Colloque – Guédelon – 23 – 24 – 25 septembre 2015

Affiche pour septembreLe colloque « Chantiers et matériaux de construction en Orient et en Occident » marque l’aboutissement de quatre années de recherche menées à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux, Lyon (MOM).

Les axes de recherche s’articulent autour des chantiers de construction, de l’Antiquité à l’époque moderne. Ils visent à mettre en parallèle les évolutions techniques en fonction des matériaux utilisés : la pierre, la terre, le bois et le métal, en tenant compte également des aspects sociaux, économiques et culturels.

Le groupe de recherche est constitué de chercheurs : archéologues, architectes, géologues, ingénieurs, historiens issus de divers horizons institutionnels (université, CNRS, Inrap, Collectivités territoriales et municipales) et de praticiens de la construction (tailleurs de pierre, charpentiers, maçons, restaurateurs).

Le colloque est organisé par la Maison de l’Orient et de la Méditerranée et Guédelon, en partenariat avec le Service régional d’archéologie de Bourgogne. Il se déroule sur le chantier médiéval de Guédelon, sur la commune de Treigny, dans l’Yonne du 23 au 25 septembre 2015.

Téléchargez le programme

Accédez aux résumés des interventions

Visionnez les vidéos

Inscriptions
Plein tarif : 50 euros
Tarif étudiant : 20 euros

Date limite d’inscription : 30 juin 2015

Règlement par chèque à l’ordre de : Agent comptable du CNRS
à envoyer par courrier à :
Magali Lugnot
Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux
7 rue Raulin
F-69365 – Lyon cedex 07

Contacts 
MSH MOM 
gerard.charpentier[at]mom.fr
magali.lugnot[@]mom.fr

Chantier médiéval de Guédelon : 03 86 45 66 66

Accès 

L’exploitation de chaux des Eaux-Belles à Etrembières (74)

Présenté par Christophe GUFFOND et Samir MAHFOUDI (Service archéologie et patrimoine bâti / Conseil général de la Haute-Savoie) lors du séminaire du vendredi 16 janvier 2015.

 Lambert II étendu : X 0899.920 / Y 2137.903 / Z 417 m

 Dans le cadre de la mission d’inventaire du patrimoine hydraulique, des artifices hydrauliques situés sur la commune d’Etrembières (74) au lieu-dit les Eaux-Belles ont fait l’objet d’une étude associant démarche d’inventaire, étude historique et étude archéologique. Cette dernière s’est notamment appuyée sur une campagne de relevés lasergrammétriques commandée par l’Agglomération d’Annemasse, propriétaire du site. L’approche s’est poursuivie avec une prospection sur le versant nord de la montagne du Petit Salève.

Tiraillé entre l’aire urbaine d’Annemasse et de Saint-Julien-en-Genevois, ce bassin de vie prolonge celui de Genève dans sa partie sud-est. L’urbanisation éparse suit un axe est-ouest, le long des grandes voies de communication. Affluent du Rhône, La rivière de l’Arve dessine en ce point les contours nord de la commune alors que la partie sud bute sur les contreforts du massif du Salève.

Attesté depuis 1474, un moulin des Eaux-Belles dépendait alors du château de Chatillon, situé à 500 mètres plus à l’est dans les plaines. L’étude des cadastres sarde (1730) et français (1900), des fondés en titre, des droits d’eau, des archives liées au captage de la source des Eaux-Belles et des fonds iconographiques nous permettent de mieux appréhender ce site. En 1810, ce dernier comprend trois artifices, chacun disposant d’une roue pour la mouture du blé, et un battoir à chaux. Entre 1882 et 1939, le battoir à chaux est progressivement transformé en maison d’habitation alors que le moulin à blé subit des transformations dès 1882 pour accueillir une machine à vapeur afin d’aider au pompage de l’eau. Successivement reconverti en station de traitement et en maison d’habitation, le moulin ne subsiste qu’à l’état de vestiges ; le canal de dérivation envasé et le bâtiment du battoir effondré complètent cet ensemble.

