Les arêtes de poisson : une perpétuelle redécouverte

Complément à la présentation d’Emmanuel Bernot et Stéphane Gaillot sur Les arêtes de poisson : éléments de discussion sur la construction d’un ouvrage antique atypique.

La lente urbanisation des pentes de la Croix-Rousse tire le réseau de galeries « en arêtes de poisson » de l’oubli dans lequel le Moyen Âge l’avait laissé sombrer.

Depuis la construction d’une nouvelle enceinte urbaine, dans la première moitié du XVIe siècle, les travaux d’aménagement des pentes de la Croix-Rousse, sont régulièrement l’occasion d’exhumer des parties de cet incroyable édifice.

En 1651, Thomas Hénault, maître plombier et fontainier, chargé de l’alimentation en eau des nouvelles fontaines de l’Hôtel de Ville, dérive vers un réservoir construit à l’angle de la rue des Fantasques et de la montée Saint-Sébastien, au moyen d’une galerie souterraine maçonnée, les eaux qui fluaient dans les deux antennes du réseau et dont les habitants du quartier du Griffon soupçonnaient l’existence depuis 1618 au moins.

Les travaux de construction des immeubles de l’actuelle place Chazette, entrepris à partir de 1744 sur un terrain du bord du Rhône acquis deux ans plus tôt des religieuses de Saint-Pierre, mettent au jour le débouché oriental du réseau. Les promoteurs, parmi lesquels l’architecte Soufflot, tirent astucieusement parti de cette eau de source acheminée sans effort en édifiant au devant des immeubles un puits percé dans la voûte de la galerie. Pour maintenir le passage de l’eau jusqu’à ce réservoir improvisé, ils rétablissent en amont un tronçon de galerie vraisemblablement effondré lors de la construction des caves.

Le lotissement de l’ancien clos religieux des Colinettes, sur la balme Saint-Clair, entrepris à partir de 1826, par d’autres promoteurs, les frères Bodin, entraîne de nouvelles découvertes : Joseph-François Artaud observe ainsi d’épaisses murailles, des chambres souterraines qui lui paraissent appartenir à des fortifications antiques et à une source qui devait fournir de l’eau à ce lieu de défense. Il en dresse deux coupes et un plan très partiel qu’Antoine-Marie Chenavard publie en 1850. Destinées à améliorer le rendement des puits aménagés dans ces nouveaux immeubles, les galeries d’adduction d’eau connectées au réseau des « arêtes » remontent pour la plupart à cette période.

Les arêtes de poisson : éléments de discussion sur la construction d’un ouvrage antique atypique

Présenté par Emmanuel Bernot et Stéphane Gaillot (SAVL) lors du séminaire du 3 avril 2015.

En 2008, le projet de doublement du tunnel de la Croix-Rousse entrepris par la Communauté urbaine de Lyon a été l’occasion pour les archéologues du Service archéologique de la Ville de Lyon de réaliser une étude approfondie du réseau de galeries souterraines dit « des arêtes de poisson ». Ce diagnostic d’archéologie préventive s’est fait en étroite collaboration avec l’Unité Galerie de la Communauté urbaine, en charge de la surveillance et de l’entretien des galeries souterraines de l’agglomération.

Le réseau de galeries se développe d’est en ouest depuis le Rhône. Il s’articule autour d’une galerie principale (la colonne vertébrale), longue de 156 m et marquée par trois coudes successifs, de part et d’autre de laquelle se déploient trente-deux galeries, organisées par paires (les « arêtes », auxquelles le réseau doit son nom). Chacune de ces arêtes, longue d’une trentaine de mètres et terminée en cul-de-sac, est reliée à la colonne vertébrale par un puits carré de 1,9 m de côté. A l’origine, seize puits remontaient à la surface et descendaient vers une seconde colonne vertébrale, construite à l’aplomb de la première, dont elle reprend le plan sans toutefois desservir d’arête. Au total, pour le réseau en « arêtes de poisson », plus de 1,4 km de galeries et près de 480 m de puits ont été creusés et maçonnés.

