Quelques réflexions et questions autour des mortiers : pose, plasticité, inclusions, représentations

Résumé de l’intervention de Cédric Moulis (EA 1132 HisCAnt-MA – Université de Lorraine) lors du séminaire du vendredi 15 décembre 2017.

Nos réflexions et questionnements présentés succinctement ici sont fondés sur l’étude et l’observation des mortiers de dix-sept sites, aussi bien castraux que religieux, des XI, XII et XIIIe siècles. Ils sont pour l’essentiel situés dans la partie méridionale de la Lorraine (fig.1). Les données regroupées ici proviennent de deux thèses et d’un PCR1, dont nous n’exploitons que quelques résultats.

Fig. 1

Pour le secteur concerné et le type de sites pris en considération, les maçonneries sont liées préférentiellement par Continuer la lecture de Quelques réflexions et questions autour des mortiers : pose, plasticité, inclusions, représentations

  1. Jacky Koch, L’art de bâtir dans les châteaux forts en Alsace (Xe-XIIIe siècles), Nancy, PUN, 2014 ; Cédric Moulis, Bâtir en Lorraine méridionale (XIe-XIIe siècles). Chantier et mise en oeuvre des matériaux (thèse en cours d’achèvement) ; Karine Boulanger, Cédric Moulis (dir.), La pierre dans l’Antiquité et au Moyen Âge en Lorraine. De l’extraction à la mise en oeuvre, Nancy, PUN, 2018. Les lames minces et les analyses ont été réalisées par Jean-Michel Mechling (UMR 7198 Institut Jean Lamour, Université de Lorraine).   []

Maçonnerie et construction publique, regard sur la ville antique d’Augustonemetum

Intervention de Christian Le Barrier (Inrap), lors du colloque de Guédelon 2015.

L’étude de la ville antique d’Augustonemetum fait l’objet d’un Programme Collectif de Recherche coordonné par Hélène Dartevelle, ingénieure d’étude au SRA Auvergne-Rhône-Alpes. Il regroupe une quarantaine de chercheurs d’horizons divers : culture, universités, Inrap, associatif et individuels. Débuté en 2005, ce programme doit déboucher sur la publication d’un atlas de la ville en 2017.
L’objectif de cet article est d’évoquer quelques aspects concernant l’approvisionnement et l’usage des matériaux volcaniques pour la construction de la ville antique et d’aborder leur mise en œuvre avec la question de l’appareil hexagonal et de son application aux constructions publiques. Pour une présentation plus approfondie de la ville antique, on pourra se rapporter à la publication du colloque Aquitania 20151 et au site Internet Augostonemetum 2 Continuer la lecture de Maçonnerie et construction publique, regard sur la ville antique d’Augustonemetum

  1. Dartevelle (H.) et Le Barrier (Ch.) – Augustonemetum, capitale gallo-romaine de la cité des Arvernes.  A. Bouet dir. MONUMENTAL, La monumentalisation des villes de l’Aquitaine et de l’Hispanie septentrionale durant le Haut-Empire. 6e Colloque Aquitania, Villeneuve-sur-Lot, 10-12 septembre 2015. À paraître. Texte soumis et accepté (20 p. et 20 fig). []
  2. Dartevelle H. 2010, Augustonemetum, disponible sur : http://www.augustonemetum.fr/ [consulté en mars 2018]. Site web mis en ligne en mars 2010 et réactualisé. Thématique : la ville antique d’Augustonemetum (Clermont-Ferrand, Puy-de-Dôme). Une cinquantaine de pages, environ 500 illustrations. []

Une réhabilitation du plâtre dans les constructions traditionnelles du monde méditerranéen

Intervention de Philippe Bertone  Bertone, restaurateur, gypsier, stucateur, lors du colloque de Guédelon 2015.

Entreprise : Les Ateliers Du Paysage, 04300 Forcalquier, France
Site Internet : www.ateliers-du-paysage.com
Courriel : philippe.bertone[at]free.fr

Introduction

Le plâtre reste un matériau assez méconnu, souvent déconsidéré à partir d’idées reçues non fondées. Son utilisation remonte aux périodes anciennes sur une aire géographique très étendue, en raison notamment de sa grande résistance. Il constitue ainsi un des matériaux majeurs du patrimoine vernaculaire que nous continuons d’utiliser aujourd’hui avec les savoir-faire traditionnels.