Le site des Eaux Belles compte donc d’abord le moulin, qui comprend des éléments en réemploi dont un millésimé (ancien linteau portant la date de 1774 réutilisé en tablette de fenêtre). Ensuite viennent les vestiges du battoir à chaux, passé à l’état de ruine au milieu du XXe siècle, ainsi que le montrent les photos aériennes du secteur. Cet édifice connaît au moins deux états si l’on se base tant sur l’iconographie disponible que sur l’observation des vestiges. Il convient de noter que dans les décombres du battoir a été retrouvé un bloc millésimé portant cette même date de 1774 (datant un programme de reconstruction du site ?)…

Les vestiges du four à chaux, implanté 150 m au sud-ouest du battoir mais surtout dans la pente au bord d’un talweg où coule le ruisseau des Eaux-Belles, indiquent qu’il s’agit d’un four permanent et très vraisemblablement à cuisson intermittente longue flamme. Aucune trace de la cuve ni même du comblement destiné à faire le tampon thermique entre celle-ci et la structure maçonnée. Du four subsiste l’élévation ouest, percée de la gueule du four. Ancré dans la pente sur son côté sud, l’angle nord-ouest est renforcé par un contrefort. L’élévation ouest présente une longueur de 8 m en façade en raison de l’aménagement qui permet d’alimenter le gueulard du four.

Four_a_chaux (1)

Les carrières repérées sur les pentes du Salève et pouvant potentiellement alimenter le four s’ouvrent autant dans les niveaux de calcaires roux (inférieurs) qu’urgoniens (supérieurs). Des parcours de différents types ont pu être observés autour du four et des artifices hydrauliques, dont le rôle est plus ou moins identifié : l’alimentation du four depuis les carrières peut se faire tant par des châbles (glissoirs aménagés dans la pente) que par un chemin piétonnier. Un axe carrossable partant du four vers le sud (doté d’un mur de soutènement) permet peut-être l’évacuation de la chaux. Enfin le site des moulins compte des aménagements (rampes, quais, chemins… ) permettant le chargement et l’évacuation de véhicules.

Les vestiges de fours provisoires ont été repérés aux abords du site. Des documents iconographiques offrent d’ailleurs des représentations de fours à chaux sur la commune limitrophe de Monnetier-Mornex, également située dans le Salève. Deux vues de Joseph-François Burdallet (datées de 1847 et 1848) et conservées au Centre d’Iconographie Genevoise livrent la vision précise de deux fours dont le modèle est très proche de fours décrits dans des textes médiévaux (exemple des raffours du château de Pont d’Ain pour 1335-1336).

En 1317-1319, de la chaux provenant des environs d’Etrembières (Veyrier / Le Pas de l’Echelle) est employée pour des travaux de construction au château de Ville-la-Grand. Un peu plus au sud, sur le territoire de Présilly, et dans l’emprise du domaine de la chartreuse de Pomier (fondée vers 1170), connue pour l’activité métallurgique qu’elle a suscité, pas moins d’une quarantaine de fours provisoires ont pu être repérés. L’enquête Despine (1829) sur l’exploitation forestière savoyarde tend à montrer la permanence des modes de production de chaux du Moyen Âge jusqu’à la première moitié du XIXe siècle. Selon ces statistiques, dans la province sarde de Saint-Julien, les communes qui préparent le plus de chaux sont celles de Monnetier-Mornex, Esery et Etrembières, faisant  50 à 60 fours (entendre cuissons) par an. Chaque cuisson consomme 1000 à 1200 fagots, représentant une consommation totale de 3000 stères de bois, soit une moyenne de 55 m3 par cuisson !

Ces différents éléments montrent que les vestiges actuels des Eaux-Belles sont les héritiers d’une exploitation extractive (pour la production de moellons) et chaufournière qui s’est développée au moins depuis le Moyen Âge, ainsi que l’atteste le panneau du retable peint par Konrad Witz en 1444, connu sous le nom de Pêche miraculeuse (Musée d’Art et d’Histoire de Genève).

Séminaire du vendredi 3 avril 2015

2015AvrilL’ accueil et le déroulement de cette journée se feront au 4ème étage de la MOM, 7 rue Raulin, à Lyon de 9h30 à 17h, en salle Joseph Reinach.