Au nord, plusieurs autres galeries (les antennes), s’inscrivent dans la continuité de l’ouvrage. Elles sont connectées aux « arêtes de poisson » par l’intermédiaire d’une galerie longue de 123 m.

L’extension septentrionale du réseau est formée de deux galeries parallèles, orientées d’est en ouest et dont l’extrémité est localisée à proximité de la rue des Fantasques. L’antenne nord peut être restituée sur une longueur d’au moins 215 m et l’antenne méridionale est pour sa part conservée sur 296 m. On trouve plus au sud un troisième tronçon de galerie long de 12,8 m et parallèle aux deux antennes. Ces trois galeries sont distantes les unes des autres de 12 à 13 m. Enfin, elles ont été percées à des altitudes différentes, ce qui les situe à des profondeurs comprises entre 7,5 et 17 m.

Des salles voûtées ont été construites, à intervalle variable, au-dessus des antennes. Elles semblent bâties sur le même plan, bien visible pour deux d’entre elles qui sont presque intégralement conservées. Neuf salles peuvent être restituées grâce aux observations de terrain, aux plans anciens et aux documents d’archives. Sept d’entre elles relient les antennes nord et sud ; les deux autres, situées à l’extrémité orientale des antennes, s’étendent jusqu’à l’embryon de galerie situé plus au sud.

Les dimensions de ces salles semblent constantes. Si elles débordent toutes légèrement au nord de l’antenne septentrionale, elles se développent essentiellement vers le sud jusqu’à l’aplomb de l’antenne méridionale. Chaque salle, de 3,75 m de large, est surmontée de deux voûtes en berceau de hauteurs différentes.

Le percement des galeries du réseau s’est opéré à partir des puits. Ces derniers ont d’abord servi de repères topographiques, en permettant de projeter sous terre le plan qu’ils dessinaient en surface. En direction du Rhône, les trois coudes successifs formés par le réseau des galeries en « arêtes de poisson » pourraient être dus à l’affleurement du granite que les bâtisseurs auraient renoncé à creuser en raison de sa résistance mécanique. Durant le chantier, les puits ont pu être à la fois utilisés pour extraire les matériaux issus du creusement des galeries, et pour y acheminer les matériaux de construction. On peut estimer à plus de 11 500 m3 le volume de sédiment extrait de la seule partie du réseau dite en « arêtes de poisson ». Sans doute les puits ont-ils aussi servi de cheminées d’aération et d’accès pour l’abondante main-d’œuvre que le chantier a dû mobiliser. Ils sont en revanche insuffisants pour avoir, à eux seuls, permis l’éclairage nécessaire à ces travaux.

C:Philippe3DLes applicationsLes arêtes de poissonPLAN

Toutes les galeries constituant le réseau des « arêtes » sont maçonnées et présentent une homogénéité de construction, tant dans leurs gabarits (environ 1,9 m de large) que dans les matériaux mis en œuvre ; seules les hauteurs peuvent varier. Leur voûtement s’est fait par tronçon de 1,8 à 3,2 m de long, en s’appuyant sur des cintres en bois  disposés en moyenne tous les 80 cm. A l’exception de quelques grès fins provenant du substrat local, les maçonneries sont très majoritairement composées d’un calcaire beigeâtre à grosses entroques et rares lits silicifiés, qui parait provenir des environs du village de La Salle, situé en vallée de Saône, à environ 80 km au nord de Lyon.

L’homogénéité de la maçonnerie comme l’absence de trace de reprise montre que le réseau « en arêtes de poisson » forme un ensemble architectural cohérent qui, de la rive du Rhône au plateau de la Croix-Rousse, relève d’une seule et même campagne de construction. Les datations au carbone 14 des charbons et fragments de bois prélevés, en plusieurs points du réseau, dans le mortier de la structure nous fournissent une datation de cet édifice se situant autour du changement d’ère.

