Session 2018-2019 : Le chantier dans la ville et la ville en chantier

 Porteurs de l’axe de recherche :
Anne baud (Université Lumière-Lyon2/ ArAr-MOM)
Anne Schmitt (CNRS/ArAr-MOM)
Gérard Charpentier (CNRS/ FR 3747-MOM)

Les agglomérations urbaines dont l’existence est attestée dès l’Antiquité par Les témoignages écrits et par les traces matérielles n’ont jamais cessé de se transformer, en Orient comme en Occident. Perpétuellement en mouvement, elles ont été confrontées sans cesse aux contraintes de chantier de construction qui se sont succédés de l’Antiquité au Moyen Age jusqu’à l’époque moderne.

D’une manière générale, la réflexion sur l’évolution des villes reste marquée par le schéma traditionnel de la décadence urbaine à la fin de l’empire romain jusqu’à l’effacement de la ville antique qui précède le renouveau urbain autour du Xe siècle. En réalité, les grandes agglomérations urbaines ont sans cesse été confrontées, toutes époques confondue, à ses ruines. Celles-ci ont parfois fait l’objet de démolitions systématiques et planifiées dans le cadre d’un projet de restructuration de la ville, véritable révolution urbaine dont témoignent les vestiges découverts lors des chantiers de fouilles archéologiques. Elles ont aussi fait l’objet de restaurations ponctuelles au sein d’un programme de rénovation d’un quartier ou d’un projet de réhabilitation d’un édifice emblématique, privilégiant ainsi la mutation d’un lieu, tout en sauvegardant les structures anciennes

Si la désaffectation des monuments antique et le remploi des matériaux semblent caractériser la vie urbaine au moyen-Âge, on pense davantage à des opérations de restauration pour ce qui concerne la ville de la renaissance. Pourtant, réhabilitation, reconversion et recyclage d’éléments d’architecture ou d’ensembles architecturaux sont largement pratiqués dés l’Antiquité, sans se soucier de ce qu’il faut préserver ou détruire, comme la conséquence d’une situation de fait plutôt que le résultat d’un choix planifié. Cependant, la conscience d’une stratification historique de la ville peut s’opérer par les remplois des matériaux observés sur les bâtiments et par les traces de reprises de maçonneries qui peuvent marquer profondément les espaces privés ou publics d’une ville.

Ces villes stratifiées se développent, par phases d’occupation, sur le site même de leur fondation ou à proximité immédiate. Elles sont le fruit soit d’une politique urbaine programmée à la suite de bouleversements accidentels ou évènementiels, soit de compromis successifs qui prennent en compte, de manière pragmatique, le relief topographique, la conservation des vestiges et la création de nouvelles constructions. Dans les deux cas, l’évolution urbaine implique des contraintes de chantier dont l’une des plus importantes s’attache aux modes et aux sources d’approvisionnement en matériaux qu’il convient d’analyser en fonction des ressources naturelles et de leur potentiel d’exploitation : Quels matériaux sont privilégiés et comment gérer de possibles pénuries à partir des gisements disponibles, comme les carrières par exemple? Se pose alors la question de l’exploitation des ruines et du commerce des remplois, de l’utilisation des remblais, de la fabrication de la chaux, de l’extraction du sable ou de l’approvisionnement en bois de charpente. Jusqu’à quel point la gestion du transport de ces nombreux matériaux a-t-il pu influer sur le réseau viaire (dans sa forme comme dans son tracé), en prenant également en compte les contraintes topographiques de tel ou tel site ?

Cet axe de recherche se situe dans le prolongement des travaux menés depuis plusieurs années dans le cadre des thèmes communs de la MOM sur « le patrimoine et ses aspects identitaires » et sur « les chantiers et matériaux de construction ». Il concerne, avant tout, les programmes des missions archéologiques qui se déroulent en milieu urbain, aussi bien en France qu’à l’Étranger, au sein des unités de recherche fédérées à la MOM, ainsi par exemple : à Tyr (Liban) et à Kition (Chypre) pour l’équipe d’Hisoma/UMR 5189 ; à Qinnasrin, Alep et à Damas (Syrie) pour l’équipe d’Archéorient/UMR 5133 ; à Vienne (Isère), à Lyon et à Cluny pour l’équipe d’ArAr/ UMR 5138… Ces missions archéologiques en milieu urbain constituent un premier corpus à partir duquel il est possible, dans le cadre de rencontres et de séminaires, d’initier de nouvelles problématiques relatives aux impacts des chantiers sur l’évolution des villes en vue de les confronter à d’autres agglomérations urbaines, en Orient et en Occident et pour toutes les  époques confondues.

G. Charpentier / A. Schmitt / A. Baud

Calendrier du séminaire 2018/2019

Le chantier dans la ville et la ville en chantier