Programme

  • Bérengère Perello (archéologue au CNRS,  Archéorient – MSH MOM) : « Elaboration d’un protocole pour l’étude et la conservation du torchis : l’exemple de Dikili Tash (Grèce, Néolithique récent) »

Pause 11h-11h15

  • Véronique Vachon (archéologue topographe, Inrap Rhône-Alpes) : “La carrière de Sol de Roques (Labastide-Murat 46)”
  • Emmanuel Bernot (archéologue SAVL) et Stéphane Gaillot (géomorphologue SAVL): “Les arêtes de poisson : éléments de discussion sur la construction d’un ouvrage antique atypique”

13h 15 – 14h15 – déjeuner

  • Cedric Moulis (EA 1132, Pôle Archéologique Universitaire – Nancy2) : “Vaudémont, Fontenoy-le-Château, Darnieulles : Chantiers et matériaux de construction de trois lieux de pouvoir en Lorraine méridionale au XIe siècle”
  • Laurent D’Agostino (archéologue, Hadès) : “La construction en pierre au Moyen Âge et à l’Epoque moderne dans une vallée alpine à travers l’exemple de l’abbaye de Sixt (Sixt-Fer-à-Cheval, Haute-Savoie)”
  • Philippe Griot (tailleur de pierre, Cluny) : “La taille et la sculpture expérimentale (travaux de stagiaires)”

En espérant vous voir nombreux à ce dernier séminaire organisé à la MOM dans le cadre du thème « Chantiers et matériaux de  construction », le prochain colloque devant se dérouler à Guédelon les 23/24/25 septembre 2015.

Séminaire du vendredi 16 janvier 2015

2015_Janv_affiche(2)

L’ accueil et le déroulement de cette journée se feront au rez-de-chaussée de la MOM, 7 rue Raulin, à Lyon de 9h à 17h, dans l’Amphi Benveniste.

Programme

  • A. Baud , G. Charpentier, M. Lugnot : Introduction du thème pour 2015 : Bilan et prévision
  • Olivier Callot (architecte CNRS, Hisoma-MOM) : “L’étude des stucs à Salamine de Chypre dans l’Antiquité”
  • Nicolas Jacob (géographe, Université Lyon2) : “Le flottage du bois : problèmes, matériel et méthodes pour une histoire environnementale”

Pause déjeuner

  • Gilles Rollier (archéologue, INRAP) et Maryline Martin (dir. du site de Guédelon) : “Le moulin de Guédelon : La mise en place d’un projet d’expérimentation à Guédelon.”
  • Jean-Jacques Malmary (architecte CNRS, IRAA-MOM) : “Réfections des maçonneries sur les magasins des fronts de mer  à Délos dans l’Antiquité classique.”
  • Laurent D’Agostino (archéologue, Hadès) : “La construction en pierre au Moyen Âge et à l’Epoque moderne dans une vallée alpine à travers l’exemple de l’abbaye de Sixt (Sixt-Fer-à-Cheval, Haute-Savoie)”
  • Daniel Prigent : “Extraction et mise en oeuvre du tuffeau dans le Val-de-Loire du XIème au XIXème siècle”

Discussion et projection pour 2015

L’économie du chantier de construction : la pierre

Présenté par Florian Renucci (Chantier expérimental de Guédelon) lors du séminaire du vendredi 14 novembre 2014.

Introduction : Bref historique de l’utilisation de la pierre à Guédelon

 • De 1998 à 2002 : Escarpes en grès taillé : ce travail répétitif nous pousse à simplifier la finition des pierres vers un aspect économique « broché éclaté ».

• 2003 à 2006 : Construction du rez-de-chaussée du logis, mise en œuvre du grès pour la taille des ouvrages appareillé : 5 portes, 1 fenêtre cuisine, 1 cheminée cuisine, 3 jours en archère, l’escalier grand degré. Construction du rez-de-chaussée de la tour maîtresse et de la tour de la chapelle : 2 portes, 8 archères.

• 2007 à 2009 : Choix de réaliser le programme des fenêtres de l’étage du logis en calcaire marbrier appareillé, générant une polychromie décorative : 5 fenêtres géminées, 3 portes intérieures, 2 cheminées. Programme de standardisation des ouvrages, mise en œuvre plus rapide pour les maçons qui posent des fenêtres/portes : archères déjà pré-taillées et vérifiées avant leur pose.

