Archives par mot-clé : matériau de construction

Entre négoce et chantiers de construction à Tyr aux périodes romaine et byzantine

Résumé de l’intervention de Gérard Charpentier, architecte-archéologue – FR 3747 – MOM / Université Lyon2 lors du séminaire du vendredi 18 janvier 2019

De grandes opérations d’arasement et de terrassement sont engagées (fig. 1).

fig. 1 Techniques de construction en grès. © Mission archéologique de Tyr

De nouveaux matériaux sont employés dans les constructions, avec l’apparition notamment de la craie exploitée localement (comme le grès) et du calcaire, extrait de carrières régionales plus éloignées. Le grès est encore largement employé (ou remployé) dans les murs en élévation construits en grand appareil, notamment dans les premiers thermes monumentaux de l’époque romaine (IIe-IIIe s.). En revanche la craie est débitée en petits blocs de faible épaisseur, selon deux gabarits quasi-standards. Posés à plat ou de chant, ces blocs sont disposés par assises dans les fondations (fig. 2) et dans les maçonneries des conduits hydrauliques.

fig. 2 Murs en grès et fondations en craie des Thermes de Tyr. (© Mission archéologique de Tyr)

Ils sont systématiquement enfouis pour éviter toute altération de la craie… Le calcaire dur est utilisé essentiellement pour les pavements des rues ou des cours, et les emmarchements, tandis que les encadrements de portes ou autre type de modénature sont constitués de blocs en calcaire plus tendre (ferme ou semi-ferme). Ces derniers sont employés dans les entablements de monuments, blocs d’architraves, de frise et de corniche dont quelques-uns peuvent également être en marbre. À l’inverse la plupart des chapiteaux et la totalité des piédestaux et des bases de colonnes recensés sur le site sont taillés dans du marbre blanc ou gris. S’ajoutent également les plaques de marbre à dominante grise utilisées dans les pavements des salles et des espaces couverts du grand complexe thermal. Enfin, un grand nombre de futs de colonnes (tous monolithes) (fig. 3) sont taillés dans du marbre (marbre de Proconnèse, cipolin vert, brèche) ou dans du granite gris ou rouge, ces deux natures de roche se prêtant parfaitement au polissage.

fig. 3 : Les fûts de colonne en granit noir présents sur l’ensemble du site. © Mission archéologique de Tyr

Si les gisements de grès et de craie ont été exploités sur place, les chantiers de construction sont pourvus en calcaire dur (ou semi-ferme) à partir de carrières antiques exploitées dans l’arrière-pays de Tyr. Ce mode d’approvisionnement implique la mise en place d’infrastructures pour organiser le transport par voie terrestre de blocs conditionnés par les carriers et que les tailleurs de pierre devaient achever à proximité du chantier de construction.
À l’inverse, l’approvisionnement des marbres et des granites devait s’effectuer par bateaux, suivant des voies commerciales que nous pouvons reconstituer en localisant les gisements antiques à partir de leurs faciès caractéristiques comme le granite rouge d’Assouan, le granite gris de Troade, le marbre (cipolin) d’Eubée ou les marbres de Proconnèse. Les questions de conditionnement des blocs importés peuvent également se poser, que ce soit pour les plaques de marbre gris employées dans les pavements qui pouvaient couvrir une surface restituée d’au moins 7000 m2, que pour les nombreux fûts de colonnes. Selon notre hypothèse, la basilique thermale était constituée de deux rangées de colonnades de 44 colonnes chacune, nécessitant une commande de 88 fûts de colonnes en cipolin vert tous identiques avec 6,80m de hauteur moyenne. Nous estimons le double de fûts de colonne en granite noir qui ont le même gabarit (5,20m / 0,74m) mesuré sur un échantillon d’une trentaine de fûts complets. On peut supposer une production en série de ces blocs importés, dont le conditionnement était réalisé dans des ateliers de taille situés à proximité immédiate des carrières, avant leurs transports (hypothèse déjà émise pour le marbre de Proconnèse à partir notamment du IVe siècle). Ces matériaux d’importations étaient principalement destinés aux grands programmes édilitaires qui se développent dans le secteur maritime de la ville de Tyr durant l’Antiquité tardive.