Pour aller plus loin : Une perpétuelle redécouverte

Les maçonneries des magasins du front de mer à Délos (Grèce)

Par J.-J. Malmary (IRAA), P. Karvonis (Académie des Sciences d’Athènes)

(Photo à la une : Fig. 1. Délos, Magasin des Colonnes, mur est de la pièce XXVI)

Pavlos Karvonis, archéologue de l’Académie des Sciences d’Athènes et Jean-Jacques Malmary, architecte à l’IRAA, mènent depuis 2009 l’étude de trois îlots commerciaux du front de mer occidental de Délos qui ont été construits à la fin de l’époque hellénistique (IIe-Ier s. av. J.-C.) : le Magasin des Colonnes, le Magasin δ, dit “à la baignoire”, et le Groupe ε (Fig. 2). Les deux premiers îlots comportent des édifices de conception assez unitaire, du moins dans leur état actuel. Ils sont organisés autour de cours et comportent tous des rangs de pièces similaires ouvrant sur le rivage occidental. Le Groupe ε, ayant vraisemblablement connu un développement plus complexe et tourmenté, réunit néanmoins des constructions plus hétérogènes. Leur position en front de mer, leur configuration et leur surface exceptionnelles pour Délos et la période de leur construction sont autant d’indications qui ont conduit à les lier au commerce international de l’île à la même époque.

plan
Fig.  2. Plan du Magasin des Colonnes, du Magasin δ et du Groupe ε, 1/500 (dessin : JJM).

Cette étude a débuté dans le cadre du projet ANR « Entrepôts et systèmes de stockage du Monde Gréco-Romain antique » sous la direction de Véronique Chankowski, Xavier Lafon et Catherine Virlouvet. À l’issue de ce projet qui prit fin en 2012, l’étude de ces monuments s’est poursuivie avec pour objectif la publication d’une monographie architecturale.

Pour la journée d’étude du 16 janvier 2015, la présentation a porté sur les matériaux et les techniques de construction des murs de ces édifices et notamment sur le gneiss qui en est le matériau principal. Ces murs sont assez similaires à la plupart de ceux des autres quartiers hellénistiques de Délos. Parmi les descriptions dont ces derniers ont fait l’objet dès leur découverte au tournant du XIXe et du XXe s., la plus complète fut rédigée par Joseph Chamonard dans son étude sur le Quartier du théâtre[1]. Fondée sur son travail, l’étude des murs des magasins du Front de mer a consisté à décliner tous les aspects du problème en tentant d’approfondir les rares points peu développés par l’auteur : les matériaux de construction et leur provenance par l’étude des caractéristiques minérales des roches et leurs modes d’extraction, la structure des murs à parements et remplissage, la définition de leur appareil étroitement lié aux techniques de construction (homogénéité d’emploi des matériaux, qualité d’ajustement des pierres entre elles, les traitements des raccordements de murs, qualités de mise en œuvre), le liant qui assurait la jonction des pierres, l’enduit qui les recouvrait et, enfin, la distinction des modes et des qualités de mise en œuvre et leur repérage au sein d’une construction.

Les études des qualités de mise en œuvre du même appareil et du traitement des angles et des têtes de mur s’avèrent particulièrement intéressantes non seulement pour comprendre la construction de ces édifices mais également pour identifier les transformations qu’ils ont connues par la suite. Outre ces questions générales qui sont actuellement en cours d’étude, ce travail a permis de préciser des points techniques que J. Chamonard avait exposés dans sa publication de façon assez sommaire. Pour les murs en gneiss de Délos, la recherche de règles générales est un exercice difficile et périlleux car elles sont bien souvent réfutées par nombre d’exceptions. Il ressort néanmoins des observations faites sur ces murs que l’économie de la construction fut au centre des préoccupations. Les indices manquent évidemment pour déterminer si cette économie concerne plus la consommation de matière que le nombre et les aptitudes des ouvriers ou encore une gestion mesurée de leurs efforts durant le chantier. Cette économie devait également favoriser la rapidité de construction.

Fig. 3. Principes de construction des murs, Magasin des Colonnes, mur est de la pièce XII (dessin : JJM).
Fig. 3. Principes de construction des murs, Magasin des Colonnes, mur est de la pièce XII (dessin : JJM).