• 2010 à 2011 : Courtines et voûte de la tour maîtresse

• 2012 à 2013 : Tour des essarteurs et carrière sur 2 niveaux avec panachage des pierres de taille en calcaire marbrier.

• 2014 : Tour de la chapelle avec arrivée d’un calcaire plus tendre pour le programme de sculpture.

• Carte géologique de la région : Comme tous les monuments médiévaux de la région, Guédelon est situé sur un double affleurement de pierre d’œuvre : le grès et le calcaire appelant une mise en œuvre qui utilise les avantages techniques des différentes qualités de pierre.

Carte  géologique de la région de Treigny
Carte géologique de la région de Treigny

 

Séminaire du vendredi 14 novembre 2014

L’ accueil et le déroulement de cette journée se feront au 1er étage de la MOM de 9h à 17h

Programme

  • Philippe Griot : « Arcatures et restaurations »
  • Myriam Fincker : « Un outil de mise en oeuvre du grand appareil : la pince à crochet ».

Discussion 

Pause déjeuner entre 12h30 et 13h30

  • Stéphane Büttner : « Corpus Lapidum Burgundiae : un nouvel outil pour une histoire économique et technique de la pierre »
  • Desroches Emmanuel :  « Miracles et sécurité sur quelques chantiers traditionnels »

 16h30 : Discussions et échanges 

La forge dans le chantier de construction

Présenté par Vincent Granon et Florian Renucci (Chantier expérimental de Guédelon) lors du séminaire du vendredi 29 novembre 2013.

Le travail de la forge s’inscrit à Guédelon dans une évolution avec des artisans qui se sont succédé, chacun ayant apporté sa pierre :

  • Thierry Darques a calé le type d’acier utilisé et l’approvisionnement.
  • Olivier Le Clerc et Adrien Lacheny ont maitrisé la production en taillanderie et  ferronnerie en travaillant à deux.
  • Aujourd’hui 3 forgerons, Martin Claudel, Vincent Granon et Clément Guérard, tailleur de pierre reconverti en forgeron, recréent le processus de production d’une forge du XIIIème  siècle et poussent la recherche sur la fabrication de l’acier.
paris-bib-genevieve-1126
Paris – Bibliothèque Sainte Geneviève, 1126

L’acier utilisé à la forge est du XC 70 (il contient 0,7% de carbone). C’est un acier dur, comparable aux lames d’Opinel. Il a été choisi en comparaison avec des extrémités d’outils médiévaux aciérés.

Plus l’acier contient du carbone plus il est dur. L’acier « doux » en contient moins de 0,3%. Il provient des aciéries du Tarn près d’Albi. Cet acier « moderne » s’obtient par laminage d’une « billette » au format industriel de 8x8x100cm. Les barres sont achetées en profil octogonal de différents calibres pour la production de broches, ou en fer plat pour les ciseaux.

Nous travaillons avec un acier moderne, qui nous permet  d’assurer une production, il faut cependant relativiser  les données, car l’acier moderne est « pur » c’est-à-dire qu’il est normalisé par composition chimique, et que celle-ci est très précise : sur un même échantillon, la quantité de carbone est pratiquement invariante d’un bout à l’autre. Le fer et l’acier au XIIIe siècle sont des matériaux non homogènes, la teneur en carbone varie sur un même échantillon. Ceci du fait de la fabrication (en bas fourneau, matériau non fondu), et de la transformation (feuilletage).

Par ailleurs, on observe très souvent l’association de fer et d’acier par soudure au feu, pour économiser l’acier d’une part, et conserver les avantages de chaque matériau d’autre part. Par exemple, on va réaliser un couteau en fer, avec seulement le tranchant en acier : on conserve la souplesse du fer, et la dureté, le tranchant de l’acier. Ce matériau composite, est utilisé pour les outils et les armes, sur lesquelles il est parfois extrêmement élaboré et très complexe.

Les forgerons et ferrons du XIIIe siècle (avant et après) n’avaient « que » leurs propres expériences, observations, savoir-faire et ceux des Anciens, ce qui est déjà considérable : environ 2500 ans de pratique…

Les recherches futures consisteront à se  rapprocher de la réalité du matériau fer au Moyen-Âge : essayer le grappage, la réutilisation du fer, et les outils composites avec des parties aciérées.