Fig. 1 : Plâtre paysan grossier en hourdage dans les Alpes-de-Haute-Provence. © Ph. Bertone

On distingue aujourd’hui le« plâtre paysan » (fig. 1) , fabriqué localement par les agriculteurs, ou le plâtre traditionnel ou plâtre artisanal quand il est produit par des gypsiers (artisans producteurs), du plâtre industriel vendu dans le commerce et provenant exclusivement de la cuisson du gypse, roche sédimentaire aux multiples formes.

D’une manière générale, le plâtre est le plus ancien liant cuit utilisé en architecture pour réaliser des mortiers. Il est aussi employé pour Continuer la lecture de Une réhabilitation du plâtre dans les constructions traditionnelles du monde méditerranéen

La mise en œuvre d’une voûte à croisée d’ogives dans une chapelle castrale du XIIIe siècle : l’exemple de Guédelon

Résumé de la présentation de Florian Renucci, maître d’œuvre à Guédelon,  en conclusion du colloque de Guédelon 2015

[N’hésitez pas à cliquer sur les images pour mieux les visualiser. Vous pouvez ensuite les faire défiler en cliquant sur les flèches de votre clavier]

Le projet

La construction d’une voûte à croisée d’ogives s’inscrit dans le programme de construction d’un oratoire situé dans une des tours du château résidence de Guédelon : projet ostentatoire faisant référence à un registre religieux du milieu du XIIIe siècle. Le parti architectural est caractérisé par la réalisation d’une baie à remplage et d’une croisée d’ogives à nervures moulurées enrichies d’éléments décorés. Il se réfère aux oratoires seigneuriaux présents dans des tours de flanquement des châteaux de Nemours (77) et d’Hérisson (03). Ces modèles sont établis selon une organisation verticale de l’espace constitués de murs pleins jusqu’à 2 m de hauteur et percés, en partie haute, de trois fenêtres à lancette avec ébrasement.

Les nervures des voûtes ont pour modèle celles de Fontainejean dont les modénatures datées du XIIIe siècle sont constituées de voussoirs toriques avec filets et cavet, semblables à ceux du lapidaire du château hospitalier de Belvoir bâti en Galilée à la même époque. Le modèle de la baie est celui du château de Thiers sur Thèves (95). Ouverte dans une niche aménagé dans l’abside à pan coupé, la baie est conçue de la manière suivante : l’arc brisé de la niche fait office d’arc triomphal et sert ainsi de formeret  pour la voûte d’ogive.

Enfin, les détails apportés aux registres sculptés des culots, de la clef et des nervures sont réalisés dans une pierre calcaire plus tendre que le calcaire marbrier utilisé pour la réalisation des ouvrages extérieurs. Le calcaire provient de la carrière de la Grosse Borne (à Donzy), d’où nous avions extrait, en 2014, des pierres plus tendre pour réaliser la fenêtre à remplage.

Le chantier et la mise en œuvre

Après avoir effectué le tracé de la croisée d’ogives sur le plancher d’épure, les tailleurs de pierre Continuer la lecture de La mise en œuvre d’une voûte à croisée d’ogives dans une chapelle castrale du XIIIe siècle : l’exemple de Guédelon

Le remploi dans l’habitat domestique à Vienne, premières observations

Résumé de l’intervention d’Adrien Tourasse lors du séminaire du vendredi 16 mars 2018.

Cette intervention m’a permis de présenter une partie de mon travail de master 1, réalisé sous la direction d’Anne Baud et portant sur l’organisation urbaine et l’habitat domestique à Vienne du XIIème au XVIIIème siècle. Considérant l’importance de l’utilisation de matériaux de remplois dans la ville médiévale et moderne, j’ai concentré une partie de mes recherches sur l’étude de ce phénomène dont les premières observations seront présentées dans ce résumé.

Vienne (Isère), à une trentaine de kilomètres au sud de Lyon, sur les rives du Rhône a d’abord été une importante implantation allobroge considérée comme leur capitale avant de devenir colonie romaine autour de 50 av. JC. Ce développement a entraîné Continuer la lecture de Le remploi dans l’habitat domestique à Vienne, premières observations