Les caractéristiques minérales du gneiss, principalement sa schistosité, ont conduit à l’élaboration d’une technique particulière d’agencement des pierres. Mais cette technique n’est pas seulement déterminée par le matériau. La définition de l’appareil des murs tend à les rapprocher des murs en grand appareil trapézoïdal à décrochements et « bouchons »[2] (Fig. 3). Ces traits communs avec le grand appareil semblent révéler une transposition des techniques de l’architecture monumentale, certes avec un moindre degré d’exigence, sur des constructions plus modestes. Par ailleurs, cette technique varie en fonction du soin apporté à la mise en œuvre, notamment la variation de la qualité d’ajustement des pierres connexes ou en fonction de la provenance des matériaux. Les matériaux pouvaient être directement extraits de carrières ou remployés. Les parements de qualité supérieure sont clairement identifiables par des pierres de tailles et de formes homogènes, des joints serrés, un ajustement précis des pierres les unes par rapport aux autres. Ils sont presque toujours placés en des endroits particuliers de l’édifice : parois extérieures, murs de soutènement, etc. A contrario, les parois intérieures, qui sont de fait protégées des intempéries, sont généralement moins régulières. Le traitement des angles semble également avoir fait l’objet de choix liés à une économie générale de la construction : les besaces et les parements continus au niveau des têtes de mur semblent avoir été seulement mis en œuvre aux endroits qui le nécessitaient impérieusement. Les parois ou les angles réguliers exigeaient assurément une plus grande attention du maçon lors de la mise en œuvre et une plus grande uniformité dans le gabarit des moellons. Ces modes de mise en œuvre étaient par conséquent appliqués exclusivement aux endroits qui le requéraient et leur emploi circonspect devait représenter à la fois une économie de matière et un gain d’effort et de temps.

Une exception notable vis-à-vis des règles précitées, concernant notamment la dissemblance des parements externes et internes, s’observe au sein d’un certain nombre de parois du Magasin des Colonnes. Elles furent construites avec une majorité de blocs et de moellons réemployés (blocs rubéfiés disposés sporadiquement dans le parement, hétérogénéité des tailles et des formes des blocs et des moellons). On observe par endroits une volonté de distinction entre intérieur et extérieur mais elle est plus difficile à percevoir. Dans ce cas, les maçons ne purent pas tirer profit du tri naturel des pierres extraites de mêmes bancs de carrière et dont la taille et la forme varient assez peu de proche en proche au grès de la progression de l’extraction. Mais ils n’opérèrent pas non plus un rangement très rigoureux des moellons issus de démolitions ou de destructions avant leur mise en place dans le mur. L’agencement plus aléatoire de blocs et de moellons remployés explique ainsi le caractère assez exceptionnel de ces parois. Sans doute, une exigence de rapidité de construction est une seconde cause non négligeable.

Si la structure et les techniques de construction de ces murs sont maintenant assez bien comprises, il demeure difficile d’en savoir plus sans une analyse précise des matériaux et sans une expérience réelle de leur extraction, leur taille et leur mise en œuvre. Par exemple, la composition exacte du mortier de terre et de l’enduit, de même que la préparation et le bardage des moellons au cours du chantier restent à ce jour mal connus. Des consolidations s’avèrent aujourd’hui nécessaires à la préservation de ces murs. Il faut espérer qu’elles seront l’occasion de reconstruire les parties effondrées en tentant d’imiter les techniques anciennes et en réduisant au minimum l’emploi et l’impact de techniques et de matériaux contemporains. Nous espérons que ces expériences fourniront de précieuses indications sur les problèmes réels et concrets posés par le chantier.

 —

[1] Joseph Chamonard, EAD, fasc. VIII, Le quartier du théâtre, 2, ÉFA, E. de Boccard, Paris, 1924, p. 233-244.

[2] Anastasios Kimonos Orlandos, Les matériaux de construction et la technique architecturale des anciens grecs, 2nde partie, Paris, 1968, p. 135-136.