Blacksmith -  Livre du trésor, 1326
Blacksmith – Livre du trésor, 1326

Continuer la lecture de La forge dans le chantier de construction

L’organisation des chaînages dans les murs en pierre

Présenté par Philippe Delage  et Florian Renucci (Chantier expérimental de Guédelon) lors du séminaire du 17 mai 2013

 La construction d’un mur de pierre, à la différence des architectures d’ossature de béton revient à structurer le mur avec des éléments dont la masse plus importante que les moellons du mur va, par empilement, constituer des éléments rigides.

Les murs médiévaux et antiques décrivent des stratégies pour que cet empilage soit stable.

L’art de l’appareillage et de la mise en œuvre de la pierre va concerner aussi bien les maîtres d’œuvre, les maîtres d’ouvrage pour le caractère ostentatoire, que les maçons et tailleurs.

C’est le thème transversal par excellence.

 1 / Problèmes liés à la prise du mortier : le flambement des murs de moellons (Florian)

Contenir des centaines de m3 de mortier mou dans des murs privés d’air revient à avoir un mur mou qui autorise des micros déplacements de pierre. Un mortier de chaux aérienne ne durcit pas en 2 jour et ne fait pas prise en 28 jours.

Schéma d’un mur en coupe
Schéma d’un mur en coupe

Le mur se tasse et s’écarte. Les tassements différentiels sont inévitables entre parement et remplissage qui s’enfonce  en poussant les parements vers l’extérieur. Continuer la lecture de L’organisation des chaînages dans les murs en pierre

L’approvisionnement en bois sur le château de Guédelon (Yonne)

Intervention de Jean-Michel Huré et Florian Renucci (Chantier expérimental de Guédelon) lors du séminaire du 23 novembre 2012.

 Cette communication complète celle du 6 janvier 2012 sur la même thématique.

Introduction

Sans être charpentier ni spécialiste du bois, c’est la passion et la curiosité associées à la démarche d’archéologie expérimentale qui a permis de faire des constatation différentes des propos couramment  entendus au  sujet du bois d’œuvre.

Les premières références ont été les ouvrages de Violet le Duc et Deneu. 

  1. La recherche du geste et de l’outil

Dès le début du chantier, il est apparu que l’on pouvait abattre  des arbres en été sans que cela ait une conséquence négative sur la qualité du bois. Au contraire, sur  les quelques images présentant des bûcherons à l’œuvre (Dessin de Berlin, 1460 ; et scène de la tapisserie de Bayeux, 1066),  les arbres sont représentés avec leurs feuilles.

Contrairement aux recommandations mythiques sur l’abattage qui devrait se faire l’hiver, en sève plus ou moins « montante » et dans  une « bonne lune », la réalité physiologique de l’arbre repose sur des principes tout différents. 

  • La réalité physico-chimique du bois

Un arbre est une « pompe » qui fait  monter  l’eau présente dans le sol depuis les racines vers les feuilles, en circulant par l’aubier, la partie vivante du tronc. Ce phénomène est appelé « évapotranspiration », il est provoqué par la lumière et la chaleur du soleil qui crée une pression verticale. Au niveau des feuilles, l’eau se charge d’oligo-éléments et se transforme en sucre. La sève « descend » mécaniquement vers les racines la nuit, en circulant par le liège, partie du tronc située entre l’aubier et l’écorce. Au cœur de l’arbre se trouve le duramen, la partie « morte »  et minérale de l’arbre qui fournit la totalité du bois d’œuvre. Du fait que le duramen n’est pas concerné par les mouvements de la sève, la période d’abattage ne peut pas jouer sur la qualité du duramen.

Les arbres feuillus connaissent deux saisons : une période d’accroissement de la lumière du 21 décembre au 21 juin et une période de régression de la lumière du 21 juin au 21 décembre. La formation annuelle des cernes de croissances se compose d’une double épaisseur. Pendant la période d’hiver, la sève produite par les feuilles d’été avant leur chute est stockée sous l’écorce. L’augmentation de la lumière sur le tronc à partir de février provoque des fermentations dont la pression va relancer l’alimentation en sève des branches de l’arbre en créant des canaux fibreux. Les bourgeons, en attente depuis l’été précédent, éclosent grâce à cette alimentation. Une fois les feuilles sorties, le processus de vapo-transpiration s’enclenche. La sève produite  recouvre la cerne de printemps par une cerne plus dense, faisant s’accroître le tronc et les branches jusqu’au « colmatage »  de l’alimentation en eau des feuilles. Il s’ensuit la chute des feuilles et le renouvellement du processus.

