à l’Université Lumière Lyon2
  • Les matériaux de construction à Vienne, de l’Antiquité au Moyen-Âge
    Anne Schmitt | CNRS, laboratoire ArAr -MOM
  • Transformations géomorphologiques des villes côtières–ou des paysages urbains ? :  étude d’Alexandrie, de Kition et de Tyr
    Jean-Philippe Goiran | CNRS, laboratoire Archéorient -MOM
  • Les grandes étapes de l’histoire urbaine de Tyr, Liban
    Pierre-Louis Gatier | CNRS, laboratoire HiSoMA-MOM
  • Tyr: topographie et urbanisme de l’âge du Fer à Byzance
    Catherine Duvette | CNRS, laboratoire Archimède – Misha/Université de Strasbourg
  • Le complexe thermal et le secteur sud de la ville de Tyr (IIe -Ve siècles)
    Gérard Charpentier | CNRS, FR 3747 -MOM
  • L’évolution de la ville de Qinnasrin, Syrie, de la fin de l’époque hellénistique à l’époque médiévale
    Marie-Odile Rousset | CNRS, laboratoire Archéorient -MOM