C’est cette alternance de cernes fibreux de printemps et d’été que le dendrochronologue interprète pour donner  l’âge de l’arbre au moment de son abattage. Continuer la lecture de L’approvisionnement en bois sur le château de Guédelon (Yonne)

Mise en œuvre de la pierre et des mortiers à Guédelon

Intervention de Philippe Delage  et Florian Renucci (Chantier expérimental de Guédelon) lors du séminaire du 18 janvier 2013

 Introduction

 L’expérience acquise par 15 ans de chantier à Guédelon permet :

  • d’identifier des savoir-faire de transformation de matériaux en relation avec des « cultures constructives »
  • de différencier  ce qui relève des choix volontaires (anthropiques) ou de données fortuites.
  • de déterminer des enchaînements logiques et chronologiques entre des opérations.

 Cela offre une  grille de lecture aux archéologues du bâti qui se posent des questions sur :

L’approvisionnement en terre sur le château de Guédelon (Yonne)

Intervention de Florian Renucci (Chantier expérimental de Guédelon) lors du séminaire du vendredi 16 mars 2012

1. Introduction sur le matériau 

Les constructions en terre existent aux époques celte, antique et médiévale. On pratique alors la culture des mottes et creusements de fossé.

Description physique des terres : cf. CRATerre (Ecole d’Architecture de Grenoble) pour l’ensemble des données complémentaires à Guédelon.

Les trois composantes de la terre sont les sables, les silts et l’argile.

Les textures des terres :                                              

organiques /tourbe

graveleuses

sableuses

silteuses

argileuses

cailloux

Béton, graviers

Mortiers, sables

Limons, silts

Terres modelables, argiles, colloïdes

T Guédelon

T Guédelon

T Guédelon

200 cm/ 20mm

20mm/ 2mm

2mm/ 60µ

60µ / 2µ

> 2µ

Continuer la lecture de L’approvisionnement en terre sur le château de Guédelon (Yonne)

La technique du sciage des joints dans la maçonnerie ptolémaïque en grès

Par Emmanuel Laroze, étude réalisée en collaboration avec Antoine Garric (USR 3172)

Pour parvenir à l’ajustement parfait entre deux blocs de maçonnerie, les constructeurs antiques ont développé une technique efficace et simple qui consiste à scier simultanément leur face de joint. Cette action permet de donner un profil parfaitement identique aux deux faces qui sont destinées à venir en contact. Ainsi après un dernier resserrement le joint est parfait. Continuer la lecture de La technique du sciage des joints dans la maçonnerie ptolémaïque en grès

Les spolia du IVe aux VIIe siècles et les matériaux de construction des basiliques funéraires paléochrétiennes de Lyon

Par Jean-François Reynaud, Université Lumière Lyon 2

L’homélie XXIV d’Avit suggère vers 500 l’utilisation de gros blocs pour la construction de la crypte d’une église qui pourrait être Saint-Irénée « Ici le profil d’un flanc en pente n’a pas fourni d’aide appropriée pour l’établissement de degrés, comme un sol plat eut servi le dessein du constructeur pour la descente et la montée. La nature ne se prêtait pas à cette destination ; il a fallu l’y adapter, grâce à une série de supports intermédiaires que seule la magnificence des pierres précieuses dépasse en prestige ».

La vita de l’évêque Didier (637-660) (Vita Desiderii, BHL 2143) est plus explicite quand elle décrit la cathédrale de Cahors, construite « …en grand appareil…des fondations jusqu’au faîte, son œuvre fut achevée avec des pierres bien taillées », c’est-à-dire avec des remplois de matériaux antiques. Continuer la lecture de Les spolia du IVe aux VIIe siècles et les matériaux de construction des basiliques funéraires paléochrétiennes de Lyon

Le chantier dans la ville et la ville en chantier